English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Bruant à queue aiguë
Ang: Saltmarsh Sparrow - Saltmarsh Sharp-tailed Sparrow
All: Spitzschwanzammer
Esp: Chingolo Colifino
Ita: Passero coda acuta
Nd: Spitsstaartgors
Sd: Spetsstjärtad sparv

Photographe:

Simon Tan
PBase Bird galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Audubon

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

ARKive (Christopher Parsons)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

BBC - Earth News Reporting Life on Earth

University of Connecticut Saltmarsh Sparrow
Bull, Milan G., "Saltmarsh Sparrow" (2013).Wrack Lines. Paper 94.

Conserve Wildlife - New Jersey Endangered and Threatened Species Field Guide

CCB - Southern range limit for breeding in the saltmarsh sparrow

 

Accueil

Page Emberizidés

Page Passeriformes

Sommaire fiches

 

Bruant à queue aiguë
Ammodramus caudacutus

Ordre des Passériformes – Famille des Embérizidés

INTRODUCTION :
Le genre Ammodramus fait partie du clade des “grassland sparrows », mais d’après certaines données moléculaires, ce genre est également divisé en deux groupes, l’un comprenant les bruants des herbages et l’autre, ceux qui vivent dans les marais. Le Bruant à queue aiguë appartient à ce dernier groupe avec trois autres espèces, le Bruant maritime (A. maritimus), le Bruant de Le Conte (A. leconteii) et le Bruant de Nelson (A. nelsoni). Jusqu’en 1995, le Bruant à queue aiguë et le Bruant de Nelson étaient une seule et même espèce connue sous le nom anglais de Sharp-tailed Sparrow.

Le Bruant à queue aiguë fréquente les marais salants côtiers pourvus de végétation émergente. Il se nourrit et se reproduit dans ce type d’habitat où il marche, court et sautille sur le sol tout en cherchant des invertébrés et des graines.
Cette espèce a un système de reproduction inhabituel pour un passereau. Le mâle n’est pas du tout territorial et passe toute la saison à chanter pour attirer les femelles car il est polygame. Mais si la femelle a des mœurs assez similaires, elle s’occupe seule de toutes les tâches liées à la nidification.

Le Bruant à queue aiguë est menacé par la perte de son habitat à travers sa distribution restreinte sur la côte Est des Etats-Unis, et il est actuellement considéré comme Vulnérable.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 11,5–13 cm
Envergure : 19 cm
Poids : 15-23 gr

Le Bruant à queue aiguë adulte de la race nominale a le manteau et le haut du dos grisâtres et striés de blanc, tandis que le bas du dos, le croupion et les couvertures sus-caudales sont bruns avec des plumes aux liserés chamoisés. La queue courte est brun chamoisé et présente des rectrices nettement pointues et effilées. Le dessus des ailes est brun avec des marques blanches, noires, grises et chamoisées, tandis que les rémiges sont plutôt noirâtres.
Sur les parties inférieures, la gorge est blanche. La poitrine et les flancs sont chamois clair et striés de noirâtre. L’abdomen est blanc et les couvertures sous-caudales sont chamois clair avec quelques stries noires.

Sur la tête, on peut voir une rayure médiane grise indistincte sur la calotte, bordée par deux rayures brunes latérales. Le sourcil et la rayure sous-mustacienne sont orange chamoisé. Les couvertures auriculaires et la nuque sont grises.
Le bec pointu est sombre avec la mandibule supérieure corne foncée et la mandibule inférieure jaunâtre pâle. Les yeux sont brun foncé et entourés d’un cercle oculaire étroit blanc chamoisé. Les pattes et les doigts sont couleur chair.

Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile ressemble aux adultes mais il est plus chamoisé, avec les parties inférieures finement, mais plus intensément striées.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Bruant à queue aiguë a deux sous-espèces.
A.c. caudacutus (décrit plus haut) se reproduit dans le nord-est des Etats-Unis depuis le sud du Maine vers le sud le long de la côte du New Jersey. Les zones hors nidification se trouvent principalement depuis le New Jersey vers le sud jusqu’au nord et à l’ouest de la Floride.
A.c. diversus se reproduit depuis les côtes du New Jersey vers le sud jusqu’à la Péninsule de Delmarva. Les zones hors nidification se trouvent vers le sud jusqu’au nord-est de la Floride et probablement jusqu’en Louisiane.
Cette race ressemble à la race nominale, mais elle a le bec légèrement plus petit et les parties supérieures plus foncées.

HABITAT :
Le Bruant à queue aiguë fréquente les marais salants côtiers avec de la végétation aquatique comprenant des laîches (Carex), des joncs, des spartines - Spartina alerniflora (famille des Poaceae) et Distichlis spicata, une plante qui tolère les eaux salées. Ces plantes constituent d’importantes ressources alimentaires pour les oiseaux.
Néanmoins, le Bruant à queue aiguë fréquente aussi les prairies humides, parfois les marais d’eau douce ou les champs situés près des côtes.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Bruant à queue aiguë émet une sorte de bourdonnement tout en volant bas au-dessus des herbages « tuptup-sheeeeee ». Le chant est une série douce et rapide faite de gargouillis et de sifflements poussifs ‘ts-ts-sssss-tsik ». Seul le mâle chante.
Le cri est un « tsick » aigu souvent répété, et des séries de « chip ».   

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Bruant à queue aiguë se nourrit principalement de divers invertébrés et de graines qu’il trouve dans les marais. Le régime insectivore comprend des sauterelles, des coléoptères, des chenilles, des fourmis, des guêpes et d’autres espèces. Il consomme aussi des araignées et des invertébrés aquatiques tels qu'amphipodes, petits crabes, escargots et vers marins.
La nourriture animale est la principale ressource alimentaire tout au long de l’année, et plus particulièrement en été pendant la nidification. En automne et en hiver, il se nourrit surtout des graines provenant des herbes et des plantes aquatiques.  

Le Bruant à queue aiguë se nourrit en marchant, en courant et en sautillant dans les marais. Il grimpe aussi sur la végétation aquatique. Il lui arrive quelquefois de sonder la vase, mais en général, il picore les proies sur le sol, à la surface de l’eau ou directement sur les plantes. 

Pendant la saison de reproduction, le Bruant à queue aiguë  a un système de reproduction inhabituel pour un passereau. Les deux sexes sont polygames, et le mâle chante pendant toute la saison pour attirer les femelles, et ne défend donc pas de territoire car aucun couple n’est réellement formé. Mâle et femelle s’accouplent avec plusieurs partenaires pendant la période de la ponte, mais c’est la femelle qui assume toutes les tâches liées à la nidification.

D’après certains chercheurs, ces comportements reproducteurs inhabituels pourraient représenter un mécanisme de survie de l’espèce dans un habitat fragile à cause des inondations côtières, et ce système de reproduction est probablement une réponse à ces problèmes saisonniers. De nombreuses couvées contiennent les œufs issus de plus d’un mâle et au moins 95% des femelles s’accouplent avec plusieurs mâles pour produire une seule couvée.

Le Bruant à queue aiguë est migrateur. La migration de printemps a lieu entre fin avril et début mai, tandis que la migration d’automne a lieu entre septembre et novembre avec un pic en octobre.
Presque tous les déplacements se font le long de la côte Atlantique des Etats-Unis. Cependant, la race nominale a été observée dans l’ouest de la Pennsylvanie, et il lui arrive d’hiverner jusque dans le Massachusetts.

Le Bruant à queue aiguë effectue des vols courts lorsqu’il se nourrit, bien qu’il soit plus souvent observé sur le sol. Mais sur des distances plus longues, le vol est généralement direct ou légèrement ondulant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre mi-mai et août, avec deux pics de ponte, le premier entre mi-mai et début juin, et le second dans la seconde quinzaine de juillet. La période de nidification commence une à deux semaines après l’arrivée des oiseaux sur leurs aires de reproduction.

Le nid est construit par la femelle après l’accouplement. C’est une coupe faite avec des tiges d’herbes et de la végétation aquatique. La coupe est tapissée d'herbes plus douces. Une couverture partielle peut parfois être construite sur les côtés. Cette structure est attachée à plusieurs tiges d’herbes, à environ 6-10 centimètres au-dessus du sol ou de la surface de l’eau. Le nid est généralement situé dans les herbes, au-dessus du plus haut niveau des eaux.   

La femelle dépose 3-5 œufs de couleur claire, verdâtres ou bleuâtres, avec des mouchetures brun-roux. Elle incube seule pendant 11-12 jours. Elle nourrit et élève les jeunes jusqu’à leur premier envol, environ 8-11 jours après l’éclosion. Les juvéniles peuvent rester avec leur mère pendant 2-3 semaines de plus.    

Une couvée de remplacement est produite si la précédente est perdue à cause de la montée des eaux. Cette espèce peut produire deux couvées par saison. Elle est semi-coloniale, et il n’est pas rare de trouver plusieurs femelles dont les nids sont proches les uns des autres.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :    
Le Bruant à queue aiguë est très sensible au niveau des eaux, et l’espèce est menacée par la montée des eaux maritimes à cause du réchauffement climatique, ce qui entrainera l’inondation des marais salants côtiers. De plus, les développements urbains ont entrainé la perte et la fragmentation des habitats marécageux.

La population globale était récemment estimée à 50 000/100 000 individus, correspondant aux menaces nommées précédemment et à la petite taille de la distribution de moins de 20 000 km² qui s’étend le long d’une étroite bande côtière. Dans cette zone, l’habitat qui convient à l’espèce est largement fragmenté, et la zone effectivement occupée par le Bruant à queue aiguë s’étend finalement sur moins de 2000 km².   
Le Bruant à queue aiguë est actuellement considéré comme Vulnérable.