English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Quiscale rouilleux
Ang: Rusty Blackbird 
All: Roststärling
Esp: Zanate Canadiense
Ita: Gracchio della Carolina
Nd: Zwarte Troepiaal
Sd: myrtrupial

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Ken Havard
My Bird Gallery & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

NEW WORLD BLACKBIRDS – THE ICTERIDS by Alvaro Jaramillo and Peter Burke – Helm - ISBN: 0713643331

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

All About Birds

Audubon

International Rusty Blackbird Working Group

Boreal Songbird Initiative

Bird Web (Seattle Audubon Society)  

Tennessee Wildlife Resources Agency

Species Conservation Profile

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Ictéridés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Quiscale rouilleux
Euphagus carolinus

Ordre des Passériformes – Famille des Ictéridés

INTRODUCTION :
Le Quiscale rouilleux est une espèce Nord-Américaine qui fréquente généralement des habitats humides, souvent des forêts humides dans lesquelles il se reproduit depuis le nord-ouest de l’Alaska jusqu’à l’extrême nord-est des Etats-Unis, et des marécages sur ses zones d’hivernage dans le sud-est des Etats-Unis. Deux sous-espèces partagent cette distribution.
Il se nourrit d’insectes en été, et plutôt de graines, de glands et de baies en hiver. Il nidifie dans une structure volumineuse placée dans un arbre ou un arbuste, habituellement près de l’eau.  
La population décline car l’espèce est affectée par la perte de l’habitat, causée par la dégradation des zones humides boisées qu’elle affectionne tout particulièrement. Le Quiscale rouilleux est actuellement classé Vulnérable.   

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : M : 23 cm – F : 21 cm
Envergure : 33-38 cm
Poids : M : 46-80 gr – F : 47-76,5 gr    

En plumage nuptial, le Quiscale rouilleux mâle adulte de la race nominale a le plumage noir dans l’ensemble, avec de légers reflets verdâtres.
Le bec pointu est noir. Les yeux sont d’un jaune profond. Les pattes et les doigts sont noirs.  

En plumage d’hiver, les plumes présentent des larges liserés clairs. La calotte, la nuque et les parotiques sont brun-roux. Le sourcil est brun chamoisé.   
Les parties inférieures sont brun chamoisé et paraissent barrées de noir. Les ailes, le croupion et la queue sont noirs. Sur les ailes, les tertiaires ont des liserés roux.

Le Quiscale rouilleux femelle adulte en plumage nuptial a le plumage gris ardoisé, mais plus foncé sur le dessus avec des reflets vert bleuâtre. Les parties nues sont identiques à celles du mâle.
En plumage usé à l’automne, la couleur gris ardoisé est moins uniforme, et les plumes irisées sont surtout visibles sur les couvertures sus-alaires. 

En hiver, la femelle ressemble au mâle mais les liserés des plumes sont plutôt cannelle, tandis que le croupion et les parties inférieures sont barrés de gris ardoisé. Les lores et les parotiques sont roussâtres tandis que le sourcil est chamois clair.    

Le juvénile a le plumage grisâtre terne. Le dos et la gorge sont teintés de brun. Sur les ailes, les plumes ont d’étroits liserés brun clair. Les yeux sont sombres au début, mais ils deviennent vite jaune pâle.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :     
Le Quiscale rouilleux a deux sous-espèces.
E.c. carolinus (décrit plus haut) se reproduit dans le sud de la toundra depuis le nord-ouest de l’Alaska, vers l’est au Canada depuis les Territoires du Nord-Ouest jusqu’au Labrador, et vers le sud jusqu’à l’extrême nord-est des Etats-Unis.
Il migre ensuite pour hiverner dans l’est des Etats-Unis.

E.c. nigrans se reproduit dans le sud-est du Canada (Terre-Neuve, Nouvelle Ecosse et Nouveau-Brunswick).
Il migre pour hiverner dans l’est des Etats-Unis.
Cette race ressemble à la race nominale, mais le mâle a plutôt des reflets bleuâtres et non verdâtres et la femelle est d’un gris plus foncé.

HABITAT :       
Le Quiscale rouilleux fréquente souvent les zones d’eaux peu profondes toute l’année. Il se reproduit dans les habitats humides comme les marais, les tourbières, les étangs et sur les rivages, aussi bien dans les forêts de conifères que dans les forêts mixtes.
Pendant l’hiver, il fréquente les zones humides boisées, les marécages et leurs lisières humides, mais il est également présent dans les pâturages ouverts et les champs cultivés.   
Au cours des migrations, il peut être observé dans les forêts inondées, les champs humides, au bord des étangs et des lacs, et même dans les fossés au bord des routes.
Il dort habituellement dans des zones humides et boisées.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Quiscale rouilleux a pour cri habituel un « chuck » doux. Lorsqu’il se sent menacé, il émet un « chip » et parfois une sorte de sifflement.   
Le chant du mâle est un son à la fois doux, grinçant et ascendant ainsi décrit : « kush-a-lee » ou « chuck-la-weeeee » ou encore « conk-ee ».  
Son autre chant n’est pas de tonalité ascendante. Il commence par deux ou trois notes musicales suivies d’une note plus longue et plus dure. 
Le chant de la femelle n’a pas été vraiment décrit, mais elle chante sur les aires de reproduction, généralement pour répondre au chant de son partenaire.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :    
Le Quiscale rouilleux se nourrit principalement d’insectes, de graines et de baies en fonction des saisons.
Le régime insectivore comprend surtout des espèces aquatiques comme les trichoptères, les éphémères, les libellules et les coléoptères aquatiques. Mais il consomme aussi des insectes terrestres, en particulier des sauterelles et autres espèces. Mais son régime comprend également des escargots, des crustacés, des petits poissons et des petites salamandres, capturés près des zones humides. Pendant l’hiver, les graines, les glands et quelques baies sont consommés.

Le Quiscale rouilleux peut parfois devenir un prédateur agressif. Il a été observé dans des circonstances particulières (manque de nourriture à cause de la neige par exemple) en train de poursuivre et de tuer des petits passereaux, et même des oiseaux plus grands comme la Bécassine des marais dont il ne consomme généralement que la cervelle.

Le Quiscale rouilleux se nourrit en pataugeant dans l’eau peu profonde ou en marchant sur le sol humide, seul ou en groupes. Mais il lui arrive aussi de se joindre à des troupes de diverses espèces d’Ictéridés dans les champs secs.  

Le mâle parade pendant la saison de reproduction. Il chante avec le bec tendu vers le haut et la queue déployée. En revanche, les ailes sont tombantes et fermées. La queue est agitée vers le haut quand le mâle émet son cri « chuck ».
Afin de répondre à son partenaire, la femelle chante depuis le nid.
L’espèce est monogame. Le mâle défend le territoire en chantant.    

Le Quiscale rouilleux est migrateur et se déplace pendant la journée. Il quitte les aires de reproduction en août-septembre et arrive sur les aires d’hivernage en octobre-novembre où il reste jusqu’en février.
La migration de retour a lieu à partir de la mi-février. Il atteint le sud des zones de nidification en mars, et le nord plutôt en mai-juin.
L’espèce a été observée dans l'Extrême-Orient russe, sur les îles de la Mer de Béring et au Groenland. Il est parfois observé dans le nord de la Californie.  

Le vol du Quiscale rouilleux est vigoureux et direct, avec des battements profonds et rapides.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu d’avril-mai à juillet. L’espèce ne produit qu’une seule couvée par saison.
Le Quiscale rouilleux peut parfois se reproduire en petites colonies clairsemées, mais plus généralement en couple isolé.
Le nid est construit par la femelle dans un conifère ou un arbuste au bord de l’eau, entre 50 cm et 6 mètres au-dessus du sol, bien caché dans la végétation épaisse.
La coupe ouverte et volumineuse est faite de brindilles, d’herbes et de lichens du genre Usnea. Les matériaux sont cimentés avec de la végétation humide et pourrissante qui finit par sécher. L’intérieur de la coupe est tapissé d’herbe.

La femelle dépose 3-5 œufs bleu-vert pâle tachetés de brun et de gris. Elle incube seule pendant environ deux semaines, période pendant laquelle elle est nourrie par le mâle sur un perchoir à découvert. Elle effectue alors les battements d’ailes typiques de la demande de nourriture.
Les poussins sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid au bout de 12-14 jours après l’éclosion.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :            
Le Quiscale rouilleux est menacé par la perte de l’habitat causée par la dégradation des zones humides dans les forêts boréales au sud de la distribution, mais aussi par les changements provoqués par le réchauffement climatique. La perte de l’habitat forestier boréal et des zones humides arborées dans le sud-est des Etats-Unis représente aussi une menace importante.  
La population est grossièrement estimée à 158 000/2 000 000 d’individus, mais cette estimation est très incertaine.
Cette population décline lentement et le Quiscale rouilleux est actuellement classé en tant qu’espèce Vulnérable.