English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador & My bird pictures on IBC

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures Tom Grey's Bird Pictures 2

Eugène Montocchio
Galerie Photos Nature

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Simon Tan
PBase Bird galleries

Ingo Waschkies
Bird Photography

Nicole Bouglouan
Photographic ramble & My pictures on IBC

Illustrateur :
John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Origine de l’illustration :
Argentine ornithology. A descriptive catalogue of the birds of the Argentine Republic

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 10 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334725

WRENS, DIPPERS AND THRASHERS by Brewer David – illustrated by Barry Kent Mackay- Yale University Press - ISBN: 0300090595

CREAGUS (Don Roberson)

Wikipedia Dippers

Birdwords - The official site of Dominic Couzens, natural history writer

Family Cinclidae (Dippers)

Our Beautiful World - Dippers, Cinclidae

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

FAMILLE DES CINCLIDES

Cincles du genre Cinclus

 

Les Cinclidés font partie de l’ordre des Passériformes et les cinq espèces du genre Cinclus se trouvent dans le Nouveau et l’Ancien Mondes, et plus particulièrement aux Amériques (Nord, Centrale et Sud), dans le nord-ouest de l’Afrique, en Europe et en Asie.
Ces passereaux sont adaptés à la vie dans des habitats aquatiques car ils sont capables de plonger et de nager sous l’eau. Ils se nourrissent principalement d’insectes capturés à la surface de l’eau ou en dessous. Ils se posent souvent sur les rochers qui affleurent en attendant le passage d’une proie ou pour chanter. Ils nidifient le long des torrents au courant rapide, souvent dans des crevasses ou sur des corniches rocheuses, ou encore sous les ponts, et construisent une structure globulaire avec de la mousse et de l’herbe. Les jeunes sont nourris par les deux parents qui partagent les tâches liées à la reproduction.
Les cincles sont menacés par la pollution et la dégradation des habitats le long des cours d’eau. Quatre espèces ne sont pas globalement menacées, mais le Cincle à gorge rousse est actuellement Vulnérable.          

Cincle plongeur

Les cincles sont des oiseaux rondelets, aux ailes et à la queue courtes. Leurs plumes sont longues et ils ont une épaisse couche de duvet. L’huile produite par la glande uropygiale à la base de la queue est utilisée pour le lissage des plumes afin de conserver leur imperméabilité à l’eau. C’est ce qui permet à ces oiseaux de survivre dans des eaux très froides presque figées par la glace à haute altitude. D’un autre côté, lorsque la chaleur augmente, ils restent posés dans des endroits peu profonds pour réguler leur propre température.  

Leurs ailes courtes et puissantes les aident à se propulser sous l’eau, même dans les courants rapides. Cependant, la mue les oblige à réduire le vol et les plongées. C’est le cas du Cincle plongeur. Cette période n’est pas bien connue en ce qui concerne les autres espèces.  
Les longues pattes robustes des cincles ont des griffes acérées et courbes qui leur sont très utiles pour s’agripper aux rochers humides et à la mousse des rives. Le bec est généralement mince et légèrement crochu.       

Cincle de Pallas

Comme ces oiseaux se nourrissent en plongeant et en nageant sous l’eau, ils ont des narines étroites pourvues d’une large membrane pour les refermer pendant la plongée. En revanche, le Cincle à gorge rousse n’a jamais été observé en train de plonger ou de nager pour capturer une proie, comme le font les autres espèces.  
Les yeux sont pourvus d’une paupière supérieure couverte de plumes blanches, provoquant un éclair blanc lorsque l’oiseau cligne des yeux. Ceci est observé quand l’oiseau baisse la tête et la trempe dans l’eau, mais doit aussi être utilisé pendant les parades nuptiales ou de menace. Cette membrane protège sans doute l’œil quand l’oiseau nage sous l’eau.       

Cincle plongeur

Sur les cinq espèces de cincles, le Cincle d’Amérique et le Cincle de Pallas ont une coloration uniforme grisâtre ou brune. Le Cincle à gorge rousse est gris-brun avec la gorge rousse. Le  Cincle plongeur et le Cincle à tête blanche ont une quantité variable de blanc dans leur plumage, avec davantage de variations selon les diverses sous-espèces.  
Les mâles sont souvent plus foncés et légèrement plus grands que les femelles, mais ils ont pratiquement le même plumage.
Les juvéniles sont plus clairs que les adultes avec des plumes aux liserés pâles, des parties inférieures tachetées et un bec plus clair. Il leur faut environ six semaines pour obtenir le plumage adulte, mais ils ont encore des liserés clairs sur les grandes couvertures alaires.

Cincle plongeur

Juvénile

Les cincles fréquentent les cours d’eau et les rivières rapides à haute altitude. Ils ont besoin d’eau froide, claire et non polluée sur un lit de pierres, même des torrents impétueux. Il leur faut des rochers pour se percher, se nourrir ou plonger, et des sites de nidification adaptés à leurs besoins comme des falaises, des rochers couverts de mousse, des cascades, des ponts ou des murs avec des trous ou des corniches pour nidifier et dormir. 

Ils vivent dans les collines et les montagnes jusqu’à 5000 mètres d’altitude au moins. Ils préfèrent les cours d’eau en forêt qui leur procurent des insectes terrestres et des chenilles qui s’ajoutent à leur régime aquatique habituel. Celui-ci comprend des Trichoptères, des Plécoptères et des Ephéméroptères, mais aussi des mollusques, des crustacés, des petits poissons et des œufs de salmonidés, en fonction de la distribution et de la saison.

Cincle à tête blanche

Habitat

Cincle d’Amérique
Cincle plongeur

Les cincles se nourrissent en pataugeant dans des eaux peu profondes tout en sondant entre les pierres, en retournant les feuilles mortes, en glanant des proies sur la surface humide des rochers ou en les prenant sur la végétation.
Il n’y a eu aucune observation du Cincle à tête blanche ou du  Cincle à gorge rousse d’Amérique du Sud en plongée. Habituellement, ils trempent uniquement la tête et le bec, ou pataugent tout en capturant des proies. 

Cincle à tête blanche

Cependant, les trois autres espèces plongent et nagent dans des eaux de moins d’un mètre de profondeur pour se nourrir, et ils se submergent entièrement. Ils peuvent rester sous l’eau pendant 20 secondes, mais les plongées durent en général 3-4 secondes et se font par séries.

Afin de rester complètement immergés, les cincles battent rapidement des ailes sous l’eau, ce qui leur permet également d’avancer. Ils se servent de leurs pattes pour courir et pour se propulser, mais aussi pour grimper sur des rochers dans le lit du cours d’eau.     

Cincle plongeur

Les cincles ont tendance à balancer leur corps de manière exagérée tout en agitant nerveusement la queue et en clignant des paupières, mettant ainsi en valeur le blanc de la paupière supérieure. Les deux espèces des Andes se balancent moins fréquemment, mais elles agitent rapidement leurs ailes afin de faire ressortir la tache alaire blanche en travers des rémiges primaires.    

Les cincles ont un vol rapide et direct, généralement bas au-dessus de l’eau en suivant le courant. Mais ils peuvent voler plus haut lorsqu’ils sont à l’extérieur du territoire. Ils sont également capables de voler à bonne hauteur pendant les dispersions au-dessus des arêtes des montagnes et les migrations.  

Cincle plongeur

Les cinq espèces maintiennent des territoires linéaires le long des cours d’eau, pouvant aller de 300 mètres à 2-3 kilomètres, en fonction des ressources alimentaires. Les territoires de reproduction sont souvent établis le long des eaux riches en nourriture. Ils sont territoriaux pendant la saison de reproduction mais aussi pendant l’année. Des petits rassemblements peuvent se produire près des sources de nourriture ainsi que dans des conditions de froid extrême. Il leur arrive aussi de dormir ensemble, en particulier en automne et en hiver, mais rarement très proches les uns des autres. Ils utilisent des corniches sous les ponts, des crevasses et des trous dans lesquels ils peuvent se poser. Ils sont généralement fidèles à ces endroits.   

Toutes les espèces chantent pendant la majeure partie de l’année, et les deux partenaires émettent des chants sonores et musicaux. Ces chants peuvent être émis pour établir les territoires, aussi bien en hiver que pour la reproduction.    
Le chant typique est haut-perché, avec des séquences courtes et répétées et un répertoire simple. Le chant de la femelle est en général moins mélodieux, plus rauque que celui du mâle, et consiste en une série de sifflements.
Mais le mâle est souvent plus loquace. Il chante depuis un rocher dans l’eau ou depuis la rive, mais aussi depuis la limite de la glace ou posé sur une souche basse. Il chante aussi en vol.  
Les cris d’alarme et de contact des cinq espèces sont sonores, haut-perché et suffisamment pénétrants pour être entendus malgré le bruit des flots rapides. Les notes « zzit » ou « clink » sont répétées rapidement si l’oiseau est excité ou menacé. Mais plusieurs autres cris sont rapportés en fonction de la situation et des comportements de l’oiseau.     

Cincle plongeur

La reproduction est surtout connue pour trois espèces, le Cincle plongeur, le Cincle d’Amérique et le Cincle de Pallas, mais en général, les Cinclidés ont des parades nuptiales assez semblables.
Ils sont principalement monogames, et les deux adultes défendent le territoire et élèvent les jeunes. Quelques cas de bigamie ou de polygynie chez les mâles ont été observés, mais avec des femelles des territoires contigus. Cette situation semble se produire lorsque le nombre des femelles excède celui des mâles.  

Quelques parades ont été décrites, et plus particulièrement celles du Cincle plongeur au cours desquelles le mâle posé et  bien dressé lance sa tête en arrière tandis que le bec est plus ou moins vertical. Les plumes blanches de la poitrine sont ébouriffées alors que la tête bouge lentement d’un côté à l’autre, les ailes sont entrouvertes et tombantes, et la queue est déployée et abaissée.   
Le mâle s’approche de la femelle, et dès qu’elle est habituée à ses avances, il court autour d’elle en se penchant, clignant des yeux et faisant trembler ses ailes tout en chantant. Les deux partenaires effectuent également des parades aériennes et des poursuites en vol accompagnées de chants.
Les parades nuptiales des autres espèces sont moins connues mais elles sont assez similaires, en particulier pour le Cincle de Pallas.   

Cincle plongeur

Couple sur son territoire

Toutes les espèces construisent le nid au-dessus des eaux d’un torrent rapide. Il est situé sur la façade d’une falaise, une corniche rocheuse ou un site semblable derrière une cascade, dans un creux au milieu des racines sur la rive, sur ou sous des rochers, un trou dans les pierres ou les briques des murs ou des ponts. Quelques nids  peuvent se trouver dans une fourche d’arbre ou dans des branches tombées au-dessus de l’eau, et des nichoirs artificiels peuvent aussi être utilisés. Le même nid sert souvent plusieurs fois après avoir été réparé et l’intérieur tapissé de frais, mais quelquefois, le couple construit un nouveau nid près des restes du précédent.

Cincle plongeur

Collecte de matériaux

Cincle plongeur

Collecte de matériaux

Le nid est une structure globulaire faite avec de la mousse, et parfois des herbes mais pas toujours. Si le nid est construit sur la façade d’une falaise ou dans un mur, les cincles créent une base circulaire pour l’arrière du nid et peuvent ajouter de la boue à la mousse pour solidifier l’ensemble. Dans une crevasse ou un nichoir, le nid n’a ni dôme ni côtés et consiste seulement en une base de mousse et une coupe intérieure. Elle est tapissée de feuilles ou parfois de poils d’animaux.
Les cincles utilisent des matériaux trouvés aux abords du site, et la végétation utilisée pour la construction varie en fonction de la distribution. Les deux adultes construisent le nid mais c’est la femelle qui le termine en général.

Cincle plongeur

Au nid

Cincle d’Amérique

Poussins au nid

Toutes les espèces se reproduisent très tôt au printemps, mais la période dépend d’abord de la disponibilité de nourriture et de la température. Quatre ou cinq œufs blancs sont généralement déposés, sans doute moins chez les espèces des Andes. La femelle incube seule mais le mâle peut parfois la remplacer. L’incubation dure 16-17 jours, mais la période peut être plus longue à haute altitude. Le mâle nourrit habituellement la femelle pendant l’incubation, et reste à proximité pour garder le nid et protéger sa partenaire des autres mâles.    

Cincle d’Amérique

Nourrissage

Les poussins sont nus à la naissance et dépendent entièrement des adultes pour la nourriture. Ils sont couvés par la femelle pendant les premiers 12-13 jours. Ils sont nourris dans le nid et plus tard, l’un après l’autre à l’entrée du nid. La période au nid dure environ trois semaines ou plus. Si les jeunes sont menacés, ils sont capables de sauter et de plonger dans le torrent en dessous, et ensuite, ils nagent parfaitement. Ils se cachent parmi les rochers ou la végétation où les adultes les nourrissent toujours. Après leur envol, les parents les nourrissent encore pendant une à deux semaines. Ils sont capables de se suffire à eux-mêmes environ deux ou trois semaines après avoir quitté le nid.

Les cincles ont un succès de reproduction relativement élevé à cause de l’inaccessibilité des nids. Ils peuvent produire une seconde couvée s’il reste suffisamment de temps pour un cycle complet. Si la femelle entame une seconde couvée, le mâle s’occupe de la première. 

Cincle plongeur

Juvénile

Les cincles sont plutôt sédentaires parce qu’ils sont adaptés à de grandes variations de températures. Mais cela dépend de la nourriture disponible, de l’ensoleillement des journées pour se nourrir et de l’étendue des zones non gelées.
Cependant, le Cincle plongeur qui se reproduit dans l’Oural et la Fennoscandie effectue des migrations longues à cause des journées trop courtes en hiver. Il vole vers le sud-est vers le sud de la Finlande, la Lettonie, l’Estonie, le Danemark et la Belgique. Il revient vers ses aires de reproduction au printemps en traversant la Mer baltique. Chez toutes les espèces, les juvéniles se dispersent mais souvent sur des distances courtes.

Cincle à tête blanche

En dehors du Cincle à gorge rousse, les quatre autres espèces ont des distributions relativement étendues dans lesquelles ils peuvent être communs dans des habitats adaptés à leurs besoins. Des déclins locaux sont causés par la pollution et la dégradation des habitats riverains, même dans des sites élevés. Mais ces espèces ne sont pas globalement menacées pour le moment.   

Le Cincle à gorge rousse a une distribution relativement réduite et une petite population dans le sud de la Bolivie et le nord-ouest de l’Argentine. Il est menacé par l’altération des niveaux des cours d’eau et la pollution à basse altitude. En Argentine, les habitats riverains sont menacés par la construction de réservoirs, l’irrigation et l’eutrophisation. L’érosion du sol causée par le bétail est un autre problème non négligeable. Il est actuellement Vulnérable.

Cincle à gorge rousse

John Gerrard Keulemans

(1842-1912)

Les cincles sont capables de voler sous l’eau même dans des courants rapides. Ils nidifient près des eaux nourricières et peuvent supporter des climats très froids à haute altitude. Les deux parents élèvent leur progéniture et défendent le territoire le long du torrent.

Les cincles et l’eau sont inséparables et leur façon de vivre est étroitement liée à leur habitat spécifique.

Ce sont vraiment des oiseaux étonnants !  

Cincle à tête blanche

LISTE

DES

FICHES