English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Un grand merci à Françoise Vareille pour cette magnifique observation.
 
Le flash n’a pas été employé pour ces photos. La lumière passant entre les planches du tonneau a été suffisante pour les prises de vue.

Un trou situé en haut sur le couvercle, a permis de faire les photos sans ouvrir et donc, avec un minimum de dérangement pour les oiseaux déjà habitués aux allées et venues autour du tonneau pour l’entretien du jardin.

Le texte a été rédigé par Nicole Bouglouan, d’après les notes et les informations transmises par Françoise Vareille.

Toutes les photos de cette page sont la propriété de Françoise Vareille. 

Ces images sont soumises au droit d'auteur et ne peuvent être utilisées sans l'autorisation expresse du propriétaire.Mentions légales

 

Accueil

Sommaire Observations - Reportages 

 

HAUT DE PAGE

 

Reportage Reproduction Huppe fasciée

Couvée 2017

 

Comme les trois années précédentes, les Huppes fasciées sont arrivées pour se reproduire à nouveau dans le vieux tonneau qui se trouve dans le jardin de Françoise en Provence. Elles sont arrivées le 19 mars 2017 et sont très vite allées vers le tonneau pour l’inspecter et s’y installer pour la saison 2017.

Liens à consulter :

Fiche Huppe fasciée

Reportage de la reproduction de l’année 2016

Mais cette année, il s'est passé quelque chose au tout début de leur séjour…   

Le couple est arrivé
Le nid est fin prêt

Les huppes préparent le nid en ajoutant de la végétation fraîche (mousse et herbes) sur les débris de l’an passé car le nid n’a pas été nettoyé.

Et deux jours plus tard, c’est la surprise ! Des oiseaux ont ajouté des poils blancs sur la mousse.

Quelques jours plus tard, il y a davantage de poils et un tout petit creux se dessine dans un coin du tonneau.
Puis, on finit par apercevoir un petit œuf dans le nid, à peine trois jours plus tard.
Oeuf =>

Des petits oiseaux ont été observés près du tonneau, mais ils n’ont pas pu être identifiés car trop loin de la maison.
Ils ont très vite disparu du secteur, peut-être chassés par les huppes.

 

Mais finalement, le 10 avril, le couple de huppes commence à nettoyer le tonneau.

L’une des huppes rejette les poils à travers le trou du tonneau. Un petit monticule de poils de couleurs diverses est visible dans l’herbe juste en dessous.

Les œufs sont aussi enlevés et jetés hors du nid. Un seul est intact et sera observé attentivement. Les autres sont cassés sous l’entrée du nid.

Poils =>
Un oeuf est au sol, avec deux touffes de poils, tandis que d'autres sont en suspens à l'entrée du nid. Le ménage est en cours !

Trois jours plus tard, les huppes nettoient toujours le nid. Elles enlèvent aussi la mousse qu’elles avaient déposée au début et la font tomber sur l’herbe sous l’entrée du tonneau. Mais encore une surprise… le tas de poils a disparu des abords du nid, enlevé par une huppe  !

Le ménage a été fait en grand et tout à l’air propre à présent. Plus de poils, plus d’œufs, plus de mousse souillée. Il reste juste le creux du petit nid.

Les poils sont sans doute des poils de chien. Il est vrai que c’est la période de la mue. Peut-être aussi du crin de cheval ou de la laine de mouton.
AVANT
APRES

Le tonneau est donc prêt à recevoir la couvée des huppes dans quelques jours.

Le 14 avril, le mâle a été observé en train de nourrir la femelle qui est à l’intérieur du tonneau. La ponte ne devrait plus tarder.

 

Observation des œufs et des poils rejetés du nid.

Les œufs sont blancs parsemés des petites taches brun orangé sur toute la surface. Un œuf intact a pu être mesuré. Il a une longueur de 2 centimètres pour une largeur de 1,3-1,5 centimètre.

Les intrus ont été décrits comme des oiseaux bruns avec quelques lignes noires sur les ailes. Ils ressemblaient à des Moineaux domestiques. Mais les œufs sont beaucoup trop clairs et ne correspondent pas à cette espèce.

Si vous êtes capables d’identifier ces intrus, merci de nous contacter ici : Contact 
Par avance un grand merci.

-------------------------------------------------------------------------------

A présent, la ponte peut commencer. Le 14 avril, le mâle nourrit la femelle en dehors du tonneau.

Le 16 avril, les huppes se sont accouplées sur une branche près du nid. Celui-ci est propre et prêt à recevoir les oeufs. La femelle pondra un oeuf par jour. Elle sera nourrie par le mâle.
La ponte commence le 18 avril. Les huppes sont bien habituées et laissent la photographe travailler et approcher le nid, ce qu'elle fait avec calme et en silence, en respectant le rythme des oiseaux pour ne pas les déranger.
Le mâle nourrit maintenant la femelle à l'entrée du tonneau. Elle sort peu mais n'est pas toujours présente au moment des photos.
18 avril
19 avril
20 avril
21 avril
22 avril
23 avril
Le mâle chasse toujours pour nourrir la femelle.
Le 7ème oeuf est pondu le 24 avril. En principe, c'est le dernier, mais sait-on jamais... Et en effet, aujourd'hui 25 avril, en voilà un huitième!
La femelle a commencé à couver après le 3ème oeuf pondu. Elle est à présent au nid, toujours nourrie par son partenaire qui reste aux alentours du tonneau.
L'attente commence. A bientôt pour la suite!
24 avril
25 avril
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
Et au matin du 26 avril, c'est la surprise... un 9ème oeuf a été pondu pendant la nuit! Jusqu'où ira-t-elle? Des pontes de 10-12 oeufs ont été observées, donc, attendons la suite.
26 avril
Notre attente a été récompensée! Deux poussins sont nés le 6 mai. Ils sont nus avec juste quelques duvets blancs.
Les poussins sont déjà couverts de duvet blanc et un troisième oeuf a éclos le 7 mai.
La femelle couve toujours les oeufs restants et les poussins déjà nés, tandis que le mâle chasse continuellement pour la petite famille.
Et certains ont faim !!!

Le 8 mai au soir, Françoise découvre 5 poussins duveteux collés les uns aux autres.

Le 9 mai, la femelle veille sur eux. L'un deux est sous elle et les quatre autres réclament leur pitance.

Et inlassablement, le mâle nourrit sa famille.
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
Aspect des poussins le 10 mai.
Le mâle nourrit toujours la famille et la femelle vient parfois le rejoindre sur le tonneau.
Le 12 Mai, il devient difficile de compter les poussins, 6 ou 7 peut-être. Les tubes des plumes apparaissent déjà. Ils grandissent vite et bien!
Désormais, la femelle aide le mâle à nourrir la famille. Ci-dessous, la femelle avec une proie au bout du bec.
HAUT DE PAGE
Aujourd'hui 13 mai, on compte 7 becs. Sur une couvée de 9 oeufs, c'est superbe! Les deux parents les nourrissent. Les oisillons grandissent bien et vite car la nourriture abonde autour du tonneau.
6 mai
7 mai
8 mai
9 mai
10 mai
12 mai
13 mai
Apparence des poussins le 15 mai. Les tubes des plumes sont de plus en plus nets. D'après les observations de Françoise, aujourd'hui, pour la première fois, ils ont "soufflé" quand elle s'est approchée du tonneau.
15 mai

Les poussins sont difficiles à voir séparément, mais sur une photo extraite d'une vidéo, on compte à ce jour 8 becs. Il restera toujours un doute concernant le 9ème oeuf qui a disparu.

Une précision importante: la photographe a remarqué qu'une odeur nauséabonde était bien perceptible quand elle faisait les photos. Ces oiseaux, comme tant d'autres espèces, tirent parti de cette mauvaise odeur provoquée par les divers débris de nourriture et les fientes qui s'accumulent dans le nid, pour tenir les prédateurs à distance.

15 mai
Sur la photo ci-dessous, on voit très bien les plumes de la tête. Les tubes sont très nets.
18 mai
Ils grandissent vraiment très vite. Ils ont déjà la couleur des parents sur la tête!
20 mai
Aujourd'hui, la huppe est bien visible! Les ailes et la queue se dessinent et le bec est plus long.
21 mai
Des changements s'opèrent tous les jours à présent. Les plumes poussent très vite!
22 mai

Sur la photo ci-dessous, nous pouvons voir les fientes des poussins tout le long des parois du tonneau. Les petits dirigent habituellement leurs déjections vers le mur du fond de la cavité de nidification. Il en résulte très vite une odeur très nauséabonde qui envahit le nid. De la même manière, si un poussin meurt, son cadavre n’est pas enlevé du nid (Reportage de la reproduction de l’année 2016). La mauvaise odeur garde les prédateurs éloignés du nid.

22 mai

La femelle enlève régulièrement les déjections des jeunes en les jetant par l’ouverture. Mais plus tard dans le cycle, les oisillons iront normalement d’eux-mêmes se soulager par l’entrée du nid. Ceci est surtout valable pour les nids dont l'entrée est plus grande.
Voici le résultat juste sous le trou d'accès au nid !

HAUT DE PAGE
La photo ci-dessous montre le dernier-né tout à fait à gauche. Par rapport à l'oisillon qui est à sa droite, on voit que les plumes de la queue et des ailes, et même celles de la crête, n'ont pas encore complètement fini leur croissance car les tubes sont apparents.
23 mai
Dernier-né
Le mâle nourrit toujours sa famille, ici avec l'aide de la femelle. Les proies sont très abondantes.
24 mai
Ils grandissent toujours très vite!
25 mai
25 mai
Ils sont presque prêts à partir. Les commissures blanches sont moins étendues (elles permettent aux adultes de mieux visualiser les oisillons dans l'obscurité du nid). Le bec a bien poussé, ainsi que la huppe. Le jeune oiseau est bien emplumé et ne tardera plus à partir.
26 mai
26 mai
Ils sont sept (ou huit) à attendre le signal du départ. Ils s'envoleront par ordre de naissance.
26 mai
HAUT DE PAGE
Le jour suivant, ils ressemblent de plus en plus à leurs parents!
27 mai
Et le 28 mai... Surprise! Un oisillon vient voir à quoi ressemble le jardin où il est né! Quelques duvets blancs persistent sous la crête. Il a longuement humé l'air ambiant, regardé en haut, en bas et en dessous du trou, puis est resté calmement "à la fenêtre" avant de rentrer. Décidément, ce n'est pas encore le bon jour!
28 mai
Sur la photo suivante, nous pouvons observer un comportement agressif de la part de l'oisillon qui semble être le plus âgé. Alerté par un mouvement à l'extérieur du tonneau, il s'est redressé, a gonflé son plumage et déployé sa crête bien formée, avant de souffler fortement et de reprendre sa position initiale.
28 mai
Sur la photo ci-dessous, tout comme sur certaines autres, nous avons constaté que l'oisillon le plus âgé se tenait très souvent près de celui qui doit être le plus jeune car les plumes de sa crête sont moins formées (à droite de l'image). Chercherait-il à le protéger? Serait-ce un comportement d'aîné de la couvée? Des questions sans vraies réponses pour l'instant...
28 mai

Et voilà ci-dessous la couvée au complet. Il reste 7 (ou 8) oisillons sur les 9 oeufs pondus. Apparemment, un petit est mort mais le cadavre semble avoir disparu, tout comme l'oeuf non éclos. Cette fois, la femelle a fait le ménage! Il faut dire que les 7 petits prennent de la place.

Les deux plus jeunes sont au milieu des autres, le second et le troisième à partir de la gauche. Les plumes de la crête sont plus courtes. Toujours une sorte de protection de la part des aînés?

28 mai

Plus jeunes

Plus tard dans la journée du 28, la photographe est surprise de trouver deux têtes à la fenêtre!!!
28 mai
HAUT DE PAGE
Le lendemain 29 mai, la sortie est imminente. La femelle se tient en haut du tonneau tandis qu'un jeune regarde à l'extérieur. Sortira, sortira pas?
29 mai
Ce beau jardin est vraiment attirant...
29 mai
29 mai
29 mai
29 mai
Et voilà! Finalement, ce n'était pas si difficile! Bon, voyons un peu ce qu'il y a là autour...
Attention quand même! Les prédateurs sont à l'affût, mais heureusement, celui-là est trop gros pour entrer car c'est une Pie bavarde.
HAUT DE PAGE
Tout effort mérite des encouragements! Le premier sorti aide le suivant à venir au jardin!
Il faut dire qu'il reste des traces de l'enfance avec quelques touffes de duvet blanc et soyeux. De plus, la lumière du soleil est aveuglante... Vais-je sortir?
Et c'est parti! Quel bonheur... Je vole!!! Vive la liberté!
Encore trois oisillons au nid le 30 mai. A qui le tour à présent?
Pas envie aujourd'hui... Demain sera un autre jour!
L'herbe sent bon et c'est tout doux. Génial!!!
30 mai
30 mai
30 mai
30 mai
30 mai
30 mai
30 mai
30 mai
HAUT DE PAGE
La journée du 30 mai se termine par une mauvaise nouvelle: un oisillon mort a été trouvé près du portail. Il n'a aucune blessure apparente. C'était l'un des aînés de la couvée.
Le 31 mai, les plus jeunes commencent à sortir. Ils sont un peu endormis et attendent la becquée.
30 mai
31 mai
Les jeunes découvrent le jardin et se reposent. Il faut qu'ils s'habituent à la lumière du jour et à un autre décor plus ludique!
31 mai
31 mai
Pendant ce temps, les petits derniers réfléchissent...
31 mai
31 mai
Les autres prennent l'air tranquillement.
31 mai
C'est vraiment un grand jour !!! Même ma huppe s'ouvre bien !
31 mai
31 mai

Le 1er juin à midi, il ne restait plus qu'un poussin dans le nid. Mais le soir, il a été rejoint par un autre et ils vont donc encore dormir dans le tonneau cette nuit.

On voit très bien que le poussin à gauche a les plumes de la queue bien plus courtes que celles de l'autre oisillon à droite. Il lui faudra attendre encore un peu de temps avant de s'envoler.

HAUT DE PAGE
1er juin
Les premiers sortis explorent le jardin et commencent leur nouvelle vie. La femelle perchée sur une branche surveille son monde.
1er juin
1er juin
Un autre s'étire sous l'entrée du tonneau. Ils ont besoin de faire quelques exercices maintenant qu'ils ont de la place.
1er juin
Celui-ci vient rendre visite au plus jeune apparemment !
1er juin
Les jeunes restent au voisinage du nid où ils se sentent peut-être plus en sécurité. Mais la femelle surveille d'en haut.
1er juin
La femelle réprimande l'un des plus petits qui d'ailleurs depuis est retourné au nid !
1er juin
Et le lendemain, nous pouvons voir ce qui a déjà été constaté plus haut: les plus âgés protègent les plus jeunes. Serait-ce une façon d'aider les parents déjà bien occupés à nourrir les autres jeunes huppes ? C'est un comportement qui n'est pas rare chez les oiseaux. En fin d'après-midi, le plus âgé revient au nid pour passer la nuit avec le plus petit.
2 juin
HAUT DE PAGE
Là, un autre juvénile profite du soleil dont il a été privé dans le tonneau.
2 juin
Comme un petit reste d'enfance, un peu de duvet blanc persiste sur la crête.
2 juin
Cette belle histoire se termine tristement par la mort du dernier-né dans la nuit du 2 au 3 juin. Il a été trouvé couché sur le tapis de mousse et de débris accumulés pendant la durée de cette reproduction. Au cours des deux jours précédents, la femelle et un des aînés sont venus régulièrement le voir, et le juvénile a dormi au nid avec lui. Bel exemple d'assistance au sein de la fratrie...
3 juin au matin
Comme pour donner un signe d'espoir, la femelle est revenue se poser sur le tonneau ce matin du 3 juin. La seconde couvée ne tardera peut-être pas. L'an passé, le premier oeuf avait été pondu le 11 juin et le dernier le 17 juin. Souhaitons-leur bonne chance!
3 juin au matin

Récapitulatif reproduction avril/mai 2017

Le couple est arrivé sur les lieux le 19 mars 2017 pour la 4ème année consécutive.  
Après quelques problèmes avec des intrus au tout début, un accouplement a été observé le 16 avril, sans doute précédé par quelques autres.    
La ponte a démarré le 18 avril pour s’achever avec le 9ème œuf le 26 avril.
La femelle est très souvent nourrie par le mâle pendant l’incubation qui a commencé le 20 avril après la ponte du 3ème œuf. Mais elle sort de temps en temps.

Les premières naissances ont eu lieu le 6 mai.
Le 15 mai, 8 poussins étaient présents dans le nid. L’un d’eux a disparu très vite. Il en reste donc 7 vivants.

Le premier envol a eu lieu le 28 mai.
Le cycle s’est terminé le 3 juin au matin.

Il y a eu en tout 9 œufs pondus. L’un d’eux n’a pas éclos et a disparu du nid.
Un poussin a disparu très vite et son cadavre a dû être enlevé du nid car il n’a été visible à aucun moment. Mais les ossements trouvés sont peut-être ses restes.  
L’un des aînés a été trouvé mort dans le jardin 24 heures après sa sortie du nid. Aucune trace ce blessure, pas de sang ni de fracture.
Le dernier né a été trouvé mort dans le nid le 3 juin au matin. Aucune trace non plus.
Et le 5 juin, alors que la femelle vient toujours sur le tonneau, un autre oisillon a été trouvé mort au nid. Probablement l’autre « dernier-né » qui montrait quelques signes de faiblesse avec notamment les yeux mi-clos.

La couvée a donc produit 4 juvéniles actuellement présents dans le jardin. Les parents vont les nourrir encore pendant quelques jours, avant d’entamer sans doute une seconde couvée.

Souhaitons-leur bonne chance !     

HAUT DE PAGE
Mauvaise surprise le 5 juin... Un autre juvénile a été trouvé mort au nid. Plusieurs causes peuvent avoir provoqué sa mort, comme l'ingestion de substances chimiques contenues dans les proies, malnutrition, mauvais temps... Il est revenu mourir là où il était né. Retour à la case départ.
5 juin
Et lorsque Françoise a enlevé le cadavre en remuant un peu les débris du nid, la pièce manquante est apparue. Sans doute les restes du 8ème poussin disparu très vite, à moins que le 9ème oeuf ait finalement éclos et soit passé inaperçu sous les autres oisillons...
7 juin