English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Tisserin sakalave
Ang: Sakalava Weaver
All: Sakalavaweber
Esp: Tejedor Sakalava
Ita: Tessitore sakalava:
Nd: Sakalavawever
Sd: sakalavavävare
Mal: Draky, Fodibeotse, Fodisahy, Tsiaka, Zaky

Photographes:

John Anderson 
John Anderson Photo Galleries

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Sakalava Weaver (Ploceus sakalava) nesting association with raptors: An alternative hypothesis

Weaver watch - Monitoring the Weavers of the World

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Tisserin sakalave
Ploceus sakalava

Ordre des Passériformes – Famille des Plocéidés

INTRODUCTION :
Le Tisserin sakalave est endémique de Madagascar où il est présent dans le nord, l’ouest, le sud-ouest et le sud de l’île. Il fréquente souvent les espaces ouverts, les zones épineuses et les forêts sèches plantées de feuillus. Deux sous-espèces partagent la distribution.
Comme la majeure partie des Plocéidés, il nidifie en colonies dans de grands arbres, souvent près des villages, et les deux adultes construisent un nid pendulaire typique et partagent les tâches liées à la nidification.
Le Tisserin sakalave est commun dans sa distribution. Il est généralement protégé par les populations locales car la tradition dit qu’il porte bonheur là où il fait son nid.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures : 
Longueur : 15 cm
Poids : 20-28 gr

Le Tisserin sakalave adulte mâle en plumage nuptial a la tête jaune jusqu’à la partie supérieure de la poitrine. Sur les parties supérieures, le manteau et les scapulaires ont des plumes gris-brun avec des centres plus foncés. En plumage frais, les liserés sont plus clairs. Le croupion est gris.
Sur le dessus des ailes brun foncé, les tertiaires et les grandes couvertures ont des bordures larges chamois clair, tandis que les couvertures moyennes ont des extrémités blanc chamoisé qui forment une barre alaire étroite. Les rémiges ont des liserés clairs étroits. La queue est brun foncé avec des liserés clairs sur les rectrices. 
Sur les parties inférieures, le bas de la poitrine, l’abdomen et les flancs sont gris, mais les couvertures sous-caudales sont d’un blanc terne.
Le bec épais est bleu-gris. Les yeux sont d’un brun profond, entourés d’un cercle oculaire de peau nue rougeâtre. Les pattes et les doigts sont couleur chair.   

Le mâle en plumage non-nuptial a la tête grise, le cercle oculaire est rose pâle et le bec est gris clair.

Le Tisserin sakalave adulte femelle a la tête grise mais les lores sont plus clairs, plutôt chamois grisâtre. Les joues et le long sourcil sont roux et la double rayure malaire est grise et roussâtre.
La femelle a les parties inférieures plus claires que le mâle, avec la gorge et les couvertures sous-caudales blanchâtres, et un peu de chamois sur les côtés du corps.

Le juvénile ressemble à la femelle mais il a la tête plus claire et le bec couleur corne pâle.   

Femelle

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Tisserin sakalave a deux sous-espèces.
P.s. sakalava se trouve dans le nord et l’ouest de Madagascar.
P.s. minor est présent dans le sud-ouest et le sud de l’ile.
Les deux races sont très semblables, mais la race P.s. minor est plus petite que la race nominale.

HABITAT :  
Le Tisserin sakalave  est commun dans les zones sèches du nord, du sud et de l’ouest, et il fréquente aussi les habitats nettoyés et transformés par les hommes. Il est également présent dans les cultures et les pousses secondaires, ainsi que dans les broussailles épineuses et les forêts sèches plantées de feuillus.
L’espèce est généralement visible en dessous de 700 mètres, mais quelquefois jusqu’à 1000 mètres d’altitude.     

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Tisserin sakalave émet un chant court et haut-perché pendant une à deux secondes quand il est en suspend sous son nid. Plusieurs oiseaux reprennent souvent ce chant en chœur aux colonies. Ce chant alterne avec des notes plus basses « chep », « chup » ou « chrrrk ». Il produit également un bourdonnement « chee-chee-chee-chee… » parfois plus rapide.
Lorsqu’il est en vol, il émet des « chert-chert » ou « chep-chep » courts aussi utilisés en guise de contact. Mais le cri typique émis en vol est « treeyoo ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Tisserin sakalave est principalement granivore et se nourrit de petites graines et de riz. Il consomme aussi des insectes et des araignées, en particulier pendant la nidification  lorsqu’il nourrit ses poussins. Mais il capture régulièrement des insectes tout au long de l’année. Il consomme aussi les fleurs des plantes succulentes du genre Alluaudia, endémiques de Madagascar.

Les insectes sont capturés sur les branches des arbres. Le riz est consommé dans les villages et il s’agit surtout de résidus de riz.
Il se joint à des groupes qui se nourrissent sur le sol en dehors de la saison de reproduction, mais il est également vu seul.

Le Tisserin sakalave nidifie en colonies, établies depuis plusieurs années et régulièrement réutilisées.
Les parades nuptiales sont mal connues. Le mâle courtise fréquemment n’importe quelle femelle qui passe, même lorsqu’il est en train de nourrir ses petits.
Les parades du mâle comprennent des frémissements d'ailes ou bien les ailes sont tombantes lorsqu’il s’approche d’une femelle. Il apporte parfois des matériaux qui sont déposés à l’entrée du nid. La femelle s’échappe souvent à l’intérieur du nid, mais le mâle s’aventure rarement dans la structure suspendue. Lorsque le nid est presque terminé, la femelle sautille vers le mâle qui fait vibrer ses ailes, et elle sollicite l’accouplement. La majorité de ces oiseaux est monogame, mais quelques mâles peuvent être polygames.

Le Tisserin sakalave n’effectue probablement que des déplacements locaux lorsqu’il quitte la colonie après la reproduction.
Le vol est rapide avec des battements peu profonds.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction est étroitement associée aux pluies, et a lieu en septembre/octobre dans le nord, et entre novembre et avril dans l’ouest de Madagascar. Elle a lieu généralement de façon irrégulière à partir de début août jusqu’à fin décembre dans les régions plus arides du sud-ouest de l’ile.  
Le Tisserin sakalave nidifie en colonies qui peuvent abriter de 10 à 120 nids, et jusqu’à 40 nids peuvent se trouver sur un seul arbre.
Les deux adultes participent à sa construction. C’est une structure en forme de cornue avec une entrée qui s’étend en un tunnel de 17 à 40 centimètres de longueur. Le nid est fait avec des herbes entrelacées, des tiges et des morceaux de feuilles de palmiers. L’intérieur est tapissé de fibres végétales douces.

Le nid est situé à une hauteur variant de 2 à 25 mètres au-dessus du sol, souvent dans un arbre (palmier ou baobab). Il peut être attaché à des rameaux ou suspendu par une sorte de corde courte faite d’herbes entrelacées. Il est quelquefois construit sous un grand nid de Corvidés ou de rapaces, mais aussi en suspend sous les toits de chaume dans les villages. Pendant la saison de reproduction, le mâle dort dans un nid inoccupé tandis que la femelle reste avec la couvée.

La femelle dépose 2-4 œufs bleu verdâtre avec des petites taches clairsemées. Elle incube seule, mais la durée de l’incubation n’est pas connue. Les poussins sont nourris par les deux parents avec des insectes et des araignées. La durée de la période au nid est inconnue.
Les nids sont souvent attaqués par le Gymnogène de Madagascar et par les lémurs.  

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Tisserin sakalave est commun à travers la majeure partie de la distribution. Il est protégé par les traditions locales qui voient en lui un porte-bonheur lorsqu’il nidifie dans les villages.
La taille de la population n’est pas connue, mais actuellement, le Tisserin sakalave n’est pas globalement menacé.