English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Podarge ocellé
Ang: Marbled Frogmouth
All: Marmorschwalm
Esp: Podargo Ocelado
Ita: Bocca di rana marmorizzato
Nd: Gemarmerde Uilnachtzwaluw
Sd: marmorgrodmun

Photographes:

Callie de Wet
GALLERY

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

NIGHTJARS - A Guide to Nightjars and Related Nightbirds – Nigel Cleere and Dave Nurney - Yale University Press - First Edition (August 11, 1998) - ISBN 10: 0300074573 / ISBN 13: 9780300074574   

Nightjars and Their Allies: The Caprimulgiformes De D.T. Holyoak – Editeur : OUP Oxford, 2001 – ISBN: 0198549873, 9780198549871 – 773 pages

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

Rarely seen marbled frogmouth nest snapped after 'absolutely crazy' three-week effort

Mary Cairncross - Marbled Frogmouth

Podargus ocellatus (PODARGIDAE) Marbled Frogmouth

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Fatbirder - The World’s Richest Information Resource about Birds for Birders

Marbled Frogmouth & Tawny Frogmouth

Planet of Birds

MARBLED FROGMOUTH IN THE CONONDALE RANGE, SOUTH-EASTERN QUEENSLAND

Marbled frogmouth facts for kids

Wildlife Journal Junior

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Podarge ocellé
Podargus ocellatus

Ordre des Caprimulgiformes – Famille des Podargidés

INTRODUCTION :
Le Podarge ocellé est le troisième membre du genre Podargus avec le Podarge gris et le Podarge papou, tous membres de la sous-famille des Podarginae d'Australasie. Cinq sous-espèces partagent la vaste aire de répartition.
Le Podarge ocellé se trouve dans les îles Aru, en Nouvelle-Guinée et dans le Queensland, où il vit dans les forêts humides, également à la lisière des forêts et dans les hautes pousses secondaires. Il est nocturne lorsqu'il se nourrit de gros insectes capturés au sol après s’être élancé de son perchoir.
Le nid de cette espèce est une petite plate-forme faite de brindilles et autres matières végétales. Il est placé en hauteur dans un arbre, et un ou parfois deux œufs sont pondus. Les deux parents partagent les tâches liées à la nidification.
Le nom anglais « frogmouth » fait référence au grand bec aplati et crochu, semblable à la bouche ouverte d’une grenouille.
Le Podarge ocellé a une vaste aire de répartition, mais il est menacé par la destruction de son habitat pour l'expansion de l'agriculture, le pâturage et la production de bois. Cependant, l’espèce n’est pas considérée comme menacée à l’échelle mondiale pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 37-48 cm
Envergure : 62-75 cm
Poids : M: 137-156 gr – F: 132-141 gr

Le plumage du Podarge ocellé varie du gris au brun ou au brun-roux. Il est finement strié et marbré de noir, et tacheté ou marbré de blanc, notamment sur les parties inférieures. La queue est longue et graduée. Les ailes sont arrondies, avec les 5ème, 6ème et 7ème primaires plus longues.

Sur la tête, on peut voir un sourcil pâle et une bande sombre partant de la base du bec, et une touffe proéminente de plumes sétiformes protégeant et cachant les narines qui forment des fentes étroites près de la base du bec.
Le grand bec est couleur corne brunâtre. La langue des membres du genre Podargus a une longue extrémité transparente semblable à du papier.
Les yeux sont généralement orange, allant du jaune au brun, rouge, brun rougeâtre ou rouge orangé.
Les pattes sont très courtes. Les pattes et les doigts sont plutôt faibles. Ils sont couleur chair ou brun rosé.

La femelle est généralement plus foncée que le mâle, mais dans l’ensemble, elles sont souvent assez semblables à leur partenaire.
La femelle de la race P.o. plumiferus présente des motifs plus uniformes et une coloration plus chamoisée sur les parties inférieures que le mâle.

Le juvénile est principalement brun-roux, finement barré de blanc et de noirâtre sur les parties supérieures. Les parties inférieures sont blanchâtres et finement barrées de brun.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Podarge ocellé compte cinq sous-espèces qui diffèrent principalement par la taille et les détails de la couleur du plumage.
P.o. ocellatus (décrit ci-dessus) se trouve en Nouvelle-Guinée, dans les îles de Papouasie occidentale, dans les îles Aru et dans les îles de la Baie de Geelvink.

P.o. intermedius est présent dans les îles Trobriand et dans l’archipel d’Entrecasteaux.
Cette race ressemble à la race nominale mais elle est plus grande (40-42,5 cm). Le mâle peut être plus clair que la race nominale, avec les parties supérieures plus grises et les parties inférieures plus blanches.

P.o. meeki se trouve sur l’île Tagula (archipel de la Louisiade).
Celle-ci est de taille intermédiaire entre les deux races précédentes. La femelle est brunâtre et n’est jamais teintée de roux.

P.o. marmoratus se trouve dans le nord-est de l’Australie (Péninsule du Cap York).
Il est semblable à la race nominale mais avec une queue plus longue. Les plumes sétiformes sont également plus longues et les yeux sont plus jaunes. Certains mâles peuvent avoir des taches plus blanchâtres sur les parties inférieures.

P.o. plumiferus (Plumed Frogmouth) est présent sur la côte est de l'Australie (du sud-est du Queensland au nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud).
Cette race est la plus grande avec une longueur de 45 à 48 cm. Elle est parfois considérée comme une variation de couleur de la race nominale de Podarge gris, tandis que d'autres la considèrent comme une espèce à part entière.

P.o. plumiferus

HABITAT :
Le Podarge ocellé fréquente principalement la forêt tropicale dense et fermée des basses terres. Cependant, on peut le trouver dans des zones isolées de cette forêt, également aux lisières et dans les hautes pousses secondaires.
En Papouasie-Nouvelle-Guinée, il fréquente les savanes d'eucalyptus et il est présent jusqu'à 2 200 mètres d'altitude, tandis que dans le nord de l’Australie, on peut l'observer dans les forêts côtières et riveraines où poussent des plantes grimpantes, jusqu'à 1 600 mètres. Dans l’est de l’Australie, on le trouve dans la forêt tropicale haute ou moyenne, dotée d’une canopée dense. Il préfère généralement les zones avec des ravins abrupts et des cours d’eau.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Les podarges sont généralement très bruyants et crient ou chantent pour délimiter et défendre le territoire.
Le Podarge ocellé mâle émet des séries allant jusqu'à neuf notes monotones ou une série de notes fluides « koor-loo, koo-loo, koo-look » ou « whoor-loop », dont la tonalité augmente parfois légèrement. Ce chant est souvent émis en rafales courtes, mais il peut se poursuivre pendant de longues périodes pendant la saison de reproduction.
Le chant de la femelle est similaire mais plus dur.

Pendant la saison de reproduction, les deux adultes émettent une série rapide de gloussements dont la tonalité monte ou descend. Ce son est utilisé comme avertissement de l'occupation d'un territoire ou d'un site de nidification. Cela peut parfois se terminer par des claquements du bec.
D'autres cris comme un fluide « woo-woo-woo-woo-wooa » (mâle) et « wa-wa-wa-wa-wa » (femelle) se terminent également par un claquement de bec.
Nous pouvons également entendre un trille monotone, aussi un trille fort et aigu, ou des notes « brrrr » et de courts glapissements « chuck ».

Au nid, de légers grincements, sifflements et des sons grinçants se font entendre lorsque le mâle et la femelle se nourrissent mutuellement. L'adulte pousse un grognement bas lorsqu'il est avec le poussin, et le jeune émet une série monotone composée de « awhoo », « kooo » ou « koo-looo ». Le cri d'alarme est un sifflement.

Le Podarge ocellé chante depuis un perchoir, une branche d'arbre ou une plante grimpante à faible hauteur. On l’entend principalement au crépuscule et à l’aube, mais pendant la saison de reproduction, il chante souvent toute la nuit.

Poussin à droite

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Podarge ocellé se nourrit principalement de gros insectes tels que les coléoptères et les sauterelles, mais les plécoptères, les blattes, les perce-oreilles, les orthoptères, les papillons nocturnes et leurs larves, les araignées, les punaises et parfois les grenouilles font également partie de son régime alimentaire.
Il chasse la nuit depuis de grands perchoirs tels que des souches ou des branches basses, en s’élançant pour capturer ses proies au sol ou dans le feuillage. La proie est prise avec le bec après un vol plongeant depuis le milieu de la canopée.
Les grosses proies et les aliments durs sont ramenés au perchoir où ils sont vigoureusement frappés avant d'être consommés.

Pendant la journée, le Podarge ocellé se repose dans les arbres. Il dort sur une branche avec le bec pointé vers le haut, très semblable à la branche sur laquelle il est posé.
Cette espèce doit pratiquer une forme de halètement comme mécanisme de refroidissement pendant les périodes d'hyperthermie causées par les conditions météorologiques chaudes et humides de son habitat tropical.
Il se perche dans la canopée et son plumage cryptique le rend difficile à trouver. Il se repose généralement seul, mais aussi occasionnellement en couples (épaule contre épaule) ou en petits groupes familiaux. Le poussin se perche très près ou entre ses parents.

Poussin au premier plan

Lorsqu’il est menacé, il adopte une posture particulière. Les plumes sont plaquées au corps, le cou et la tête sont étirés tandis que la tête et le bec sont pointés vers le haut. Il peut également déployer ses ailes en guise de défense. On peut aussi l'observer posé contre un tronc d'arbre où son plumage cryptique le rend presque invisible.

Le Podarge ocellé est actif toute la nuit pendant la saison de reproduction. L'espèce est territoriale toute l'année. Les adultes chantent régulièrement la nuit depuis le site du nid. Ils partagent les tâches de nidification et construisent le nid ensemble.

Toutes les sous-espèces sont sédentaires et restent sur les territoires toute l'année.

Le vol du Podarge ocellé est faible. Les ailes sont arrondies et adaptées à leur comportement alimentaire basé sur des vols brefs en jaillissant des perchoirs. Les podarges sont moins aériens que la plupart des espèces parentes dans l'ordre des Caprimulgiformes.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu d'août à décembre dans toute l'aire de répartition. Le Podarge ocellé est territorial toute l’année.
Le nid est construit par les deux adultes. Ils collectent du matériel en cassant des brindilles et des rameaux de bois en descendant du nid, mais ils en récoltent également juste au-dessus du site du nid.
Le nid est une petite plate-forme peu profonde d’environ 8 à 20 cm de diamètre et 2 à 4 cm de profondeur. Cette structure est constituée de brindilles, de bâtonnets, de vrilles de plantes grimpantes, d'herbes, de lichens et de mousse. Il est placé à une hauteur variant de 3 à 15 mètres au-dessus du sol, parfois plus haut, souvent sur une fourche d'arbre plate ou dans la cime des épiphytes. Il pourra être utilisé pendant plusieurs années consécutives.

P.o. plumiferus

La femelle dépose un seul œuf blanc terne, parfois deux, dans une dépression peu profonde au milieu de la plateforme. L'incubation dure environ 31 jours (race P.o. plumiferus), partagée par les deux parents, le mâle pendant la journée tandis que la femelle se perche à proximité du nid. L'oiseau  incubateur est visité et nourri toutes les 15 minutes pendant la nuit.
A l'éclosion, le poussin a d’abord du duvet blanc. Il est assez dépendant des adultes et nidicole. Il s'envole un mois après l'éclosion.
Des observations rapportent que dans la Péninsule du Cap York, un seul jeune quitte le nid même si deux œufs ont été  pondus.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Podarge ocellé est menacé par la destruction de son habitat causée par l'exploitation forestière et le déboisement. L'espèce vit dans des parcelles de forêt subtropicale.
La race P.o. plumiferus a décliné suite à la destruction de son habitat causée par l’exploitation forestière, l’expansion de l’agriculture, le pâturage et la production de bois. C'est désormais un oiseau rare.
  
Le Podarge ocellé a une grande aire de répartition. La taille de la population est inconnue mais elle semble décliner et l'espèce est plutôt rare.
Cependant, le Podarge ocellé n'est pas considéré comme menacé à l'échelle mondiale, et l'espèce est actuellement évaluée comme étant de préoccupation Mineure. Mais davantage d’informations sont nécessaires.

Groupe familial au repos sur une branche