English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Photographes : 

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA   

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins - BORDAS - ISBN: 2040185607

BirdLife International (BirdLife International)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire dossiers

FAMILLE DES CUCULIDES
Sous-famille Neomorphinae

 

La sous-famille des Neomorphinae comprend les coucous terrestres du Nouveau Monde. On compte dix espèces rassemblées en cinq genres : Tapera, Dromococcyx, Morococcyx, Geococcyx et Neomorphus.

Ces coucous aux longues pattes et à la longue queue graduée ont des comportements reproducteurs variables. Trois espèces sont des parasites des nids, le Géocoucou tacheté (Tapera naevia), et les deux Dromococcyx, le Géocoucou faisan (Dromococcyx phasianellus) et le Géocoucou pavonin (Dromococcyx pavoninus).
Ces trois géocoucous se trouvent en Amérique du Sud et en Amérique Centrale, excepté le dernier qui est absent d’Amérique Centrale.

INTRODUCTION

FAMILLE CUCULIDES

Géocoucou tacheté

Tapera naevia

Les autres espèces construisent un nid. Les géocoucous des régions semi-arides d’Amérique du Nord et centrale sont surtout des chasseurs de lézards. Ils courent à des vitesses pouvant atteindre 30km/heure et couvrent ainsi des distances considérables sur le sol quand ils poursuivent une proie, lézard, sauterelle et petits mammifères.

Grand Géocoucou - Geococcyx californianus

D’un autre côté, les grandes espèces forestières d’Amérique du sud suivent souvent les essaims de fourmis légionnaires.
Ces espèces appartiennent au genre Neomorphus. Elles sont peu communes ou rares. Le Géocoucou barré (Neomorphus radiolosus) est en danger d’extinction à cause de la destruction de la forêt.

Ces grands oiseaux (50 cm de longueur) fréquentent les forêts et les zones boisées.
Les espèces du genre Neomorphus dépendent surtout des forêts tropicales d’arbres à feuilles persistantes et des plateaux boisés. Elles sont visibles depuis les plaines jusqu’à 700/1500 mètres d’altitude. On les trouve dans de petites parties de l’Amérique du Sud.
Elles se nourrissent de grands insectes, grenouilles, lézards, araignées, et occasionnellement de fruits et de graines.

Ce sont des oiseaux terrestres mais très agiles. Ils courent souvent, et sont capables de voltiger jusqu’à un perchoir élevé. Ils se nourrissent souvent en suivant les colonies de fourmis légionnaires. Ils courent et happent les insectes, cherchent dans le tapis de feuilles mortes et picorent en marchant, et capturent les proies qu’ils dérangent au passage.
Ces oiseaux sont solitaires et actifs. Ils courent vite et se posent à mi-hauteur dans les branches des arbres.

La seule espèce du genre Morococcyx d’Amérique Centrale a des comportements similaires. Cette espèce semble assez commune dans son habitat.  

Les oiseaux du genre Geococcyx (48-56 cm de longueur) fréquentent surtout les zones arbustives arides dans les plaines ou en montagne. On les trouve dans les campagnes ouvertes et sèches avec des buissons clairsemés et plusieurs espèces de cactus et d’épineux. Ils fréquentent aussi les contreforts herbeux et boisés des collines et les cultures.
Ils sont visibles depuis les plaines jusqu’en altitude, entre 2500 et 3000 mètres.

Grand Géocoucou

Geococcyx californianus

Ils se nourrissent d’une grande variété de proies comme les grands insectes, les araignées, les lézards, les serpents, les petits oiseaux et les œufs, les souris et autres petits mammifères, jeunes lapins, chauves-souris tombées au sol, et de charognes au bord des routes. Ils consomment parfois des fruits et des graines.

Ces oiseaux sont terrestres et se nourrissent seuls ou en couple. Habituellement, ils courent mais ils peuvent aussi voler. Ils chassent surtout au sol où ils poursuivent leurs proies en courant et bondissent sur des insectes en vol. Les lézards et les serpents sont frappés sur une pierre avant d’être avalés. Les scorpions sont attaqués par la queue. Les deux membres du couple coopèrent parfois au cours de la chasse au serpent.

Grand Géocoucou

Geococcyx californianus

Les deux espèces du genre Dromococcyx fréquentent les forêts tropicales toujours vertes et les forêts saisonnièrement inondées ainsi que les lisières. Elles sont visibles depuis le niveau de la mer jusqu’à 1600/1900 mètres d’altitude.
Elles se nourrissent de grands insectes et de lézards pris sur le sol.

Le Géocoucou tacheté (Tapera naevia) est le plus petit de cette sous-famille avec une longueur de 26-29 centimètres. Il fréquente les campagnes ouvertes avec des arbres clairsemés, les herbages à basse altitude saisonnièrement humides, les clairières, les broussailles aux lisières de la forêt tropicale et les bords des routes.
Il se nourrit seul de grands insectes et de chenilles chassés sur le sol. Il balance souvent sa queue d’un côté à l’autre et déplie l’alule, sans doute pour faire sortir les insectes.

Géocoucou tacheté

Tapera naevia

Les espèces des genres Tapera et Dromococcyx émettent des notes sifflées et mélancoliques.
Les espèces du genre Neomorphus claquent du bec de façon sonore, et émettent des sons semblables à ceux des tourterelles « ooooo-oop », et des cris variés tels que des « kchak » sonores en se nourrissant, des hululements répétés « whou » et des sortes de grognements.

QUELQUES SONS PAR XENO-CANTO                 

Géocoucou tacheté - Xeno-Canto

Grand Géocoucou - Xeno-Canto

Géocoucou de Geoffroy - Xeno-Canto

Géocoucou tacheté

Tapera naevia

Pendant la saison de reproduction, chez le Grand Géocoucou, les deux partenaires se poursuivent l’un l’autre sur le sol souvent pendant plusieurs heures. Ils pratiquent des arrêts et se reposent entre deux courses. Les ailes et la queue sont déployées et ils émettent des sortes de claquements « clack ». Le mâle émet parfois des « coo » doux depuis un perchoir élevé. Il présente aussi une branchette à la femelle, mais les deux partenaires participent à cette parade. Ce comportement est visible en général avant la construction du nid.

Avant l’accouplement, les géocoucous mâles font des offrandes de nourriture aux femelles. Le mâle s’approche d’elle en séquences rapides avec de la nourriture dans le bec et en agitant la queue d’avant en arrière. Il court avec les ailes et la queue relevées près de la femelle, pour ensuite les abaisser progressivement. A ce moment-là, la peau nue et colorée située en arrière de l’œil est mise en valeur et la crête est dressée. Ces parades durent souvent plus de deux minutes. 
Une autre parade montre le mâle agitant sa queue d’un côté à l’autre tout en courbant la tête et en la relevant lentement tout en émettant un cri « whirr » en face de la femelle. Il offre de la nourriture à la femelle pendant l'accouplement.      

Grand Géocoucou

Geococcyx californianus

Excepté les espèces Tapera et Dromococcyx qui parasitent les nids des petits passereaux et choisissent généralement des nids clos ou avec un dôme, les autres espèces de la sous-famille Neomorphinae construisent un nid.
Les deux Geococcyx construisent une plateforme ouverte et volumineuse avec des rameaux de bois, et tapissée de feuilles et de peaux de serpents et autres débris. Ce nid est placé dans un buisson ou un arbre bas.
Chez le Grand Géocoucou, la femelle dépose 2 à 6 œufs et l’incubation dure 17-18 jours partagée entre les deux adultes. Les jeunes quittent le nid 17-19 jours après la naissance.

Grand Géocoucou

Geococcyx californianus

Les comportements de reproduction des espèces Neomorphus sont peu connus. Le nid est un bol large et peu profond fait avec des rameaux de bois et tapissé de feuilles vertes. Il est placé dans la végétation  des marais.

Les géocoucous sont assez communs dans leur habitat. Le Géocoucou tacheté est plus ou moins commun selon les régions, tandis que les espèces Dromococcyx sont plutôt rares ou locales. Les géocoucous Neomorphus sont également rares et visibles localement.
Ces oiseaux sont résidents dans leur distribution. Ils sont tous sensibles aux dérangements de l’habitat, à l’éclaircissage des terres et à l’excès de bétail qui détruit la végétation au sol, et certaines espèces ont des distributions restreintes.    

Géocoucou tacheté

Tapera naevia