English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Créadion rounoir
Ang: South Island Saddleback
Maori: Tieke
All: Südinsel-Sattelvogel
Esp: Tieke de Isla Sur
Ita: Calleide caruncolato del Sud
Nd: Zuidelijke Zadelrug
Sd: Spetsnäbbad vårtkråka

Photographe:

David Nowell
Virtually Home - Photo Gallery

Illustrateur:

John Gerrard Keulemans (1842-1912)
(Illustration used by Walter Lawry Buller in « A History of the Birds of New Zealand” – 1888)

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

KNOW YOUR NEW ZEALAND BIRDS by Lynnette Moon - New Holland Publishers – ISBN: 1869660897

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand bird status between 2008 and 2012

Department of Conservation

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand

ARKive (Christopher Parsons)

Terra nature

HBW Alive

 

Accueil

Page famille Callaéidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Créadion rounoir
Philesturnus carunculatus

Ordre des Passériformes – Famille des Callaéidés

INTRODUCTION :
Le Créadion rounoir est très semblable au Créadion de Lesson de l’Ile du Nord. Des deux, il est l’espèce la plus en danger. Le déclin des populations a été causé par la déforestation et les prédateurs introduits vers le milieu du 19ème siècle. L’espèce a une distribution restreinte, mais des introductions ont été réalisées avec succès sur d’autres iles adjacentes où les populations de prédateurs sont contrôlées.

DESCRIPTION DE L’ESPECE :
Quelques mesures :
Longueur : 25 cm
Poids : M : 85 gr – F : 75 gr

L’adulte a le plumage noir luisant avec de légers reflets bleus au soleil. On peut voir la « selle » châtain caractéristique sur le dos contrastant avec le plumage noir. La couleur châtain s’étend jusqu’au croupion et sur les couvertures alaires secondaires. La queue est noire, souvent irisée de bleuâtre.
Le Créadion rounoir n’a pas la bande jaunâtre à la limite supérieure de la selle châtain.
Sur la tête noire, on note la présence des caroncules rouge orangé. Elles augmentent en taille et la couleur est plus vive pendant la période de reproduction.
Le bec robuste et pointu est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont noirs.

La femelle a le même plumage que le mâle, mais elle est légèrement plus petite, avec des caroncules moins importantes.
Contrairement au Créadion de Lesson, le juvénile est différent des adultes. Il a le plumage brun foncé dans l’ensemble, avec une teinte châtain sur la tête et le croupion. Les lores sont noirâtres. Les petites caroncules sont roses, et la commissure est jaune.
L’immature a davantage de noir sur le corps, et les caroncules deviennent progressivement rougeâtre-orange et augmentent en taille.

John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Adulte (en haut)

Juvénile (en bas)

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Créadion rounoir se trouve en Nouvelle Zélande. Il est présent sur plusieurs iles au large de l’extrême nord-est et du  sud-ouest de l’Ile du Sud, ainsi que sur les iles au large de l’Ile Stewart.
Plusieurs déplacements d’oiseaux sur des iles adjacentes débarrassées des prédateurs ont permis d’augmenter la population.

HABITAT :  
Le Créadion rounoir est surtout présent dans une distribution faite de forêts côtières toujours vertes, de forêts de plaines mixtes et de forêts secondaires. Sur les Iles Ulva et Breaksea, il se reproduit dans les broussailles côtières.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Créadion rounoir est moins bruyant que le Créadion de Lesson. Il émet des bavardages sonores et répétitifs toute l’année. Ces sons peuvent être entendus loin à travers la forêt épaisse. Les deux sexes chantent, souvent pendant toute la journée, bien que le chant territorial soit principalement émis tôt le matin. Des cris mélodieux sont utilisés par le mâle pendant l’accouplement et au cours des disputes territoriales.
Les cris de contact sont calmes, et l’on peut également entendre des sifflements.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Créadion rounoir se nourrit surtout d’insectes et autres invertébrés, d’araignées, de baies et de fruits, ainsi que du nectar des fleurs de lin.
Il est souvent accompagné du Rhipidure à collier qui profite des insectes dérangés par le Créadion rounoir. Il cherche sa nourriture sur le sol en grattant dans le tapis de feuilles mortes. Il se déplace progressivement vers le haut de la canopée au milieu des branches. Il utilise son bec en forme de ciseau pour enlever l’écorce lâche afin de localiser les insectes cachés en dessous. Il creuse dans le bois pourrissant et cherche dans les feuilles, les crevasses du bois et de l’écorce et sous l’écorce flottante.
Ses proies préférées sont les grands insectes, les orthoptères « weta ». Il tient la proie dans les doigts d’une patte à la manière des Psittacidés, tandis qu’il la met en pièces avec le bec.  

Le Créadion rounoir se reproduit au printemps et au début de l’été. La parade typique de l’archange est effectuée par le mâle, et elle est habituellement associée à la conduite de la femelle vers un site de nidification choisi par le mâle.
Chants et vocalises diverses accompagnent ces parades, comme les offrandes de nourriture effectuées toute l’année, mais plus intensément pendant la saison de reproduction afin de renforcer les liens du couple.

Ils nidifient dans des cavités, en couples isolés. Ils utilisent des trous d’arbres ou font un nid dans les épiphytes, et plus occasionnellement sur le sol. Ils sont souvent vus en couples et défendent le territoire toute l’année.
Le Créadion rounoir peut se montrer très territorial et agressif, effectuant une sorte de « danse de guerre » en balançant la tête et en déployant la queue en éventail, le tout accompagné de cris et de chants sonores. A ce moment-là, la taille des caroncules augmente et leur couleur est plus vive.

Le Créadion rounoir est sédentaire et territorial toute l’année. Les juvéniles se dispersent souvent jusqu’à 3 kilomètres du territoire parental.
Il ne vole pas très bien car il n’est pas capable de garder de la hauteur. En revanche, il est très actif et se déplace facilement parmi les branches des arbres.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu au printemps et au début de l’été, mais si les ressources de nourriture sont importantes, le Créadion rounoir peut se reproduire aussi au début de l’automne.
Il nidifie dans des cavités comme les trous dans les arbres ou les crevasses rocheuses. Le nid est une coupe peu profonde construite par la femelle. Il est fait avec des brindilles, des morceaux d’écorce, des tiges et des feuilles. L’intérieur est tapissé d’herbes plus fines. Le nid est placé dans le sous-bois ou sous la canopée.

La femelle dépose 2-3 œufs et incube pendant environ trois semaines. Les poussins sont couvés par la femelle, mais les deux parents les nourrissent. Les juvéniles quittent le nid 25-27 jours après la naissance et sont encore nourris par les adultes pendant quelques temps. Ils restent en groupe familial pendant plusieurs mois.
Les échecs de la reproduction sont dus aux prédateurs aviaires naturels lorsque les iles sont débarrassées des prédateurs introduits.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Créadion rounoir vit surtout sur des iles libres de tout prédateur. Grâce à une gestion intensive des populations et au contrôle des prédateurs, les nombres sont en train d’augmenter lentement et sont actuellement estimés à 1200 individus.
Cependant, l’espèce est encore considérée comme étant Presque Menacée à cause de la distribution restreinte.