English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Red-winged Starling
All : Rotschwingenstar
Esp: Estornino Alirrojo
Ital: Storno alirosse africano
Nd: Roodvleugelspreeuw
Sd: Rödvingad glansstare

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Callie de Wet
Flickr Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions –
ISBN: 9788496553507

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

ROBERTS BIRDS OF SOUTH AFRICA by G. R. Mc Lachlan and R.  Liversidge – The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fuund – ISBN: 0620031182

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

Rufipenne morio
Onychognathus morio

Ordre des Passériformes – Famille des Sturnidés

QUELQUES MESURES :
L : 30 cm
Poids : 115-155 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Rufipenne morio est un étourneau africain qui aime beaucoup les fruits vivement colorés, et peut devenir très agressif lorsqu’il défend son nid, s’attaquant même aux humains.

Le mâle adulte a le plumage noir irisé, avec des reflets bleu foncé sur tout le corps, excepté sur les ailes où les rémiges primaires sont châtain vif avec des extrémités noires étroites. Quand les ailes sont closes, on voit seulement une tache de couleur fauve. La queue assez longue et pointue est noire.
Le bec robuste est noir. Les yeux sont rouge foncé. Les pattes et les doigts sont noirs.

La femelle est très semblable en plumage, mais elle a la tête, le menton, la gorge et le haut de la poitrine gris brunâtre.

Le juvénile ressemble au mâle mais en plus terne, moins irisé. Le bec et les yeux sont bruns.

Il existe deux sous-espèces. En dehors de la race nominale O.m. morio, la race O.m. rueppellii est plus grande  avec une queue plus longue, mais un plumage semblable.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le cri le plus commun du Rufipenne morio est un « spreeu » plaintif et trainant. Le cri de contact comprend deux notes « twee-twoo ». Le cri d’alarme est un « tchorr » rauque. Quand il défend le nid et attaque les intrus, il lance des « Kwok Kwok » bas.
Le chant est musical mais complexe, comprenant des sifflements mélodieux et des gazouillis. Mâle et femelle chantent et les groupes produisent un mélange de sifflements et de phrases chantées.

HABITAT :
Le Rufipenne morio est très commun dans les zones urbaines, mais son habitat d’origine est tout à fait différent. C’est un oiseau qui fréquente les régions montagneuses avec des escarpements rocheux et des gorges, mais avec des accès aux espaces bien pourvus en végétation où ils peuvent se nourrir.
Cette espèce est visible jusqu’à 2500 mètres en Ethiopie, et peut être vue jusqu’à 4000 mètres ou plus en Ouganda. En Afrique du Sud, elle est présente depuis le niveau de la mer jusqu’à 3000 mètres d’altitude.
Cependant, il évite en général les régions arides et les plaines de la côte est.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
Le Rufipenne morio se trouve depuis la Province du Cap jusqu’en Ethiopie.
Il est principalement résident dans sa distribution. En dehors de la saison de reproduction, des groupes nomades d’environ 200 individus ont été observés.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE : 
Le Rufipenne morio est un frugivore et un oiseau très opportuniste. Il se nourrit de nombreux fruits et baies provenant de plusieurs espèces d’arbres et buissons. Il consomme aussi des graines et du nectar. Les plus petites sont gardées dans le gosier et transportées plus loin, alors que les plus grosses sont régurgitées.
Il se nourrit aussi d’amphibiens, lézards, crabes d’eau douce, charognes, scorpions, araignées, grands insectes et de nombreux autres, escargots et mollusques.

Le Rufipenne morio se nourrit en sautillant sur le sol, mais il cherche aussi dans les arbres et les buissons. Il lui arrive de se nourrir sur les zones des marées. Les plus grandes proies sont frappées sur des enclumes, souvent une grosse pierre près du nid, et les poussins sont nourris avec des petits morceaux.
Il fréquente les grands mammifères desquels il retire les tiques et autres ectoparasites. Très opportuniste, il dérobe de la nourriture sur les aires de pique-nique et dans les restaurants de plein air.

On le trouve en général en couples ou en petits groupes. Ils se rassemblent dans des dortoirs communautaires la nuit sur des falaises, des grands arbres ou des immeubles où jusqu’à 500 oiseaux peuvent dormir ensemble. Ils peuvent aussi dormir dans les roselières en compagnie d’autres espèces.

Pendant la saison de reproduction, le Rufipenne morio devient agressif aux alentours du site du nid. Il attaque les intrus, humains ou autres animaux et oiseaux.
Cette espèce est monogame et les liens du couple peuvent durer pendant plusieurs saisons. Cet étourneau ne nidifie pas dans des cavités comme la majorité des Sturnidés.

VOL :
Les rémiges châtain vif sont très nettes en vol. Les proportions des ailes et de la queue peuvent varier à travers la distribution, mais il n’y a pas vraiment d’explication écologique à ces variations probablement liées au type d’habitat.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution. Cette espèce produit souvent deux couvées par saison.

Au contraire des autres espèces de Sturnidés, le Rufipenne morio construit son nid sur une corniche rocheuse sur une falaise, mais aussi aujourd’hui sur des immeubles, ainsi qu’à la base des feuilles de palmiers. Le même site est en général utilisé pendant plusieurs années.
Le nid est fait avec de la boue, des herbes, des radicelles et des brindilles, et l’intérieur est tapissé d’herbes fines, de crin de cheval et aussi parfois de matériaux non naturels.

La femelle dépose 2-4 œufs et incube pendant environ deux semaines. Le mâle la nourrit au nid pendant cette période. Les poussins sont nourris par les deux parents et ils quittent le nid au bout de 22 à 28 jours après la naissance.
Le nid peut être parasité par le Coucou geai (Clamator glandarius) dans certaines régions. Les prédateurs de nids sont le Corbeau pie (Corvus albus) et le Gymnogène d’Afrique (Polyboroides typus), et certains singes.  

ALIMENTATION :   
Le Rufipenne morio se nourrit principalement de fruits et de graines provenant de nombreuses espèces de plantes. Il consomme aussi du nectar, des insectes et des mollusques, des araignées, des amphibiens, des lézards, des scorpions, des charognes…

PROTECTION/MENACES/ STATUTS : 
Le Rufipenne morio est largement répandu et abondant dans la majorité de sa distribution. L’espèce est considérée comme parasite dans certaines régions où elle fait des ravages dans les récoltes de fruits.
Les populations ne sont pas menacées actuellement.