English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Photographes :

José Luis Beamonte
Pájaros de España

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Paul Guillet
Photos d’Oiseaux

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
Bird Photography

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins - BORDAS - ISBN: 2040185607

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire dossiers

FAMILLE DES CUCULIDES
Sous-famille des Cuculinae

 

La sous-famille des Cuculinae comprend douze genres. Ces coucous parasitent les nids d’autres espèces qui élèvent leur poussin, souvent au détriment de leur propre couvée.
On trouve les genres suivants : Clamator, Pachycoccyx, Cuculus, Cercococcyx, Cacomantis, Chrysococcyx, Rhamphomantis, Surniculus, Caliechthrus, Microdynamis, Eudynamis et Scythrops.

Ils fréquentent habituellement les forêts et les bois, les arbustes et les buissons, les broussailles épineuses, les zones boisées d’arbres à feuilles caduques ou persistantes, les forêts secondaires, les bosquets d’acacias, les vergers, les jardins… mais on les trouve surtout dans des habitats adaptés aux besoins des futurs hôtes qui accueilleront leurs œufs. Toutes ces espèces sont visibles depuis les plaines jusqu’à haute altitude selon la distribution.

Les Cuculinae se nourrissent principalement d’insectes, et plus particulièrement de chenilles velues ou non. Ils capturent aussi des araignées, des escargots et des vers, en fonction des ressources de nourriture et de la région. La plupart d’entre eux prennent les œufs et les nouveau-nés des petits passereaux. Quelques espèces consomment des petits amphibiens et des lézards, et occasionnellement des fruits, des baies et des graines.

Coucou plaintif

Cacomantis merulinus

Coucou à éventail

Cacomantis flabelliformis

Ils cherchent leur nourriture principalement dans les arbres et les buissons, mais ils viennent aussi sur le sol où ils sautillent tout en cherchant des proies. Certaines se nourrissent dans la canopée et d’autres trouvent leurs proies sur les feuilles et les branches, dans le feuillage.
Il leur arrive parfois de se joindre à des groupes d’espèces mélangées pour se nourrir, comme le font les membres du genre Chrysococcyx.

Coucou didric

Chrysococcyx caprius

Coucou menu

Chrysococcyx minutillus

Les membres des genres Caliechthrus et Microdynamis consomment aussi des fruits. Le Coucou koël (Eudynamis scolopaceus) se nourrit aussi principalement de fruits provenant de nombreuses espèces de plantes, quelques insectes et aussi du nectar de fleur.

Coucou koël

Eudynamis scolopaceus

Mâle

Le  Coucou présageur (Scythrops novaehollandiae) est le plus grand des coucous parasites, et son bec semble énorme. Il se nourrit de fruits, et plus particulièrement de figues, ainsi que de quelques insectes. Ses jeunes sont souvent élevés par des Corvidés et nourris avec des charognes. 

Toutes ces espèces sont des parasites et déposent leurs œufs dans les nids d’autres oiseaux. Avant la ponte, la femelle dotée en général d’un plumage plus cryptique que celui du mâle, détecte et observe les futurs hôtes depuis un perchoir discret, et il lui arrive même de visiter le nid.
Tandis que ses futures victimes quittent la place pour se nourrir, la femelle coucou pond dans leur nid et s’en va ensuite avec un de leurs œufs dans le bec. Elle le consommera plus tard.

Coucou koël

Eudynamis scolopaceus

Femelle

Habituellement, les œufs du coucou sont très semblables à ceux de l’hôte. Plus tard, lorsque le jeune coucou naît, il éjecte les œufs ou les poussins de l’espèce qui l’abrite afin de monopoliser les soins de ses parents adoptifs et la nourriture destinée normalement à toute une couvée. Il grandit vite mais il dépendra encore de ses « parents » pendant plusieurs jours ou semaines après la naissance, de 17-20 jours à 50-60 jours selon les espèces.

Les espèces parasitées sont nombreuses, allant des petits passereaux aux Corvidés. Chaque espèce nourrit les jeunes coucous avec la nourriture habituellement donnée à leur couvée complète.

Coucou menu

Chrysococcyx minutillus

Nourri par une Gérygone soufrée (Gerygone sulphurea)

Cependant, si les jeunes coucous éjectent en général les œufs et poussins des petits passereaux, ils peuvent aussi être élevés avec les jeunes de l’hôte chez les espèces plus grandes comme les Corvidés

Le nid des hôtes est variable, allant de la coupe classique au nid en forme de dôme. Selon la forme, la femelle coucou dépose ses œufs en s’accroupissant dans le nid, ou depuis le bord, ou en se perchant juste au-dessus, ou encore pour les nids pourvus d’un toit, en n’entrant pas complètement dans le nid.

Coucou gris

Cuculus canorus

Les hôtes harcèlent souvent les coucous en plongeant sur eux en vol et en criant fortement. Ils peuvent aussi éjecter les œufs du coucou, mais cela est peu fréquent.

Les coucous ont des voix distinctes et peuvent souvent être identifiés par leurs cris.
Ils chantent pour prévenir les autres mâles que le territoire est occupé et pour attirer les femelles.
Pendant la saison de reproduction, ils chantent toute la journée.

QUELQUES SONS PAR XENO-CANTO

Coucou gris - Xeno-Canto      

Coucou koŽl - Xeno-Canto

Coucou didric - Xeno-Canto

Coucou pâle

Cacomantis pallidus

Plusieurs espèces effectuent des parades nuptiales comprenant des vols nuptiaux et des offrandes de nourriture du mâle à la femelle. Le Coucou didric lance son cri typique appelé « le cri de la chenille » associé à ces parades.
De la même manière, le Coucou geai offre une chenille à la femelle au moment de l’accouplement.
De nombreux coucous parasites paradent en déployant la queue et en la relevant, afin d’exposer les dessins des rectrices.

Coucou geai

Clamator glandarius

Les coucous parasites migrent sur de longues distances et ont un vol rapide et direct. Leurs déplacements coïncident non seulement avec la saison de reproduction des espèces hôtes, mais aussi avec l’émergence des chenilles qui constituent leur nourriture favorite.

Coucou geai

Clamator glandarius

Les espèces africaines sont souvent résidentes  ou migrent à l’intérieur du continent. Le Coucou gris est migrateur dans les parties les plus au nord de sa distribution, et il se déplace alors vers le sud pour hiverner dans des contrées au climat plus doux en Afrique, en Inde, au sud-est de l’Asie et aux Philippines.
Habituellement pour de nombreuses espèces, les populations du nord viennent vers le sud en hiver.

Coucou gris

Cuculus canorus

Le Coucou pâle (Cacomantis pallidus) d’Australie peut être résident, migrateur ou erratique dans la majorité des régions du continent Australien. Cette espèce est commune dans sa distribution.
Les coucous du genre Chrysococcyx ont des migrations inconnues, mais surtout en Asie du sud-est.

Les coucous parasites de l’Ancien Monde sont habituellement peu communs dans leur habitat, mais ces oiseaux sont plus souvent entendus que vus, et il est donc difficile de connaître la taille des populations. Les espèces Africaines sont relativement communes dans des habitats adaptés.

Les coucous sont vulnérables à la déforestation et à la dégradation de leur habitat à travers la distribution.

Coucou de Madagascar

Cuculus rochii

Coucou surnicou

Surniculus lugubris

INTRODUCTION

FAMILLE CUCULIDES