English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Sedge Wren – Grass Wren, Short-billed Grass Wren, Short-billed Marsh Wren, Short-billed Marsh-Wren
All: Seggenzaunkönig
Esp: Cucarachero Sabanero - Chercán de las vegas, Chivirin sabanero, Chivirín Sabanero, Chochín Sabanero, Colchonero sabanero, Cucarachero Paramuno, Ratona aperdizada, Ratona de Ciénega, Ratonera Aperdizada, Saltapared Sabanero, Soterrey Sabanero
Ita: Scricciolo dei giunchi
Nd: Zeggewinterkoning
Sd: Starrgärdsmyg

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 10 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334725

WRENS, DIPPERS AND THRASHERS by Brewer David – illustrated by Barry Kent Mackay- Yale University Press - ISBN: 0300090595

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

BIRDS OF SOUTH AMERICA – Passerines - by Robert S. Ridgely and Guy Tudor – HELM Field Guides – ISBN: 9781408113424

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Birds of Falkland Islands 

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Audubon

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

 

Accueil

Page Ordre des Passériformes

Page Famille des Troglodytidés

Sommaire fiches

 

Troglodyte à bec court
Cistothorus platensis

Ordre des Passériformes – Famille des Troglodytidés

INTRODUCTION :
Le Troglodyte à bec court fréquente habituellement les champs humides et les marais où poussent des laîches et des herbes. Ses noms anglais « Sedge Wren ou Grass Wren » viennent de cette particularité. C’est un oiseau discret et son plumage cryptique le rend difficile à trouver au milieu de la végétation des zones humides.
Les différentes sous-espèces peuvent être identifiées grâce à leur voix et leur type d’habitat. Cependant, ce petit oiseau a toujours un plumage chamoisé avec le dos strié et les ailes et la queue barrées de sombre. Les sous-espèces du sud ont la calotte plus noire et davantage de stries que les oiseaux des Andes qui eux, ont la calotte plus brune et les parties inférieures plus chamoisées.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 9-11 cm
Poids : 7-9 gr

L’adulte de la race nominale a la calotte, les épaules et le dos brun noirâtre strié chamois clair, alors que le croupion et les couvertures sus-caudales sont brun chamoisé et moins striées.
Sur le dessus des ailes, les couvertures sont chamois-brun et légèrement striées chamois. Les rémiges primaires et les secondaires présentent des barres très nettes sur les ailes closes. La queue est brun-chamois avec des barres plus foncées.
Les parties inférieures sont blanc chamoisé, la poitrine est légèrement plus foncée, et les flancs et le bas de l’abdomen sont orange chamoisé.
On note la présence d’un sourcil chamoisé bien net.
Le bec est noirâtre sur la mandibule supérieure, et jaunâtre en dessous. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont d’un brun plus soutenu.
Les deux sexes sont identiques.
Le juvénile a moins de stries blanches sur le dessus et a des parties inférieures plus claires.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Troglodyte à bec court a une taxonomie complexe et de nombreuses sous-espèces aux Amériques. Mais les 18-20 sous-espèces reconnues forment trois groupes géographiques :
Le Groupe Stellaris est présent en Amérique du Nord et vers le sud jusqu’au Panama.
Le Groupe Aequatorialis  se trouve dans le nord-ouest de l’Amérique du Sud, depuis la Colombie, vers l’est jusqu’en Guyane et vers le sud jusqu’en Bolivie.
Le Groupe nominal Platensis est présent dans le sud de l’Amérique du Sud, depuis le nord de l’Argentine et le sud-est du Brésil, jusqu’en terre de Feu. 

On compte 18 à 20 sous-espèces selon les auteurs. Elles diffèrent par la couleur du plumage (plus ou moins roux) et les stries. Les vocalises et le type d’habitat peuvent aussi être des indications précieuses.
Comme tous les Troglodytidés, le Troglodyte à bec court dresse souvent sa queue par-dessus son dos et l’agite d’un côté à l’autre.

HABITAT :
Le Troglodyte à bec court d’Amérique du Nord préfère les zones humides et se reproduit en général dans les prairies de laîches et autres herbages humides, les marais, les tourbières, les zones autours des étangs et les zones humides côtières. Il évite les espaces découverts.
Les races d’Amérique du Sud fréquentent une variété d’habitats comme les savanes herbeuses ouvertes, les forêts d’aulnes (Alnus) les bouquets de bambous, les herbages humides en altitude, les herbages secs aussi, les bordures des marécages liés aux marées, en fonction de la distribution entre le nord et le sud du continent Sud-Américain.
Aux Iles Malouines, la race « falklandicus » fréquente les herbages où poussent les hautes herbes Poa flabellata.
L’espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 4000 mètres d’altitude selon la distribution.

La race “falklandicus” a le bec plus gros en général.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Troglodyte à bec court des populations Nord-Américaines émet une série de notes sèches qui accélèrent et finissent en trille « chip-chip-chip-chipchipchipchip-chrchrchrchr ». Il émet souvent ce chant depuis un endroit caché.
Le cri est un « chip » ou « chip-chip » aigu, et on peut aussi entendre des « churr, wrrrt » nerveux.
Le chant des populations Sud-Américaines est différent. Les oiseaux des Andes émettent des phrases courtes et discrètes « sisisi, trrr, chee-ee-ee-ee » suivies de pauses.
La race « falklandicus » émet une série agréable faite de notes ondulantes et de gazouillis « siu-siu-siu » et aussi « cli-cli-cli » séparées par un trille bas.
Les chants varient en fonction de la distribution et de la race, mais ils sont en général composés de répétitions de trilles et de gargouillis.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Troglodyte à bec court est principalement insectivore, et se nourrit d’insectes et d’araignées. Il cherche ses proies sur le sol, à la base des herbes et des laîches. Les proies sont constituées par des araignées et différentes sortes d’insectes tels que fourmis, coccinelles, papillons, larves de phalènes et sauterelles.

Il y a peu d’informations sur les comportements nuptiaux du Troglodyte à bec court. Les couples se forment souvent sur les aires de reproduction où le mâle arrive le premier, deux semaines avant les femelles. Il établit le site de nidification.
Les couples peuvent être monogames, mais le mâle peut aussi attirer plus d’une femelle sur son territoire, souvent deux. Il construit plusieurs nids et la femelle en choisit un.

Pendant la saison de reproduction, les mâles territoriaux se disputent. Ils se perchent souvent au sommet des buissons ou des arbustes et chantent l’un vers l’autre. Pendant cette période, leurs chants complexes et musicaux révèlent leur présence lorsqu’ils chantent à découvert. Ils sont en général en colonies clairsemées.

Les oiseaux du groupe Stellaris d’Amérique du Nord sont très migrateurs et voyagent de nuit. Les autres populations, y compris les races du Mexique et d’Amérique Centrale du même groupe Stellaris sont sédentaires, tout comme les populations d’Amérique du Sud.
La race « hornensis » du Cap Horn pourrait être quelque peu migratrice selon quelques observations.
La race « falklandicus » est résidente aux Malouines.

Le vol est faible avec des battements rapides. Lorsqu’il s’envole brusquement, le Troglodyte à bec court vole juste sur des distances courtes pour atteindre le couvert végétal où il plonge littéralement. Pendant le vol, les ailes sont vibrantes et l’oiseau semble flotter au-dessus du sol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution. Les races du Groupe Stellaris se reproduisent entre mai et septembre. Celles du Groupe Aequatorialis du sud de la distribution se reproduisent au cours d’une saison qui s’étend de février à août, mais cette période dépend aussi des régions. La race « falklandicus » se reproduit entre octobre et décembre et produit une seule couvée.

Chez les oiseaux du Groupe Stellaris, le mâle construit plusieurs nids, mais lorsque la femelle a fait son choix, elle tapisse le fond avec des matériaux doux. C’est une structure globulaire avec une entrée latérale. Le nid est fait avec des herbes fines et des laîches, entrelacées avec du duvet végétal. L’intérieur est tapissé de plumes, duvet et herbes douces. Il est placé dans les hautes herbes, à 25-50 centimètres du sol. Le site du nid est souvent proche d’une zone humide.

La race « falklandicus » construit une boule d’herbes tapissée de plumes blanches ou de laine. Le nid est placé entre 30 et 110 centimètres au-dessus du sol.

La majorité des races du sud construit un grand nid en forme de balle avec des herbes. Il est caché dans les hautes herbes près du sol.        

La femelle dépose 4-8 œufs blancs pour la première couvée, mais plutôt 5-6 pour la seconde. Elle incube seule pendant environ 13-16 jours, et les poussins sont surtout nourris par leur mère, bien que le mâle puisse parfois prendre part à certaines tâches, mais rarement. Les jeunes quittent le nid 12 à 14 jours après la naissance et restent dans la zone du nid jusqu’à la migration d’automne.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Troglodyte à bec court a une vaste distribution aux Amériques, où il peut être assez commun ou peu commun selon les régions. Il est actuellement considéré comme n’étant pas menacé en ce qui concerne la population globale, mais en Amérique du nord, les statuts varient et l’espèce est considérée comme étant En danger, Menacée ou sous surveillance.
Il n’y a pas d’informations concernant les populations Sud-Américaines et d’Amérique Centrale. Aux Iles Malouines, la population est estimée à environ 2000 couples nicheurs.