English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Bruant de Zapata
Ang: Zapata Sparrow – Cuban Sparrow
All: Zapataammer
Esp: Chingolo de la Ciénaga
Ita: Passero di Zapata
Nd: Zapatagors
Sd: Zapatasparv

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price  

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

BIRDS OF THE WEST INDIES – by Herbert Raffaele, Kristin Williams et Tracy Pedersen – Helm – ISBN: 9780713649055

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

ARKive (Christopher Parsons)

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Emberizidés

Page Passeriformes

Sommaire fiches

 

Bruant de Zapata
Torreornis inexpectata

Ordre des Passériformes – Famille des Embérizidés

INTRODUCTION :
Le Bruant de Zapata est endémique de Cuba où il vit, en particulier dans le marais de Zapata en ce qui concerne la race nominale. Il est le seul membre du genre Torreornis, proche du genre Aimophila par sa structure générale et les caractéristiques du squelette. Mais le plumage est très différent. Trois sous-espèces sont recensées à Cuba où elles vivent dans une grande variété d’habitats.
Le Bruant de Zapata est menacé par la dégradation de son habitat à cause du drainage des zones humides et de l’expansion de l’agriculture entrainant diverses pollutions, par l’industrie du tourisme et le développement de l’urbanisme.
Cette espèce fut découverte en mars 1927 dans le marais de Zapata par le zoologue espagnol Fermín Zanón Cervera.  

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Bruant de Zapata a trois sous-espèces reconnues qui présentent des différences au niveau du plumage et de certains comportements.
T.i. inexpectata (décrit plus haut) se trouve dans le marais de Zapata dans l’ouest de Cuba.
T.i. varonai se trouve à Cayo Coco et Cayo Romano dans la Province de Camagüey au large du centre nord de Cuba.
Cette race ressemble à la race nominale, mais la calotte est d’un châtain plus foncé et les dessins de la face sont plus nets.
T.i. sigmani se trouve dans les zones côtières de la Province de Guantanamo dans le sud-est de Cuba.
Cette sous-espèce est plus petite avec un bec plus court, le plumage est plus pâle avec la calotte d’un roux plus terne, moins d’olive grisâtre sur la poitrine et les flancs et l’abdomen d’un jaune plus pâle. Les parties supérieures sont moins striées.

HABITAT :  
Le Bruant de Zapata de la race nominale fréquente les zones où poussent de grandes laîches (Cladium jamaicense) de la famille des Cypéracées et des buissons clairsemés.
La race « varonai » est largement répandue sur Cayo Coco, depuis les forêts ouvertes sèches ou semi-humides jusqu’aux zones marécageuses.
La race « sigmani » vit dans la végétation très sèche dans la partie la plus aride de l’île, avec des arbustes épineux côtiers, et des parcelles plantées de forêt et de cactus.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Bruant de Zapata a quatre cris distincts dont deux assez semblables émis uniquement pendant la saison de reproduction.
Les deux partenaires d’un couple en train de se nourrir communiquent avec des trilles courts et pénétrants répétés à intervalles réguliers, un « tziii-tzziii-tzziii… » haut-perché. Lorsque l’oiseau se cache dans la végétation, il émet des « tic-tic-tic… ».
Pendant la période de reproduction, le Bruant de Zapata émet des cris nuptiaux et territoriaux semblables. Ces sons sont longs et haut-perchés, une série de notes quelque peu râpeuses finissant par des notes plus profondes « tzi,tzi,tziii,tzzii,zu,zu,zu… ».
Les deux partenaires font des duos pendant cette période, des bavardages comprenant des notes courtes émises par chaque oiseau.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :        
Le régime du Bruant de Zapata varie avec chaque sous-espèce, les saisons et le type d’habitat.
La race nominale « inexpectata » se nourrit de fruits et de graines pendant la saison sèche, et plutôt d’insectes et d’œufs d’escargots Pomacea paludosa pendant la saison humide.
La race « varonai » de Cayo Coco se nourrit surtout d’insectes comme les Coléoptères et les Ténébrionidés, mais elle consomme aussi des graines et des fruits sur le sol.
La sous-espèce « sigmani » se nourrit principalement des graines des plantes côtières comme Tournefortia gnaphalodes et des fruits des cactus.
Le régime peut également inclure des petits lézards pendant la saison humide.

Le Bruant de Zapata se nourrit en sautillant sur le sol et en grattant dans le tapis de feuilles avec ses deux pattes. Ils forment souvent de petits groupes de 2-3 oiseaux, et occasionnellement des groupes plus importants pouvant compter 10-12 individus.

Le couple semble défendre un territoire toute l’année. Pendant la période de la ponte, le mâle reste près de sa partenaire, sans doute une sorte de « garde » contre les rivaux. Ils sont monogames.
Les parades nuptiales sont peu connues, mais ils effectuent probablement des parades aériennes et adoptent des postures qui mettent en valeur la calotte châtain et les dessins de la tête. Le couple chante en duo. Les deux partenaires s’installent sur une branche à une distance pouvant varier de 7 à 30 centimètres l’un de l’autre. Ils chantent ensemble tout en faisant lentement des vagues avec leurs ailes.

Le Bruant de Zapata est résident à Cuba. Il a des ailes courtes et arrondies et son vol est plutôt faible et laborieux, avec des explosions de battements rapides. Il parcourt généralement des distances courtes, jusqu’à 100 mètres à la fois. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre mars et juin mais cette espèce peut également se reproduire en août.
Le Bruant de Zapata de la race nominale, la seule observée pendant la reproduction, se reproduit dans le marais de Zapata. Le nid en forme de coupe est fait de feuilles, de tiges et d’herbes entrelacées. L’intérieur est tapissé d’herbes plus douces. Il est souvent situé dans la partie la plus haute d’une touffe d’herbe, à moins d’un mètre du sol, et souvent caché dans les laîches Cladium jamaicense. Il est construit par les deux adultes.  

La femelle dépose 1-2 œufs vert pâle avec des taches brunes. Il n’y a pas d’autre information pour le moment. Cependant, chez les Embérizidés, l’incubation dure de 10 à 14 jours, et les jeunes quittent le nid au bout de 10-15 jours.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Bruant de Zapata est confiné sur Cuba et sa distribution est restreinte. Il est menacé par la perte de l’habitat à cause du drainage et des feux pendant la saison sèche. La race « varonai » est menacée par l’industrie du tourisme, alors que la race « sigmani » subit les feux dans son habitat, l’invasion des herbes et l’élevage des moutons.
Aucune des trois sous-espèces n’est officiellement protégée, mais elles fréquentent toutes des zones protégées. La population semble décliner à cause de la perte de l’habitat. La population globale a été estimée à 1000/2499 individus.
Le Bruant de Zapata est actuellement classé comme espèce En Danger d’Extinction.   

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 16-17 cm
Poids : 20-30 gr

Le Bruant de Zapata mâle adulte de la race nominale est un bruant rondelet avec les parties supérieures gris-olive. Le manteau, le haut du dos et les scapulaires sont striés de brun. La queue est brun foncé avec des rectrices aux liserés gris chamoisé étroits. Le dessus des ailes est brunâtre, avec des couvertures alaires aux liserés bruns et rouille formant un panneau d’un brun chaud bien visible lorsque les ailes sont repliées. Les ailes sont courtes et arrondies.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont blancs. Le haut de la poitrine est grisâtre avec les côtés jaune-olive. Le bas de la poitrine et l’abdomen sont jaune terne, mais les flancs sont plus foncés, plutôt jaune-olive.

Sur la tête plutôt grande, la calotte est châtain avec une rayure médiane indistincte grisâtre tandis que la nuque est grise. On peut voir un sourcil gris, plus clair sur la zone supralorale et qui s’étend jusqu’aux couvertures auriculaires. La face est grise avec une moustache noire étroite qui contraste avec une rayure sous-mustacienne blanche plus large, bordée en dessous par la rayure malaire noire. Une ligne oculaire brune traverse l’œil.
Le bec pointu est noir avec quelquefois une teinte bleu-gris sur la mandibule inférieure. Les yeux sont châtain foncé. Les pattes et les doigts sont couleur chair.
Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile ressemble à l’adulte mais avec une couleur plus terne dans l’ensemble.