English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Pie-grièche écorcheur
Ang: Red-backed Shrike
All: Neuntöter
Esp: Alcaudón Dorsirrojo
Ita: Averla piccola
Nd: Grauwe Klauwier
Sd: Törnskata

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

José Luis Beamonte
Pájaros de España

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Otto Plantema
Trips around the world

Yves Thonnérieux
NATUR’AILES
 
Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 13 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553453

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112 
 
THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Birds of Britain - The Web Magazine for Birdwatchers

Pájaros de España (JL Beamonte)

Birds in Bulgaria

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Pie-grièche écorcheur
Lanius collurio

Ordre des Passériformes – Famille des Laniidés

INTRODUCTION :
La Pie-grièche écorcheur était autrefois appelée « butcher bird » en anglais, « oiseau boucher » en français, devenu « écorcheur » par la suite à cause de ses comportements alimentaires. L’oiseau stocke et empale ses proies sur des branches épineuses ou des fils de fer barbelés. Cette espèce a un bec crochu comme un rapace, et comme un oiseau de proie, elle transporte parfois ses proies dans ses griffes.
La Pie-grièche écorcheur se reproduit dans les bois ouverts au couvert végétal épais composé d’épineux qui procurent à l’oiseau des perchoirs pour chasser et des épines pour empaler sa nourriture.
L’espèce est migratrice et hiverne en Afrique du Sud.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :     
Longueur : 17 cm
Poids : 23-34 gr

Le mâle adulte a la calotte, la nuque, le croupion et les couvertures sus-caudales gris pâle. Le manteau, le dos et les scapulaires sont châtains. Le dessus des ailes est noirâtre avec des plumes aux liserés châtains. On note quelquefois la présence d’une petite tache alaire blanche à la base des primaires. La queue est noire mais les deux rectrices centrales ont la base blanche, tandis que les plumes extérieures ont les vexilles externes blancs. La bande terminale noire des autres rectrices forment un T inversé visible en vol.
Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont blancs. Le reste du dessous est rose-saumon pâle. Les couvertures sous-caudales sont blanches.

Sur la tête gris pâle, la partie inférieure du front est noire. On peut voir un masque noir très net qui s’étend depuis les lores jusqu’en arrière des couvertures auriculaires.
Le bec crochu est noir avec la base plus claire ou bleuâtre en dehors de la saison de reproduction. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun foncé ou noirs.

La femelle ressemble au mâle mais elle est plus claire et plus terne. Sur la tête, le bas du front et le sourcil sont blanc-crème tandis que les couvertures auriculaires sont brunes. La calotte et les parties supérieures sont brunes ou brun grisâtre. La nuque est grisâtre mais variable. Le croupion et les couvertures sus-caudales sont grisâtres. La queue brun foncé ou légèrement teintée de roux a des liserés et l’extrémité blanchâtres. Sur le dessus des ailes, les bordures sont plus claires et plus ternes que chez le mâle.
Les parties inférieures sont blanc-crème avec une teinte rosâtre chamoisé pâle sur les côtés de la poitrine et les flancs où l’on peut voir des vermiculures noirâtres excepté sur la gorge et les couvertures sous-caudales. Le bec et les pattes sont légèrement plus clairs que chez le mâle.

Le juvénile ressemble à la femelle en plus terne. Les parties supérieures sont brun-roux ou brun chamoisé et intensément barrées de noirâtre. Les parties inférieures présentent davantage de vermiculures. Le bec est noirâtre avec la base jaune. 

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Pie-grièche écorcheur a trois sous-espèces.
L.c. collurio (décrite plus haut) se reproduit en Europe (excepté au nord, au nord-ouest et au sud-ouest), vers l’est jusque dans l’ouest de la Sibérie, vers le sud jusque dans le nord de la Péninsule Ibérique, en Sardaigne, dans le sud de l’Italie, en Sicile, dans les Balkans (vers le sud jusqu’en Croatie), dans le centre de la Roumanie, en Ukraine et dans les plaines du nord du Caucase. Elle hiverne dans le sud et l’est de l’Afrique.
 
L.c. kobylini se reproduit dans les Balkans (vers le sud depuis la Bosnie), vers l’est jusqu’en Crimée et dans le Caucase, vers le sud jusqu’en Asie Mineure, Chypre et le nord-ouest de l’Iran. Elle hiverne dans le sud et l’est de l’Afrique. 
Cette race est plus terne que la race nominale, avec le haut du manteau plus gris.

L.c. pallidifrons se reproduit dans l’ouest et le centre-ouest de la Sibérie (vers l’est jusqu’au nord-ouest de l’Altaï). Elle hiverne dans le sud et l’est de l’Afrique.
Cette race a la calotte et la face postérieure du cou plus pâles que la race nominale.     

HABITAT :
La Pie-grièche écorcheur se reproduit dans une grande variété d’habitats comprenant les lisières des forêts et les clairières, les campagnes ouvertes avec des arbres et des buissons clairsemés, des broussailles et des landes, des zones buissonneuses avec des arbustes épineux, des vergers et des plantations d’oliviers.
Cette espèce a besoin de perchoirs pour la chasse permettant une bonne surveillance des étendues d’herbe rase, des landes ou des sols nus où vivent les petites proies.
Elle est présente dans les zones montagneuses dans certaines parties de la distribution, jusqu’à 1000/2000 mètres d’altitude.
Sur les aires d’hivernage sud-africaines, la Pie-grièche écorcheur fréquente des habitats assez similaires. Elle est visible dans les savanes, les herbages et les régions semi-désertiques naturelles (Karoo).

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Pie-grièche écorcheur a pour cri un « shack » ou « shak-shak » dur et mal articulé, et des « churruk churruk » aigus. Le cri de contact est un « tek-tek » plus court, devenant une série de notes dures et rauques lorsque l’oiseau est en alerte « keck-keck-keck ».   
Le chant est un gazouillis calme et musical qui comprend plusieurs imitations de chants et de cris d’autres espèces d’oiseaux.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Pie-grièche écorcheur cherche ses proies dans des habitats où les grands insectes, les petits reptiles et les rongeurs sont abondants. Son régime comprend de nombreux insectes (Coléoptères, Orthoptères et Hyménoptères) et divers autres invertébrés. Des petits mammifères (campagnols), des oiseaux et des reptiles sont également capturés. Selon la saison, elle se nourrit aussi de baies à la fin de l’été et à l’automne.

La Pie-grièche écorcheur chasse depuis un perchoir à découvert afin de détecter les proies facilement. Elle se laisse rapidement tomber sur sa victime au sol, mais elle capture aussi des insectes en vol. Les proies plus grandes comme les jeunes oiseaux, les rongeurs, les lézards et les grenouilles sont tuées d’un coup de bec net à l’arrière de la tête.
Ensuite, ces proies sont empalées sur des épines à des sites traditionnels (lardoirs) inclus dans le territoire. Cette méthode facilite la mise en pièces des grandes proies, mais l’oiseau peut aussi tenir la nourriture avec une patte, à la manière de certains rapaces.

Ce comportement pourrait jouer un rôle dans les parades utilisées pour attirer les femelles. En effet, les femelles préfèrent choisir des mâles capables d’apporter suffisamment de proies au nid pour nourrir les jeunes. Les lardoirs bien approvisionnés permettent aux couples d’obtenir un meilleur rendement au niveau de la nidification.

La Pie-grièche écorcheur est en général monogame, bien que quelques cas de polygamie aient été recensés en Pologne et en Suède. Cependant, le mâle peut devenir agressif pendant la période de fertilité de la femelle, et un autre mâle qui s’approche d’une femelle en couple peut être attaqué de diverse manières, faiblement ou violemment. Les interactions sont habituellement plus dures pendant la construction du nid et pendant la ponte.

Afin de chasser les autres mâles et d’attirer les femelles, le mâle effectue une parade particulière au cours de laquelle il fait semblant d’empaler une proie sur une épine. Une autre parade suit, montrant le mâle en train de nourrir la femelle tout en effectuant une sorte de danse en faisant des courbettes. La femelle accepte une offrande du mâle lorsqu’elle est prête à s’accoupler, en tenant la proie tout en baissant le haut du corps.  

Les frontières du territoire sont établies principalement par des chants émis depuis des perchoirs. Quelques disputes peuvent se produire, accompagnées de cris rauques et sonores, d’accrochages avec les griffes et parfois de coups de bec.  
La formation du couple a lieu principalement sur les aires de reproduction, ou occasionnellement pendant les haltes migratoires.

La Pie-grièche écorcheur est migratrice et se déplace pendant la nuit. Elle quitte les aires de reproduction entre fin juillet et la seconde moitié d’aout ou début septembre. Les oiseaux se déplacent sud-est ou sud/sud-est vers l’est de la Méditerranée. Les premiers arrivages dans l’extrême sud des aires d’hivernage ont lieu fin octobre.
Le retour vers les aires de reproduction commence pendant la seconde moitié de mars jusqu’à la mi-avril.

La Pie-grièche écorcheur est une proie facile pendant les migrations, à cause de son vol direct et lent. En revanche, lorsqu’elle se nourrit, elle glisse et voltige le long des haies.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La Pie-grièche écorcheur se reproduit au printemps, avec la ponte entre mai et juillet selon la distribution. Cette espèce produit en général une seule couvée, rarement deux.
Elle nidifie dans des buissons épais ou dans des petits arbres. Le nid est en forme de coupe avec des fondations lâches faites de tiges vertes, de racines, d’herbes, de lichens et d’autres matières végétales. L’intérieur de la coupe est tapissé d’herbes, mousse et fourrure. Le nid est habituellement situé assez bas dans un buisson épineux dense.

La femelle dépose 4-6 œufs très variables, en général de couleur claire avec des marques brunes. La couvée est remplacée en cas de perte. La femelle incube seule pendant environ deux semaines. Le mâle participe rarement. Les poussins sont nus à la naissance. Ils sont couvés par la femelle pendant la première semaine tandis que le mâle apporte la nourriture. Ensuite, les deux parents les nourrissent. Les jeunes quittent le nid 14-16 jours après l’éclosion, mais par mauvais temps, plutôt au bout de 18-20 jours.
Ils sont capables de capturer des insectes environ deux semaines après avoir quitté le nid, mais ils ne seront indépendants que 20 jours plus tard.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
La Pie-grièche écorcheur a une distribution très vaste dans laquelle elle peut être commune localement, peu commune ou rare selon les endroits. Cette espèce est plus ou moins éteinte au Royaume Uni où elle était auparavant localement commune. Cependant, elle s’est reproduite récemment dans le nord de l’Ecosse (Shetland).
Les populations les plus à l’est de la distribution restent stables, tandis que des déclins étaient rapportés en 1990/2000 dans plusieurs pays. La population européenne a subi un déclin modéré entre 1970 et 1990.
Ces déclins sont principalement dus à la perte et à la fragmentation de l’habitat après l’afforestation et l’expansion de l’agriculture, entrainant l’usage des pesticides et donc la réduction et la perte des ressources alimentaires.

La population nicheuse européenne était estimée à 6 300 000/13 000 000 couples nicheurs en 2004, ce qui équivaut à 18 900 000/39 000 000 individus. Comme l’Europe représente 25 à 49% de la distribution mondiale, une première estimation de la taille de la population globale donne 38 600 000/156 000 000 individus. Mais ces chiffres sont à préciser.
Actuellement, la Pie-grièche écorcheur est considérée comme non menacée.