English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Roselin cramoisi
Ang: Common Rosefinch
All: Karmingimpel
Esp: Camachuelo Carminoso
Ita: Ciuffolotto scarlatto
Nd: Roodmus
Sd: rosenfink

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

Ottaviani, M. (2008) Monographie des Fringilles (fringillinés – carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, Volume 1. Editions Prin, Ingré, France, 488 p
 
THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

FINCHES AND SPARROWS by Peter Clement, Alan Harris and John Davis – Helm Identification Guides – ISBN: 0713652039

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

Thai National Parks

Birds Korea

Migration routes and timing in a bird wintering in South Asia, the Common Rosefinch Carpodacus erythrinus

Birds in Bulgaria

 

Accueil

Page Famille Fringillidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Roselin cramoisi
Carpodacus erythrynus

Ordre des Passériformes – Famille des Fringillidés

INTRODUCTION :
Le Roselin cramoisi est un petit Fringillidé trapu, généralement commun et largement répandu en Asie et en Europe. Il se reproduit dans le nord de la distribution et hiverne plus au sud.
Il fréquente les bois, les bosquets et les lisières des forêts près de l’eau en été. Pendant l’hiver, il se trouve surtout dans les jardins et les vergers, ainsi que dans les prairies humides et buissonneuses. Il nidifie dans une structure lâche en forme de coupe, située assez bas dans la végétation ou dans un arbre.
Le Roselin cramoisi n’est pas globalement menacé pour le moment, mais la population semble décliner lentement. Mais l’espèce est encore commune actuellement.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 13-15 cm
Poids : 19-33 gr

Le Roselin cramoisi mâle adulte en plumage nuptial a le manteau, le dos, les scapulaires et les petites couvertures bruns ou brun foncé, avec des plumes aux liserés clairs. Toutes sont teintées de rouge sauf en plumage usé.
Le croupion varie de rouge rosâtre à rouge profond, selon l’âge de l’oiseau. On remarque quelques plumes aux extrémités brunes. Les couvertures sus-caudales sont brunes et teintées de rouge. La queue fourchue est brune avec de larges liserés plus clairs ou brun rougeâtre sur les rectrices externes.
Sur le dessus des ailes, les grandes et moyennes couvertures sont brun foncé, avec des liserés brun clair et des extrémités rose pâle, formant une double barre alaire. L’alule, les premières couvertures et les rémiges sont brun foncé avec des liserés clairs. Les rémiges primaires et secondaires sont teintées de chamois rougeâtre pâle vers l’extrémité.

Sur les parties inférieures, le menton, la gorge et le milieu de la poitrine sont rouge cramoisi mais de manière variable. Les côtés de la poitrine et l’abdomen sont blanc chamoisé, parfois légèrement teintés de rouge sombre. Les flancs sont teintés de brun chamoisé ou quelquefois de rouge. Les couvertures sous-caudales et les cuisses sont blanchâtres ou blanc chamoisé.

Sur la tête, le front, la calotte, la nuque et l’arrière du cou sont rouge vif, d’une étendue souvent variable. Les plumes ont souvent des bases brunes. Les lores sont brun cendré. Les joues et les parotiques sont brunes (plus ou moins foncé) avec une teinte rougeâtre variable.
Le bec assez fort est grisâtre ou gris-brun foncé, mais quelques adultes peuvent avoir la base de la mandibule inférieure brun jaunâtre clair ou rosâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont bruns ou brun rosâtre.

Le mâle adulte en hiver a le plumage beaucoup plus terne, y compris sur la tête.

La femelle adulte est plus terne, avec le plumage gris-brun terne. Les parties supérieures et inférieures sont légèrement striées de sombre. On remarque deux barres alaires indistinctes.
Sur la tête uniformément brun-olive clair, le front et la calotte sont finement striés de noirâtre. La face est légèrement plus pale. On peut voir un sourcil court et un croissant blanc chamoisé en dessous de l’œil. Une large bande chamois clair au niveau de l’espace mustacien est bordée d’une rayure malaire plus foncée. Les parties nues sont identiques à celles du mâle.

Le juvénile ressemble à la femelle adulte, mais son plumage est plus vif dans l’ensemble. Les barres alaires sont plus nettes, tout comme les extrémités claires des tertiaires, et les stries sont plus nettes.
Le plumage adulte des mâles n’est pas complet avant l’automne ou même plus tard.
Les oiseaux du 1er et 2ème été sont comme la femelle adulte.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :                      
Le Roselin cramoisi a cinq sous-espèces qui diffèrent surtout par l’intensité et l’étendue du rouge sur la tête, les parties supérieures et inférieures, mais en plumage d’hiver, ces différences sont moins nettes.

C.e. erythrinus (décrit ci-dessus) se trouve dans le nord, le centre et l’est de l’Europe, dans l’ouest et le centre de la Sibérie, le nord-ouest de la Mongolie, et dans le sud, depuis le nord-ouest des Balkans, en Roumanie et dans le nord de l’Ukraine, vers l’est jusqu’au nord du Kazakhstan. Il hiverne dans le nord de l’Inde, dans les plaines du Népal, au Bhutan, dans le nord du Myanmar et le nord-ouest de la Thaïlande. 

C.e. ferghanensis se trouve dans l’est et le sud-est du Kazakhstan et l’ouest de la Chine, vers le sud jusqu’en Afghanistan, l’ouest du Pakistan et le nord-ouest de l’Himalaya. Il hiverne jusqu’au nord-ouest de l’Inde.
Cette race a la tête et les parties supérieures d’un brun plus foncé, et moins de rougeâtre sur le dessus. Sur les parties inférieures, l’abdomen et les flancs présentent une étendue plus importante de rouge rosâtre.
La femelle est plus sombre ou plus brune.

C.e. roseatus se trouve dans le centre et l’est de l’Himalaya, vers l’est jusqu’au nord-est de l’Inde et encore vers l’est jusqu’au centre et au sud de la Chine. Il hiverne en Inde et vers l’est jusqu’au Myanmar, en Thaïlande, au Laos, au Vietnam, ainsi que dans le sud et le sud-est de la Chine.
Chez cette race, le mâle nuptial est d’un rouge plus profond que les autres sous-espèces, avec du rouge cramoisi sur la tête et les parties supérieures. Le croupion est rouge vif tandis que le manteau et les scapulaires sont striés de noirâtre. Sur les parties inférieures, le rouge s’étend vers le bas de la poitrine et légèrement sur l’abdomen et les flancs.
La femelle est d’un brun plus foncé avec des stries plus marquées dans l’ensemble.    

C.e. grebnitskii se trouve dans l’est de la Sibérie et l'Extrême-Orient russe, dans le nord de la Mongolie, le nord-est de la Chine et le nord de l’Ile de Sakhaline. Il hiverne dans le sud et le sud-est de la Chine, vers le sud jusqu’au nord de la Thaïlande et le nord du Vietnam.
Cette race est d’un rouge plus sombre que la race nominale, avec les parties supérieures d’un rouge plus profond chez le mâle, et les parties inférieures plus claires ou davantage rouge rosâtre s’étendant jusqu’à l’abdomen et aux flancs.
La femelle est plus sombre ou plus brune dans l’ensemble.

C.e. kubanensis se trouve dans le nord et l’est de la Turquie, dans le Caucase et dans le nord et le nord-est de l’Iran. Il hiverne jusqu’au nord de l’Inde.  
Chez cette race, le mâle est similaire au mâle de la race nominale, mais avec la tête et la poitrine d’un rouge plus profond. Le manteau et les scapulaires sont bruns et teintés de rougeâtre. Sur les parties inférieures, la couleur rouge rosâtre s’étend jusqu’en haut de l’abdomen et aux flancs.
La femelle est plus claire et plus grise, moins teintée d’olive que la race nominale.   

HABITAT :               
Le Roselin cramoisi se reproduit dans les zones où poussent des arbustes à feuilles caduques et des buissons épais, sur les rives des lacs, dans les parcs, les bosquets le long des cours d’eau et en lisière des cultures, ainsi que dans les clairières buissonneuses et les bois de feuillus, à partir de 200 mètres et jusqu’à 3600 mètres d’altitude selon la distribution.  
Pendant l’hiver, il est généralement présent à plus basse altitude, souvent en-dessous de 1500/2000 mètres. Il fréquente des habitats similaires sur les contreforts des montagnes, les plaines et les roselières à la lisière des champs cultivés. Lors des passages migratoires, il est également présent dans les bois et les broussailles des régions côtières.    

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Roselin cramoisi a pour cri habituel un « ueet » clair et doux, parfois légèrement plus dur, un peu comme le cri du Verdier d’Europe. Le cri d’alarme est ainsi décrit « djuwee ».
Le chant est un sifflement doux, une phrase claire et flûtée composée de 3-4 notes, d’une tonalité plutôt plaintive montante et descendante, avec quelques variantes selon les individus « ste-too-weet-tew ». 
Pendant les parades, le mâle émet un bavardage calme et des gazouillis en alternance avec les phrases sonores du chant.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Roselin cramoisi se nourrit surtout de graines, bourgeons et jeunes pousses, ainsi que de fruits, baies et nectar. Il consomme également des insectes et des larves ainsi que divers autres arthropodes, en particulier en été pendant la reproduction.

Il se nourrit sur le sol dans la végétation basse et les buissons. Mais il cherche aussi à tous les niveaux des arbres, partout où il peut trouver des bourgeons et des fruits.
L’espèce peut être observée seule ou en couples, ainsi qu’en petits groupes. Mais après la reproduction, de grandes bandes comprenant plusieurs groupes familiaux sont observées. Des troupes plus importantes pouvant compter 100/200 individus sont courantes en dehors de la saison de reproduction. Il lui arrive aussi de se joindre à des groupes d’espèces mélangées.

Le Roselin cramoisi est habituellement monogame avec les liens du couple établis pour une saison, occasionnellement plus longtemps. Le territoire est défendu par les deux adultes, mais surtout par le mâle.
Celui-ci arrive le premier sur les aires de reproduction. Au début de la saison, il chante depuis des perchoirs réguliers pour attirer une femelle. Pendant les parades, les deux adultes sont proches l’un de l’autre sur le sol, un rocher ou une branche. Le mâle a la tête tendue vers le haut avec les plumes de la calotte dressées, tandis que les ailes sont tombantes et vibrantes et la queue partiellement relevée.  
Il décrit lentement des cercles autour de la femelle, ou bien les deux oiseaux tournent chacun leur tour, toujours avec la tête levée. Le mâle balance aussi son corps d’un côté à l’autre avec les ailes vibrantes, ou se penche en avant vers la femelle avant de jeter sa tête en arrière tout en chantant. D’autres parades comprennent un vol léger effectué par le mâle avec les ailes tendues, des offrandes de nourriture et la surveillance de la femelle lorsqu’elle se nourrit.

Le Roselin cramoisi est migrateur. Il se déplace généralement de nuit, mais il est également diurne pendant la migration de printemps.
Il se déplace en petites bandes, mais aussi en troupes plus importantes pouvant compter jusqu’à 200 individus, ou même plusieurs centaines d’oiseaux.
Toutes les races migrent vers le sud après la reproduction. Elles quittent les sites de nidification fin juillet/début août et reviennent à partir de la mi-avril jusqu’à fin mai.

Le vol est bondissant, avec des battements rapides entrecoupés de périodes brèves pendant lesquelles les ailes sont collées au corps.    

REPRODUCTION DE L’ESPECE :         
La saison de reproduction a lieu entre mai et août. L’espèce ne produit qu’une seule couvée par saison.
La femelle construit le nid, une structure lâche en forme de coupe faite avec des brindilles, des tiges d’herbes, des fibres, des herbes, du duvet végétal, de la mousse et des lichens et des poils d’animaux.  L’intérieur est tapissé de matériaux similaires mais plus doux. Le nid est situé à un ou deux mètres au-dessus du sol, occasionnellement jusqu’à dix mètres de hauteur dans un buisson, un genévrier, un épicéa ou un saule. Il est généralement caché dans le feuillage ou contre le tronc.

La femelle dépose 4-6 œufs vert bleuâtre avec des marques plus sombres. Elle incube seule pendant 11 à 14 jours. Le mâle vient parfois la nourrir pendant cette période.
Les poussins sont nourris et élevés par les deux parents. Ils quittent le nid au bout de 10-13 jours après l’éclosion mais ils ne sont pas encore capables de voler. Ils dépendent des adultes pour la nourriture pendant encore deux semaines.
Le Roselin cramoisi nidifie en solitaire mais aussi quelquefois en colonies lâches.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :       
Le Roselin cramoisi est décrit comme étant commun, parfois localement.
La population globale est estimée à 62 400 000/113 200 000 individus matures, mais il faudrait davantage d’informations à ce sujet. En Europe, la population a décliné entre 1980 et 2013.
Aucune menace significative n’est connue en Europe, et l’espèce ne semble pas globalement menacée pour le moment.