English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Solitaire de Cuba
Ang: Cuban Solitaire
All: Kubaklarino
Esp: Solitario Cubano
Ita: Solitario di Cuba
Nd: Cubaanse Solitaire
Sd: kubasolitärtrast

Illustrateur :
Joseph Smit (1836-1929)

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 10 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334725

THRUSHES by Peter Clement and Ren Hathway – HELM - ISBN: 0713639407

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Cuba Explorer - Birds of Cuba - Endemic and near endemic birds of Cuba

Source de l’illustration :

Myiadestes elizabethae=Myadestes elisabeth – 1869
Exotic ornithology : containing figures and descriptions of new or rare species of American birds      

 

Accueil

Page Passériformes

Page Turdidés

Sommaire fiches

 

Solitaire de Cuba
Myadestes elisabeth

Ordre des Passériformes – Famille des Turdidés

INTRODUCTION :
Le Solitaire de Cuba est endémique de Cuba où il est sédentaire. Il vit dans un habitat restreint, dans les montagnes de l’ouest et de l’est de Cuba.
La sous-espèce « retrusus » de l’Ile des Pins est aujourd’hui considérée comme éteinte.
Le Solitaire de Cuba est menacé par la perte de son habitat à cause de la déforestation pour l’expansion de l’agriculture.
Cet oiseau est connu pour son chant étonnant et souvent considéré comme le meilleur chanteur de Cuba et des Antilles où son nom local est « Ruiseñor » ce qui signifie « rossignol ».  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 19-21 cm
Poids : 22-33 gr

Le Solitaire de Cuba a la tête et les parties supérieures brun olive. Sur le dessus des ailes, les tertiaires, la base des secondaires et les liserés des primaires sont d’un brun plus chaud. La queue est brun olive avec les rectrices externes blanchâtres.
Les parties inférieures sont blanchâtres et ternes, avec une teinte grise sur la poitrine.
Sur la tête, la calotte est brune mais légèrement plus foncée que les parties supérieures. On peut voir un cercle oculaire étroit et blanchâtre. Les lores et la zone sous-mustacienne sont blanchâtres et ternes. On note la présence d’une ligne malaire fine brun foncé.
Le bec est de deux couleurs, plutôt noirâtre, avec la base de la mandibule inférieure couleur corne. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brunâtres ou brun jaunâtre.
Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile ressemble à l’adulte, mais il a les parties supérieures tachetées et mouchetées de brun chamoisé, tandis qu’en dessous, la poitrine et les flancs sont tachetés de brun.

Joseph Smit (1836-1929)

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Solitaire de Cuba a deux sous-espèces.
M.e. elisabeth se trouve à l’ouest et à l’est de Cuba.
M.e. retrusus était sur l’Ile des Pins mais cette race est aujourd’hui considérée comme éteinte, sans aucune observation depuis les  années 1970. Cette race avait les parties supérieures légèrement plus grises que la race nominale, et un sourcil pré oculaire chamois clair. Les parties inférieures étaient d’un blanc pur.

HABITAT :
Le Solitaire de Cuba fréquente les forêts humides épaisses plantées de feuillus et/ou de pins. Il se reproduit dans des zones avec des affleurements de calcaire abrupts, des falaises ou des rochers.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO         
Le Solitaire de Cuba est l’un des meilleurs chanteurs de Cuba et des Antilles en général. Son nom local « Ruiseñor » rend hommage à la beauté pure de son chant.
Le chant est une série de notes flûtées et soutenues, dures ou discordantes « zheeee » ou « zhe-ee-ee-e » répétées à des tonalités variables. Ces notes alternent avec des sifflements mélodieux plus hauts, mais aussi avec des notes râpeuses, des gazouillis courts et des trilles. Ce chant porte loin. Il est émis depuis un perchoir à l’intérieur de la canopée.
Le cri est un sifflement court.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Solitaire de Cuba se nourrit d’insectes capturés en voltigeant au niveau de la canopée ou glanés sur la végétation, ou encore en s’élançant brusquement depuis un perchoir pour les saisir en vol. Il consomme également des petits fruits, des noix de palmiers mûres, des baies et des graines. Il voltige en face du feuillage des arbres et des buissons pour picorer les fruits. Il lui arrive de descendre plus bas dans la végétation, mais rarement sur le sol.

Pendant la saison de reproduction, le Solitaire de Cuba est territorial et monogame, comme la majorité des Turdidés. Le mâle chante pour proclamer et maintenir son territoire.
Les Turdidés du genre Myadestes dans la sous-famille des Myadestinae, sont connus pour effectuer des parades aériennes ou vol chanté. Ce comportement n’est observé que pendant cette saison. Il sert probablement à attirer les femelles, mais aussi à montrer aux mâles du voisinage que le territoire est occupé. Des offrandes de nourriture du mâle à la femelle font sans doute aussi partie des parades les plus courantes.

Le Solitaire de Cuba est sédentaire.
En vol, les longues ailes et la queue donnent à l’oiseau une grande marge de manœuvre et de la puissance.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre février et juillet.
Le nid en forme de coupe est fait avec des fibres de palmes, des radicelles, des poils, de la mousse et des lichens. Il est habituellement caché par de la végétation. Il est construit sur une pente raide ou sur le côté d’un talus, mais aussi dans un trou d’arbre ou dans une crevasse rocheuse sur une falaise. Il peut être situé jusqu’à 6 mètres au-dessus du sol.

La femelle dépose 3 œufs verdâtres avec des taches sombres. Dans la grande majorité des cas, la femelle incube seule pendant une période qui varie de 11 à 15 jours selon l’espèce et les conditions climatiques. Cependant, les poussins sont nourris et élevé par les deux parents.          

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Solitaire de Cuba est très menacé par la perte de l’habitat à cause de la déforestation au profit de l’agriculture et des pâturages.
L’espèce est décrite comme étant assez commune, mais elle a une distribution très restreinte et sa population est en déclin.
Le Solitaire de Cuba est actuellement considéré comme Presque Menacé.