English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Bazas, Milans, Bondrées, Elanions

Premier sous-groupe

Ces oiseaux de proie appartiennent à l’énorme famille des Accipitridés et forment le premier groupe naturel à l’intérieur de cette famille.  
Trois sous-groupes sont reconnus, basés sur les comportements ou les critères physiques de chaque espèce.

La majorité de ces rapaces est connue pour avoir des comportements de charognards ou d’insectivores, ce qui constituait probablement leurs premiers traits de caractère. Mais à partir de ces habitudes, plusieurs oiseaux plus prédateurs que les autres ont évolué vers d’autres méthodes de chasse en capturant et en tuant des proies vivantes, oiseaux ou mammifères.  

Les membres du premier sous-groupe ont des critères physiques particuliers, comme l’absence de plaque osseuse faisant saillie au-dessus des yeux et qui leur donne fière apparence. On parle souvent du regard profond des grands aigles, dû à cette protubérance osseuse. Mais ici, ces oiseaux ont le front et la face plus aplatis, bien adaptés à leurs comportements alimentaires.  

Bondrée orientale

Pernis ptilorhyncus

Les Bazas sont principalement résidents dans leur distribution. Quelques déplacements des populations les plus au nord peuvent être observés, ainsi que quelques mouvements saisonniers et altitudinaux selon les régions.  

Les membres des genres Pernis, Henicopernis et Leptodon sont essentiellement des chasseurs de guêpes.
Les bondrées typiques ont la tête plutôt petite, presque semblable à celle des tourterelles ou des coucous. Il leur manque l’arête supra-orbitale. Le bec est mince et les griffes sont plates. Les yeux sont bruns ou jaunes. 
Les parties supérieures sont brunes à gris-brun et le dessous est tacheté, barré ou strié. La queue est barrée de façon très nette. Mais les couleurs du plumage sont très variables.  

Bondrée apivore - Pernis apivorus

Les deux espèces du genre Henicopernis fréquentent les forêts pluviales tropicales, les lisières et les clairières voisines en Nouvelle Guinée et sur l’Ile de New Britain. Elles sont surtout insectivores et se nourrissent de guêpes et de leurs larves, aussi de lézards arboricoles, de petits oiseaux et mammifères.  
Les comportements nuptiaux sont peu connus, mais la Bondrée à longue queue (Helicopernis longicauda) nidifie dans de grands arbres ou même sur les corniches rocheuses des falaises.
Les adultes sont probablement sédentaires.  

Les trois espèces du genre Pernis fréquentent les forêts, les zones boisées ouvertes et les lisières. Elles se nourrissent principalement de guêpes, frelons, larves et cocons, et d’adultes, ainsi que des rayons de miel. Elles suivent les guêpes en vol afin de localiser le nid, et peuvent même les happer en plein vol. Elles les surveillent depuis un perchoir et sortent les nids des arbres, mais creusent aussi le sol avec les griffes pour atteindre les nids souterrains. 
Elles effectuent des parades aériennes et nidifient dans des arbres de différentes espèces selon la distribution. En général deux œufs sont pondus et les deux parents incubent pendant 32 à 35 jours. Les jeunes quittent le nid au bout de 40-45 jours après la naissance.  

Bondrée apivore

Pernis apivorus

Les bondrées sont migratrices. La Bondrée apivore (Pernis apivorus) se reproduit dans l’ouest de l’Europe et hiverne en Afrique équatoriale.
La Bondrée orientale (Pernis ptilorhyncus) se reproduit en Sibérie et au Japon, et hiverne depuis l’Asie du sud-est jusqu’en Indonésie. Seules les populations du nord de la distribution se déplacent. 
La Bondrée des Célèbes (Pernis celebensis) est sédentaire au Philippines et au Sulawesi. 
Ces oiseaux ne sont pas menacés actuellement mais les statuts sont mal connus, surtout pour les deux dernières espèces.

Les deux membres du genre Leptodon d’Amérique du Sud sont associés aux bondrées à cause de leurs préférences alimentaires. Ils consomment aussi des guêpes, des frelons et les rayons de miel. Tous deux ont les parties inférieures blanches et le dessus sombre. La queue blanche est largement barrée de noir. La tête est grise ou blanc grisâtre avec des yeux jaune pale.   

Milan de Cayenne

Leptodon cayanensis

Ils fréquentent les forêts pluviales près de l’eau. Ils chassent souvent depuis un perchoir exposé, capturant beaucoup d’insectes et leurs larves, des oiseaux et leurs œufs, des serpents et des lézards arboricoles, des amphibiens et des mollusques. 
Ils effectuent des parades aériennes pendant la saison de reproduction et nidifient haut dans les arbres où deux œufs sont pondus.
Ils semblent être sédentaires dans leur distribution où ils sont rares et peu communs. Une espèce, le Milan de Forbes (Leptodon forbesi) est en danger critique d’extinction.     

Trois autres espèces dans trois genres différents font également partie du premier sous-groupe. 
Le Milan à queue fourchue (Elanoides forficatus) du genre Elanoides, est un rapace élégant avec des parties supérieures noires aux reflets bleus, et des parties inférieures blanches ainsi que la tête. La queue est longue et profondément fourchue et les ailes sont pointues.

Milan à queue fourchue

Elanoides forficatus

Il fréquente aussi bien les zones marécageuses que les forêts des régions tropicales et subtropicales, depuis le sud-est des Etats-Unis et la Floride jusqu’en Amérique Centrale et du Sud.  
Il capture des insectes en vol en glissant assez bas au-dessus de la canopée, mais il prend aussi des petits invertébrés, des grenouilles, des jeunes oiseaux et des fruits. Il lui arrive même de capturer des colibris en vol.
Le mâle fait des offrandes de nourriture à la femelle avant l’accouplement. Ils nidifient à la cime d’un grand arbre, et souvent, plusieurs couples peuvent nidifier sur quelques centaines de mètres. Un ou deux œufs sont pondus dans le nid de brindilles, et l’incubation dure 28 à 31 jours. Les jeunes quittent le nid entre 40 et 53 jours après la naissance selon la distribution.    
Cette espèce est migratrice dans le nord et le sud de la distribution, et hiverne en Amérique du Sud. Ce rapace est relativement commun à travers son habitat.

Milan à queue fourchue

Elanoides forficatus

La troisième espèce est le Milan des chauves-souris (Macheiramphus alcinus) du genre Macheiramphus. Ce rapace a un petit bec mais une large ouverture buccale adaptée à sa façon de se nourrir. Son plumage est sombre avec quelques zones blanches en dessous, ainsi qu’une nette tache au poignet bien visible en vol. Les yeux sont jaunes protégés par des paupières blanches.
Cet oiseau vit en Afrique Subsaharienne où il fréquente les forêts vertes et les bois de feuillus épais, et il pénètre dans les savanes plus sèches où il trouve des chauves-souris, et entre même dans les villes.
Il se nourrit essentiellement de chauves-souris qu’il capture et avale en quelques secondes. Il prend aussi des petits oiseaux et de grands insectes volants. Il poursuit sa proie avec un vol rapide. Il est surtout actif au crépuscule, et peut même chasser la nuit.
Le couple nidifie dans un grand arbre, dans une fourche latérale où il construit une plate-forme avec des rameaux de bois. La femelle dépose un seul œuf et les deux parents incubent pendant 48 jours. Le jeune est nourri par les adultes et quitte le nid à l’âge de 65-67 jours. 
Cette espèce est en général résidente dans sa distribution, mais quelques déplacements sont observés vers le nord-est de l’Afrique.  

Ces rapaces qui forment le premier sous-groupe ont des habitudes alimentaires particulières, différentes des autres oiseaux de proie. En dépit de quelques prises habituelles, ils se nourrissent de guêpes, frelons, escargots, chauves-souris et insectes volants qui les rendent différents, y compris dans leur façon de chasser.  

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Jean Marc Rabby
Des Ailes et des Plumes

Yves Thonnérieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

GUIDE DES RAPACES DIURNES – Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient de Benny Génsbol – Delachaux et Niestlé – ISBN : 2603013270 

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

 

Accueil

Page rapaces

Page famille Accipitridés

Sommaire dossiers

 

Les membres du genre Aviceda aiment les chenilles et les grands insectes, et parfois aussi les petits reptiles. Les Bazas ont des pattes courtes et se posent horizontalement. Une crête bien nette sur la nuque est visible chez toutes les espèces. Ces rapaces présentent un plumage brillamment coloré avec des parties inférieures aux marques contrastées et des parties supérieures unies et sombres.
Ils fréquentent des forêts de types variés, depuis les forêts de feuillus toujours vertes ou sèches en Afrique subsaharienne et à Madagascar, jusqu’aux forêts tropicales humides et pluviales en Indonésie et en Australie. 
Ils chassent habituellement depuis un perchoir et plongent sur la proie, ou sautillent sur le sol, et happent parfois des insectes volants. Ces rapaces ont tendance à être plus actifs au crépuscule.   
Ils effectuent des parades aériennes au début de la saison de reproduction avec des vols ondulants, des planés en couples ou des vols acrobatiques accompagnés de vocalises. 
Ils nidifient dans de grands arbres et construisent une plate-forme dans la canopée ou à la cime d’un arbre. Deux ou trois œufs sont pondus et les deux sexes incubent pendant environ un mois. Les jeunes quittent le nid au bout de 30 à 42 jours après la naissance et dépendent encore des parents pendant quelques temps pour la nourriture.

Baza huppard

Aviceda leuphotes

Baza huppard

Aviceda leuphotes

Baza huppard

Aviceda leuphotes

Le Milan bec-en-croc (Chondrohierax uncinatus) du genre Chondrohierax a un bec très grand, lourd et crochu. Il existe plusieurs variations au niveau du plumage et de la taille du bec parmi ces oiseaux. Le mâle a les parties supérieures gris bleuâtres, et le dessous est gris barré de blanc ou chamois. La queue est nettement barrée noir et blanc. La femelle est brune sur le dessus avec la tête grise, un collier nucal roux, et la poitrine rousse ou brune finement barrée de blanc. Les yeux clairs sont blancs, vert pâle ou gris bleuâtre.   
Il fréquente les forêts pluviales, les lisières et les clairières. Il plane souvent au-dessus de la forêt, mais fréquente aussi le bas de la canopée et les épais sous-bois. 
Ce rapace se nourrit surtout d’escargots arboricoles, mais il capture aussi des reptiles, des amphibiens, des crustacés et des insectes. Le bec est utilisé pour extraire l’escargot de sa coquille. Il capture des proies en se posant sur un perchoir, ou en sautillant entre les branches.    
Les deux partenaires effectuent des parades aériennes en volant en cercle ensemble et en plongeant tout en criant. Le nid est placé dans un arbre sur des branches fines. Il est fait de rameaux de bois. La femelle dépose un ou deux œufs et les deux sexes incubent pendant 35 jours. Le mâle apporte de la nourriture au nid et parfois nourrit les jeunes.
Cette espèce est probablement sédentaire dans sa distribution.

Milan bec-en-croc

Chondrohierax uncinatus