English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Cape Gannet
All : Kaptölpel
Esp : Alcatraz de El Cabo
Ital : Sula del Capo
Nd: Kaapse Jan-van-gent
Sd: Kapsula
Afrikaans: Witmalgas

Photographes:

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

ROBERTS BIRDS OF SOUTH AFRICA by G. R. Mc Lachlan and R. Liversidge – The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fuund – ISBN: 0620031182

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page famille Sulidés

Sommaire fiches      

 

Fou du Cap
Morus capensis

Ordre des Suliformes – Famille des Sulidés

QUELQUES MESURES :
L : 85-90 cm
Poids : 2600 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Fou du Cap est un grand oiseau marin qui se reproduit sur les iles au large des côtes Sud-Africaines. Il appartient au genre « Morus » comme le Fou de Bassan et le Fou austral

Le Fou du Cap est très semblable aux deux autres fous du genre Morus. Il a le plumage blanc dans l’ensemble, excepté les rémiges primaires et secondaires et la queue qui sont noires. La tête et l’arrière du cou sont jaune doré, mais la ligne gulaire noire est plus longue que chez les deux autres espèces, mesurant environ 15 cm sur le devant du cou.
Sur la face, la peau nue autour des yeux et sur les lores est noire, s’étendant jusqu’à la base inférieure du bec et rejoignant la ligne gulaire.
Le bec fort est bleu clair. Les yeux sont blancs, entourés d’un cercle oculaire de peau nue bleue. Les pattes et les pieds palmés sont noirs, mais les doigts sont plutôt blanc verdâtre pâle.    
Les couleurs peuvent être légèrement plus ternes en dehors de la saison nuptiale.
Les deux sexes sont semblables.

Le juvénile est brun avec des taches blanches.
L’immature a le corps blanc avec le dessus brun foncé. Il obtient petit à petit le plumage blanc des adultes. Juvéniles et immatures diffèrent des autres jeunes fous du genre Morus par la longue ligne gulaire noire. Ils peuvent se reproduire à l’âge de 3 ou 4 ans.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Fou du Cap est bruyant à la colonie et lorsqu’ils se nourrissent en groupes en mer. Ils lancent des « warra-warra-warra… » rauques, sonores et répétés.

HABITAT : 
Le Fou du Cap comme les autres Sulidés, est strictement marin, et passe son temps à errer continuellement au-dessus de la plateforme continentale.
On peut le voir sur les iles plates au large des côtes où il se reproduit en immenses colonies bruyantes. 

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Fou du Cap se reproduit le long des côtes d’Afrique du Sud et de Namibie.
Il hiverne le long de ces mêmes côtes, depuis le Golfe de Guinée jusqu’au Mozambique, et exceptionnellement jusqu’au Kenya.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Fou du Cap se nourrit de poissons et de céphalopodes tels que Sardinops ocellata, Engraulis capensis et Scomberesox saurus, qui représentent environ 90% de son régime. Mais d’autres espèces sont également consommées.
Comme les autres fous, il plonge d’environ 20-30 mètres de hauteur pour capturer ses proies sous l’eau. Les chalutiers sont souvent accompagnés de grandes bandes qui profitent des restes de pêche, et ils suivent aussi le parcours des sardines le long de la côte Est chaque année en juin-juillet.

Le Fou du Cap est grégaire et a une vie sociale intense. Ils nidifient en énormes colonies où les nids sont très près les uns des autres.
De nombreuses parades rituelles sont utilisées. On peut ainsi voir de fréquents mouvements saccadés de la tête en guise de communication, des courbettes et des becs bien dirigés dans les parades de menace, et des cérémonies d’accueil quand un adulte revient au nid. D’autres postures indiquent qu’un oiseau à l’intention de se déplacer autour de son territoire ou de s’éloigner de son ou sa partenaire, ce qui entraine des positions avec le bec pointé vers le ciel.

Chez le Fou du Cap, les liens du couple durent toute la vie. Les deux partenaires retournent chaque année sur le site du nid après de longs mois passés en mer. Les parades peuvent durer plusieurs semaines avant le début de la ponte.

Le Fou du Cap adulte reste habituellement dans les eaux voisines des zones de nidification, au maximum à 500 km au large, après la reproduction. Les jeunes en revanche, migrent vers le nord jusqu’au Golfe de Guinée, et quelques-uns vont au large du Mozambique.   

VOL :  
Le Fou du Cap effectue des glissés fréquents en décrivant un arc et en redescendant ensuite. Il plonge d’une certaine hauteur pour pêcher.
Les ailes apparaissent pointues et étroites, et la tête est tendue vers l’avant. Les mouvements des ailes sont rigides.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre septembre et avril.
Le Fou du Cap nidifie sur des sols plats ou sur des pentes légères en terrain découvert sur des iles au large des côtes. Il nidifie en immenses colonies où les nids sont très proches les uns des autres, ce qui entraine souvent des disputes agressives entre voisins, et qui peuvent même être assez violentes.
Le nid est un amas de guano et de débris de végétation cimentés avec des déjections. Au milieu se trouve une dépression, et l’ensemble à la forme d’un cône creux.

La femelle dépose un seul œuf, rarement deux, sur le sol nu. L’incubation par les deux parents est faite à l’aide des grands pieds palmés, et dure environ 44 jours. Le poussin a la peau noirâtre couverte de duvet blanc. Il est emplumé au bout de 12 à 16 semaines après la naissance. Il prend la nourriture directement dans la bouche des adultes. 

ALIMENTATION :
Le Fou du Cap se nourrit de plusieurs espèces de poissons et de céphalopodes. Il plonge d’une certaine hauteur dans l’eau pour capturer ses proies.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Fou du Cap a ses aires de reproduction restreintes à six iles. La surpêche par les humains réduit aussi le nombre des proies. La pollution par les hydrocarbures reste une menace réelle pour ces oiseaux strictement marins.
Pour ces raisons, l’espèce est considérée comme étant Vulnérable par Birdlife International.