English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Pearly-vented Tody-Tyrant
All : Perlbauch-Todityrann
Esp: Titirijí Perlado
Ital: Tiranno todo ventre di perla
Nd: Witbuiktodietiran
Sd: Pärlbukad todityrann
Port: Sebinho-de-olho-de-ouro

Photographes :

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 9 - by Josep del Hoyo - Andrew Elliot - David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334695

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

 

Accueil

Page Passériformes

Page Famille Tyrannidés

Sommaire fiches

Todirostre à ventre perle
Hemitriccus margaritaceiventer

Ordre des Passériformes – Famille des Tyrannidés

QUELQUES MESURES :
L : 10-10,5 cm
Poids : 7-10 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Todirostre à ventre perle appartient à la famille des Tyrannidés, et plus particulièrement à la sous-famille des Elaeniinés, groupe Platyrinchini.
Ce groupe comprend les plus petits tyrans, mais ceux-ci présentent un grand bec comparé à leur petit corps.

L’adulte a le plumage plutôt terne. Les parties supérieures sont brun grisâtre ou vert-olive brunâtre. Les ailes sont brun sombre avec des liserés chamois blanchâtre à jaune sur les rémiges et les barres alaires. La queue est sombre.
Les parties inférieures sont blanches et présentent des stries grisâtres indistinctes.
Sur la tête, la calotte est grise. Les lores et le cercle oculaire sont blanchâtres.
Le bec assez long a la mandibule supérieure plus foncée, brun-roux à noirâtre, alors que la mandibule inférieure est brun rosâtre ou couleur chair. Les yeux sont blanc jaunâtre clair, entourés d’une peau rouge orangé comme si elle était injectée de sang. Les pattes et les doigts sont rosâtre clair.

Les deux sexes sont semblables.
Le juvénile n’est pas décrit, mais il est probablement plus terne que les adultes.

Il y a plusieurs sous-espèces, certaines d’entre elles beaucoup plus foncées comme les races « breweri » et « duidae ». Les autres ressemblent à la race nominale ici décrite et photographiée, avec plus ou moins de gris ou de brun et des stries variables en dessous.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Todirostre à ventre perle émet des séries de notes aigües suivies d’un trille musical qui se termine souvent en tonalité plus basse « tick-tick-tr’r’r’r’r’r’r ». Quelques notes staccato peuvent également être émises seules. On peut aussi entendre un trille nasillard et court, ou un bourdonnement doux comme ceux produits par les grenouilles. 
Tandis qu’il cherche sa nourriture, il émet fréquemment des cris sonores « tuk-tuk-quéek,quéek », ou seulement 2-4  « quéek » en général plus haut-perchés que les précédents.

HABITAT :  
Le Todirostre à ventre perle fréquente habituellement les pâturages avec arbustes, les zones broussailleuses arides et semi-arides, les forêts sèches et les bois de feuillus.
Cette espèce peut être vue depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude, mais le plus souvent, elle se trouve en dessous de 1000 mètres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Todirostre à ventre perle se trouve en Argentine, en Bolivie, au Brésil, en Colombie, au Paraguay, au Pérou, en Uruguay et au Venezuela.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Todirostre à ventre perle est un insectivore. On peut le voir seul ou en couples, se nourrissant sur les arbustes et les petits arbres, ou même très près du sol. Ses habitudes alimentaires le montrent pratiquant des sauts courts vers le haut entrecoupés de brèves pauses. Il glane des invertébrés sur la face postérieure des feuilles.
Très discret, cet oiseau n’est pas facile à voir car il reste à l’abri de la végétation. Il sautille au milieu des branchages et de la végétation, se pose pour se nourrir ou saute pour atteindre les feuilles au-dessus de lui. Il s’élance aussi brusquement dans les airs pour capturer des insectes en vol.  
Il n’y a aucune information sur les parades nuptiales, mais il occupe un très petit territoire permanent d’un bout d’année à l’autre car il est résident dans sa distribution.

VOL :
Le Todirostre à ventre perle ne pratique que des déplacements sur des distances courtes pour se nourrir en passant d’un arbre à l’autre.
Les oiseaux de ce groupe ont les ailes les plus petites et les plus arrondies comparées aux autres espèces, et pour cette raison, ils n’effectuent que des dispersions très limitées.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre janvier et juin en Colombie, et d’octobre à décembre au Pérou, en Bolivie et en Argentine.
Le Todirostre à ventre perle construit un nid élaboré, comme la majeure partie des Tyrannidés. C’est un sac allongé en forme de dôme, et qui comprend une entrée latérale, souvent placée près du fond. Il y a une sorte d’auvent au-dessus de cette entrée.
Le nid est fait de brins d’herbes sèches, de fibres végétales et de duvet provenant des plantes. A l’intérieur, la chambre d’incubation est copieusement tapissée de duvet végétal.
Un tel nid est suspendu à une branche tombante dans un arbre, un arbuste ou une plante herbacée, à une hauteur qui varie de 50 centimètres à 3 mètres.
La femelle dépose 2-3 œufs, 1 ou 2 en général. Elle incube pendant 13-15 jours. Les poussins sont nourris par les deux adultes, et quittent le nid au bout 13-14 jours.

ALIMENTATION :
Le Todirostre à ventre perle se nourrit d’insectes capturés sous les feuilles, dans la végétation basse ou à moyenne hauteur.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Todirostre à ventre perle est assez commun à travers sa distribution. L’espèce n’est pas menacée actuellement.