English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Gérygone de Nouvelle-Zélande
Ang: Grey Gerygone – Grey Warbler
Maori: Riroriro
All: Maorigerygone
Esp: Gerigón Maorí
Ita: Gerigone grigia della Nuova Zelanda
Nd: Maorimangrovezanger
Sd: Grå gerygone

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Ian McHenry
My New Zealand Birds

Simon Tan
PBase Bird galleries

Illustration:
John Gerrard Keulemans (1842-1912)


Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 12 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8496553423

KNOW YOUR NEW ZEALAND BIRDS by Lynnette Moon - New Holland Publishers – ISBN: 1869660897

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand bird status between 2008 and 2012

New Zealand Birds Online

Department of Conservation

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Tiritiri Matangi Open Sanctuary

HBW Alive

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Gérygone de Nouvelle-Zélande
Gerygone igata

Ordre des Passériformes – Famille des Acanthizidés

INTRODUCTION :
La Gérygone de Nouvelle-Zélande est endémique de Nouvelle Zélande où elle est largement répandue. Plus souvent entendue que réellement vue, elle est présente dans la majeure partie de sa distribution depuis le niveau de la mer jusqu’en altitude dans les habitats forestiers et boisés. En Maori, son nom est « Riroriro ».

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 10-11 cm
Poids : 5,5-6,5 gr

L’adulte est un petit oiseau gris. Les parties supérieures sont olive grisâtre. La queue présente une large bande subterminale noirâtre, et on peut voir une tache blanche près de l’extrémité des rectrices, excepté sur les plumes centrales.
Sur les parties inférieures, le menton, la gorge et la poitrine sont gris, alors que l’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs. Une teinte jaune pâle ou grise est parfois visible sur les flancs.
La face est grise. Le bec est noir et pointu. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont noirs.
Les deux sexes sont semblables.
Le juvénile a la face et la poitrine plus claires, et un cercle oculaire pâle.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Gérygone de Nouvelle-Zélande est présente sur les Iles du Nord et du Sud, sur l’Ile Stewart et d’autres iles voisines.

HABITAT :  
La Gérygone de Nouvelle-Zélande fréquente tous les habitats à partir du moment où elle y trouve des arbres et des arbustes. Elle est présente en forêt, dans les zones arbustives, les mangroves et les bosquets, depuis le niveau moyen jusqu’en haut de la canopée. Pour cette raison, cette espèce est très difficile à observer.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Gérygone de Nouvelle-Zélande mâle chante à des fins territoriales, depuis un perchoir ou en vol. Le chant est doux et peut être entendu en toute saison. Il est composé de trilles haut-perchés et de gazouillis tremblotants souvent brusquement interrompus pour être répétés ensuite.
Pendant les parades, les poursuites et l’accouplement, le mâle émet un bavardage rauque. Lorsqu’il est menacé, l’oiseau produit un cliquetis calme avec le bec. Le cri de contact est un « chip » court.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Gérygone de Nouvelle-Zélande est insectivore et se nourrit principalement de chenilles, mouches, coléoptères, phalènes et d’autres invertébrés variés. Elle capture aussi des araignées.
Elle cherche sa nourriture sur les troncs d’arbre et les branches, en voltigeant parfois à l’extérieur de la canopée pour picorer des insectes sur les feuilles et les branches extérieures. Elle consomme aussi des petits fruits mûrs et des graines.

La Gérygone de Nouvelle-Zélande se nourrit seule ou en couples, parfois en petits groupes de moins d’une dizaine d’oiseaux. En dehors de la saison de reproduction, elle se joint à des groupes d’espèces mélangées comprenant des Mohouidés, des Miros mésanges, des Rhipidures à collier et quelques autres, ainsi que des espèces introduites comme le Pinson des arbres.  

Le couple reste toute l’année sur son territoire qui n’est défendu que pendant la saison de reproduction. A cette période, le mâle chante fréquemment. Ils sont monogames et restent ensemble d’une année sur l’autre. Ils nidifient de façon isolée.

La Gérygone de Nouvelle-Zélande est plutôt résidente, et n’effectue que quelques déplacements locaux. Des migrations altitudinales sont observées sur la côte Est de l’Ile du Sud, et peut-être aussi dans d’autres zones en fonction de la rigueur du climat. Cette espèce peut aussi vagabonder jusqu’aux Snares.

Elle ne vole en général que sur des distances courtes. Lorsqu’elle se nourrit, elle se déplace dans la canopée en voltigeant avec des battements rapides, tout en glanant des proies à l’extérieur du feuillage.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La Gérygone de Nouvelle-Zélande se reproduit entre août et janvier, parfois de juillet à février. La saison de reproduction commence plus tard sur les Iles Stewart et du Sud, habituellement en septembre.
Le couple collecte des matériaux pour le nid, des radicelles et des tiges d’herbes qui sont entrelacées avec de la mousse, des écailles de fougères arboricoles et de l’écorce. De la toile d’araignée est ajoutée afin de maintenir les matériaux ensemble. La partie intérieure est tapissée de plumes et de duvet végétal.
Le nid est en forme de poire avec une entrée latérale vers le sommet. Une sorte de porche végétal la protège. Cette structure est suspendue à une branche, et peut également être attachée en d’autres points pour sécuriser l’ensemble. Le nid peut parfois présenter une sorte de traine pendante en dessous.
Le site du nid se trouve habituellement dans un bosquet de manuka (Leptospermum scoparium), ou de kahikatea (Dacrycarpus dacrydioides), dans un arbre, un arbuste ou une plante retombante.

La femelle dépose 3-4 œufs blancs ou rose pâle avec des marques sombres. Elle incube pendant 17-21 jours et couve les poussins pendant les premiers jours de leur vie. Ils sont nourris par les deux parents, et quittent le nid au bout de 15 à 19 jours après la naissance. Ils dépendent encore des adultes pour la nourriture pendant plus d’un mois après leur premier envol. Le mâle termine leur élevage tandis que la femelle commence une seconde couvée.
La Gérygone de Nouvelle Zélande est un hôte habituel du Coucou éclatant (Chrysococcyx lucidus).

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Gérygone de Nouvelle-Zélande est localement abondante à travers sa distribution dans un habitat convenant à ses besoins. Elle s’est adaptée aux modifications des paysages faites par les humains, et elle est en général commune aussi bien en milieu rural qu’urbain.
L’espèce n’est pas menacée actuellement.