English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Tohi à flancs roux
Pipilo erythrophtalmus

Ordre des Passériformes – Famille des Embérizidés

QUELQUES MESURES :
L: 17-21 cm
Env: 20-28 cm
Poids: 32-52 gr

LONGEVITE : Jusqu’ à 12 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le tohi à flancs roux est relativement grand, volumineux, avec une longue queue, un bec puissant, et une certaine  ressemblance avec le pinson.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le tohi à flancs roux apparaît comme étant en déclin. Ce déclin pourrait être dû à la perte de l’habitat boisé et donc, des lisières, à la suite du développement de l’agriculture et des zones résidentielles.
Le parasitisme fréquent dû au vacher à tête brune doit être également pris en compte.

Ang : Eastern Towhee
All : Rötelgrundammer
Esp : Rascador Zarcero
Ital: Pipilo fianchirossi
Nd: Roodflanktowie
Russe: Красноглазый тауи
Sd: Brunsidig busksparv

Photos de Bob Moul
Son site: Nature Photography

Photos de Tom Grey
Son site : Tom Grey's Bird Pictures

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

BIRDS OF THE GREAT BASIN – by Fred A. Ryser - Univ of Nevada Pr -ISBN: 0874170796

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

Birds of Oklahoma (Bill Horn)

 

Accueil

Page Emberizidés

Page Passériformes

Sommaire fiches 

 

Le mâle a la tête noire, ainsi que le haut de la poitrine et les parties supérieures, alors que la femelle est brun foncé sur ces parties-là. Le milieu des parties inférieures est blanc, les flancs et les côtés inférieurs de la poitrine sont couleur rouille, les couvertures sous caudales sont chamois, et les coins de la queue sont blancs. Une tache blanche est visible sur les ailes, sur les primaires.
Le bec est noir et conique. Les yeux sont rouges, mais les oiseaux du sud est les ont blancs. Les pattes et les doigts sont brun clair.

Le juvénile ressemble à l’adulte femelle, mais il est intensément strié dessus et dessous.
Le premier hiver ressemble aux adultes respectifs, mais il a les rémiges plus foncées, et du moins au début,  ses yeux ne sont pas rouges mais plutôt très ternes.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le tohi à flancs roux a pour cri habituel un « tow-whee ? » ascendant et interrogatif ou parfois un « chew-wink ». Il émet aussi un doux « hew », et un « sit » net et métallique. Son chant est variable, mais basé sur deux notes claires, la seconde sur un  ton plus bas, suivies par un trille de tonalité moyenne « tuee tuee-tee-tee-tee-tee-tee ».  

HABITAT :
Le tohi à flancs roux se reproduit dans les sous-bois buissonneux, les bosquets, les lisières de forêts et les jardins, souvent dans des environnements secs et des terrains ouverts. Il hiverne dans des zones similaires et les zones résidentielles.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le tohi à flancs roux se reproduit depuis le sud du Canada, Manitoba, jusqu’au Québec, vers le sud jusqu’à l’ouest de la Louisiane et le sud de la Floride. Il hiverne depuis l’Oklahoma, le sud de l’Ohio et le New Jersey, vers le sud jusqu’au centre du Texas et la Floride. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le tohi à flancs roux se nourrit sur le sol, souvent avec la queue dressée, sous le couvert des buissons, dans lesquels il se retire s’il se sent menacé. Il creuse dans le tapis de feuilles mortes, avec un comportement caractéristique. Il fait un petit saut en avant, et là, il gratte vers l’arrière avec ses deux pattes à la fois pour déterrer sa nourriture.

Pendant l’hiver, le tohi à flancs roux vivant au nord migre, mais les populations du sud sont des résidentes permanentes. Les groupes de tohis hivernants peuvent rejoindre des groupes mixtes pour se nourrir. Ce sont des migrateurs sur courtes distances.

Pendant la parade nuptiale, les femelles sont poursuivies en plein vol par les mâles. Le chant murmuré du mâle est une part importante de sa parade tandis qu’il poursuit la femelle.
Un autre comportement montre le mâle apportant des matériaux pour le nid comme des feuilles mortes, tout près de la femelle qui les arrange.
Pour la parade de pré-copulation, la femelle tend son dos à l’horizontale, relève le bec et la queue, et lance un « tetetetete » rapide et haut perché.
 
Pour éjecter un intrus, les deux adultes deviennent plus audacieux, et souvent se précipitent à quelques centimètres de l’intrus, en pépiant de façon excitée, avec les ailes et la queue déployées et la calotte hérissée, avant de reculer en continuant à crier depuis les arbres, en gardant une distance de sécurité. Le mâle chante et crie, souvent de façon alternée.

VOL :
Le tohi à flancs roux vole bruyamment sur de courtes distances. Ses ailes provoquent un son pouvant être entendu à distance.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le nid du tohi à flancs roux est situé sous un buisson ou un tas de broussailles, mais aussi dans un fourré. C’est une dépression grattée dans le sol. Le nid est construit par la femelle. Il est fait avec des brindilles, des feuilles et de l’écorce, et tapissé de poils d’animaux. C’est un nid en forme de coupe.

La femelle dépose 2 à 6 œufs grisâtre ou blanc crème, occasionnellement blanc verdâtre, plus ou moins tachetés de brun. L’incubation dure environ 12 à 13 jours, assurée par la femelle. Les poussins sont nourris par les deux parents et quittent le nid à 11 ou 12 jours. Ils sont nidicoles. La femelle les couve tant qu’ils sont encore au nid. Après leur envol, les membres du groupe familial restent ensemble tout l’été. Deux ou trois couvées sont produites chaque année, entre avril et août.

ALIMENTATION :
Le tohi à flancs roux se nourrit d’insectes comme les phalènes, les chenilles, les fourmis, les cochenilles, les insectes térébrants, les scarabées, les escargots, les punaises et autres insectes parasites. Leur régime animal comprend aussi les mille pattes, les petites salamandres, les lézards et les serpents. 
Ils se nourrissent aussi de nombreuses baies, et propagent ainsi les semences de beaucoup de plantes utiles, comme les arbres porteurs de baies diverses.