English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Tangara vermillon
Piranga rubra

Ordre des Passériformes – Famille des Thraupidés

 

QUELQUES MESURES :
L : 17 cm
Env : 28-30 cm
Poids : 30 gr

LONGEVITE : jusqu’à 5 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le tangara vermillon est un oiseau massif.

ALIMENTATION :
Le tangara vermillon est surtout un insectivore, se nourrissant d’insectes volants et terrestres tels que les scarabées, les libellules, les sauterelles, les fourmis et les chenilles. Il se nourrit aussi d’araignées et peut consommer des fruits et des baies. Mais en été, il se nourrit principalement d’abeilles et de guêpes, adultes et larves.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les populations de tangaras vermillon sont stables. La menace la plus importante qui pèse sur l’espèce est la destruction de l’habitat sur les aires de reproduction, et les collisions avec les tours pendant les migrations nocturnes. 
Le tangara vermillon a quelques prédateurs tels que les geais, les rapaces, les ratons laveurs, les écureuils et les serpents.

Ang : Summer Tanager
All : Sommertangare
Esp : Quitrique Colorado
Ital : Piranga estiva
Nd :  Zomertangare
Russe : Летняя танагра
Sd :   Sommartangara  

Photos de Tom Grey
Son site : Tom Grey's Bird Pictures

Photo de la femelle par Tom Merigan
Son site : Tom Meriganís Photo Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

BIRDS OF THE GREAT BASIN – by Fred A. Ryser - Univ of Nevada Pr -ISBN: 0874170796

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA by National Geographic Society - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Le mâle adulte a le plumage rouge rosé sur tout le corps, avec les ailes et la queue légèrement plus ternes. La couleur de son plumage reste identique toute l’année.
Le bec conique et fort est de couleur corne. Il devient plus foncé en hiver. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris-brun clair.

La femelle a le plumage brunâtre-olive terne, avec des liserés étroits jaunâtres sur les couvertures alaires. Les ailes semblent être de la même couleur que le corps.
Quelques femelles peuvent présenter une nuance rougeâtre sur tout le corps, ou une teinte rouge sur les ailes, la queue et le corps.

Le mâle immature a le plumage tacheté, avec des taches rouge-orange sur le plumage jaunâtre.

On trouve deux sous-espèces : Piranga rubra cooperi à l’ouest, et Piranga rubra rubra à l’est.

On trouve également des espèces similaires :
Le Tangara écarlate – Piranga olivacea – qui est rouge vif avec les ailes noires.
Le Tangara orangé – Piranga flava – est rouge grisâtre terne avec le bec et les pattes foncés, et les ailes et la queue plus foncées. Le mâle et la femelle ont une tache faciale grise.
Les femelles orioles présentent des barres alaires blanches et ont le bec pointu et plus foncé.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Les cris du tangara vermillon sont aigus, comprenant deux notes « pik-i-tuck ». L’intensité peut varier. Quand il est près d’un rival, le mâle lance une version plus rapide et plus roulée « prritt-i-tuk-tuk-tuk ». Quand l’oiseau est seul et calme, le cri est plus lent « pi-tuk ». Pendant les disputes territoriales, on peut entendre des cris pleurards « cheeew ». Ces cris sont souvent accompagnés de vols d’avant en arrière entre deux perchoirs, et de postures avec la queue dressée et déployée, les ailes vibrantes et les plumes de la tête hérissées.
Le chant du tangara vermillon est une série douce et claire de notes sifflées. Le chant a une qualité musicale réelle, un peu comme le chant des grives.

HABITAT :
Le tangara vermillon se reproduit dans les forêts ouvertes de chênes, de pins et chênes mélangés, les zones boisées riveraines peuplées de saules et de peupliers de Virginie, et on peut le trouver également dans les vergers et les parcs.
Les oiseaux de l’est préfèrent les bois de feuillus ouverts, et les oiseaux de l’ouest occupent les zones boisées riveraines.
Il hiverne dans les forêts ouvertes et les lisières de forêts, les arbres dans les parcs et les jardins en ville. Au Mexique, il vit dans les forêts humides et les forêts tropicales de feuillus. 
 
DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE:
Le tangara vermillon se reproduit au sud des Etats-Unis et au nord du Mexique, vers le nord, à l’est jusqu’au sud de l’Iowa et le New Jersey.
Il hiverne depuis le sud du Mexique, vers le sud jusqu’au nord de l’Amérique du Sud.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le tangara vermillon capture des insectes volants, effectuant des sorties brutales et courtes depuis un perchoir. Il glane sa nourriture sur les feuilles et l’écorce, dans les arbres et les arbustes. Il peut capturer ses proies sur le sol, mais préfère se nourrir dans les arbres jusqu’au sommet de la canopée.
Il capture des abeilles et des guêpes adultes en les happant au vol. Il porte sa proie sur son perchoir et la frappe plusieurs fois jusqu’à la mort de l’insecte. Ensuite, il enlève le dard en essuyant la proie sur la branche avant de l’avaler. Il capture aussi des larves, après avoir tué ou harcelé les adultes jusqu’à l’abandon du nid où il peut ensuite se servir en toute quiétude.
Il se nourrit aussi de fruits, parfois en voltigeant et en picorant dans le fruit.
Il se déplace en sautillant dans la végétation d’un perchoir à l’autre, et aussi sur le sol.

Les disputes territoriales ont lieu quand les mâles arrivent sur les aires de reproduction à mi-avril jusqu’à fin mai. Les mâles sont en compétition pour les territoires et peuvent arriver jusqu’aux contacts physiques après des poursuites. Le même type de poursuites est observé envers les femelles pendant les parades nuptiales.
Le mâle défend ses aires de nidification et de nourrissage. Il établit les limites par des chants intenses et des cris, chassant les rivaux hors de son territoire. Les rencontres avec les oiseaux voisins déclinent rapidement dès que les territoires sont établis.

Le tangara vermillon est souvent vu seul, mais pendant la période des parades, les partenaires se nourrissent ensemble. Les tangaras vermillon semblent être monogames. Les parades commencent par de fréquentes poursuites énergiques de la femelle par le mâle. Le mâle peut aussi apporter de la nourriture à la femelle pendant l’incubation, sautillant avec la crête et la queue dressées, et les ailes vibrantes, tandis qu’il chante doucement. L’accouplement a lieu quand la femelle étend ses ailes vers l’extérieur et dresse sa queue. Les liens du couple peuvent cesser dès l’envol et la dispersion des jeunes.
Le tangara vermillon migre en groupes d’environ 30 oiseaux. Il est très migrateur, et voyage plutôt de nuit, bien que le vol se poursuive parfois de jour.
Le tangara vermillon harcèle les prédateurs en plongeant sur eux avec un vol rapide et descendant tout en criant vigoureusement.  

VOL :
Le tangara vermillon a un vol rapide et direct. Les battements rapides et les pauses brèves alternent pendant les vols plus longs. Il pratique de façon excellente le vol sur place, et il est capable de capturer les abeilles et les guêpes au cours du vol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le tangara vermillon cherche le site du nid deux à quatre semaines après son arrivée sur les aires de reproduction. Mâle et femelle semblent chercher ensemble. La femelle rassemble les matériaux et construit le nid. Le mâle la suit souvent mais ne participe pas aux travaux. Le nid est habituellement placé dans une touffe de feuilles, ou dans la fourche des branches, à une hauteur pouvant varier de 1,50 à 22 m, mais le plus souvent aux environs de 4 m au-dessus du sol
Le nid est une coupe ouverte, faite d’herbes sèches, de feuilles, toiles d’araignées et morceaux d’écorce. La femelle entrelace les matériaux de façon grossière. C’est souvent une construction lâche, si fine que les œufs apparaissent si on regarde le nid par en dessous. Dans d’autres parties de l’habitat, notamment à l’ouest, le nid est bien construit. La femelle tapisse le nid d’herbes fines.

La femelle dépose 3 à 4 œufs bleu clair ou vert clair, tachetés de brun. L’incubation dure environ 12 à 13 jours, assurée par la femelle qui est parfois nourrie par le mâle auquel elle réclame de la nourriture. Les poussins sont nidicoles et sont nourris par les deux parents. Le mâle passe la nourriture à la femelle qui la donne aux jeunes. Ceux-ci abandonnent le nid au bout de 8 à 10 jours après la naissance. Ils commencent à voler à l’âge de dix jours. Les adultes et les jeunes restent ensemble encore deux à quatre semaines après l’envol.
Cette espèce produit une seule couvée par an, et les oiseaux quittent les aires de reproduction en septembre-octobre.