English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Page sous

copyright !

A suivre - Page 16 (seconde partie)

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador & My bird pictures on IBC

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC
& Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Patrick Ingremeau 
TAMANDUA

Niraj V. Mistry
Photo Galleries

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Callie de Wet
GALLERY

Ces images et le texte sont soumis au droit d'auteur et ne peuvent être utilisés sans l'autorisation expresse des propriétaires. Ceci s'adresse aussi bien aux particuliers qu'aux diverses associations ornithologiques et autres organismes. Mentions légales

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol. 7 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal – Lynx Edicions – ISBN: 8487334377

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

BIRDS OF VENEZUELA by Steven L. Hilty – Ed. Christopher Helm – ISBN: 0713664185  

BIRDS OF PERU by Thomas S. Schulenberg, Douglas F. Stotz, Daniel F. Lane, John P. O’Neill, Theodore A. Parker III – Princeton University Press 2007– ISBN: 978-0-691-13023-1

SORA - LIFE HISTORY NOTES ON PUFF-BIRDS

Wikipedia, the free encyclopaedia

Fauna Paraguay 

Wikipedia – Bird nest

Bird nests: Variety is Key for the world’s avian Architects

How birds build nests

BIRD NEST FACTS

Be on the lookout for bird nests  

Avian Reproduction: Nests

The design and function of birds' nests

Types of Bird Nests

THE SPRUCE - Megalaimidae

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Peru Aves - Peru Birds

 

Accueil

Sommaire dossiers

Haut de page

 

L’oiseau et son nid, là où tout commence…

Page 16 : Galbulidés, Bucconidés, Capitonidés, Lybiidés, Megalaimidés, Semnornithidés

Première partie

 

Au début de la saison de reproduction et après diverses parades nuptiales, le site du nid est choisi par le couple ou l’un des deux partenaires et le nid est construit à l’intérieur de cette zone. Pour de nombreuses espèces, le nid est le lieu où les oiseaux paradent et s’accouplent. Il joue un très grand rôle pendant la nidification. Il est le berceau des poussins et l’endroit où les adultes les nourrissent avant leur envol vers l’indépendance. 

L’ordre des Piciformes comprend aujourd’hui neuf familles. Les Galbulidés (Jacamars) et les Bucconidés (Tamatias et Barbacous) qui étaient auparavant placés dans l’ordre des Galbuliformes, sont aujourd’hui inclus dans les Piciformes. Ces deux familles sont présentes en Amérique Centrale et dans une grande moitié nord de l’Amérique du Sud.  

Les Jacamars de la famille des Galbulidés sont des oiseaux arboricoles petits ou de taille moyenne. Ils ont un corps mince et des ailes arrondies, et un long bec qui leur permet de capturer des insectes en vol. Ils vivent habituellement dans les bois et les forêts, et surtout à basse altitude. Ils sont souvent visibles aux lisières et dans la canopée des forêts.  

Ce sont des oiseaux remarquables qui volent vite lorsqu’ils poursuivent leur proie ou se déplacent d’un perchoir à l’autre. Ils sont insectivores et se nourrissent exclusivement de proies capturées en vol. En revanche, le Grand Jacamar consomme aussi des araignées et des petits lézards.

Grand Jacamar

Les jacamars sont généralement monogames, mais quelques espèces semblent se reproduire de façon communautaire. Les parades nuptiales comprennent des chants et des offrandes de nourriture du mâle à la femelle. Il capture des insectes et enlève leurs ailes avant de les présenter à la femelle. Chez le Jacamar à queue rousse, les deux partenaires sont souvent posés côte à côte pendant la construction du nid. Le mâle hoche la tête et balance sa queue de haut en bas tandis que les deux oiseaux chantent ensemble.   

Jacamar à queue rousse

Mâle à gauche et femelle à droite

Les jacamars nidifient dans des cavités creusées dans un sol meuble, souvent un talus vertical, mais de nombreux nids sont aussi creusés dans des termitières. Les deux partenaires creusent avec le bec tandis que les débris sont enlevés avec les pieds en forme de pelle. La femelle effectue la majeure partie du travail mais elle est nourrie par le mâle.

Jacamar à longue queue

Avec une proie

La cavité de nidification est longue et étroite, 29/50 à 80 centimètres ou plus selon les espèces. La chambre de nidification est située à la fin du tunnel. Le sol est nu, mais au fur et à mesure que la saison progresse, il se couvre de restes d’insectes régurgités par les adultes.
La femelle dépose 2-4 œufs et les deux adultes partagent l’incubation. Ils prennent des tours en chantant et en paradant à chaque changement. Les jeunes s’envolent au bout de 20-26 jours après l’éclosion.
Les adultes peuvent nettoyer la cavité et la réutiliser pendant plusieurs années consécutives.    

Jacamar des Andes

Les tamatias et les barbacous de la famille des Bucconidés sont également arboricoles, mais ils ont un corps trapu, des ailes courtes et arrondies, une grosse tête et un bec robuste. Ils sont associés aux habitats boisés, en particulier la forêt tropicale humide à basse altitude. Leur façon fréquente et bien particulière de gonfler leur plumage les fait presque ressembler à une balle, et leur a donné le nom anglais de « puffbirds ». Mais en revanche, leur vol est très rapide et direct, avec des battements actifs.             

Ils sont surtout insectivores, mais des araignées, des scorpions et autres arthropodes sont également consommés. Cependant, le Barbacou à croupion blanc se nourrit exclusivement d’insectes. Il les capture en effectuant des sorties rapides en vol depuis un perchoir, à la manière d’un gobe-mouche. Quand la proie est prise, il retourne à son perchoir plus calmement, en décrivant quelques cercles et ondulations dans les airs avant de se poser. Il avale souvent sa proie en vol. Cette espèce est connue pour chasser des insectes plus petits que les autres espèces de  barbacous. Son régime comprend principalement des abeilles, des guêpes, des termites ailés et des fourmis volantes.   

Barbacou à croupion blanc

Les Bucconidés sont sédentaires et territoriaux toute l’année. Ils sont probablement monogames et la majeure partie d’entre eux vit en couple pendant l’année. Quelques espèces semblent cependant se reproduire de façon communautaire.

Ils nidifient dans des cavités dont certaines sont creusées dans des termitières situées dans des arbres, tandis que d’autres nids se trouvent dans des tunnels creusés dans la terre ou dans des trous d’arbres. Le Tamatia à gorge rousse se distingue par sa manière de prendre quelquefois de la boue sur les nids des espèces du genre Furnarius, en particulier celui du Fournier variable. 

Tamatia à gorge rousse

Lorsque le nid est creusé dans une termitière, les deux partenaires prennent des tours, et tandis que l’un travaille, l’autre surveille les alentours. Après deux semaines d’efforts, l’étroit tunnel horizontal d’environ 18 centimètres de longueur mène à la chambre d’incubation de forme arrondie et au sol nu, creusée au cœur de la termitière. Les œufs sont pondus sur les débris au fond de la cavité.  

 
Les nids qui se trouvent dans le sol sont creusés dans un sol plat ou légèrement incliné. Les tunnels sont rectilignes avec la chambre d’incubation tout au fond, tapissée de morceaux de feuilles. Le Barbacou noir et autres espèces du genre Monasa empilent des morceaux de feuilles, des brindilles et des feuilles mortes pour former une sorte de cadre autour de l’entrée et qui se fond dans les couleurs du sol. D’autres espèces font un grand tas de feuilles et le tunnel est creusé sous cette pile de végétation.

Barbacou noir

Comme pour la majorité des oiseaux qui nidifient dans des cavités, les œufs sont blancs et relativement petits. Des couvées de 2-3 œufs sont courantes. Les deux adultes partagent l’incubation pendant environ deux semaines. Les poussins naissent aveugles et nus, mais les tubes des plumes apparaissent six jours plus tard. Les jeunes ressemblent aux adultes à l’âge de 14 jours. Ils s’envolent au bout de 20 à 30 jours après l’éclosion. Ils vont encore dépendre des parents pendant au moins un mois, mais ils restent souvent en groupes familiaux jusqu’à la saison de reproduction suivante.     

Tamatia à front blanc

Portant des matériaux pour le nid

Les cabézons de la famille des Capitonidés sont des oiseaux de petite taille ou modérément grands. Ils sont robustes, avec un bec fort et des griffes acérées.
Le nom anglais « barbet » donné à l’ensemble de ces oiseaux vient des plumes sétiformes qui bordent le bec.
Plusieurs changements ont eu lieu dans cette famille. Les sous-familles Lybiinae (barbicans africains arboricoles) et Megalaimatinae (barbus asiatiques typiques) ont aujourd’hui leurs propres familles, les Lybiidés et les Mégalaimidés. De la même manière, la sous-famille Semnornithinae (cabézons américains aberrants) avec un seul genre, Semnornis, et deux espèces, a aujourd’hui sa propre famille, les Semnornithidés.

La famille des Capitonidés contient seulement deux genres, Capito et Eubucco, qui sont des cabézons américains typiques.
Les espèces du genre Capito se trouvent dans les forêts humides Sud-Américaines, tandis que les membres du genre Eubucco se trouvent plutôt dans les forêts humides d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud.
Toutes les espèces du genre Capito sont sexuellement dimorphiques et trapues, avec un bec pâle souvent terminé de noir. Leur plumage est coloré, mais les mâles ont le dos noir ou du moins en partie. Ils sont généralement observés seuls ou en couple. Ils se nourrissent de fruits et d’arthropodes.      

Cabézon doré

Les membres du genre Eubucco sont légèrement plus petits que les précédents, et ils sont aussi  sexuellement dimorphiques. Le bec jaunâtre est important, et le plumage comprend le dos vert, le cou et les parties inférieures jaunes, et du rouge sur la tête du mâle. Ils sont observés seuls ou en couple et se nourrissent aussi de fruits et d’arthropodes.
Les deux genres sont arboricoles. Ils nidifient dans des trous d’arbres creusés par le couple, et la femelle dépose 2-4 œufs.

Cabézon à tête rouge - Femelle à gauche - Mâle à droite

La famille des Lybiidés comprend les barbicans africains et les barbions répartis en sept genres. Ils se trouvent en Afrique subsaharienne. Ils fréquentent une grande variété d’habitats, depuis la jungle épaisse où ils restent dans la canopée, jusqu’aux broussailles ouvertes où certains d’entre eux peuvent être observés sur le sol.

Les Lybiidés ont pour trait physique habituel un bec fort, pointu mais relativement court qui n’est pas compressé latéralement. Les bords peuvent être lisses ou irréguliers, comme chez le Barbican à poitrine rouge. Chez cette espèce, les mandibules sont striées et cannelées, avec deux longues « dents » sur les bords de la mandibule supérieure.

Barbican à poitrine rouge

Leur régime est étroitement associé à leur habitat. Les oiseaux forestiers se nourrissent principalement de fruits, tandis que les oiseaux des zones broussailleuses consomment surtout des insectes comme les termites et les fourmis, ainsi que plusieurs autres espèces. 
Le Barbican promépic passe la majeure partie de son temps à se nourrir sur le sol en sautillant. Il fouille aussi dans les buissons et les arbres, cherchant des insectes et des fruits. Il sonde les crevasses de l’écorce et les lichens, et peut aussi se suspendre aux feuilles pour atteindre des insectes.

Barbican promépic

Les comportements de nombreux barbicans pendant la nidification sont inconnus, mais quelques espèces nidifient dans les rives des fleuves ou dans les termitières. La majeure partie d’entre eux creuse un trou dans un arbre et y dépose 2-4 œufs. Les deux parents partagent les tâches liées à la nidification, y compris l’incubation qui dure 13 à 15 jours.
En revanche, le Barbican à tête rouge fréquente plutôt les savanes boisées, les zones rocheuses avec des broussailles et les jardins en Afrique de l’Est. Contrairement aux autres barbicans, il nidifie sur le sol. La cavité est creusée dans un talus ou une termitière, entre 1 et 4 mètres au-dessus du sol. Les tâches sont partagées par les deux parents assistés d’aides, parfois jusqu’à 8 dans le groupe.       

Barbican de Levaillant

Couple

Les petits barbions du genre Pogoniulus fréquentent les forêts, les bois et les broussailles. Ils se nourrissent habituellement de fruits et d’insectes. Ils sont solitaires et se reproduisent en couples isolés. Leur répertoire sonore est vaste. Ils sont largement répandus en Afrique tropicale. Ils nidifient dans des trous creusés dans les arbres, souvent en dessous d’une branche morte, à une hauteur allant de 1 à 6 mètres au-dessus du sol. La femelle dépose 2-4 œufs et les deux adultes incubent pendant environ 12 jours.      

Barbion montagnard

La famille des Mégalaimidés comprend deux genres, Psilopogon et Caloramphus. Ce sont des « barbus » asiatiques typiques qui vivent dans les forêts de la Région indo-malaise depuis le Tibet jusqu’en Indonésie. Ils fréquentent surtout l’intérieur des forêts, bien que le Barbu à plastron rouge soit généralement observé en lisière de forêt et dans les broussailles.  

Ces oiseaux ont un bec épais de forme bulbeuse, entouré de plumes sétiformes raides. Ils peuvent se percher et grimper facilement lorsqu’ils se nourrissent, ce qui indique bien leur style de vie arboricole.
Ces oiseaux solitaires consomment des insectes et des fruits, en particulier les figues du Ficus, mais ils prennent les fruits de plus de 60 familles différentes à travers leur distribution. Les barbus sont des agents importants et reconnus pour la dispersion des graines à travers la forêt tropicale. Des arthropodes comprenant une grande variété d’espèces sont glanés sur les branches et les troncs des arbres.   

Barbu à plastron rouge

Ils nidifient dans des cavités, et ces grandes cavités sont creusées dans du bois mort ou tendre, mais d’autres cavités de nidification sont parfois utilisées si elles conviennent. Les nids peuvent être situés à différentes hauteurs au-dessus du sol, mais la plupart des barbus nidifient en général assez haut dans les arbres.
Le sol de la cavité n’est pas tapissé, bien qu’il soit recouvert de copeaux clairsemés après la construction du nid. Mais les oiseaux enlèvent la majeure partie de ces débris de bois. Les œufs sont blancs et l’incubation par les deux adultes dure environ deux semaines. Les jeunes quittent le nid un mois plus tard.   

Barbu à plastron rouge

A l'entrée de la cavité

La famille des Semnornithidés ne comprend que le genre Semnornis et deux espèces aberrantes uniques dans l’ordre des Piciformes. Ces oiseaux ont le bec dentelé à l’extrémité de la mandibule supérieure, et cette broche s'insère dans une encoche située au niveau de l’extrémité de la mandibule inférieure. Le bec semble latéralement « enflé » à la base.

Les deux membres du genre Semnornis se trouvent dans le sud de l’Amérique Centrale et dans le nord-ouest de l’Amérique du Sud. Ils fréquentent les forêts humides de montagne et leurs lisières, ainsi que les forêts secondaires basses et buissonneuses avec de grands arbres clairsemés, à une altitude allant de 500 à 2400 mètres.
Les deux espèces présentent un dimorphisme sexuel. Le mâle a des plumes noires, brillantes et érectiles sur la nuque, souvent utilisées au cours des parades nuptiales. En revanche, ces plumes sont absentes chez la femelle.
Ils se nourrissent de nombreux fruits provenant de diverses espèces de plantes. Ils capturent aussi des insectes, en particulier des termites. Ils se nourrissent pendant plusieurs heures chaque jour, sautillant activement le long des branches entre le niveau moyen et la canopée des arbres.  

Cabézon toucan

Femelle

Le Cabézon toucan est monogame et nidifie dans des cavités. Des trios ou des quatuors sont formés, comprenant un couple adulte et un ou deux jeunes qui participent à la défense du nid et assistent le couple reproducteur pendant la nidification. Le nid est creusé dans un arbre mort, entre 1 et 5 mètres au-dessus du sol. L’entrée du trou est adaptée à la taille de l’espèce.  

Cabézon toucan

Mâle

Le Cabézon de Frantzius nidifie en couple isolé et territorial. La cavité est creusée dans un arbre mort ou une branche morte dans un arbre encore vert. Les deux adultes partagent les tâches et n’ont pas d’aides.
Les deux espèces ont des couvées de 2-3 ou 4-5 œufs blancs et l’incubation dure environ deux semaines. Les jeunes dorment et se nourrissent avec les parents, et restent en famille pendant quelques semaines après leur envol.   

Haut de page
Haut de page
Haut de page
Haut de page