English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Un grand merci à Françoise Vareille pour cette magnifique observation.
 
Le flash n’a pas été employé pour ces photos. La lumière passant entre les planches du tonneau a été suffisante pour les prises de vue.

Un trou situé en haut sur le couvercle, a permis de faire les photos sans ouvrir et donc, avec un minimum de dérangement pour les oiseaux déjà habitués aux allées et venues autour du tonneau pour l’entretien du jardin.

Le texte a été rédigé par Nicole Bouglouan, d’après les notes et les informations transmises par Françoise Vareille.

Toutes les photos de cette page sont la propriété de Françoise Vareille. 

Ces images sont soumises au droit d'auteur et ne peuvent être utilisées sans l'autorisation expresse du propriétaire.Mentions légales

 

Accueil

Sommaire Observations - Reportages 

 

HAUT DE PAGE

 

Reportage Reproduction Huppe fasciée

Couvée 2017

 

Comme les trois années précédentes, les Huppes fasciées sont arrivées pour se reproduire à nouveau dans le vieux tonneau qui se trouve dans le jardin de Françoise en Provence. Elles sont arrivées le 19 mars 2017 et sont très vite allées vers le tonneau pour l’inspecter et s’y installer pour la saison 2017.

Liens à consulter :

Fiche Huppe fasciée

Reportage de la reproduction de l’année 2016

Mais cette année, il s'est passé quelque chose au tout début de leur séjour…   

Le couple est arrivé
Le nid est fin prêt

Les huppes préparent le nid en ajoutant de la végétation fraîche (mousse et herbes) sur les débris de l’an passé car le nid n’a pas été nettoyé.

Et deux jours plus tard, c’est la surprise ! Des oiseaux ont ajouté des poils blancs sur la mousse.

Quelques jours plus tard, il y a davantage de poils et un tout petit creux se dessine dans un coin du tonneau.
Puis, on finit par apercevoir un petit œuf dans le nid, à peine trois jours plus tard.
Oeuf =>

Des petits oiseaux ont été observés près du tonneau, mais ils n’ont pas pu être identifiés car trop loin de la maison.
Ils ont très vite disparu du secteur, peut-être chassés par les huppes.

 

Mais finalement, le 10 avril, le couple de huppes commence à nettoyer le tonneau.

L’une des huppes rejette les poils à travers le trou du tonneau. Un petit monticule de poils de couleurs diverses est visible dans l’herbe juste en dessous.

Les œufs sont aussi enlevés et jetés hors du nid. Un seul est intact et sera observé attentivement. Les autres sont cassés sous l’entrée du nid.

Poils =>
Un oeuf est au sol, avec deux touffes de poils, tandis que d'autres sont en suspens à l'entrée du nid. Le ménage est en cours !

Trois jours plus tard, les huppes nettoient toujours le nid. Elles enlèvent aussi la mousse qu’elles avaient déposée au début et la font tomber sur l’herbe sous l’entrée du tonneau. Mais encore une surprise… le tas de poils a disparu des abords du nid, enlevé par une huppe  !

Le ménage a été fait en grand et tout à l’air propre à présent. Plus de poils, plus d’œufs, plus de mousse souillée. Il reste juste le creux du petit nid.

Les poils sont sans doute des poils de chien. Il est vrai que c’est la période de la mue. Peut-être aussi du crin de cheval ou de la laine de mouton.
AVANT
APRES

Le tonneau est donc prêt à recevoir la couvée des huppes dans quelques jours.

Le 14 avril, le mâle a été observé en train de nourrir la femelle qui est à l’intérieur du tonneau. La ponte ne devrait plus tarder.

 

Observation des œufs et des poils rejetés du nid.

Les œufs sont blancs parsemés des petites taches brun orangé sur toute la surface. Un œuf intact a pu être mesuré. Il a une longueur de 2 centimètres pour une largeur de 1,3-1,5 centimètre.

Les intrus ont été décrits comme des oiseaux bruns avec quelques lignes noires sur les ailes. Ils ressemblaient à des Moineaux domestiques. Mais les œufs sont beaucoup trop clairs et ne correspondent pas à cette espèce.

Si vous êtes capables d’identifier ces intrus, merci de nous contacter ici : Contact 
Par avance un grand merci.

-------------------------------------------------------------------------------

A présent, la ponte peut commencer. Le 14 avril, le mâle nourrit la femelle en dehors du tonneau.

Le 16 avril, les huppes se sont accouplées sur une branche près du nid. Celui-ci est propre et prêt à recevoir les oeufs. La femelle pondra un oeuf par jour. Elle sera nourrie par le mâle.
La ponte commence le 18 avril. Les huppes sont bien habituées et laissent la photographe travailler et approcher le nid, ce qu'elle fait avec calme et en silence, en respectant le rythme des oiseaux pour ne pas les déranger.
Le mâle nourrit maintenant la femelle à l'entrée du tonneau. Elle sort peu mais n'est pas toujours présente au moment des photos.
18 avril
19 avril
20 avril
21 avril
22 avril
23 avril
Le mâle chasse toujours pour nourrir la femelle.
Le 7ème oeuf est pondu le 24 avril. En principe, c'est le dernier, mais sait-on jamais... Et en effet, aujourd'hui 25 avril, en voilà un huitième!
La femelle a commencé à couver après le 3ème oeuf pondu. Elle est à présent au nid, toujours nourrie par son partenaire qui reste aux alentours du tonneau.
L'attente commence. A bientôt pour la suite!
24 avril
25 avril
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
Et au matin du 26 avril, c'est la surprise... un 9ème oeuf a été pondu pendant la nuit! Jusqu'où ira-t-elle? Des pontes de 10-12 oeufs ont été observées, donc, attendons la suite.
26 avril
Notre attente a été récompensée! Deux poussins sont nés le 6 mai. Ils sont nus avec juste quelques duvets blancs.
Les poussins sont déjà couverts de duvet blanc et un troisième oeuf a éclos le 7 mai.
La femelle couve toujours les oeufs restants et les poussins déjà nés, tandis que le mâle chasse continuellement pour la petite famille.
A SUIVRE...
Et certains ont faim !!!

Le 8 mai au soir, Françoise découvre 5 poussins duveteux collés les uns aux autres.

Le 9 mai, la femelle veille sur eux. L'un deux est sous elle et les quatre autres réclament leur pitance.

Et inlassablement, le mâle nourrit sa famille.
HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE
Aspect des poussins le 10 mai.
Le mâle nourrit toujours la famille et la femelle vient parfois le rejoindre sur le tonneau.
Le 12 Mai, il devient difficile de compter les poussins, 6 ou 7 peut-être. Les tubes des plumes apparaissent déjà. Ils grandissent vite et bien!
Désormais, la femelle aide le mâle à nourrir la famille. Ci-dessous, la femelle avec une proie au bout du bec.
HAUT DE PAGE
Aujourd'hui 13 mai, on compte 7 becs. Sur une couvée de 9 oeufs, c'est superbe! Les deux parents les nourrissent. Les oisillons grandissent bien et vite car la nourriture abonde autour du tonneau.
6 mai
7 mai
8 mai
9 mai
10 mai
12 mai
13 mai
Apparence des poussins le 15 mai. Les tubes des plumes sont de plus en plus nets. D'après les observations de Françoise, aujourd'hui, pour la première fois, ils ont "soufflé" quand elle s'est approchée du tonneau.
15 mai

Les poussins sont difficiles à voir séparément, mais sur une photo extraite d'une vidéo, on compte à ce jour 8 becs!

Une précision importante: la photographe a remarqué qu'une odeur nauséabonde était bien perceptible quand elle faisait les photos. Ces oiseaux, comme tant d'autres espèces, tirent parti de cette mauvaise odeur provoquée par les divers débris de nourriture et les fientes qui s'accumulent dans le nid, pour tenir les prédateurs à distance.

15 mai
Sur la photo ci-dessous, on voit très bien les plumes de la tête. Les tubes sont très nets.
18 mai
Ils grandissent vraiment très vite. Ils ont déjà la couleur des parents sur la tête!
20 mai
Aujourd'hui, la huppe est bien visible! Les ailes et la queue se dessinent et le bec est plus long.
21 mai
Des changements s'opèrent tous les jours à présent. Les plumes poussent très vite!
22 mai

Sur la photo ci-dessous, nous pouvons voir les fientes des poussins tout le long des parois du tonneau. Les petits dirigent habituellement leurs déjections vers le mur du fond de la cavité de nidification. Il en résulte très vite une odeur très nauséabonde qui envahit le nid. De la même manière, si un poussin meurt, son cadavre n’est pas enlevé du nid (Reportage de la reproduction de l’année 2016). La mauvaise odeur garde les prédateurs éloignés du nid.

22 mai

La femelle enlève régulièrement les déjections des jeunes en les jetant par l’ouverture. Mais plus tard dans le cycle, les oisillons iront d’eux-mêmes se soulager par l’entrée du nid.
Voici le résultat juste sous le trou d'accès au nid !

HAUT DE PAGE
La photo ci-dessous montre le dernier-né tout à fait à gauche. Par rapport à l'oisillon qui est à sa droite, on voit que les plumes de la queue et des ailes, et même celles de la crête, n'ont pas encore complètement fini leur croissance car les tubes sont apparents.
23 mai
Dernier-né
Le mâle nourrit toujours sa famille, avec l'aide de la femelle. Les proies sont très abondantes.
24 mai