English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Foudi des Seychelles
Ang: Seychelles Fody
All: Seychellenweber
Esp: Fodi de Seychelles
Ita: Fody delle Seychelles
Nd: Seychellenwever
Sd: seychellfody

Photographe:

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

Birds of Seychelles – By Adrian Skerrett and Tony Disley – Editeur: A&C Black, 2013 – ISBN: 140818124X, 9781408181249 – 176 pages

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive
 
Wikipedia, the free encyclopaedia

ARKive (Christopher Parsons)

Nature Seychelles

Aqua-Firma – Water – Wilderness – Wildlife

EOL Encyclopedia of Life

Observations on the breeding biology of the Seychelles Fody on Cousine Island

Hybridization between Madagascan Red Fody Foudia madagascariensis and Seychelles Fody Foudia sechellarum on Aride Island, Seychelles by ROBERT S. LUCKING

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches 

 

Foudi des Seychelles
Foudia sechellarum

Ordre des Passériformes – Famille des Plocéidés

INTRODUCTION :
Le Foudi des Seychelles est endémique de ces îles où il fréquente les forêts et les plantations. Il est présent sur plusieurs îles après des programmes d’introduction et de réintroduction afin de préserver l’espèce.
Il a un plumage assez terne mais en revanche, il est très loquace et ne passe pas inaperçu lorsqu’il se nourrit en groupe sur le sol près des maisons.
Le Foudi des Seychelles a une distribution restreinte et une petite population, mais les programmes de conservation ont permis une augmentation lente mais continuelle des effectifs. L’espèce est actuellement Quasi Menacée.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :   
Quelques mesures :  
Longueur : 12 cm
Poids : 15-19 gr

Le Foudi des Seychelles mâle adulte en plumage nuptial a le dessus vert olive et le dessous plus pâle. Les plumes du manteau et du dos ont des tubes sombres, tandis que le dessus des ailes et la queue sont vert olive. Les rémiges sont bordées de jaunâtre pâle.
Les parties inférieures sont gris olive clair.

Sur la tête, le mâle a le front, le centre de la calotte, le menton et la gorge jaune terne, tandis que les joues et les couvertures auriculaires sont gris olive. La nuque en revanche est vert olive.
Le bec robuste est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bruns.   

Le mâle non-nuptial et la femelle ont la calotte et le front brun olive. Le menton et la gorge sont chamois clair. Le bec est plus clair.

Le juvénile ressemble à la femelle, mais les couvertures alaires ont des liserés chamoisés. Le plumage est plus uniformément coloré dans l’ensemble. Le bec est brun clair.

Non-nuptial

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Foudi des Seychelles se trouve sur les Iles Cousin, Cousine et Frégate. L’espèce a été réintroduite sur Aride dans l’archipel des Seychelles.
L’espèce a également été introduite sur l’Ile d’Arros dans le groupe des Iles Amirante, et sur Denis.  

HABITAT :  
Le Foudi des Seychelles fréquente généralement les forêts. Cependant, l’espèce s’est adaptée à d’autres types d’habitats comme les plantations de cocotiers et les jardins.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Foudi des Seychelles a pour nom local « toktok » dérivé de ses cris typiques « tok-tok-tok ». Ces cris sont émis plus rapidement lorsque l’oiseau se sent menacé, et un « tchr » plus haut-perché est également émis.
Tandis qu’ils se nourrissent en groupe, les oiseaux produisent une seule note « tok » entre de longue pauses.
Les deux sexes chantent mais surtout le mâle. Le chant comprend une seule note haut-perché avec des pauses devenant progressivement plus courtes, générant des séries de notes hautes et continues.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Foudi des Seychelles se nourrit principalement d’insectes, d’araignées et autres arthropodes, mais il consomme aussi des fruits, du nectar et des graines.
Il lui arrive parfois de s’attaquer aux œufs de la Gygis blanche, bien connue pour pondre son œuf directement sur une branche. Le Foudi des Seychelles fait alors tomber l’œuf sur le sol pour le casser et pour ensuite le consommer.
Les insectes comprennent des punaises, des coléoptères et des fourmis, capturés sur la végétation.
Il peut être observé en groupe en train de se nourrir sur le sol autour des habitations tout en chantant. Cette espèce agite ses ailes nerveusement presque en permanence.  

Le Foudi des Seychelles est monogame, et les deux partenaires partagent les tâches liées à la reproduction. Ils défendent leur territoire tout au long de l’année.
D’après des observations, le mâle parade en face de la femelle en se tenant bien droit sur ses pattes tout en battant ses ailes relevées. La femelle répond en s’accroupissant le long de la branche en face du mâle, avec le bec ouvert et pointé vers le ciel. La sollicitation pour l’accouplement décrit la femelle étendant ses ailes face au mâle. Mais ces parades restent encore mal comprises.

Le Foudi des Seychelles est résident.
Il a un vol direct pendant lequel il paraît compact car la queue dépasse à peine.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le Foudi des Seychelles s’hybride parfois avec le Foudi rouge. L’hybride ressemble au Foudi des Seychelles mais il a la tête rouge vif, orange ou jaune, avec quelquefois une bande noire en travers de l’œil.

La saison de reproduction a lieu entre mai et septembre. En tant qu’espèce monogame, les deux partenaires restent ensemble pendant plusieurs saisons consécutives. Cependant, certaines observations semblent indiquer une possibilité de reproduction communautaire.

Le nid volumineux est construit par les deux oiseaux, mais surtout par le mâle. C’est une structure surmontée d’un dôme avec une entrée latérale. Il est fait avec des fibres de palmes, des herbes, des brindilles et des vrilles végétales. Seule la chambre d’incubation a le sol tapissé. Le nid n’est pas suspendu mais supporté par des brindilles. Il est situé entre 2 et 25 mètres de hauteur dans un arbre.

La femelle dépose 1-2 œufs blancs et incube seule pendant deux semaines. Les deux adultes nourrissent les poussins soit par régurgitation, soit avec des insectes donnés avec le bec.
Les parents se partagent la couvée, le mâle s’occupant du jeune mâle et la femelle de la jeune femelle. S’il ne reste qu’un seul jeune, c’est la femelle qui le prend en charge. Les jeunes dépendent des adultes pendant environ trois mois.
Le Martin triste peut parfois prendre les œufs du foudi.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Foudi des Seychelles est confiné sur quelques îles des Seychelles. Le déclin de la population a été causé par la perte de l’habitat et les persécutions, à l’époque où cette espèce était considérée comme un parasite des récoltes. Mais aujourd’hui, la compétition et la prédation par les espèces introduites comme les chats et les rats représentent une menace importante.
La population globale est estimée à 3500 individus, soit environ 2300 individus matures. Elle augmente lentement mais continuellement grâce aux programmes de conservation et aux introductions.
Mais actuellement, le Foudi des Seychelles est classé comme étant Quasi Menacé.