English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
La population du Bruant auréole décline rapidement, principalement causée par le piégeage pendant les migrations, en particulier sur les aires d’hivernage.
Les groupes qui dorment dans les roselières sont dérangés pour ensuite être pris dans des filets. Ils sont alors cuisinés et vendus dans une petite zone du sud de la Chine. Mais cette pratique s’est largement répandue. Plusieurs milliers d’individus étaient capturés pour le festival de la gastronomie, mais cette pratique a été bannie en 1997. Cependant, un marché noir concernant ces oiseaux persiste toujours et un nombre hallucinant d’oiseaux est vendu chaque année, autour de 10 000 oiseaux par jour.
Cette espèce reste une friandise dans le sud de la Chine, au Cambodge et au Népal. De plus, des milliers de mâles sont piégés et vendus en tant que mascottes car leur présence pourrait apporter le bonheur.

La dégradation et la modification de l’habitat entraîne des déclins aussi bien sur les aires de reproduction que celles d’hivernage. L’usage de pesticides et les changements dans les pratiques agricoles depuis les années 1980 au Népal ont aussi causé des déclins.

La population nicheuse Européenne a été estimée à 60 000/300 000 individus en 2004. L’Europe forme 25/49% de la distribution globale. Aujourd’hui, la population Européenne a été estimée à 120/600 individus matures en 2015.

Le Bruant auréole est actuellement classé en tant qu’espèce En Danger Critique d’Extinction et des mesures de conservation sont nécessaires.           

Fr: Bruant auréole
Ang: Yellow-breasted Bunting
All: Weidenammer
Esp: Escribano Aureolado
Ita: Zigolo dal collare
Nd: Wilgengors
Sd: gyllensparv

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux
 
Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

A Field Guide to the Birds of South-East Asia by Craig Robson. New Holland Publishers. ISBN: 9781780090498

Buntings and Sparrows Par Clive Byers, Urban Olsson, Jon Curson – Editeur: A&C Black, 2013 – ISBN: 1408189062, 9781408189061 – 264 pages

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

BirdsRussia Save birds for future generations 

Farewell to a songbird?

World Migratory Bird Day (WMBD)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

Thai National Parks

Birds.kz

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Emberizidés

Page Passeriformes

Sommaire fiches

 

Bruant auréole
Emberiza aureola

Ordre des Passériformes – Famille des Embérizidés

INTRODUCTION :
Le Bruant auréole est une espèce de la famille des Embérizidés qui se reproduit dans une grande partie nord de l’Europe et hiverne dans le sud et le sud-est de l’Asie et dans le nord du subcontinent Indien. Deux sous-espèces partagent cette vaste distribution.
L’espèce est aujourd’hui absente de l’est de l’Europe et peu commune et très locale dans l’ouest de la distribution. Elle était généralement présente jusqu’en Finlande, mais elle a disparu d’Europe et des parties nord de la Sibérie et du Japon.
Le déclin de cette espèce a été causé par la chasse et le piégeage illégal sur les aires d’hivernage. Ces oiseaux sont vendus pour la consommation humaine dans certaines parties du sud de la Chine et en Asie du sud-est où ils sont consommés et très appréciés en tant que friandises.

Le Bruant auréole se reproduit dans les prairies herbeuses où poussent quelques arbres et des buissons, près des marais ou des cours d’eau. Pendant l’hiver, il fréquente les zones cultivées, les rizières, les roselières, les broussailles et aussi les jardins. Il se nourrit d’invertébrés, de graines et de diverses matières végétales selon la saison.
Le nid se trouve sur le sol dans une dépression protégée par des touffes d’herbes ou des racines, mais il peut aussi parfois être construit un peu au-dessus du sol dans la végétation épaisse.

La population du Bruant auréole a décliné de 80% en moins de dix ans à cause de la collecte des oiseaux sur leurs aires d’hivernage. L’espèce est aujourd’hui proche de l’extinction et elle est actuellement En Danger Critique d’Extinction.

Le Bruant auréole a été décrit en 1773 dans l’ouest de la Sibérie par Peter Simon Pallas (1741-1811), un zoologue et botaniste prussien qui travaillait en Russie.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 14-15 cm
Envergure : 23 cm
Poids : 14-33 gr

Le Bruant auréole mâle en plumage nuptial a la calotte, les parties supérieures et la bande pectorale brun-châtain. Les flancs sont triées de noirâtre. La face noire et le haut de la gorge contrastent fortement avec les parties inférieures jaune vif. La partie inférieure de la gorge est jaune, et cette couleur vive s’étend jusqu’aux côtés du cou où elle contraste avec la bande pectorale sombre.
Sur le dessus des ailes, nous pouvons voir une tache blanche sur les scapulaires et une barre alaire blanche étroite sur les couvertures alaires, toutes deux bien nettes en vol. Les rémiges sont brunes avec d’étroits liserés clairs. La queue est brun foncé mais les rectrices externes ont des vexilles externes blancs. 
Le bec de deux tons a la mandibule supérieure gris foncé tandis que le bord coupant et la mandibule inférieure sont roses. Les yeux sont brun-châtain foncé. Les pattes et les doigts sont rosâtres.

Le mâle non-nuptial est assez similaire mais les plumes de la tête ont des liserés clairs, les lores sont chamoisés, le sourcil et le centre des parotiques sont jaunes.
Sur les parties supérieures, les plumes ont des larges liserés clairs. Le menton, la gorge et la région malaire sont jaunes. La bande pectorale est moins nette avec des plumes aux liserés chamoisés.

La femelle en plumage nuptial ressemble au mâle de 1er hiver mais son plumage parait usé et délavé. Sur les ailes, les barres alaires sont plus étroites et plus ternes. La bande pectorale est généralement absente.

La femelle en hiver a des couleurs plus chaudes que le mâle 1er hiver.

Le juvénile ressemble à la femelle en plumage nuptial mais le plumage paraît très frais. La poitrine est intensément striée. Les yeux sont gris-brun foncé.
Le mâle 1er hiver ressemble à la femelle en hiver avec moins de tons châtain. La bande pectorale est remplacée par des stries diffuses.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Bruant auréole a deux sous-espèces.
E.a. aureola se reproduit dans l’ouest de la Russie et vers l’est jusqu’au fleuve Kolyma, vers le sud jusqu’au nord de l’Ukraine, le nord du Kazakhstan et l’ouest et le centre de la Mongolie (et auparavant dans l’est de la  Finlande). Il hiverne dans le sud et le sud-est de l’Asie.  

E.a. ornata se reproduit en Transbaïkalie (ou Daourie), dans le nord-est de la Mongolie et le nord-est de la Chine, vers l’est jusqu’à la région d’Anadyr, au Kamtchatka, sur la côte de la Mer d’Okhotsk, Sakhaline, dans le nord du Japon et aux Iles Kouriles. Il hiverne dans le nord du subcontinent Indien et dans le sud et le sud-est de la Chine.
Cette race ressemble à la race nominale mais elle est plus foncée, avec des parties inférieures d’un jaune plus vif et davantage de noir sur le front.

HABITAT :       
Le Bruant auréole se reproduit dans les zones humides et les prairies sèches avec des arbres clairsemés, souvent des saules, des bouleaux et des aulnes, des buissons, des broussailles et une végétation herbacée haute. Il fréquente également les bosquets le long des marécages et des cours d’eau, les clairières en forêt et les lisières des forêts de bouleaux.  
Pendant les migrations et en hiver, il est surtout présent dans une variété d’habitats comme les champs cultivés, les herbages et les zones humides. Sa présence dans les rizières lui a donné le nom de « Rice Bird » en Chine.   

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Bruant auréole a pour cri habituel un « tsik » court et métallique, semblable à celui du Rouge-gorge familier. Sur les aires de reproduction, il émet un « chup » abrupt lorsqu’il s’envole brusquement.
Le chant du mâle est émis depuis le haut des buissons dans les prairies humides et plus généralement depuis la cime des arbres. Ce chant peut varier selon les individus.
Il est décrit comme un tintement ascendant, monotone et qui porte loin, composé de notes sonnantes qui descendent à la fin «do-do-dee-dee-do-de » ou encore « tru-tru-tree-tree-tri-tri-iih-tiu ».  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Bruant auréole se nourrit surtout de divers invertébrés pendant la saison de reproduction. Ce régime comprend des insectes, des araignées et des escargots. Mais il consomme aussi des graines et d’autres matières végétales comme du blé, du riz, et autres en fonction des saisons.   
Il se nourrit dans les herbes basses et s’envole dans les buissons ou vers un perchoir peu élevé lorsqu’il est dérangé. Mais il se nourrit rarement sur le sol nu.
En dehors de la saison de reproduction, il se nourrit en groupes.

Le Bruant auréole est très sociable et plusieurs couples peuvent ainsi s’installer près les uns des autres sur les aires de reproduction. Ils se rassemblent en grands nombres dans les prairies et les champs pendant les migrations et en hiver. Ils forment de grandes troupes pour passer la nuit dans des buissons.

Mâle non-nicheur

Cette espèce nidifie sur le sol, dans une dépression protégée par de la végétation, parfois aussi dans un saule ou un arbuste, ou dans la végétation épaisse.

Le Bruant auréole migre le long d’un corridor relativement étroit, volant à travers la Chine pour passer l’hiver en Asie du sud-est. Les oiseaux des populations de l’ouest volent jusqu’en Chine vers l’est, tandis que ceux de l’est volent vers l’ouest.

Le vol est rapide avec des battements actifs alternés de brèves périodes pendant lesquelles les ailes sont collées au corps.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :     
La saison de reproduction commence à mi-juin jusqu’à début juillet. Cette espèce ne produit qu’une seule couvée par saison, rarement deux.
La femelle construit le nid sur le sol, dans une dépression située sous de la végétation ou des racines. Le nid est fait d’herbes sèches et de tiges, et l’intérieur est tapissé d’herbes plus douces, de radicelles et parfois de poils.
Cependant, il arrive parfois que le nid soit construit légèrement au-dessus du sol dans un saule ou un arbuste, toujours protégé par de la végétation.

Elle dépose 4-5 œufs grisâtres ou verdâtres avec des marques plus foncées. Les deux adultes partagent l’incubation pendant 13-14 jours, mais la femelle en assume la majeure partie car elle est la seule à avoir une plaque incubatrice.
Les jeunes quittent le nid au bout de 11-14 jours après l’éclosion, avant de savoir voler. Ils sont indépendants une à deux semaines plus tard.  

Femelle
Mâle nuptial
1ère année
1ère année