English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Violet Turaco
All : Schildturako
Esp : Turaco Violáceo
Ital : Turaco violetto
Nd : Violette Toerako
Sd : Violett turako

Photographes :

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins - BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Touraco violet
Musophaga violacea

Ordre des Musophagiformes – Famille des Musophagidés

QUELQUES MESURES :
L : 45-50 cm
Poids : 360 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Comme beaucoup de touracos, le Touraco violet est en général caché dans la végétation et le feuillage des arbres.

L’adulte a le plumage bleu-noir avec des reflets violets. Les parties supérieures et les couvertures alaires sont bleu-violet. La queue est semblable mais teintée de vert.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont bleu-noir irisé violet. De la poitrine à la partie supérieure de l’abdomen, la couleur est semblable mais moins irisée et teintée de vert. Le bas de l’abdomen et les cuisses sont noirs.    
Quand l’oiseau est en vol, les rémiges primaires et les secondaires externes rouges sont bien visibles. Elles ont des extrémités brunes.

Sur la tête, la calotte et la nuque sont rouges. Les couvertures auriculaires sont blanches.
On peut voir une grande plaque frontale convexe jaune vif sur le haut du bec rouge. Les yeux sont brun foncé, entourés de peau nue et rouge. Les lores sont également rouges. Les pattes et les doigts sont noirâtres.

Les deux sexes sont semblables.
Le juvénile n’a pas les couleurs vives des adultes sur la tête et le bec. Les zones de peau nue autour des yeux sont sombres. Le bec est noirâtre. La tête est d’un noir mat.

CRIS ET CHANTS :  SONS PAR XENO-CANTO
Le Touraco violet émet des sons résonnants, des phrases rapides composées de notes gutturales, des séries sonores de « cow » profonds et bas souvent lancés par plusieurs oiseaux en même temps, engendrant presque une cacophonie permanente.
On peut aussi entendre une sorte de grognement quand il se nourrit.

HABITAT :
Le Touraco violet fréquente les zones forestières, les galeries boisées, les lisières et les bordures des forêts le long des cours d’eau dans les savanes sèches, et le bord des canaux de drainage où poussent de grands arbres fruitiers. Il est aussi présent dans les parcs et les jardins où il peut trouver des grands arbres.
Cette espèce est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 1000 mètres d’altitude.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Touraco violet se trouve dans les forêts de l’ouest de l’Afrique tropicale, depuis le sud de la Sénégambie et la Guinée, vers l’est jusqu’au nord du Nigeria et le nord-ouest du Cameroun, et plus loin vers le sud jusqu’à la côte en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Togo.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Touraco violet est surtout un consommateur de fruits et de baies, de figues provenant du Ficus, et de graines. Les figues sont avalées entières. Il consomme des larves d’insectes pour les protéines pendant la période de reproduction.

Il se nourrit dans les arbres, en courant sur les branches et en sautant d’un arbre à l’autre. Cependant, cette espèce est plutôt visible en vol, mais elle peut aussi rester discrète et immobile dans la végétation si elle est dérangée. Occasionnellement, il descendra sur le sol pour se baigner et boire.
Ils sont grégaires et se déplacent en groupes de 10-12 oiseaux.

Le Touraco violet est souvent vu en couples, et il se reproduit en solitaire. Le territoire est vigoureusement défendu par les deux partenaires.
Au début de la saison des pluies, des parades sont observées. On entend beaucoup plus de cris. Les oiseaux se poursuivent d’arbre en arbre. Les dessins de la tête et du bec sont exposés et les taches alaires rouges sont mises en valeur en déployant les ailes.

Il est probablement sédentaire mais il y a peu d’informations à ce sujet.   

VOL :
Le Touraco violet s’envole avec des battements puissants suivis de glissés. Ce vol met en valeur les taches alaires rouges.
Cette couleur rouge est caractéristique des touracos. Elle est le résultat d’un pigment animal à base de cuivre, la touracine, qui a donné leur nom à ces oiseaux.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction est associée aux pluies mais varie avec la distribution. Elle a lieu en avril en Sénégambie, et entre juin et octobre au Nigeria.
Le Touraco violet construit un nid plat et fragile avec des rameaux et des brindilles, semblable aux nids des Columbidés. Il est placé dans le feuillage d’un arbre à environ 6 mètres de hauteur.

La femelle dépose 2 œufs ovales et blanc-grisâtres. Les deux adultes incubent pendant 24-26 jours. Les poussins sont nourris par régurgitation. Ils deviennent très actifs deux ou trois semaines plus tard et se hissent dans les branches environnantes. Ils sont capables de voler à l’âge de 4-5 semaines, mais ils dépendent encore des parents pour la nourriture.   

ALIMENTATION :
Le Touraco violet se nourrit principalement de fruits, baies et figues du Ficus. Il prend aussi des graines, des feuilles, des bourgeons et des fleurs. Les larves d’insectes, mais aussi les escargots et les limaces lui fournissent des protéines pendant la période de reproduction.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Touraco violet est commun localement selon la région, et même très commun dans un habitat adapté à ses besoins.
Cependant, les populations de Guinée, de Sierra Leone, du Liberia et du Ghana sont lourdement piégées pour le commerce des oiseaux d’ornements.