English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Otto Plantema
Trips around the world

Ces images et le texte sont soumis au droit d'auteur et ne peuvent être utilisés sans l'autorisation expresse des propriétaires. Ceci s'adresse aussi bien aux particuliers qu'aux diverses associations ornithologiques et autres organismes. Mentions légales

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

Birds of Paradise and Bowerbirds De Phil Gregory – Editeur: Bloomsbury Publishing, 2020 – ISBN: 1472975847, 9781472975843 – 416 pages

Les Oiseaux à berceaux - Histoire naturelle et photographies, 262 pages. Michel Ottaviani, (2014). Editions Prin, France. ISBN 978-2-909136-41-7

Birds of the World (family Ptilonorhynchidae)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Encyclopedia.com (family Ptilonorhynchidae)

Fat Birder - Bowerbirds & Catbirds (family Ptilonorhynchidae)

Bowerbirds

Australia’s Wildlife

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

Haut de page

 

FAMILLE DES PTILONORHYNCHIDES

Jardiniers – Oiseaux à berceaux

La famille des Ptilonorhynchidés comprend 8 genres et 27 espèces nommées « jardiniers ». Ces oiseaux sont proches des échelets d’Australasie (Climactéridés) et des ménures (Ménuridés).  
Les jardiniers du genre Ailuroedus forment un sous-groupe distinct qui diffère au niveau des comportements pendant la reproduction. Ils sont monogames et les deux parents partagent les tâches liées à la nidification. Ils construisent directement un nid en forme de bol où les œufs seront déposés. 

Les autres jardiniers sont polygames et les femelles assument seules les tâches relatives à la reproduction. Les mâles de ces espèces sont connus pour leurs parades nuptiales bien particulières, avec la construction d’un « bower » ou « berceau de verdure » avec des rameaux de bois et des herbes, mais aussi une variété d’objets de couleur vive, afin d’attirer les femelles.   

La majeure partie des espèces vit dans les forêts pluviales, les forêts moussues, les bois, les savanes, les gorges rocheuses et boisées et les forêts ouvertes jusqu’aux semi-déserts en Nouvelle Guinée et en Australie. Ils se nourrissent principalement de fruits, mais les feuilles, le nectar et les fleurs font aussi partie de leur régime. Pendant la nidification, les jeunes sont nourris avec des arthropodes et quelques petits vertébrés comme les lézards et les grenouilles. 

Les jardiniers sont menacés par la destruction de leur habitat, à cause surtout de la déforestation. Plusieurs espèces Australiennes ont des populations en déclin, mais les effectifs et la distribution sont vastes.
Ces oiseaux sont parmi les espèces aviaires les plus fascinantes du monde !

Jardinier à nuque rose

Chlamydera nuchalis

Les membres de la famille des Ptilonorhynchidés sont des passereaux de taille moyenne ou grande, avec le Jardinier de Newton (23-25 cm et 62-86 gr) et le Jardinier à nuque rose (35-40 cm et 153-215 gr). Le corps varie de rondelet et trapu à plutôt mince selon les espèces. Les ailes sont arrondies, et comme la queue, elles sont courtes ou de taille moyenne. Les mâles sont généralement plus lourds et légèrement plus grands que les femelles, et aussi plus colorés, tandis que les jeunes (juvéniles et immatures) ont des ailes plus courtes et un poids moins élevé que celui des adultes. Leur plumage ressemble souvent à celui des femelles.
Sur le bec fort et puissant, les narines sont pourvues de plumes. Le Jardinier prince-régent a le bec fin et plus long, alors que le Jardinier à bec denté a plutôt des mandibules dentelées comme celles d’un faucon. La couleur des yeux est variable d’une espèce à l’autre. Les pattes et les doigts sont robustes et puissants.   

Jardinier à bec denté

Scenopoeetes dentirostris

Les plumages sont variés, avec 50-60 plumages différents. Les espèces polygames présentent un dimorphisme sexuel, et les mâles adultes ont souvent le plumage soyeux et brillant alors que celui des femelles est plus terne, parfois avec le dessous barré. Chez quelques espèces, les mâles ont une crête érectile longue et vivement colorée, mais chez d’autres, seule une  crête courte est visible sur la nuque. 
Chez les jardiniers du genre Ailuroedus, mâles et femelles sont généralement assez similaires, et chez quelques autres espèces comme le Jardinier à bec denté, le Jardinier brun et les membres du genre Chlamydera, les deux sexes sont pratiquement identiques.
Les jardiniers ont une longue espérance de vie, et les mâles ont besoin de cinq à sept années pour obtenir le plumage adulte complet. 

Jardinier oreillard

Ailuroedus melanotis

Jardinier brun

Amblyornis inornata

Femelle

Les jardiniers volent au-dessus des zones ouvertes avec un vol vigoureux et ondulant. Pendant le vol normal, un bruissement audible est produit par les ailes, mais certains mâles en train de voler autour de leur berceau peuvent produire un bruit fort. Tout en cherchant leur nourriture, les oiseaux effectuent un vol rapide et direct depuis le berceau jusqu’aux arbres nourriciers. 

Les jardiniers se nourrissent seuls, en couples ou en petits groupes, mais aussi en bandes plus importantes. La majeure partie des espèces est arboricole et se nourrit dans la canopée et dans le feuillage, les branches et les troncs de la sous-canopée. Quelques espèces se nourrissent sur le sol de la forêt dans le tapis de feuilles mortes.

Les arthropodes sont capturés sur le feuillage avec le bec, ou en s’élançant en vol depuis un perchoir, ou sont happés en vol. Cependant, de nombreux invertébrés sont capturés sur le feuillage, les branches, les fleurs et dans les feuilles mortes sur le sol.    

Jardinier de Macgregor

Amblyornis macgregoriae

Mais les comportements les plus intéressants de ces oiseaux sont observés pendant la saison de reproduction. En revanche, les jardiniers du genre Ailuroedus se comportent différemment durant cette période. Ils sont monogames et les liens du couple peuvent durer une ou plusieurs années, et les deux partenaires se reproduisent à l’intérieur d’un territoire qu’ils défendent.

Ces jardiniers ont des parades nuptiales simples avec le mâle allant et venant en sautillant entre différents perchoirs en tenant de la nourriture dans le bec. Ils n’ont ni cour ni berceau, mais la femelle construit un grand nid profond en forme de coupe avec des rameaux de bois et des feuilles vertes, à plusieurs mètres de hauteur dans un arbre ou des plantes grimpantes. Le mâle ne participe pas à ces travaux, mais il nourrit sa partenaire et les poussins.

La femelle dépose 1-2 œufs et incube pendant 20-24 jours en fonction des espèces. Les jeunes s’envolent 17 à 23 jours après l’éclosion.     

Jardinier de Ramsay

Ailuroedus maculosus

Les jardiniers du genre Ailuroedus et le Jardinier à bec denté sont à la base de cette famille. Mais le Jardinier à bec denté du genre Scenopoeetes a des comportements différents. Il est polygame et utilise une cour pour attirer les femelles. Il nettoie et décore cette cour en mettant des feuilles sur le sol, sur un site rond ou ovale d’environ 1 à 8 m². Il y a aussi quelques arbres pour parader. Pendant la saison, il ajoute d’autres feuilles, toujours avec le côté le plus clair tourné vers le haut.

Les sites de plusieurs Jardiniers à bec denté sont souvent regroupés, et le site placé au cœur de cet ensemble est probablement celui du plus âgé ou du mâle le plus dominant.

Les parades voient le mâle sautillant latéralement tout en agitant les ailes et la queue. Il se cache derrière un tronc d’arbre en émettant des petits cris « tuck-tic ». La parade entière, depuis les signes vocaux jusqu’aux signaux visuels, dure en général moins de 80 secondes. L’accouplement est généralement agressif.

Le nid est construit par la femelle, une coupe faite avec des rameaux de bois et placé entre 8 et 27 mètres de hauteur dans un épais enchevêtrement de plantes. Elle dépose 1-2 œufs. Si un prédateur s’approche du nid, elle effectue des parades de distraction. Il n’y a pas d’autres informations.                          

Jardinier à bec denté

Scenopoeetes dentirostris

Parmi les jardiniers, les espèces des genres Amblyornis, Archboldia et Prionodura construisent des structures parmi les plus remarquables du monde aviaire, nommées « mâts-berceaux ». Il existe trois types basiques de ces constructions.

Nous pouvons voir d’abord une simple tour faite de rameaux de bois par le Jardinier de Newton, le Jardinier à front d’or et certaines populations du Jardinier brun.
Ce dernier construit une sorte de hutte et le mât est décoré avec des fruits, des champignons et quelques débris trouvés chez les humains, rangés en piles en fonction de leur taille et de leur couleur.

Le Jardinier brun mâle préfère généralement les objets bleus, noirs et orange. L’abondance des décorations varie d’un berceau à l’autre et aide les femelles à sélectionner un mâle. Il arrive aussi que les mâles dérobent des objets aux autres, allant même parfois jusqu’à détruire d’autres berceaux.     

Berceau du Jardinier brun

Amblyornis inornata

Le Jardinier à huppe orange et quelques autres populations du Jardinier brun construisent une tour coiffée d’un toit fait de rameaux de bois. Le Jardinier à huppe orange décore un berceau complexe avec un mât en forme de hutte, des murs au fond et sur les côtés, un passage semi-circulaire autour de la colonne et des entrées sur chaque côté face à la partie avant. Plusieurs choses sont utilisées pour décorer, comme des fleurs, des fruits, des champignons, des lichens, divers débris d’insectes, des plumes et des os.   

La troisième sorte de berceau est celle du Jardinier d’Archbold. Il consiste en une zone éclaircie dans laquelle un énorme mât fait de feuilles de fougères est progressivement construit. Cette construction peut atteindre une profondeur de deux mètres pour une étendue de plusieurs mètres carrés. Les branches sont décorées avec des tiges d’orchidées, mais les perchoirs qui sont utilisés pour les parades restent dénudés. Les tiges d’orchidées peuvent rester longtemps vivantes et certaines font même des fleurs. Ces mâts sont rénovés par les mâles pendant plusieurs années, et certains ont persisté pendant plus de quinze ans. 

Le berceau du Jardinier de Newton comprend une ou deux hautes tours faites de rameaux de bois, souvent posées sur le sol mais aussi quelquefois dans un arbre. Le berceau peut parfois se trouver à deux mètres au-dessus du sol.
Les « mâts-berceaux » traditionnels sont saisonnièrement rénovés (souvent au début de la saison de reproduction) et peuvent résister pendant plus de vingt ans.   

Les membres des genres Sericulus et Ptilonorhynchus sont des oiseaux au plumage soyeux et brillant. Le berceau comprend une allée au centre, placée entre deux murs presque verticaux et parallèles. Les fondations sont faites de rameaux de bois et d’herbes étendus sur le sol.

Jardinier flamboyant

Sericulus ardens

Jardinier flamboyant

Femelle

Sericulus ardens

Les espèces soyeuses du genre Sericulus construisent des petites allées fragiles aux décorations clairsemées, tandis que les espèces du genre Ptilonorhynchus construisent des allées bien plus grandes, plus robustes et mieux décorées.   
Le Jardinier du Prince d’Orange construit un berceau avec une allée simple et nette, décorée d’au moins six fruits bleus ou violets, de champignons noirs, de coquilles d’escargots, et de feuilles jaunes ou vert-bronze.

Le Jardinier satiné utilise en priorité des décorations bleues assorties à son plumage, et au moins 200 objets peuvent être disposés sur la plateforme, à l’extérieur de l’une ou des deux entrées des allées. Il peut utiliser des fleurs, des coquilles d’escargots, des morceaux d’insectes et de peau de serpent, des plumes, mais aussi des objets faits par les hommes lorsque le berceau se trouve à proximité des habitations. L’accouplement a lieu à la suite de diverses parades comprenant des bourdonnements accompagnés de mouvements des ailes à l’intérieur des murs du berceau. 

Jardinier satiné

Ptilonorhynchus violaceus

Jardinier satiné

Ptilonorhynchus violaceus

Femelle

Les oiseaux du genre Chlamydera  ont un plumage plus terne que les autres espèces, mais certains d’entre eux ont une crête érectile faite de filaments sur la nuque.

Le Jardinier à nuque rose utilise des coquilles d’escargots et des os de vertébrés pour décorer le berceau, et il peut les transporter sur une longue distance. Dans plusieurs berceaux près de Darwin en Australie, le nombre d’articles comptés à chaque berceau variait de 6000 à plus de 12 000, principalement blancs ou gris et pesant environ 40 grammes. 

Ces berceaux se trouvent à un ou deux kilomètres de distance sur des sites traditionnels utilisés pendant plusieurs années. L’un d’eux a été utilisé pendant plus de 70 ans. Le même berceau est généralement utilisé pendant plusieurs années consécutives, mais le berceau peut aussi être refait chaque année, souvent dans la même zone.   

L’allée bordée de murs est faite de rameaux de bois solides posés sur une plateforme substantielle. Un mur simple peut comprendre jusqu’à 700/920 rameaux de bois. L’extrémité courbée de la partie centrale de l’intérieur des murs forme parfois comme un tunnel. 

Jardinier à nuque rose

Chlamydera nuchalis

Berceau

Jardinier à nuque rose

Chlamydera nuchalis

Berceau

Le Jardinier à poitrine fauve construit un nouveau berceau chaque saison, généralement proche du précédent. Il est décoré de nombreux articles comme des fruits verts souvent encore accrochés sur des petites branches, des gousses de graines, des bourgeons non ouverts et des feuilles vertes. Mais le mâle « peint » aussi l’intérieur des murs de l’allée. Il peut utiliser du charbon ou des débris végétaux mélangés avec de la salive. Ces matériaux sèchent et deviennent un dépôt de couleur sombre. Ces comportements sont probablement une façon de montrer aux femelles que le berceau est activement entretenu.  

Jardinier à poitrine fauve

Chlamydera cerviniventris

Devant le berceau

Jardinier à poitrine fauve

Chlamydera cerviniventris

A l'intérieur du berceau

Les berceaux sont différents selon les espèces. Le Jardinier de Lauterbach est le seul à avoir un berceau avec quatre murs  formant des passages transversaux à angle droit. Le berceau est décoré d’articles bleus et gris comme des cailloux trouvés dans les rivières, des grands fruits bleus et des fruits rouges de taille moyenne. Le mâle passe beaucoup de temps à « peindre » les murs.              

Les berceaux ont une grande importance pour leurs propriétaires qui passent de longues heures à les construire et à les décorer. Les femelles préfèrent les mâles qui paradent dans de beaux berceaux. Le nombre de décorations et la densité de rameaux de bois utilisés dans la construction prédisent généralement le succès de l’accouplement.

Jardinier à nuque rose

Chlamydera nuchalis

Jardinier de Macgregor

Amblyornis macgregoriae

La femelle visite plusieurs berceaux afin de choisir un mâle. Elle adopte une posture à l’intérieur du berceau, tandis que le mâle effectue des parades stéréotypées, propres à chaque espèce. Il produit aussi une variété de sons comme des sifflements, des bourdonnements et des sons mécaniques, et danse en marchant. Certains mâles prennent et tiennent des ornements dans le bec pendant les parades. Ils balancent la tête ou jettent vigoureusement des décorations.
Lorsque la femelle est prête à s’accoupler, elle s’accroupit dans le berceau et relève la queue. Le mâle vient de l’arrière du berceau et l’accouplement a lieu pendant une ou deux secondes.   

Jardinier flamboyant

Sericulus ardens

Les femelles des espèces polygames construisent le nid qui recevra les œufs et effectuent seules les tâches liées à la reproduction. Les nids en forme de coupe sont souvent situés dans une fourche d’arbre ou d’arbuste, dans un buisson ou dans un enchevêtrement de plantes. Cependant, la femelle du Jardinier de Newton est la seule à construire le nid à l’intérieur d’une fissure dans un arbre. Les sites de nidification sont cryptiques et situés loin du passage des prédateurs. Les couvées des Ptilonorhynchidés comprennent un à trois œufs et l’incubation dure environ 17-21 jours, sauf pour le Jardinier d’Archbold dont l’incubation dure 30 jours.
Ces oiseaux ne produisent en principe qu’une seule couvée par saison, mais une couvée de remplacement peut suivre la perte de la précédente si cela arrive au début de la saison.  

Jardinier prince-régent

Sericulus chrysocephalus

Mâle

Jardinier prince-régent

Sericulus chrysocephalus

Femelle

Jardinier à nuque rose

Chlamydera nuchalis

Les jardiniers ont une longue espérance de vie, certains pouvant vivre au moins 19 ans chez les espèces du genre Ailuroedus, et certains mâles polygames vivent jusqu’à 27 ans. 

Comme de nombreuses espèces d’oiseaux, les jardiniers sont menacés par la destruction de leur habitat entraînant le déclin des populations, aussi bien en Australie qu’en Nouvelle Guinée. De plus, la propagation des chats domestiques et de leurs populations férales, ainsi que d’autres vertébrés exotiques en Nouvelle Guinée représente une menace pour ces beaux oiseaux.     

Jardinier à poitrine fauve

Chlamydera cerviniventris

Le Jardinier d’Archbold et le Jardinier de Baker se trouvent à haute altitude où ils fréquentent les forêts humides de Nouvelle Guinée qui subissent une intense déforestation. Ces deux espèces sont respectivement classées Quasi Menacée et Vulnérable.
Plusieurs espèces Australiennes ont décliné à cause de la destruction de leur habitat, mais elles ont des populations importantes dans une vaste distribution. L’ensemble des espèces ne semble pas menacé actuellement.   

Jardinier à joues blanches

Ailuroedus buccoides

LISTE DES

FICHES

Haut de page
Haut de page
Haut de page
Haut de page
Haut de page
Haut de page