English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Paradisier républicain
Ang: Wilson's Bird-of-paradise
All: Nacktkopf-Paradiesvogel
Esp: Ave del Paraíso Republicana
Ita: Uccello del paradiso di Wilson
Nd: Wilsons Paradijsvogel
Sd: wilsonparadisfågel

Photographes:

Otto Plantema
Trips around the world

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

Les Oiseaux de paradis – Histoire Naturelle et photographies - par Michel Ottaviani - Editions Prin, France – ISBN : 2-909136-40-X

Birds of Paradise and Bowerbirds De Phil Gregory – Editeur: Bloomsbury Publishing, 2020 – ISBN: 1472975847, 9781472975843 – 416 pages

Birds of New Guinea: Second Edition De Thane K. Pratt, Bruce M. Beehler – Editeur: Princeton University Press, 2014 – ISBN: 0691095639, 9780691095639 – 528 pages

Birds of New Guinea: Distribution, Taxonomy, and Systematics De Bruce M. Beehler, Thane K. Pratt – Editeur: Princeton University Press, 2016 – ISBN: 069116424X, 9780691164243 – 672 pages

Book of Curious Birds De Jennifer Cossins – Editeur: Hachette UK, 2021 – ISBN: 073442048X, 9780734420480 – 64 pages

Astonishing Animals: Extraordinary Creatures and the Fantastic Worlds They ... De Tim Flannery – Editeur: Open Road + Grove/Atlantic, 2012 – ISBN: 0802194176, 9780802194176 – 192 pages

Bird: The Definitive Visual Guide De DK – Editeur: Dorling Kindersley Ltd, 2022 – ISBN: 0241596319, 9780241596319 – 512 pages

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birds of the World

Bird Academy

The Australian Museum

Australian Geographic

Our Breathing Planet

Pupperish - The Wilson's Bird Of Paradise Is Utterly Exquisite

Charismatic Planet - The Gorgeous Wilson Bird of Paradise

Like a jewel in the wilderness

Jungle Dragon

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Fatbirder - The World’s Richest Information Resource about Birds for Birders

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Paradisier républicain 
Diphyllodes respublica

Ordre des Passériformes – Famille des Paradisaéidés

INTRODUCTION :
Le Paradisier républicain est l'un des plus beaux membres de cette famille. Le plumage vivement coloré du mâle et les longues rectrices centrales ressemblant à une feuille dédoublée rendent cet oiseau absolument incroyable. La femelle a un plumage beaucoup plus cryptique, bien adapté à la nidification qu’elle assume seule.
Le Paradisier républicain est une espèce endémique d’Indonésie que l'on trouve dans les forêts pluviales des collines et des basses terres des îles Waigeo et Batanta, au large de la Papouasie occidentale. Il se nourrit de fruits, d'insectes et de petits invertébrés.
Les parades nuptiales sont spectaculaires et se déroulent dans une « cour » nettoyée par le mâle lui-même. Des chants et des cris accompagnent la danse nuptiale.

Le terme scientifique « respublica » a été proposé par Charles Lucien Bonaparte, neveu de Napoléon et républicain convaincu aux sentiments antimonarchiques.
Le nom anglais « Wilson » rend hommage à Edward Wilson, un ornithologue britannique.

Le Paradisier républicain est affecté par la perte de l'habitat et l'espèce est actuellement considérée Quasi Menacée.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : M : 16 cm (21 cm avec les rectrices centrales) – F : 16 cm
Poids : M : 63-67 gr – F : 52-60 gr

Le Paradisier républicain mâle adulte est l’un des plus colorés de cette famille, avec un magnifique arc-en-ciel de couleurs.
Sur les parties supérieures se trouve une cape semi-circulaire jaune vif sur le haut du manteau, tandis que le reste du manteau est cramoisi et bordé d'une ligne noire.
Sur le dessus des ailes, les petites couvertures brun noirâtre sont largement bordées de brun plus clair. Les grandes couvertures et l'alule sont d’un brun plus foncé et finement bordées de cramoisi foncé. Les tertiaires sont pourpre foncé avec des extrémités noires. Les secondaires sont noir brunâtre avec des bords d'attaque cramoisi foncé, et les primaires brun foncé présentent également de fins bords d'attaque cramoisis.
Le reste des parties supérieures comprenant le croupion, les couvertures sus-caudales et la queue, est brun noirâtre. Au niveau de la queue, les rectrices centrales sont modifiées et ressemblent à des « faucilles ». Elles sont d’un doux violacé irisé avec des reflets magenta.

Sur les parties inférieures, le menton noir et le haut de la gorge présentent des reflets bronze cuivré ou violet. Un large plastron lisse et brillant est fait de plumes vert émeraude et s'étend du milieu de la gorge jusqu'à l’abdomen. Cette couleur peut varier en fonction de la lumière. On peut voir plusieurs taches et des extrémités de plumes vert turquoise à travers toute la surface de ce plastron.
Le reste des parties inférieures est brun sépia avec des reflets violets.

Sur la tête, on remarque une touffe de plumes noires autour de la base du bec. La calotte et la nuque sont nues, couvertes d’une peau luisante bleu turquoise parcourue de lignes noires entrecroisées, formées de fines plumes noires montrant des reflets irisés cuivre-bronze.

Le bec est noirâtre avec l’arête supérieure du culmen semblable au tranchant d'un couteau. La commissure est jaune pâle tandis que la bouche est jaune vif ou verte. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bleu cobalt ou bleu-gris.

La femelle adulte est beaucoup plus terne que le mâle. La calotte et la nuque sont également nues mais plus foncées et moins étendues. Les parties supérieures sont brun olive foncé ou brun rougeâtre, avec davantage de roux sur les couvertures sus-caudales. La queue paraît plus longue que celle du mâle mais les rectrices centrales modifiées sont absentes. Le dessus de la queue et le dessus des ailes sont bruns avec d’étroits liserés roux sur les rémiges. Les primaires sont plus ternes et plus grises.
Sur les parties inférieures, le menton est chamois clair avec de fines taches grisâtres. Les parties inférieures sont chamois et régulièrement barrées de brun noirâtre.
Les pattes sont plus ternes que celles du mâle.

Le mâle immature ressemble à la femelle mais les rectrices sont pointues à l'extrémité. En grandissant, le jeune mâle acquiert des rectrices plus courtes, tandis que la paire centrale s'allonge progressivement.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Paradisier républicain est endémique d'Indonésie. On le trouve sur les îles Waigeo et Batanta, au large de la Papouasie occidentale.

HABITAT :
Le Paradisier républicain fréquente principalement les forêts des collines jusqu'à 300 mètres d'altitude. Il est plus rarement observé dans la forêt humide en plaine et la forêt de moyenne montagne. Il peut parfois se trouver jusqu'à 1 200 mètres.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le cri territorial du Paradisier républicain est un sifflement clair et sonore ainsi décrit : « cheew », « chow » ou « twoou » audible à une distance pouvant atteindre 1 à 2 kilomètres. Ce cri peut être émis en séries de clics métalliques parfois suivis de trois clics plus clairs et plus nets.
Nous pouvons entendre d'autres types de cris tels que des « keeetch » aigus et soudains, ainsi qu'un sifflement doux répété « teel », et un « too-too-too-too-too-too-wit » plus fort avec une dernière note plus aiguë.
Lors des parades spectaculaires, le mâle émet des gazouillis grinçants et complexes entrecoupés de notes gutturales.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Paradisier républicain se nourrit principalement de fruits, de petits insectes, d’arthropodes et d’invertébrés.
Les membres de la sous-famille Paradisaeinae utilisent leurs pattes, et surtout leurs doigts comme outils pour tenir et manipuler des aliments. Les fruits sont récoltés quand l’oiseau est perché, rarement en vol. Ces oiseaux dispersent bien les graines car ils ne les digèrent pas.
Mais le comportement de recherche de nourriture de l'espèce actuelle est pour le moment mal connu.

Le Paradisier républicain est polygame et s'accouple avec plusieurs femelles. La femelle accomplit seule toutes les tâches liées à la nidification.
Afin d'attirer les femelles, le mâle crée une cour pouvant atteindre un mètre de large, au sein de la forêt dense. Il s'agit généralement d'une petite clairière bien éclairée autour d'un arbre tombé au sol. Cette zone est continuellement nettoyée par le mâle qui enlève les feuilles et les débris du sol de la forêt.

Lorsqu'une femelle s'approche, le mâle adopte d'abord une posture figée, posé sur la base d'un petit arbre vertical. Ensuite, les parades incluent des postures statiques et penchées, et l'oiseau danse en bougeant sa nuque et son plastron, la tête et les rectrices centrales modifiées. Un « bâillement » est également effectué pour exposer la bouche vert-jaune vif.

Ces parades sont accompagnées de gazouillis grinçants, de cris, de bavardages et de bourdonnements dirigés vers la femelle. Le corps du mâle est déformé de diverses manières car l'oiseau gonfle son plumage aux couleurs irisées. Il remue la tête, étire le cou et redresse la queue. Il regarde aussi la femelle avec la bouche grande ouverte, pour essayer de gagner son intérêt.

Lorsqu'une femelle est intéressée, elle se perche sur la branche au-dessus du mâle et elle le regarde pendant qu'il se tortille d'avant en arrière, en chantant et en agitant son plastron fluorescent semblable à un disque vert brillant.

Après l'accouplement, la femelle quitte la zone. Elle construit seule le nid et s'occupe de la couvée sans aucune aide du mâle qui retourne dans sa cour pour tenter d’attirer d'autres femelles.

Le Paradisier républicain est probablement résident avec peut-être de courts déplacements altitudinaux. Mais plus d'informations sont nécessaires.

Le mâle adulte émet un claquement aigu et clair en volant dans sa cour. On ne sait pas comment ce bruit est produit, mais il est possible que les primaires externes plus ou moins modifiées de plusieurs espèces de paradisiers fassent du bruit  pendant le vol. Ce comportement nécessite plus d'informations.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le comportement reproducteur du Paradisier républicain est mal connu. Les mâles semblent prêts à se reproduire en mai-juin et octobre, et les femelles en juin.
La période des parades nuptiales n'est pas définie.
La femelle adulte construit et entretient seule le nid, protégée par son plumage très cryptique.

Les espèces polygames produisent généralement 1 ou 2 œufs et l'incubation dure de 14 à 27 jours selon les espèces. La période de nidification varie de 14 à plus de 30 jours. Les poussins sont généralement nourris par régurgitation.
Il n’y a pas plus d'informations actuellement.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Paradisier républicain est menacé par la forte dégradation de l'habitat sur Batanta à cause de l'exploitation forestière, mais l'espèce est peu commune dans les forêts exploitées et probablement en sécurité à des altitudes plus élevées.
Il n'y a pas de menaces immédiates sérieuses pour les forêts de Waigeo, en raison du relief accidenté.
La taille de la population est inconnue, mais elle semble diminuer lentement, en raison de la perte de forêt et de la dégradation de l'habitat.
Le Paradisier républicain a une aire de répartition restreinte et l'espèce est actuellement considérée Quasi Menacée.