English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

En regardant ces quelques images, nous pouvons nous rendre compte à quel point ces rapaces se ressemblent, autant par les critères physiques que par leurs attitudes et leurs comportements.

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Yves Thonnérieux
NATUR’AILES

Callie de Wet
Flickr Galleries

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

GUIDE DES RAPACES DIURNES – Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient de Benny Génsbol – Delachaux et Niestlé – ISBN : 2603013270 

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

 

Accueil

Page rapaces

Page famille Accipitridés

Sommaire dossiers

 

Bazas, Milans, Bondrées, Elanions

Second sous-groupe - Elanions

Le second sous-groupe comprend trois genres, Gampsonyx, Chelictinia et Elanus. Ces rapaces se nourrissent aussi bien de petits insectes que de rongeurs. Ils possèdent un trait physique particulier qui les rend différents des autres. Leurs serres sont plates ou arrondies, et non nervurées comme chez les autres oiseaux de proie. 

Le premier genre Gampsonyx, n’abrite qu’un seul membre, l’Elanion perle (Gampsonyx swainsonii), le plus petit de tous avec une longueur de 20 à 28 centimètres et un poids d’environ 94 grammes.
En dépit d’être très semblable à quelques fauconnets tels que le Fauconnet d’Afrique de la famille des Falconidés, cette espèce présente des critères anatomiques qui le rendent très proche des rapaces du genre Elanus.
Ce petit oiseau de proie a les parties supérieures noirâtres. Le dessous est blanc avec une tache noire sur chaque côté de la poitrine et des cuisses couleur châtain. Sur la tête, le front et les taches sur les joues sont orange chamoisé, et on peut voir un collier nucal blanc indistinct bordé d’une bande couleur fauve. Le bec est noir. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont jaune vif. 
Il fréquente les zones sèches, arides et broussailleuses, les savanes et les forêts tropicales ouvertes. Il se nourrit principalement de lézards, mais aussi de grands insectes et occasionnellement de petits oiseaux. Il chasse depuis un perchoir duquel il fond sur sa proie.        
Le mâle effectue des parades aériennes, alternant du vol stationnaire et des glissés, et fait des offrandes de nourriture à la femelle avant de s’accoupler. Le nid de brindilles est placé dans un arbre, au bout d’une branche horizontale. Deux ou trois œufs sont pondus. L’incubation dure environ 35 jours, assurée principalement par la femelle. Les jeunes quittent le nid au bout de cinq semaines.  
Cette espèce semble être sédentaire dans sa distribution dans la moitié nord de l’Amérique du Sud. Seuls les jeunes oiseaux se dispersent. L’Elanion perle n’est en général pas très commun, mais il bénéficie de la destruction de la forêt et ses populations ne sont pas en danger actuellement. 

Le second genre Chelictinia ne comprend aussi qu’un seul membre, l’Elanion naucler (Chelictinia riocourii).
Ce beau rapace est très semblable à une sterne, aussi bien en vol que par son apparence avec son plumage blanc et gris et les longues rectrices externes. Le bec est gris avec la cire jaune. Les yeux sont d’un rouge profond. Les pattes et les doigts sont jaune orangés.

Elanion naucler

Chelictinia riocourii

Il fréquente les steppes arides et les savanes broussailleuses dans l’Afrique subsaharienne, depuis la Sénégambie jusqu’à l’Ethiopie et la Somalie, et jusqu’au nord-est de l’Ouganda et le nord-est du Kenya.  
C’est une espèce grégaire qui dort la nuit dans des dortoirs communautaires et chasse en groupes lâches. Il se nourrit principalement d’insectes et d’araignées, mais pendant la saison de reproduction, il capture aussi des lézards et des rongeurs. Il chasse en volant, plane et voltige avant de descendre pour happer sa proie en vol ou en la capturant sur le sol.   
Il peut nidifier en colonies lâches. Le petit nid fait de sticks est placé dans un épais buisson épineux. En général, quatre œufs composent la couvée.  
Ce rapace effectue des déplacements saisonniers réguliers associés aux pluies. L’espèce est vulnérable à la dégradation de l’habitat et aux pesticides. Cependant, les populations semblent être communes localement en dépit de déclins dans certaines parties de la distribution.

Elanion naucler

Chelictinia riocourii

Le troisième genre Elanus comprend quatre espèces assez semblables les unes aux autres. Ces rapaces ont un plumage gris, noir et blanc. Les parties inférieures sont blanches et le dessus est gris, avec une tache alaire noire évidente, un peu différente en forme et taille d’une espèce à l’autre. Le dessous des ailes en revanche présente quelques une tache noire au poignet, plus ou moins étendue, ou même absente chez l’Elanion blanc  (Elanus caeruleus) d’Afrique subsaharienne, Inde, sud de l’Asie et sud-ouest de la Péninsule Ibérique. L’extrémité de l’aile sur la partie inférieure est noire, excepté chez l’Elanion lettré (Elanus scriptus) d’Australie.     
Ils ont un bec noir avec la cire jaune, des yeux d’un rouge profond, des pattes et des doigts jaunes.

Elanion blanc

Elanus caeruleus

Ils fréquentent en général les zones ouvertes avec des arbres clairsemés et des buissons, les steppes arides, les déserts et les clairières dans les forêts épaisses, les prairies et les habitats où le sol leur procure une couverture végétale. L’Elanion à queue blanche (Elanus leucurus) des Amériques préfère les zones cultivées ouvertes, les savanes avec arbres clairsemés et les marais.

Elanion à queue blanche

Elanus leucurus

Ils se nourrissent principalement de rongeurs, mais capturent aussi des petits mammifères, oiseaux, lézards, amphibiens et insectes. Ils sont plutôt actifs au crépuscule, mais également de jour. L’Elanion lettré est nocturne comme ses proies préférées, et ce comportement est presque unique dans cette famille.
Ils chassent depuis un perchoir ou en voltigeant avant de se laisser tomber sur leur proie. L’Elanion à queue blanche n’utilise pas de perchoir, mais il est capable de capturer des petits oiseaux en vol.    

Elanion à queue blanche - Elanus leucurus

Ils se reproduisent en couples solitaires ou en colonies lâches. Le nid est une plate-forme faite de rameaux de bois, de brindilles et d’herbes. Il est placé dans un arbre, souvent dans la canopée. L’Elanion d’Australie (Elanus axillaris) place son nid dans une fourche, dans un buisson ou sur un pylône.
Trois à cinq œufs sont déposés et l’incubation dure entre 30 et 36 jours. Les jeunes sont nourris par les parents et quittent le nid au bout de 30 à 40 jours après la naissance.   

Elanion d’Australie

Elanus axillaris

Ces espèces ne migrent pas réellement, mais se déplacent de façon nomadique et dispersive en fonction de la disponibilité des proies.
L’Elanion d’Australie est résident dans les plaines côtières tempérées, mais des déplacements sont observes associés aux populations de rongeurs.
Les populations les plus au sud de l’Elanion à queue blanche migrent vers le nord en hiver. Ils se rassemblent en grands nombres en dehors de la période de reproduction.    

Elanion à queue blanche

Elanus leucurus

Elanion blanc - Elanus caeruleus

L’Elanion blanc et l’Elanion d’Australie  sont communs et largement répandus. L’Elanion à queue blanche  augmente dans la majorité de sa distribution. L’Elanion lettré est habituellement peu commun et menacé par la dégradation de l’habitat et l’augmentation des populations férales de chats. Cette dernière espèce est considérée comme étant presque menacée. 

Elanion d’Australie - Elanus axillaris
Elanion blanc  - Elanus caeruleus