English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Tomtit
All: Maorischnäpper
Esp: Petroica Carbonera
Ita: Balia della Nuova Zelanda
Nd: Maorivliegenvanger
Sd: Messydhake

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Simon Tan
PBase Bird galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 12 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8496553423

KNOW YOUR NEW ZEALAND BIRDS by Lynnette Moon - New Holland Publishers – ISBN: 1869660897

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

HBW Alive

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Miro mésange
Petroica macrocephala

Ordre des Passériformes – Famille des Pétroïcidés

INTRODUCTION :
Le genre Petroica est le plus grand de cette famille. Ces oiseaux présentent une tache rouge ou blanche sur le front, et certains ont une forme mélanique avec un plumage entièrement noir, comme la sous-espèce « dannefaerdi » des Iles Snares.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 13 cm
Poids : 11 gr

Le Miro mésange mâle de la race nominale a les parties supérieures, la tête, le cou, le menton, la gorge et le haut de la poitrine noirs. Le reste des parties inférieures est jaune pâle, avec un contraste plus marqué au niveau du haut de la poitrine.
La queue est noire avec des taches blanches sur les rectrices externes. Le dessus des ailes est noir avec une barre alaire blanche en travers des bases des rémiges excepté sur la primaire la plus externe.       
Sur la tête noire, on peut voir une tache frontale blanche.
Le bec est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes sont noires ou brun foncé. Les doigts sont jaunes ou brun rosâtre en dessous.

La femelle est semblable au mâle mais plus terne. Elle a les parties supérieures brun olive sombre. Les ailes et la queue sont brun noirâtre et non noires. Les parties inférieures sont blanc jaunâtre. Le menton et la gorge sont teintés ou tachetés de gris foncé, alors que la poitrine est teintée de brun olive.
Sur la tête, elle a un sourcil étroit et blanc, et les couvertures auriculaires sont finement striées de blanc.

Le juvénile est plus terne que les adultes, plus brun, avec le plumage finement tacheté ou strié.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
P.m. toitoi se trouve sur l’Ile du Nord et les iles adjacentes dans le nord de la Nouvelle Zélande. Cette race est semblable à la race nominale, mais le mâle a les parties inférieures blanches depuis le bas de la poitrine jusqu’aux couvertures sous-caudales.

P.m. macrocephala (décrite ci-dessus et mâle représenté). Cette race se trouve sur l’Ile du Sud, l’Ile Stewart et les iles de la périphérie.

P.m. dannefaerdi (représentée) se trouve sur les Iles Snares. Cette race a le plumage entièrement noir.

P.m. dannefaerdi

P.m. marrineri (représentée) se trouve sur l’Ile d’Auckland. Cette race a le bas de la poitrine et l’abdomen blanc jaunâtre, devenant tout blanc sur les flancs et le bas-ventre, avec des plumes aux extrémités noires sur les flancs. La femelle est plus brune que le mâle, avec le dessous plus pâle.

P.m. chathamensis se trouve sur les Iles Chatham. Celui-ci est plus grand avec les couvertures sous-caudales noires. La femelle est d’un brun plus doux avec la face sombre et une ligne noire au-dessus de la tache frontale.

HABITAT :  
Le Miro mésange vit habituellement dans les forêts, aussi bien matures que secondaires. Il fréquente aussi les plantations de pins (Pinus) et occasionnellement les cultures, les parcs et les jardins.
Sur l’Ile d’Auckland, on le trouve dans les arbustes et la végétation du littoral, ainsi que dans les touffes d’herbes voisines et les rochers côtiers.
Aux Snares, il se trouve habituellement dans les touffes d’herbes avec des arbustes clairsemés.
Cette espèce est plutôt rare au-dessus de 150 mètres, et carrément absente à de plus hautes altitudes.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Miro mésange émet 1-5 « zet » lorsqu’il se nourrit seul, peut-être en guise de contact. Lorsqu’il est dérangé, il lance 2-7 notes haut-perché « seee-seee » et quelques sifflements doux et rapprochés.
Le chant est un gazouillis mélodieux « ti-oly-oly-ho » ou encore des notes basses « yodi-yodi-yodi » en guise de communication entre les couples. Ils chantent souvent en se nourrissant.

P.m. marrineri
P.m. macrocephala

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Miro mésange se nourrit surtout d’insectes et prend des Coléoptères, des chenilles, des phalènes, des mouches, des araignées et aussi des vers de terre. En automne et en hiver, il consomme aussi des fruits.
Il se nourrit habituellement dans la végétation, posé sur un perchoir d’où il surveille et attend ses proies. Il capture des insectes sur les feuilles, les branches et les rameaux. Il se nourrit surtout haut dans la canopée.
La race « dannefaerdi » des Snares se nourrit surtout sur le sol. Il saisit les proies à la surface du sol mais ne retourne pas les feuilles.

Le Miro mésange est monogame. Le couple semble rester en permanence dans la même zone. Ils sont territoriaux et défendent leur territoire toute l’année. Le mâle poursuit souvent les intrus hors de cette zone.

Pendant la saison de reproduction, des parades nuptiales sont observées, avec le mâle poursuivant la femelle avec les ailes relevées et tendues vers l’avant. Une autre parade voit les deux partenaires en face l’un de l’autre et agitant nerveusement leurs ailes alternativement. Le mâle fait des offrandes de nourriture à la femelle.

P.m. marrineri

Le Miro mésange adulte est principalement sédentaire et n’effectue que quelques déplacements locaux courts et altitudinaux. Les juvéniles en revanche se dispersent sur des distances allant de 16 à 50 kilomètres après la reproduction.   

Il vole d’arbre en arbre lorsqu’il cherche sa nourriture, effectuant des vols courts et rapides au milieu des arbres et descendant vers le sol pour capturer la proie détectée. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution, septembre/février dans l’Ile du Nord, septembre/fin décembre dans l’Ile du Sud, et octobre/décembre sur les autres iles.
Le Miro mésange produit deux à trois couvées par saison.
Le nid est construit par la femelle tandis que le mâle lui fournit sa nourriture. Les deux partenaires choisissent le site du nid. C’est une structure en forme de coupe faite avec de la mousse, des feuilles, des radicelles, de l’herbe et de l’écorce, le tout étant assemblé avec des toiles d’araignées. L’intérieur est tapissé d’herbes plus fines, de plumes et de poils, ainsi que de morceaux de végétation.  
Le nid est situé entre un et quatre mètres au-dessus du sol, avec un abri au-dessus et sur les côtés. Le Miro mésange peut utiliser une cavité, un amas de plantes grimpantes ou retombantes, ou l’installer derrière de l’écorce légèrement décollée du tronc, ou même dans un nichoir artificiel.  

P.m. macrocephala

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Miro mésange a des populations qui semblent décliner à cause des prédateurs introduits et de l’éclaircissage de l’habitat.  
Cependant, ces oiseaux sont encore communs localement, et l’espèce n’est pas considérée comme étant menacée actuellement.

P.m. marrineri
P.m. marrineri
La femelle dépose 3-4 œufs blancs avec des marques plus foncées. L’incubation par la femelle dure entre 15 et 20 jours selon l’endroit. Les poussins sont nourris par les deux parents et restent au nid pendant 17 à 20 jours. Ils sont encore nourris par les parents pendant une dizaine de jours après avoir quitté le nid.
Les adultes peuvent effectuer des parades de distraction envers les prédateurs et les intrus pour défendre le nid et les poussins. Les rats (Rattus rattus) et le Coucou de Nouvelle-Zélande (Eudynamys taitensis) attaquent parfois les nids.
P.m. marrineri