English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages

Galeries
 
Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

LES LARIDES

Goélands, mouettes, sternes, noddis, bec-en ciseaux

PLAN DU DOSSIER:

Introduction et Description des espèces

Les différentes façons de se nourrir

Les étapes de la reproduction :

Le nid
Les parades de défense
Les parades nuptiales
La nidification

Déplacements et migrations

Protection et menaces

Conclusion

 

Texte et autres photos de Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Photographes pour la page description :

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Didier Buysse
Vision d'Oiseaux

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

René Lortie
http://rlortie.ca

Tom Merigan
Tom Meriganís Photo Galleries

Niraj V. Mistry
Photo Galleries

Bob Moul
Nature Photography

David Nowell
Virtually Home - Photo Gallery

Yves Thonnérieux
NATURíAILES

Sources :  

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

OISEAUX DE LA REUNION par Armand Barau - Nicolas Barré - Christian Jouanin - Editions Orphie - ISBN : 2877632636

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

La famille des Laridés fait partie de l’Ordre des Charadriiformes.
Plusieurs types d’oiseaux figurent au sein de cette famille, tous étroitement associés aux océans et aux mers du monde entier.
Les goélands, mouettes, sternes, noddis et bec-en ciseaux forment ce groupe d’oiseaux de différentes tailles, au vol puissant et aux stratégies de pêche souvent spectaculaires. 

DESCRIPTION DES ESPECES :

Les goélands et les mouettes peuvent avoir un corps fin, mais certaines espèces sont plus trapues. Les ailes longues et étroites présentent souvent des extrémités pointues. La queue est habituellement large et plutôt arrondie. Le bec est remarquable, allant d’une forme nettement effilée à une autre plus émoussée. Les goélands ont une particularité, un très net angle au gonys, vers l’extrémité de la mandibule inférieure.

L’identification des espèces de goélands s’avère souvent complexe. Les jeunes oiseaux ont besoin de plusieurs années pour obtenir le plumage adulte et la maturité sexuelle, et chaque année qui passe montre des couleurs et des dessins différents, rendant difficiles l’évaluation de l’âge et l’identité de l’espèce. 

Le plumage de l’adulte est souvent blanc, avec des ailes noires ou grises et la tête noire ou blanche.

Mais certaines espèces diffèrent, comme la Mouette blanche (Pagophila eburnea) qui, comme l’indique son nom, est entièrement blanche. D’autres comme le Goéland de Heermann (Larus heermanni) au corps paré de plusieurs nuances de gris, ou la Mouette obscure (Larus fuliginosus) au plumage gris foncé à noirâtre, semblent vraiment appartenir à une autre famille, mais l’allure générale et les comportements ne trompent pas, ce sont bien des Laridés ! 

Goéland austral

Larus pacificus

Goéland à bec cerclé

Larus Delawarensis

Mouette blanche juvénile

Pagophila eburnea

Goéland de Heermann - Larus heermanni

Plusieurs autres espèces de goélands présentent des dessins et des couleurs particulières, mais toujours dans la même gamme allant du blanc au gris, en passant par le noir, les ailes plus ou moins sombres, le corps blanc, le bec, le cercle oculaire et les pattes vivement colorés en plumage nuptial. Tous deviennent plus ternes en plumage d’hiver, avec la tête et le cou blancs tachetés ou striés de brun pour les espèces à tête noire. 

Goéland brun (hiver) - Larus fuscus

Les jeunes obtiennent le plumage adulte au bout de plusieurs années, et passent par différents tons de brun, beige, blanc, gris… Le bec et les pattes changent aussi de coloration, rendant vraiment complexe l’identification.

Goéland leucophée - Larus michahellis

Les sternes sont habituellement plus fines que les goélands. Le principal critère est la queue profondément fourchue avec les rectrices externes souvent plus longues. Les ailes sont étroites et pointues. Le cou court supporte la tête légèrement aplatie, avec un bec long, puissant et nettement pointu. Les pattes sont courtes et munies de doigts palmés.

Sterne élégante

Thalasseus elegant

Presque toutes les sternes ont un corps blanc, des ailes plus ou moins grises et la calotte noire, parfois ornée de plumes hirsutes sur l’arrière.
Les jeunes sternes mettent deux ou trois ans à obtenir le plumage adulte et la maturité sexuelle. Mais les jeunes sternes ont un plumage plus gris que les jeunes goélands. Leurs ailes gris pâle présentent des taches ou des stries noirâtres, la queue est plus courte et la calotte partiellement colorée. L’identification pourrait être plus facile si les espèces ne se ressemblaient pas autant !

Sterne de Forster juvénile

Sterna forsteri

Le plumage adulte est habituellement blanc, gris et noir. En plumage nuptial, les pattes et le bec sont vivement colorés. En hiver, la tête est partiellement noire, souvent avec le front et le devant de la calotte blancs.

Cependant, quelques espèces sont très différentes là aussi, avec des plumages opposés.
La Guifette leucoptère (Chlidonias leucopterus) a le corps et la tête noirs,  et les ailes et la queue plutôt blanc grisâtre.
La Guifette noire (Chlidonias niger) a le corps et la tête noirs, les couvertures sous-caudales blanches et les ailes et la queue gris foncé.

Guifette leucoptère

Chlidonias leucopterus

Guifette noire

Chlidonias niger

Tout à fait différente aussi, la Sterne blanche ou Gygis blanche (Gygis alba) est entièrement blanche avec le bec noir recourbé vers le haut.

Mais la plus spectaculaire reste la Sterne Inca (Larosterna inca), avec le corps et les ailes gris foncé, un fin bord de fuite blanc, la calotte et la queue noires. La tête présente deux longues plumes blanches recourbées de chaque côté du bec, ainsi que des caroncules de chair nue et jaune à sa base. Le bec puissant et les pattes d’un beau rouge profond mettent en valeur la livrée de cet oiseau étonnant.   

Les deux sexes sont semblables, avec le mâle légèrement plus grand.
Quelques espèces sont relativement grandes. Les Sternes Caspienne, Royale, Huppée et Caugek peuvent peser jusqu’à 250 grammes. Les autres espèces de taille moyenne atteignent 100 à 180 grammes. Les plus petites font à peine 80 grammes ou moins.
A l’intérieur de ce groupe, les oiseaux sont élégants et remarquables, présents partout à travers le monde et sur tous les continents.    

 

Les noddis appartiennent aussi à la famille des Laridés et sont très proches des sternes dont ils diffèrent par leur apparence, et surtout par la couleur de leur plumage. Les cinq espèces de noddis vivent dans les régions tropicales.

Les noddis ont une queue cunéiforme et un plumage principalement brun, excepté le Noddy gris (Procelsterna albivitta) qui a le corps blanc et les parties supérieures grises le rendant très semblable aux sternes, et le Noddy bleu (Procelsterna cerulea) qui est entièrement gris avec les rémiges plus sombres.

Les trois autres noddis ont le plumage brun avec la calotte blanc-crème.
Le Noddi brun (Anous stolidus) et le Noddy noir (Anous minutus) sont très similaires au niveau du plumage, mais ce dernier est plus petit et présente une nuque blanc brunâtre plus pâle.

Noddi brun

Anous stolidus

Noddi brun

Anous stolidus

Le Noddy marianne (Anous tenuirostris) est le plus petit et son plumage est légèrement plus clair.

 

Ils ont tous un bec noir, fin et pointu, les yeux brun foncé entourés d’un cercle oculaire blanc plus ou moins visible, et des pattes noires. Les juvéniles ont en général la tête plus claire que les adultes.  

Noddi marianne

Anous tenuirostris

Il faut noter un fait particulier, les noddis ont une période de mue très longue qui se prolonge pendant la saison de reproduction comme chez le Noddi brun, ou qui s’arrête à ce moment-là comme chez la Gygis blanche (Gygis alba) souvent associée aux noddis plutôt qu’aux sternes.
L’identification est bien plus facile que pour les goélands et les mouettes, car les noddis gardent un plumage identique d’un bout de l’année à l’autre, à cause de la mue prolongée.  

 

Les Bec-en ciseaux rassemblent trois espèces du genre « rynchops ».
Ces oiseaux ressemblent à des sternes, mais ils diffèrent des autres Laridés par la structure étonnante du bec qui présente une mandibule supérieure plus courte, parfaitement adaptée à sa façon de se nourrir.

Bec-en-ciseaux noir - Rynchops niger

Les trois espèces sont très semblables, avec le corps blanc ainsi que la face, le front et le devant du cou, et les parties supérieures noires, incluant la calotte, l’arrière du cou, le dos, les ailes et la queue. Le bec est rouge avec l’extrémité noire chez le Bec-en ciseaux noir (Rynchops niger), blanchâtre chez le Bec-en-ciseaux d’Afrique (Rynchops flavirostris), et jaune pâle chez le Bec-en-ciseaux à collier (Rynchops albicollis). Tous ont les pattes et les doigts rouges.

Bec-en-ciseaux d'Afrique

Rynchops flavirostris

L’étendue du blanc et du noir diffère d’une espèce à l’autre. Le Bec-en-ciseaux à collier a la calotte noire et le cou blanc, alors que les deux autres ont l’arrière du cou noir.
Le Bec-en-ciseaux d’Afrique a le cou plus long et plus fin que les autres espèces. Ses pattes semblent également plus fines et son corps est moins trapu.
Tous les trois présentent un bord de fuite blanc bien visible en vol.

Le juvénile est plus brun sur le dessus, avec des stries, des taches ou des sortes d’écailles plus claires. Le bec est plus terne et légèrement plus court que chez les adultes.

Bec-en-ciseaux noir juvénile

Rynchops niger

Les adultes en plumage d’hiver ont les parties supérieures plus brunes et plus ternes.  Les Bec-en-ciseaux noir et d’Afrique présentent un collier nucal blanc, alors que le Bec-en-ciseaux à collier est simplement plus brun et plus terne.  
Ils subissent deux mues, l’une avant et l’autre après la saison de reproduction, mais les rémiges ont une mue prolongée.
Ces trois espèces vivent dans les zones tropicales et subtropicales.   

Goéland ichthyaète

Ichthyaetus ichthyaetus

Mouette de Sabine juvénile - Xema sabini