English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes : 

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Marc Chrétien
MURINUS

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

René Lortie
http://rlortie.ca/

Niraj V. Mistry
Photo Galleries

Jean Michel Peers
JMPN PHOTOGRAPHIE

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D’ARGENTINE

Illustrations :
John Gerrard Keulemans (1842-1912)
Josef Wolf (1820-1899)

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

BIRDS OF PREY OF AFRICA AND ITS ISLANDS by Alan and Meg Kemp - Struik Publishers - ISBN: 1770073698

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

HAWKS, EAGLES AND FALCONS OF NORTH AMERICA by Paul A. Johnsgard - Smithsonian Institution Press - ISBN: 1560989467

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

 

Accueil

Page Accipitridés

Sommaire dossiers

 

Busautours - Buses d’Amérique

Genres Leucopternis, Buteogallus, Parabuteo, Busarellus, Geranoetus, Harpyhaliaetus, Butastur, Kaupifalco et Asturina (Buteo niditus)

Le septième groupe de la famille des Accipitridés comprend neuf genres répartis sur les Amériques, l’Afrique et l’Asie.
Parmi ces différentes espèces, le genre Kaupifalco avec l’Autour unibande (Kaupifalco monogrammicus) a été récemment associé au genre Melierax à cause de son plumage et de ses comportements. Mais finalement, ce rapace est plus souvent apparenté aux genres du septième groupe.  
Une autre espèce, la Buse cendrée (Buteo Nitidus) d’Amérique Centrale et du nord de l’Amérique du Sud, est parfois séparée du genre Buteo et placée dans le genre Asturina, et également incluse dans le septième groupe à cause de sa grande ressemblance avec Kaupifalco.  

L’Autour unibande est une espèce subsaharienne. Ce petit rapace est très semblable en plumage aux espèces trapues du genre Melierax, mais il a une ligne noire qui descend sur sa gorge blanche. Le plumage est gris dans l’ensemble, avec le croupion blanc, l’abdomen barré gris et blanc, et les couvertures sous-caudales blanches. Les rémiges et les rectrices sont noirâtres, et on peut voir une ou deux larges bandes blanches en travers de la queue. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaune orangé. Les yeux sont rouges.
Le juvénile a une teinte brunâtre et les couvertures alaires bordées de brun. Ses yeux sont bruns.     
L’Autour unibande ressemble aussi à quelques rapaces du genre Leucopternis d’Amérique du Sud, mais il est plus pâle dans l’ensemble.

Autour unibande

Kaupifalco monogrammicus

Ce rapace se trouve dans les humides forêts de feuillus et le long des zones boisées voisines. Pendant la saison des pluies, il fréquente les savanes. Il se nourrit d’insectes et surtout de sauterelles, et aussi de lézards, serpents, grenouilles, rongeurs et charognes.    
Il chasse depuis un perchoir exposé. Une fois que la proie est détectée, il descend et donne des coups violents, souvent au milieu des hautes herbes, avant de regagner un autre perchoir.

L’Autour unibande est bruyant avant la nidification, criant et chantant depuis des perchoirs à découvert. Le nid est fait de rameaux de bois et placé dans un arbre, dans une fourche extérieure. L’intérieur est tapissé de lichens et de feuilles. La femelle dépose deux œufs et l’incubation dure 33-34 jours environ. Les poussins quittent le nid 40 jours après la naissance mais ils dépendent encore des adultes pour la nourriture pendant 30 à 40 jours supplémentaires.         

Autour unibande

Kaupifalco monogrammicus

Cette espèce est résidente dans les zones boisées, et effectue quelques déplacements postnuptiaux locaux vers les régions plus sèches d’Afrique du sud pendant la saison sèche, période durant laquelle ils muent.  
L’Autour unibande est commun dans les régions boisées de l’est de l’Afrique, et moins abondant ailleurs. L’espèce est menacée par la déforestation et la destruction du couvert herbeux par les feux et le bétail. Mais il a su s’adapter et a étendu sa distribution dans les forêts primaires.      

 

La Buse cendrée est un rapace de taille moyenne au plumage gris. Il peut présenter des barres fines gris foncé sur le dessus et des barres blanches en dessous. La queue est noire et porte une ou deux bandes blanches.   
La tête est d’un gris plus pâle avec le bec noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaunes. Les yeux sont jaunes ou brun foncé.
L’immature est plus sombre, brun noirâtre moucheté de blanc et brunâtre sur le dessus. Les parties inférieures sont blanc chamoisé avec la poitrine striée de brun et l’abdomen tacheté. La queue est brune avec l’extrémité blanche et des bandes sombres.
Il existe quatre sous-espèces qui diffèrent par la taille, le plumage plus ou moins sombre, et le nombre de barres.

Buse cendrée

Buteo Nitidus

La Buse cendrée fréquente une grande variété d’habitats, depuis les plaines et les lisières des forêts humides jusqu’aux campagnes arides et découvertes, entre 600 et 1200 mètres d’altitude.  
Ce rapace se nourrit surtout de lézards et de serpents, mais il capture aussi des oiseaux, des rongeurs et des grands insectes. Il chasse habituellement depuis un perchoir et se montre très agile en forêt où il capture des lézards directement sur les branches. Il est plus puissant et rapide que la Buse à gros bec (Buteo magnirostris) à laquelle il est parfois associé, ainsi qu’à la Buse à épaulettes (Buteo lineatus) et à la Buse de Ridgway (Buteo ridgwayi), elles-mêmes apparentées au genre Leucopternis.     

Buse cendrée

Buteo Nitidus

La Buse cendrée effectue des parades aériennes avec des piqués depuis une hauteur de 500 mètres et des poursuites. Le petit nid est fait de rameaux de bois et tapissé de brindilles fines. Il est placé haut dans un arbre à la lisière de la forêt ou plus bas dans un cactus bardé de piquants.
La femelle dépose deux œufs mais un seul poussin sera élevé. L’incubation dure environ un mois, et le poussin quitte le nid 42 jours plus tard. Le site du nid est défendu de manière agressive.      

La Buse cendrée est sédentaire dans sa distribution, mais les populations de la limite nord peuvent migrer. Cette espèce est en général assez largement répandue. Elle est capable de s’adapter à différentes sortes d’habitats.

LE GENRE LEUCOPTERNIS

Le genre Leucopternis d’Amérique Centrale et du Sud comprend dix espèces dont certaines très difficiles à voir à cause de leurs habitudes dans la végétation épaisse. Ces buses sont petites ou moyennes et possèdent des ailes courtes et arrondies, leur permettant de se déplacer parmi les arbres et de chasser en forêt. Elles ont en général le plumage noir et blanc ou gris et blanc.

La Buse plombée (Leucopternis plumbeus) a un corps mince avec des pattes relativement longues et la queue barrée, rendant sa silhouette assez semblable à celle de la Buse échasse (Geranospiza caerulescens). Cette dernière est placée dans le cinquième groupe car elle partage aussi certains critères avec les gymnogènes. 

Cependant, la Buse plombée a un plumage uniforme dessus et dessous, excepté sur les cuisses qui sont finement barrées de gris pâle. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaune orangé. Les yeux sont orange brunâtre.  

Buse plombée - Leucopternis plumbeus

John Gerrard Keulemans

La Buse ardoisée (Leucopternis schistaceus) est plus trapue que la précédente. Son corps est gris avec la queue noire largement barrée et finement terminée de blanc. Le bec est noir. La cire, les yeux, les pattes et les doigts sont rouge jaunâtre.    

La Buse à face noire (Leucopternis melanops) a le plumage noir et blanc. La tête, le cou et le haut du dos sont blancs, finement striés de noir. Les ailes sont noires, avec les couvertures alaires et les scapulaires très nettement marquées de blanc. Une bande blanche traverse la queue noire en son milieu. Les parties inférieures sont blanches. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaune orangé. Les yeux sont gris ou bruns.   

Buse à face noire

Leucopternis melanops

La Buse à sourcils blancs (Leucopternis kuhli) a les parties supérieures noires avec des stries blanches sur la nuque et le manteau, et une seule barre blanche sur la queue noire. Les parties inférieures sont blanches avec les ailes aux extrémités grises barrées de noir. La tête est noirâtre avec un sourcil blanc étroit donnant son nom au rapace. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont orangés. Les yeux sont bruns ou brun-roux.     

La Buse lacernulée (Leucopternis lacernulata) a la tête et les parties supérieures blanches, et le dessous noirâtre. La queue est noire avec une barre blanche très large et une étroite bande terminale noire. Ce dessin la rend différente de ses congénères. Le bec  est noir. La cire, les yeux, les pattes et les doigts sont jaunes.

La Buse semiplombée  (Leucopternis semiplumbea) est plus petite et trapue. Le dessus et la tête sont noirâtres alors que le dessous, y compris le menton et la gorge, sont blancs. Le bec  est noir. La cire, les pattes et les doigts sont orange rougeâtre. Les yeux sont jaunes.

La Buse barrée (Leucopternis princeps) est plus grande et plus lourde. Son plumage est noir sur les parties supérieures, la tête, la gorge et le haut de la poitrine. On peut voir des liserés bleu-ardoise sur la calotte, la nuque et le manteau. Les parties inférieures et les couvertures sous-alaires sont blanches et finement barrées de noir. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaunes. Les yeux sont bruns.

Buse barrée

Leucopternis princeps

Josef Wolf

Buse blanche - Leucopternis albicollis

La Buse blanche (Leucopternis albicollis) présente de grandes variations de plumage, étant soit entièrement blanc, ou noir dessus et blanc dessous. Les parties inférieures sont toujours blanches, mais les couvertures alaires et le dos peuvent varier de tout blanc à tout noir finement strié de blanc. Les rémiges sont noires. La queue peut être blanche avec une barre noire fine ou large, ou toute noire avec l’extrémité blanche. Le bec est noir avec la cire gris foncé. Les pattes et les doigts sont jaunes. Les yeux varient du jaune au brun selon les races.    

La Buse à dos gris (Leucopternis occidentalis) a les parties supérieures gris noirâtre et le dessous blanc. La tête est grise avec la nuque striée de blanc. La queue blanche porte une large bande noire subterminale et une étroite bande terminale blanche. Ces dessins sont très différents des autres buses et séparent cette espèce des autres membres du genre Leucopternis. Le bec est noir avec la cire gris foncé. Les pattes et les doigts sont jaune pâle. Les yeux sont brun foncé.
   
La Buse mantelée (Leucopternis polionota) a les parties inférieures blanches ainsi que le haut du dos, la tête et le cou. Le reste des parties supérieures et la base de la queue sont bleu ardoisé. La seconde moitié de la queue est blanche avec des dessins encore différents des autres espèces. Les rémiges présentent des extrémités blanches aux primaires et aux secondaires. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaunes. Les yeux sont bruns. 

Buse blanche

Leucopternis albicollis

Chez toutes ces espèces du genre Leucopternis, la femelle est légèrement plus grande que le mâle, et l’immature est davantage strié ou tacheté que les adultes, et plus spécialement sur l’abdomen et les cuisses.
Ces buses vivent dans les forêts humides, depuis les basses terres jusqu’en montagne, et préfèrent souvent la végétation dense le long des cours d’eau et les mangroves. Elles évitent habituellement les zones plus sèches. 
Elles chassent parmi les arbres de la forêt et depuis des perchoirs le long des fleuves. Elles peuvent chasser depuis des perchoirs bas et même sur le sol quand elles cherchent des insectes et des reptiles. La Buse à dos gris chasse sur les fleuves.

Buse blanche

Leucopternis albicollis

Elles se nourrissent d’amphibiens, crabes, serpents aquatiques, poissons, reptiles, lézards, grands insectes, petits mammifères et oiseaux, escargots… Selon les proies et l’endroit, elles chassent à différents niveaux dans la forêt.

Il y a très peu d’informations sur les comportements nuptiaux et de nidification de ces espèces. Quelques nids ont été observés dans la couronne des grands arbres.
La Buse blanche commence les parades nuptiales en février et la ponte a lieu en mars. La femelle dépose un seul œuf. L’incubation dure environ 34 à 36 jours. Le jeune quitte le nid au début de la saison des pluies, environ 80-90 jours après la naissance, ce qui laisse entendre que la période de dépendance est plutôt longue.

Buse à face noire

Leucopternis melanops

Toutes les espèces sont probablement sédentaires.
Les statuts sont très peu connus. La Buse lacernulée est considérée comme étant Rare et Vulnérable, mais l’espèce est présente dans des réserves protégées. La Buse à dos gris est classée comme étant En Danger d’extinction. Plusieurs d’entre elles sont presque menacées, mais l’épaisseur de la végétation dans leur habitat les rend très difficile à trouver. Elles sont vulnérables à la déforestation et ont en général des distributions restreintes. Une grande surveillance et des recherches sont indispensables.     

HAUT
HAUT
HAUT

GENRE BUTASTUR

Le genre Butastur comprend quatre espèces d’Afrique, Inde et Sud de l’Asie. Ils ont le plumage plus brun sur le dessus, alors que les parties inférieures sont roussâtres, striées ou non. Les membres du genre Butastur sont assez semblables aux crécerelles en vol, et aux busards au repos. Habituellement insectivores, leur régime comprend cependant les proies typiques et variées des rapaces.       

Le Busautour des sauterelles (Butastur rufipennis) du Sahel est un rapace de taille moyenne avec des couvertures alaires et des parties inférieures de couleur fauve. Le dessus est brunâtre avec les rémiges noirâtres. La queue est brune et barrée de noir. Les couvertures sous-caudales sont blanches, ainsi que le menton et le haut de la gorge. On peut voir des stries fines et noires sur la poitrine et le haut de l’abdomen. Le bec est noir. La cire, les pattes et les doigts sont jaunes. Les yeux sont jaune pâle.  

Busautour des sauterelles

Butastur rufipennis

Cette espèce fréquente les zones boisées et les lisières des forêts, ainsi que les savanes arides et épineuses. Ce rapace profite des feux de brousse et des zones brûlées où il capture de nombreux insectes, et plus spécialement des sauterelles, bien que mantes, scarabées, termites et araignées soient également appréciés. Il lui arrive de capturer des petits oiseaux ou mammifères, et quelques reptiles. Il chasse depuis un perchoir d’où il fond sur les proies au sol, et happe aussi des insectes en vol.        

Le Busautour des sauterelles se reproduit en mars-avril, et la ponte a lieu pendant la saison des pluies. Le couple est territorial. Le nid est construit dans une fourche d’arbre et la coupe est tapissée de feuilles vertes. La femelle dépose 1-3 œufs. Les comportements de nidification ne sont pas connus pour l’instant.  

L’espèce migre à travers l’Afrique subsaharienne et se déplace vers le sud quand les feux et le bétail ont détruit la couverture végétale. Ce rapace est abondant localement dans l’ouest de l’Afrique pendant la saison sèche. Il est vulnérable aux excès d’élevage et à la sècheresse au Sahel, mais il sait aussi profiter des sources alimentaires locales.  

Busautour des sauterelles - Butastur rufipennis

Le Busautour pâle (Butastur liventer) du sud de l’Asie, a le plumage brun avec les couvertures sus-caudales et les ailes de couleur fauve. Très semblable aux buses du genre Buteo, il a le bas de l’abdomen blanc et les flancs barrés de façon indistincte. Les parties nues sont identiques au précédent.

Il fréquente les campagnes découvertes, les savanes et les broussailles. Dans les plaines, il se trouve souvent près des fleuves et des marécages, mais aussi jusqu’à 800 mètres d’altitude. On peut aussi le voir près des habitations.
Cette espèce se nourrit de façon typique de petits mammifères, d’amphibiens, de lézards, de crustacés et d’insectes. Il chasse depuis un perchoir et plonge sur sa proie au sol.

Il se reproduit entre février et avril selon la distribution. Le grand nid est construit par les deux adultes dans la couronne d’un arbre, et la coupe est tapissée de feuilles vertes. La ponte comprend en général deux à trois œufs.         
Le Busautour pâle est sédentaire dans sa distribution. Il est commun localement selon les régions. 

 

Le Busautour à joues grises (Butastur indicus) du sud de L’Asie a un plumage plus contrasté  avec le dessus brun-fauve ainsi que le haut de la poitrine. Le reste des parties inférieures et les cuisses sont blancs et nettement barrés de roussâtre. La gorge est blanche et porte une bande verticale noire en son milieu. La queue est brune et barrée de noirâtre. Sur la tête brun grisâtre, les lores, le front et les sourcils sont blancs. Les parties nues sont semblables aux précédentes espèces.    

Ce rapace fréquente les zones boisées près des espaces découverts et de l’eau, marais et rizières, où il trouve de nombreuses proies. On le voit davantage dans les régions de basse montagne, les collines et leurs contreforts plutôt que dans les zones plates. Il préfère les forêts mixtes.
Il se nourrit de façon typique des mêmes proies que les autres Butastur, et chasse aussi depuis un perchoir, le haut d’un arbre mort, d’où il fond sur sa proie au sol. Il chasse principalement le matin et le soir.     

Le Busautour à joues grises se reproduit en mai. Le nid est assez petit, fait de brindilles et parfois de laîches. Il est placé dans un conifère entre 4 et 14 mètres de hauteur. La coupe est tapissée d’écorce, d’herbe et de feuilles vertes.
La femelle dépose 2-4 œufs et l’incubation dure 28-30 jours. Les jeunes quittent le nid au bout de 34-36 jours et dépendent encore des parents pendant quelques semaines.

Cette espèce est migratrice et se déplace en grands vols comprenant des milliers d’oiseaux du Japon à Taïwan et jusqu’aux Philippines. Ils suivent la route le long de la côte Pacifique du Japon.
Les populations ne sont pas menacées mais les statuts sont peu connus.    

Le dernier membre du genre Butastur se trouve en Inde. Le Busautour aux yeux blancs (Butastur teesa) se trouve au sud-est de l’Iran, en Afghanistan et au Pakistan, en Inde et au Népal jusqu’au Burma. Ce petit rapace ressemble au précédent. Il a le plumage brun grisâtre et la queue brun-fauve. La gorge est blanche avec une ligne verticale médiane noirâtre, et on peut voir une tache nucale blanche. Les couvertures sus-alaires présentent des marques claires variables, plus évidentes quand l’oiseau est au repos. La tête est brune. Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont blancs. Les pattes et les doigts sont jaunes.   

Busautour aux yeux blancs

Butastur teesa

Juvénile aux yeux bruns

Ce rapace fréquente les zones cultivées et les campagnes sèches et découvertes. On peut le voir depuis les plaines jusqu’à 300 mètres d’altitude et plus dans l’Himalaya. Il se nourrit comme les autres Butastur, de petits mammifères, grenouilles, lézards, serpents et grands insectes. Il chasse depuis un perchoir et fait des vols courts jusqu’au sol pour capturer sa victime.

Il se reproduit entre février et mai. Le couple construit un nid lâche et non tapissé à une hauteur de 8 à 12 mètres dans un grand arbre, souvent dans un village. Quelques parades ont été observées, avec un couple en train de planer au-dessus du territoire en criant continuellement. La femelle dépose 2-3 œufs et incube seule pendant environ trois semaines. Les poussins sont nourris par les deux parents.  
 
Le Busautour aux yeux blancs est sédentaire dans sa distribution et n’effectue que quelques déplacements locaux. L’espèce est assez commune localement et non menacée actuellement. 

Busautour aux yeux blancs - Juvénile

Butastur teesa

Ces quatre espèces sont des rapaces typiques, semblables aux buses Buteo, mais avec l’apparence des busards. Leurs comportements alimentaires, de chasse et de reproduction sont ceux de la majorité des rapaces à travers le monde, mais il faudrait plus de surveillance et d’informations pour plus de précision.   

HAUT
HAUT

GENRE BUTEOGALLUS

Le genre Buteogallus comprend cinq espèces depuis le Mexique jusqu’en Amérique Centrale et du Sud. Deux espèces, la Buse buson (Buteogallus aequinoctialis) et la Buse roussâtre (Buteogallus meridionalis) ont le plumage plus roux et le corps plus mince que les trois autres espèces, la Buse noire (Buteogallus anthracinus), la Buse des mangroves (Buteogallus subtilis) et la Buse urubu (Buteogallus urubitinga) qui ont un plumage plutôt noirâtre.  
Ce sont des rapaces trapus de taille moyenne, avec des pattes assez longues, des ailes larges et une queue courte. Les longues pattes sont adaptées à leurs habitats près de l’eau, dans les mangroves, les marais et les vasières laissées par les marées, mais aussi à leur façon de chasser en marchant sur le sol pour certaines d’entre elles.   
Les femelles sont habituellement plus grandes que les mâles, et les jeunes sont plus bruns que les adultes, avec des dessins plus marqués.

La Buse noire se trouve au sud des Etats-Unis, en Amérique Centrale et dans les îles adjacentes, jusqu’au nord de l’Amérique du Sud. Elle a le plumage noirâtre ou d’un profond gris-brun selon les races. La queue courte présente une large bande subterminale et une extrémité étroite blanches. Sur les parties inférieures, les bases des rémiges primaires sont tachetées de blanc. Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont jaune vif.

Buse noire

Buteogallus anthracinus

Cette espèce fréquente les forêts matures épaisses, et dans la partie nord de la distribution, l’habitat est dominé par les cactées. Ce rapace peut fréquenter les collines des déserts, mais aussi les mangroves et les zones de marées. Très dépendant de la disponibilité des proies, cette buse se nourrit surtout de reptiles et de poisson. Quelques amphibiens, des invertébrés et des charognes peuvent être ajoutés, mais les crabes sont aussi très appréciés au Costa Rica et à Cuba.  

La Buse noire plane souvent en couples. Elle chasse depuis un perchoir ou en marchant, et les attaques sont en général lancées près du sol.
Elles effectuent des acrobaties en vol pendant les parades. Le nid volumineux est fait de rameaux de bois et tapissé de brindilles et de verdure. Il est placé entre 5 et 33 mètres de hauteur dans les mangroves ou d’autres arbres. La femelle dépose 1-3 œufs et les deux parents incubent pendant 40 jours. Les jeunes quittent le nid 43 à 50 jours après la naissance.        

Buse noire

Buteogallus anthracinus

Cette espèce ne migre pas, excepté les populations les plus au nord qui quittent le nord du Mexique et le sud des Etats-Unis pour hiverner plus au sud. Mais leurs déplacements sont peu connus. Ils sont assez communs dans leur habitat et actuellement, cette espèce n’est pas menacée.   

La Buse des mangroves est très semblable à la précédente, mais légèrement plus petite et plus sombre, avec un plumage noir cendré dans l’ensemble. La queue présente une large bande médiane et une étroite bande terminale blanches. Les rémiges sont noir-fauve et sur le dessous des ailes, les bases des primaires sont intensément tachetées de blanc. 
On la trouve dans les régions côtières du Pacifique en Amérique Centrale jusqu’à la Colombie et au nord du Pérou. Elle fréquente les mangroves marécageuses et les broussailles du nord de mer, et se reproduit surtout dans les mangroves. Elle se nourrit principalement de crabes, de poisson et parfois de charognes.  

Buse des mangroves

Buteogallus subtilis

Jeune au nid

Ses comportements de reproduction ne sont pas connus, mais l’espèce est sédentaire dans sa distribution. Les statuts sont peu connus mais cette espèce semble assez commune localement.

La Buse urubu est la plus grande avec une longueur de 64 centimètres. Son plumage est d’un noir terne excepté la queue blanche barrée d’une large bande subterminale noire et d’une étroite bande terminale blanche. Le bec est noir avec la cire jaune terne. Les yeux sont brun foncé ou rouges. Les très longues pattes et les doigts courts sont jaune terne.  
Cette buse est surtout sédentaire dans son vaste habitat depuis le Mexique jusqu’en Amérique Centrale, la moitié nord de l’Amérique du Sud et les régions côtières du Pacifique jusqu’au Pérou. 

Adulte - Buse urubu - Buteogallus urubitinga - Juvénile

Elle fréquente des habitats variés depuis le Chaco sec jusqu’aux forêts pluviales, les savanes et les anciens pâturages avec des arbres clairsemés et les galeries forestières. Elle se nourrit de nombreuses proies telles que rongeurs et oiseaux, poisson, crabes, amphibiens et charognes. Elle peut chasser des oiseaux de taille moyenne. Elle cherche ses proies dans les zones forestières depuis le sol jusqu’à la canopée, et aussi aux lisières, dans les marécages et les espaces découverts. Ses longues pattes lui permettent de capturer des proies dans l’eau peu profonde après un vol court au milieu de la végétation aquatique.   

Buse urubu - Buteogallus urubitinga

La Buse urubu se reproduit surtout pendant la saison des pluies. Le nid est fait de rameaux de bois et placé dans un arbre, sur un pylône ou sur un nid de Conure veuve (Myiopsitta monachus). La femelle dépose un ou deux œufs mais en général, un seul poussin survit. L’incubation dure environ 40 jours. La période qui suit le départ du nid est longue, avec les jeunes dépendants des adultes pendant plusieurs mois.  

Adulte et immature - Buse urubu - Buteogallus urubitinga

Les deux espèces suivantes sont légèrement plus élancées, mais elles partagent les mêmes comportements et fréquentent les mêmes types d’habitats.   

La Buse buson a le haut du corps noir cendré sur la tête, la gorge et l’arrière du cou, alors que les ailes et le dos sont d’un gris-brun profond avec des plumes aux liserés fauves. La queue est noire avec une bande subterminale étroite et l’extrémité blanches. Les parties inférieures sont fauves avec des barres brun foncé. Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont jaunes.

Buse buson - Buteogallus aequinoctialis

Cette espèce préfère des habitats plus aquatiques tels que marais côtiers, mangroves, bordures des fleuves ou savanes humides. Elle se nourrit principalement de crabes capturés après un court plongeon depuis un perchoir. Les proies sont consommées sur une branche basse ou sur le sol sec, et le rapace utilise souvent le même endroit.
Elle se reproduit pendant la saison des pluies au cours de laquelle des parades aériennes et vocales sont observées. Le nid est fait de brindilles et tapissé de feuilles vertes. En général, un seul œuf est pondu, parfois deux. Cette buse est souvent vue en couples.

La Buse buson est sédentaire et commune à l’intérieur de sa distribution dans les mangroves, mais elle pourrait être vulnérable à cause de son habitat restreint.    

La Buse roussâtre se trouve dans la moitié nord de l’Amérique du Sud. Elle a le plumage fauve à cannelle dans l’ensemble. Les parties supérieures présentent des stries fines sur l’arrière du cou, et le dos est brun taupe avec des plumes aux liserés fauves. Les parties inférieures plus claires sont finement barrées de noir, mais la gorge et le menton sont unis. Les cuisses et les couvertures sous-caudales sont cannelle-fauve. La queue noire présente une barre médiane étroite et une extrémité blanches. Le bec est noir avec la cire jaune pâle. Les yeux sont jaune rougeâtre ou brun clair. Les pattes et les doigts sont jaune orangé clair.   

Buse buson

Buteogallus aequinoctialis

Adulte - Buse roussâtre - Buteogallus meridionalis - Juvénile

Cette buse peut être vue jusqu’à 1000 mètres d’altitude en Colombie, mais elle fréquente habituellement les espaces découverts, les marécages, les lisières des forêts, les savanes arborées et les mangroves, souvent près de l’eau. Cette espèce opportuniste se nourrit d’une grande variété de proies, petits mammifères, oiseaux, crabes, amphibiens, reptiles et grands insectes. Elle chasse depuis un perchoir bas et fond maladroitement sur sa proie, mais elle est malgré tout un prédateur agile capable de capturer de nombreux oiseaux selon la région. Elle se nourrit aussi en marchant à quelques mètres des feux de brousse où elle récupère les proies.  

Buse roussâtre

Buteogallus meridionalis

La ponte a lieu pendant la saison des pluies avec un seul œuf déposé dans un nid fait de rameaux de bois dans un arbre isolé. L’incubation dure une quarantaine de jours et le jeune quitte le nid au bout de 45 à 50 jours. Il dépend des parents pendant 4 à 7 mois.
La Buse roussâtre est résidente dans la majeure partie de sa distribution, mais les populations du sud semblent être migratrices, probablement à cause des niveaux de l’eau et de la disponibilité des proies.
Cette espèce n’est pas en danger et habituellement commune dans les savanes.  

Buse roussâtre

Buteogallus meridionalis

Les membres du genre Buteogallus, tout comme ceux du genre Butastur, chassent souvent depuis un perchoir et se nourrissent de nombreuses proies aquatiques ou terrestres. Les longues pattes sont très bien adaptées à ces comportements.    

HAUT
HAUT
HAUT

GENRE PARABUTEO

Ce genre ne contient qu’une seule espèce, la Buse de Harris (Parabuteo unicinctus) qui se trouve depuis le sud-ouest des Etats-Unis, en Amérique Centrale jusqu’en Amérique du Sud excepté au Brésil, dans les Andes et à l’extrême sud du continent. 
Très semblable à la Buse buson, ce rapace élégant a un plumage noir et fauve. On peut voir des taches châtain bien nettes sur les épaules, les cuisses et les couvertures sous-alaires. La longue queue est noire avec la base blanche et une étroite bande terminale blanche également. Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont jaunes.

Buse de Harris

Parabuteo unicinctus

Cette buse fréquente aussi bien les zones sèches telles que les savanes, le Chaco et le désert, que les zones humides et marécageuses selon la saison. Dans les endroits plus arides, on peut la trouver près de grandes étendues d’eau. Cette espèce est visible entre 1000 et 1900 mètres d’altitude.  
Elle se nourrit de proies plus grandes et capture des mammifères tels que des lapins et des oiseaux aussi grands que des pénélopes ou des râles. Mais selon l’endroit, cette buse opportuniste capture les proies les plus abondantes et disponibles, mais elle ne prend pas de serpents. 
Il lui arrive de chasser en groupes familiaux de deux à quatre oiseaux quand il s’agit de capturer des proies plus grandes. Ils se rassemblent alors à l’aube pour chasser ensemble.    

Buse de Harris

Parabuteo unicinctus

La Buse de Harris peut aussi pratiquer la reproduction en groupes mais tout dépend de la région.
Le nid est construit dans un arbre, un cactus ou même sur une structure humaine. Il est fait avec des rameaux de bois, et tapissé de mousse, jeunes pousses et autres matériaux doux.
La femelle dépose 2-4 œufs et l’incubation dure 33 à 36 jours. Les poussins quittent le nid 40 jours après la naissance, mais ils restent autour du nid pendant encore trois à quatre mois. Pendant la saison de reproduction, chaque groupe  reste à l’intérieur de son territoire et le défend.  

Buse de Harris

Parabuteo unicinctus

Cette espèce est surtout sédentaire, mais certaines populations peuvent errer aux limites de la distribution, probablement en réponse aux disponibilités alimentaires.

La Buse de Harris est assez commune ou commune localement selon la distribution. Elle est menacée par la perte de l’habitat, mais cette espèce montre une grande tolérance et semble être  capable de s’adapter à d’éventuels changements.
HAUT

GENRE BUSARELLUS

Ce genre ne comprend lui aussi qu’une seule espèce, la Buse à tête blanche (Busarellus nigricollis). Cette buse est apparentée aux genres Buteogallus et Parabuteo. Cette espèce se trouve au Mexique, en Amérique Centrale jusqu’en Amérique du Sud, excepté sur la côte Pacifique et à l’extrême sud du Continent.
Avec une longueur de 50 centimètres, ce rapace ressemble au précédent. Il a aussi des ailes larges et une queue courte. Le plumage du corps est fauve-cannelle vif avec de fines stries noires sur le dos. Les rémiges primaires et la queue sont noires, et celle-ci est barrée de fines bandes brun-taupe. La tête et le cou sont blanc chamoisé ou blanchâtres, légèrement striés sur le dessus. On peut voir une bande pectorale noire très nette.
Le bec est noir avec la cire noir bleuâtre. Les yeux sont brun-roux. Les pattes et les doigts sont blanc bleuâtre.     

Buse à tête blanche - Busarellus nigricollis

La Buse à tête blanche se trouve souvent dans les régions tropicales, près des eaux douces ou saumâtres, et aussi depuis les zones découvertes jusqu’aux épaisses forêts humides le long des grands fleuves. Ce type d’habitat lui procure des poissons, des insectes aquatiques et des escargots. Elle chasse habituellement depuis un perchoir duquel elle fond sur sa proie dans l’eau peu profonde ou au milieu de la végétation aquatique. Elle possède des doigts bardés d’épines qui lui permettent de bien saisir les poissons glissants.   

Buse à tête blanche

Busarellus nigricollis

La saison de reproduction varie avec la distribution, et les comportements de nidification sont très peu connus. Le nid fait de rameaux de bois est placé dans les mangroves ou dans de grands arbres. La femelle dépose un seul œuf. 

Buse à tête blanche

Busarellus nigricollis

Cette espèce est sédentaire dans sa distribution, avec quelques déplacements selon le niveau des eaux. Elle est relativement commune dans un habitat adapté, mais le drainage des zones humides pourrait devenir une menace dans le futur.  

HAUT

GENRE GERANOAETUS

La Buse aguia (Geranoaetus melanoleucus) était auparavant placée dans le genre Buteo. Mais cette espèce est étroitement associée aux genres Buteogallus et Leucopternis.

Ce rapace trapu est plus grand que les espèces précédentes avec une longueur de 80 centimètres, un poids de 2000 grammes et une envergure de deux mètres.
Cette espèce se trouve en Amérique du Sud le long de la côte du Pacifique du nord au sud, et au sud du Brésil jusqu’au Paraguay et l’est de l’Argentine. Deux races se partagent la vaste distribution.

Buse aguia - Geranoaetus melanoleucus - Race melanoleucus à gauche - Race australis à droite

La Buse aguia a des ailes longues et larges, et une queue courte et cunéiforme. La tête et le dos sont d’un profond brun charbonneux ou noir ardoisé. Les épaules sont plus claires et finement barrées de noir. Le dessus des ailes est gris, finement barré de gris plus foncé, et la queue noire se termine par une étroite bande grisâtre pâle. Sur les parties inférieures, la poitrine est gris foncé mais le menton et la gorge sont plus clairs. L’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs, parfois finement barrés. Le bec est jaune et terminé de noir, avec la cire jaune. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont jaunes.  

Buse aguia

Geranoaetus melanoleucus

Ce rapace fréquente les régions montagneuses dans le nord de la distribution, jusqu’à 1600-3500 mètres en Colombie et parfois plus haut jusqu’à 4600 mètres d’altitude.
Vers le sud, il fréquente les plaines, les contreforts herbeux des collines, les vallées, les steppes broussailleuses et les zones boisées.      
Il se nourrit surtout de mammifères de la taille des lapins, mais aussi parfois de proies plus grandes, de quelques oiseaux comme la Chevêche des terriers, et de charognes. Selon la saison, il lui arrive de capturer des insectes, quelques serpents et des lézards.
Il détecte ses proies en planant, souvent en couples, le long des pentes et des crêtes.     

Buse aguia

Geranoaetus melanoleucus

La Buse aguia effectue des parades nuptiales aériennes. Elle nidifie très haut sur les falaises, mais aussi plus bas selon les disponibilités. Le nid est fait de rameaux de bois et placé à la cime d’un arbre ou sur un cactus ou un buisson bas selon les endroits libres. La femelle dépose 1 à 3 œufs et l’incubation dure environ un mois.

Buse aguia

Geranoaetus melanoleucus

Cette espèce est probablement sédentaire dans sa distribution, car aucun déplacement n’a été observé. Elle est habituellement assez commune dans son habitat. 

HAUT

GENRE HARPYHALIAETUS  

Ce genre comprend deux espèces, la Buse solitaire (Harpyhaliaetus solitarius) et la Buse couronnée (Harpyhaliaetus coronatus). Les deux espèces sont étroitement apparentées aux Buteogallus.

La Buse solitaire se trouve à l’ouest du Mexique, en Amérique Centrale jusqu’en Colombie, à l’est et au nord du Venezuela et vers le sud au nord-ouest de l’Argentine. 
Elle ressemble beaucoup à la Buse urubu, mais son plumage est plus clair et elle est plus grande et plus lourde avec une longueur de 71 centimètres pour un poids de 3000 grammes.
Le corps est gris-ardoise foncé. La queue courte présente une large bande médiane blanche, et une fine bande terminale blanche également. Sur la tête, la courte crête est très évidente. Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont jaunes.  

Cette espèce fréquente les pentes des montagnes et au Mexique, on peut la trouver dans les forêts tropicales de feuillus entre 750 et 2500 mètres d’altitude.
Ses comportements alimentaires sont peu connus, mais cette buse capture probablement des serpents et des oiseaux pris au nid.    
Ses comportements de reproduction sont inconnus aussi. Un nid a été vu dans la fourche d’un grand arbre sur une pente raide dans un canyon boisé. Il était fait de rameaux de bois et de végétation verte. Un autre nid a été trouvé à seulement un mètre au-dessus du sol. Un seul œuf est pondu.   

La Buse solitaire est certainement sédentaire dans sa distribution. L’espèce est actuellement considérée comme étant presque menacée. Elle est très rare mais ses statuts nécessitent plus de surveillance.

L’autre espèce, la Buse couronnée est grande aussi avec une longueur de 75 à 85 centimètres pour le même poids. Celle-ci se trouve en Amérique du Sud à l’est de la Bolivie, à l’ouest du Paraguay et au sud du Brésil jusqu’au sud de l’Argentine. Elle a des ailes larges, une queue courte et carrée et de longues pattes. Ce rapace est plus clair que le précédent et présente une crête remarquable. Le plumage est gris foncé ou brun cendré. La queue noire présente une large bande médiane blanche et une bande terminale étroite et blanche. Le bec est noirâtre avec la cire jaune. Les yeux sont brun roux. Les pattes et les doigts sont jaunes.
L’immature a le plumage plus marqué et a la même crête que les adultes. 

Buse couronnée

Harpyhaliaetus coronatus

ADULTE
JUVENILE

La Buse couronnée fréquente les broussailles sèches du Chaco et les forêts épineuses saisonnières des caatingas, les zones humides du Pantanal et les savanes avec des palmiers. On peut parfois la voir aux lisières des forêts.
Elle se nourrit de petits mammifères, de rongeurs et aussi de reptiles et de charognes. Elle chasse depuis un perchoir bas et souvent au crépuscule. Elle a des doigts courts, ce qui montre une adaptation pour la chasse aux serpents. 

Buse couronnée

Harpyhaliaetus coronatus

La ponte, un seul œuf, a lieu en octobre dans un grand nid fait de rameaux de bois, parfois construit au sommet d’un nid colonial de Conures veuves
L’espèce est principalement sédentaire mais quelques déplacements vers le nord ont lieu en hiver dans les parties les plus au sud de la distribution.
Ce rapace est classé comme étant Vulnérable, répandu à travers une vaste distribution mais en petits nombres. Mais les statuts sont très peu connus.

Buse couronnée

Harpyhaliaetus coronatus

Tous ces superbes oiseaux de proie nous mènent vers le 8ème groupe qui parlera des buses du genre Buteo, les plus typiques.

HAUT