English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Alecto à tête blanche est commun dans sa distribution, surtout dans les zones arides avec peu d’habitations. Il existe plusieurs espaces protégés où cette espèce est commune.
L’Alecto à tête blanche n’est pas menacé actuellement. 

Ang : White-headed Buffalo-Weaver
All : Starweber
Esp: Tejedor Búfalo de Cabeza Blanca
Ital: Tessitore dei bufali testabianca
Nd: Witkop-buffelwever
Sd: Vithuvad buffelvävare

Photographes:

Fenerole Jean Michel
Photos d’Oiseaux

Garvie Steve
RAINBIRDER Photo galleries

Merigan Tom
Tom Merigan’s Photo Galleries

Thonnerieux Yves
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions –
ISBN: 9788496553682

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Honolulu Zoo

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Alecto à tête blanche
Dinemellia dinemelli

Ordre des Passériformes – Famille des Plocéidés

QUELQUES MESURES :
L : 18 cm
Poids : 57-85 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Comme les autres tisserins, l’Alecto à tête blanche construit un grand nid élaboré. Cet oiseau est souvent vu en petits groupes ou perché dans les arbres. Il suit aussi les buffles en Afrique afin de récupérer les insectes dérangés par leurs sabots. Cette habitude a donné son nom anglais à cette espèce. 

Les deux sexes sont semblables. Ce sont des oiseaux trapus.
L’adulte de la race nominale est essentiellement blanc excepté sur les parties supérieures.
La tête, la gorge et les parties inférieures sont blanches, excepté les couvertures sous-caudales orange-rouge et les cuisses brun foncé. Les lores nus et le cercle oculaire étroit sont noirs.

Sur les parties supérieures, le manteau et le dos sont brun foncé. Le croupion et les couvertures sus-caudales sont rouge-orangé.  
Le dessus des ailes est brun foncé avec les rémiges primaires plus sombres, plutôt noirâtres. On peut voir un liseré blanc étroit sur les vexilles externes des grandes couvertures, ainsi que sur les rémiges secondaires et tertiaires. Une bande blanche est visible à la base des primaires.
La queue est brun foncé avec des liserés étroits et blancs sur les vexilles externes des rectrices externes. On peut voir une bordure blanche étroite à l’extrémité de la queue.

Le bec robuste et conique est noir, mais sa couleur peut changer de façon saisonnière. Pendant la saison de reproduction, il est souvent plus
clair, presque blanchâtre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris foncé.

Le juvénile a les couvertures sus et sous-caudales orange clair, et ses commissures sont très apparentes.

On trouve deux sous-espèces :
D.d. dinemelli se trouve dans la partie nord de la distribution.
D.d. boehmi est visible dans la partie sud.
Celui-ci a les parties supérieures plutôt noires, y compris les ailes et la queue, et son plumage présente des liserés blancs plus indistincts.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Alecto à tête blanche lance des cris stridents semblables à ceux émis par les perroquets, « skwieeer » ou « kiiyerr ».
Il émet aussi des « tew » sonnants régulièrement répétés.
Des sons variables comme des gloussements et des sifflements peuvent être entendus venant des dortoirs et des colonies.
Le chant est lent et prolongé. Les phrases comprennent des sons nasillards et perçants et des trilles « tsu-weely-weely-wair ».

HABITAT :
L’Alecto à tête blanche fréquente des habitats semi-arides tels que broussailles sèches et savanes épineuses, en général en-dessous de 1400 mètres d’altitude.
Cette espèce va rarement dans les zones herbeuses mais en revanche, elle peut être vue dans les bosquets d’acacias.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Alecto à tête blanche est commun dans sa distribution en Afrique de l’Est, depuis l’Ethiopie et le Soudan jusqu’au Kenya et à la Tanzanie.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :    
L’Alecto à tête blanche se nourrit d’insectes tels que Coléoptères et Lépidoptères, et consomme aussi des graines et des fruits.
Il cherche sa nourriture en petits groupes de 3 à 6 oiseaux, et souvent en compagnie d’autres espèces, en général des Sturnidés. En Somalie, il est souvent vu avec le Choucador superbe et autres espèces similaires. Au Kenya, on le trouve en bandes mélangées dans les zones boisées ouvertes.
Il se nourrit sur ou près du sol dans les buissons épineux. Son bec robuste lui permet de casser les graines.

L’Alecto à tête blanche se nourrit de façon acrobatique et peut se suspendre la tête en bas, presque comme les perroquets. Quand il grimpe dans les branches au milieu du feuillage des arbres, il est souvent très bruyant.

Ces oiseaux sont territoriaux et se montrent agressifs envers les intrus, mais les disputes sont essentiellement vocales. Habituellement, ils sont grégaires et se nourrissent, dorment et se reproduisent en groupes.

Pendant la saison de reproduction, ils effectuent quelques parades, et préfèrent parader sur les branches des arbres, à découvert, et parfois aussi au sol. Le mâle déploie ses ailes en face de la femelle pour exposer les taches alaires blanches, ainsi que les couleurs  vives des couvertures caudales.

L’Alecto à tête blanche est monogame et les deux partenaires construisent le nid ensemble. Le mâle chante seul à la cime des arbres et autour du grand nid.

L’Alecto à tête blanche semble résident dans sa distribution. Des déplacements locaux et des dispersions se produisent certainement en fonction des ressources alimentaires.

VOL : Pas d’information disponible actuellement.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction dépend des pluies et varie selon la région.
Les deux sexes construisent le nid. Ils utilisent des matériaux rigides qu’ils entassent mais qu’ils n’entrecroisent pas comme le font la plupart des tisserins.
La construction commence par le dépôt de matériaux sur ou en travers d’une branche horizontale. La structure est ovale et mesure environ 50 centimètres de long.
Ils construisent d’abord la partie interne, un dôme fait de tiges d’herbes sèches et tapissé de matériaux doux tels qu’herbes, feuilles et plumes.
Ensuite, ils ajoutent des rameaux et des brindilles d’épineux à l’extérieur, formant ainsi une sorte de « coquille », une bonne protection contre les prédateurs. Et enfin, une entrée courte en forme de tube s’ouvre vers le bas.
Ce nid est placé entre deux et quatre mètres au-dessus du sol et peut être sur une branche, ou suspendu au bout ou sous la branche. Le même arbre peut contenir plusieurs nids appartenant au même couple. Ces nids sont parfois utilisés par d’autres espèces, en particulier le Fauconnet d’Afrique et aussi certains passereaux.

La femelle dépose 3-4 œufs verdâtres ou bleu ciel avec des marques brunes et vert-olive. L’incubation dure 11 à 14 jours. Les poussins sont nourris par les deux parents avec des insectes et des petites graines. Ils quittent le nid au bout de trois semaines après la naissance.
Cette espèce peut nidifier en couples solitaires, mais aussi en colonies. Des observations réalisées en captivité parlent de trois adultes en train de nourrir un jeune, pouvant peut-être suggérer une reproduction communautaire occasionnelle.
Les serpents et les rapaces sont les principaux prédateurs des tisserins.

ALIMENTATION :
L’Alecto à tête blanche se nourrit d’insectes, de graines et de fruits. Le bec robuste permet de casser et d’écraser les coquilles dures des graines. Il capture aussi des insectes, des scarabées et des chenilles.
Il se nourrit souvent en petits groupes, et même en bandes mélangées en dehors de la saison de reproduction. Il cherche sa nourriture principalement sur le sol.