English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Brachyptérolle leptosome
Ang: Short-legged Ground-Roller
All: Bindenerdracke
Esp: Carraca terrestre paticorta
Ita: Coracia terragnola zampecorte
Nd: Gebandeerde Grondscharrelaar
Sd: tjocknäbbad markblåkråka
Mal: Famakiakora, Fandikalalana, Fangadiovy, tsakoko

Photographes:

John Anderson 
John Anderson Photo Galleries

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by  Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

Wildlife of Madagascar par Ken Behrens,Keith Barnes - ISBN: 140088067X, 9781400880676 – Editeur: Princeton University Press, 2016 

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

First nest description, breeding, ranging, and foraging behaviour of the Short-legged Ground-roller Brachypteracias leptosomus in Madagascar

Creagus - GROUND-ROLLERS Brachypteraciidae

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Brachyptérolle leptosome
Brachypteracias leptosomus

Ordre des Coraciiformes – Famille des Brachypteraciidés

INTRODUCTION :
Le Brachyptérolle leptosome est endémique de Madagascar où il fréquente les forêts tropicales humides à basse altitude, et plus généralement entre le niveau de la mer et 1500 mètres dans l’est de Madagascar. 
Il est l’unique espèce vivante du genre Brachypteracias. Comparé aux autres membres de la famille, il est davantage arboricole et a des pattes plus courtes. Il est certainement la plus ancienne forme de cette famille.
Le Brachyptérolle leptosome se nourrit de nombreux invertébrés et de petits vertébrés qu’il cherche dans la canopée des arbres. Il nidifie dans des cavités naturelles, principalement des cavités dans les arbres et plutôt assez haut au-dessus du sol.   
Cette espèce est menacée par la perte et la dégradation de l’habitat à cause de la destruction de la forêt pour l’agriculture et aussi à cause de l’augmentation de la population humaine. Le Brachyptérolle leptosome est actuellement classé comme espèce Vulnérable.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 30-38 cm
Poids : M : 186 gr – F : 154 gr

Le Brachyptérolle leptosome a une apparence rondelette avec ses pattes courtes, sa grande tête et sa gorge ébouriffée.
Les parties supérieures sont vert bronze, mais le croupion et les couvertures sus-caudales sont bleu-vert. Le dessus de la queue a des reflets vert-bronze et des extrémités claires.
Sur le dessus des ailes, les couvertures alaires portent de fines marques blanches en forme de croissants étroits soulignés de noir. Les rémiges primaires sombres présentent chacune une tache blanche, l’ensemble formant une barre alaire claire visible en vol.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont chamoisés et striés de brun. On remarque une bande pectorale blanche en forme de croissant. Le reste du dessous est blanc chamoisé avec des barres brunes, mais l’abdomen et le bas-ventre sont moins nettement barrés. Le dessous des rectrices est brun-bronze. Les plumes présentent une bande subterminale noirâtre et les extrémités sont blanches.

Sur la tête, l’arrière de la calotte et la nuque sont vert-bronze avec des reflets violacés. On note la présence d’un sourcil blanchâtre très net, tandis que la zone autour de l’œil est brun foncé. Les côtés de la face sont bruns et tachetés de blanc. Les plumes de la gorge sont souvent ébouriffées.
Le bec sombre est fort et légèrement crochu, avec le bord de la mandibule supérieure jaune. Près de la base du bec, les narines sont couvertes de plumes sétiformes. La commissure est jaune terne. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont brun jaunâtre avec les griffes claires.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais la femelle est légèrement plus petite que le mâle.   

Le juvénile est plus terne et plus brun. La calotte est tachetée de blanc et n’a pas les reflets violacés. La bande pectorale est indistincte. En dessous, les plumes ont des extrémités brunes mais ne sont pas barrées.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Brachyptérolle leptosome se trouve dans l’est de Madagascar, dans les zones forestières depuis Daraina et le massif de Tsaratanana (2876 m) dans le nord, et le Parc National d’Andohahela dans le sud, y compris dans quelques zones côtières du nord-ouest de l’île et à la limite du plateau central.   

HABITAT :  
Le Brachyptérolle leptosome se trouve principalement à basse et moyenne altitudes, dans les parties humides de la forêt tropicale. Il préfère les forêts sombres et non perturbées avec de grands arbres, les sols humides avec un épais tapis de feuilles mortes, mais avec un sous-bois relativement ouvert. Il peut aller à la limite de l’enchevêtrement de végétation mais il évite les forêts dégradées.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Brachyptérolle leptosome émet des cris territoriaux typiques de ces espèces. C’est un cri bas « whoop » ou « hoop » résonnant et creux émis en série. Il peut parfois ne produire qu’un seul « hoop » suivi d’une phrase rapide et descendante « hoop-doodoodoodoodoodoodoo… » qui peut durer 2 à 5 secondes. Ces cris sont émis avant l’aube depuis un perchoir élevé, tandis que l’oiseau bascule sa tête vers le bas.  
Le cri de contact est un « kroo-kroo » calme ou un seul « hoop » plus doux que le cri territorial. Il est souvent émis au cours de la journée.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Brachyptérolle leptosome se nourrit surtout d’invertébrés tels que fourmis, fourmilions (Myrméléonidés), scarabées et leurs larves, chenilles, papillons, phalènes, Cicadidés, criquets, sauterelles, mouches… et consomme aussi des vers, des escargots, des araignées et des phasmes.
Il capture également des petits vertébrés comme les petits caméléons, les geckos, les grenouilles, les lézards et les serpents et consomme sans doute les œufs d’autres espèces aviaires.

Le Brachyptérolle leptosome est plus arboricole que les autres brachyptérolles. Il cherche généralement ses proies dans la canopée où il reste posé et immobile pendant de longs moments dans un arbre. Il s’envole brusquement pour capturer une proie, et la prend sur une feuille ou une brindille tout en volant. Il lui arrive aussi de poursuivre une proie volante sur plus de 25 mètres en dépit d’un environnement forestier fermé.
La proie est ensuite tuée en la frappant contre une branche, ou en l'écrasant avec le bec avant de l’avaler entière.

Le Brachyptérolle leptosome est souvent vu en couple. Ils sont probablement monogames et deviennent territoriaux pendant la période de reproduction qui s’étend de septembre à février. Ils émettent des cris territoriaux et défendent le territoire.
Pendant la période des parades, le mâle nourrit la femelle continuellement. Il se pose souvent à côté d’elle et lui lisse les plumes de la tête pendant plusieurs minutes avant de s’accoupler. Le mâle monte sur la femelle et s’accouple en battant des ailes pour garder l’équilibre pendant une minute. Durant toute cette période, les deux partenaires se déplacent ensemble à travers leur territoire.                
La femelle incube seule. Elle est nourrie de temps en temps par le mâle mais il lui arrive de quitter le nid pour se reposer et se nourrir aux alentours.

Le Brachyptérolle leptosome est sans doute sédentaire, avec quelques déplacements liés aux conditions climatiques.
Le vol est rapide et direct lorsqu’il poursuit une proie en vol. Avant de s’envoler, il ébouriffe souvent ses plumes, agite nerveusement les ailes et bouge sa queue de haut en bas.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre septembre et février.
Le Brachyptérolle leptosome est le seul membre de cette famille qui nidifie exclusivement dans une cavité d’arbre, alors que les autres espèces creusent un terrier dans le sol pour y déposer leurs œufs.

Le premier nid décrit a été trouvé en décembre 1996. Un couple nidifiait dans un arbre, et occupait une cavité naturelle dans une branche morte. Cependant, cette reproduction fut perturbée par l’irruption d’un essaim d’abeilles qui obligea les oiseaux à abandonner les lieux.
Mais le mois suivant, le même couple était en train de creuser une nouvelle cavité dans la masse tendre des racines d’un épiphyte à 22 mètres au-dessus du sol. Les deux adultes se relayaient pour creuser. Ils creusaient avec le bec et dégageaient les débris avec les pattes. Ce travail a duré une semaine complète.

La femelle dépose 1 à 4 œufs blancs, mais plutôt 2 en général. Elle incube seule tandis que le mâle reste aux alentours du nid et la nourrit de temps en temps. Mais elle sort aussi du nid pour se nourrir elle-même. L’incubation dure environ 22-26 jours. La période au nid dure un mois avant l’envol des jeunes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Brachyptérolle leptosome est menacé par la dégradation et la perte de l’habitat à cause de l’éclaircissage pour l’expansion de l’agriculture. La déforestation est une autre menace importante et la majeure partie de la forêt des plaines côtières de l’est de l’île est très dégradée. Le reste de l’habitat est très menacé avec l’augmentation constante de la population humaine et le commerce du bois.

La population a été grossièrement estimée à 8800 couples sur la seule Péninsule Masoala. Ce qui donne un total de 3900/9800 couples, soit 7800/19 600 individus matures. Cette population continue de décliner.
Le Brachyptérolle leptosome est actuellement classé en tant qu’espèce Vulnérable.