English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

LES LARIDES

Goélands, mouettes, sternes, noddis, bec-en ciseaux

PLAN DU DOSSIER :

Introduction et Description des espèces

Les différentes façons de se nourrir

Les étapes de la reproduction :

Le nid
Les parades de défense
Les parades nuptiales
La nidification

Déplacements et migrations

Protection et menaces

Conclusion

 

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

Didier Buysse
Vision d'Oiseaux

Marc Chrétien
MURINUS

Alfredo Colón
Puerto Rico Wildlife

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Jean Michel Peers
JMPN PHOTOGRAPHIE

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

 

Sources :  

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

OISEAUX DE LA REUNION par Armand Barau - Nicolas Barré - Christian Jouanin - Editions Orphie - ISBN : 2877632636

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

DEPLACEMENTS, DISPERSIONS ET MIGRATIONS :

Après la saison de reproduction, toutes les espèces effectuent des déplacements, des dispersions ou des migrations, afin de gagner des régions au climat plus doux pour passer l’hiver.

Les goélands et les mouettes abandonnent leurs colonies de reproduction dès que les jeunes peuvent voler.

Mouette atricille - Leucophaeus atricilla
Mouette tridactyle - Rissa tridactyla

Beaucoup d’espèces comme les Mouettes tridactyles, de Sabine, atricilles, rieuses et du Tibet migrent vers des latitudes plus basses. Les migrations se passent en général de nuit, tôt le matin ou en fin de journée. 

Mouette blanche - Pagophila eburnea

Cependant, quelques espèces arctiques comme la Mouette blanche, le Goéland arctique et le Goéland à ailes grises effectuent seulement quelques dispersions à la limite de la banquise.

Goéland arctique - Larus glaucoides

Goéland à ailes grises

Larus glaucescens

Certaines espèces de goélands et de mouettes sont des migrateurs longue distance et parcourent des milliers de kilomètres de l’Arctique à l’Amérique du Sud, l’Afrique ou le sud de l’Asie.

Mouette des brumes

Rissa brevirostris

Habituellement, les petites espèces migrent sur de plus longues distances que les grandes. Ils voyagent en grand vols denses de plusieurs milliers d’oiseaux parfois, et ces groupes se retrouvent pratiquement intacts sur les aires d’hivernage.

Goéland marin - Larus marinus
Mouette rieuse - Chroicocephalus ridibundus

Les sternes opèrent le même genre de déplacements. La plupart d’entre elles sont migratrices, alors que quelques espèces tropicales sont nomadiques après la reproduction et pendant l’hiver.   

Sterne caspienne - Hydroprogne caspia

Sterne élégante - Thalasseus elegant

D’un autre côté, la Sterne fuligineuse et la Sterne Arctique sont absentes pendant plusieurs mois, restant le minimum de temps pour s’accoupler, se reproduire et attendre l’envol de leurs jeunes.

Sterne fuligineuse - Onychoprion fuscatus
Sterne arctique - Sterna paradisaea

Certaines espèces sont des migrateurs longue distance, voyageant depuis l’Arctique jusque dans l’Hémisphère sud. La Sterne Arctique a la migration transéquatoriale la plus longue, depuis l’Antarctique jusqu’à ses aires de reproduction dans l’Arctique, ce qui explique le peu de temps passé aux colonies !  

Sterne arctique

Sterna paradisaea

Quelques oiseaux pélagiques tels que le Noddi gris restent près des colonies tout au long de l’année.
Les déplacements des noddis sont actuellement peu connus, mais ces espèces semblent être non migratrices, effectuant seulement des dispersions en mer après la reproduction.

Noddi brun

Anous stolidus

Les bec-en-ciseaux migrent en groupes comprenant des jeunes et des  adultes. Ils volent vers le sud pour gagner des régions plus tempérées pour hiverner ou se dispersent après la reproduction.
Le Bec-en-ciseaux noir du nord-est de l’Amérique du Nord migre vers la Floride et le Golfe du Mexique. Les reproducteurs du sud gagnent l’Amérique Centrale.

Bec-en-ciseaux noir

Rynchops niger

Le Bec-en-ciseaux d’Afrique  migre vers l’amont ou vers l’aval des grands fleuves et sur les lacs intérieurs.

Bec-en-ciseaux d'Afrique

Rynchops flavirostris

Le Bec-en-ciseaux à collier se déplace vers l’amont des fleuves en période de basses eaux, et va au contraire vers l’aval en période d’inondations.

Toutes ces espèces voyagent sur des distances plus ou moins longues. Elles ont souvent un vol rapide et agile grâce aux ailes étroites, longues  et pointues qui leur donnent une bonne manœuvrabilité dans les airs.
Les migrations se font le plus souvent en groupes, parfois des vols de milliers d’oiseaux, et de nuit.
Ces déplacements, bien que mieux connus de nos jours, gardent toujours un peu de mystère pour nous, les humains…   

Mouette atricille - Leucophaeus atricilla