English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Hirondelle à face blanche
Ang: Violet-green Swallow
All: Veilchenschwalbe
Esp: Golondrina Verdemar
Ita: Rondine verdeviola
Nd: Groene Zwaluw
Sd: violettgrön svala

Photographes:

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Simon Tan
PBase Bird galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 9 - by Josep del Hoyo - Andrew Elliot - David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334695

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Audubon

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Eastside Audubon

Bird Web (Seattle Audubon Society)

Boreal Songbird Initiative

National Park Service Brice Canyon

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Hirondelle à face blanche
Tachycineta thalassina

Ordre des Passériformes – Famille des Hirundinidés

INTRODUCTION :
L’Hirondelle à face blanche se trouve dans la partie ouest de l’Amérique du Nord, depuis l’Alaska jusqu’au centre du Mexique où elle fréquente des bois ouverts, les montagnes et les zones urbaines.
Elle nidifie dans des cavités naturelles, trous dans les arbres ou crevasses rocheuses, mais ne dédaigne pas les nichoirs artificiels. Elle se nourrit surtout d’insectes capturés en vol ou en rasant la surface de l’eau par mauvais temps.
L’Hirondelle à face blanche est en général assez commune dans sa distribution, mais l’espèce est affectée par la perte de sites naturels de nidification à cause de la déforestation, et par la compétition pour les cavités avec d’autres espèces. Mais elle n’est pas globalement menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 12-13 cm
Poids : 14-16 gr

L’Hirondelle à face blanche mâle a le manteau, les scapulaires et le dos verts, tandis que les couvertures sus-caudales sont bleu-violet. On remarque une tache blanche très étendue de chaque côté du croupion, le faisant paraître presque entièrement blanc lorsque l’oiseau vole. Les ailes longues et pointues sont noires, avec les tertiaires bordées de blanc en plumage frais. La queue noire est légèrement fourchue.
Les parties inférieures sont blanches, sauf les couvertures sous-alaires gris pâle.

Sur la tête, le front, la calotte et la nuque sont verts, avec une teinte violette sur la nuque. Les côtés de la tête sont blancs, y compris la zone située autour de l’œil.
Le petit bec pointu est noir. Les yeux sont brun foncé. Pattes et doigts sont noirs ou rosâtres.

La femelle est plus terne, avec la tête plutôt vert-bronze.
Le juvénile est plus brun, brun grisâtre dessus et blanc dessous, avec les pattes roses.  

FEMELLE
JUVENILE

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Hirondelle à face blanche a deux sous-espèces.
T.t. thalassina (décrite plus haut) se trouve depuis l’Alaska et l’ouest du Canada, vers le sud dans l’ouest des Etats-Unis jusqu’au sud de l’Arizona et le sud du Nouveau Mexique, et au Mexique. Elle hiverne en Basse Californie et vers le sud jusqu’au Nicaragua.

T.t. brachyptera se trouve dans le nord-ouest du Mexique, dans le centre et le sud de la Basse Californie et au sud de Sonora.
Elle est plus petite, et le reflet violet est moins net. Le croupion est variable.

HABITAT :
L’Hirondelle à face blanche se reproduit dans les forêts ouvertes, en montagne et dans les zones urbaines. L’habitat requis peut comprendre des forêts de pins ou de trembles, des murs rocheux dans des canyons en montagne et des prairies ouvertes si elles procurent des sites de nidification adaptés à l’espèce. Cette hirondelle nidifie entre 1500 et 3000 mètres d’altitude, mais aussi parfois jusqu’à 4000 mètres. Au Mexique, elle est connue pour sa façon d’occuper des cavités dans les cactus géants dans le désert.     
Pendant l’hiver, elle est davantage présente à basse altitude, dans les vallées, les plaines côtières et les zones intertidales. Cependant, elle fréquente aussi les plaines et les forêts jusqu’à 3000/3700 mètres d’altitude.
Pendant la migration, elle se trouve souvent près de l’eau, le long des fleuves, au bord des lacs et sur les côtes.   

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Hirondelle à face blanche émet un « dee-chip » haut-perché en vol. On peut aussi entendre une série de pépiements divers pendant les parades nuptiales ou territoriales. Les notes « chee-chee » servent de contact au sein des groupes. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Hirondelle à face blanche se nourrit d’insectes capturés en vol. Le régime comprend des fourmis, des Coléoptères, des mouches, des phalènes, des éphémères ainsi que quelques guêpes et abeilles.

Elle se nourrit en vol, à des hauteurs généralement plus élevées que les autres espèces d’hirondelles. Par mauvais temps, elle vole bas au-dessus de l’eau où se concentrent les insectes.
Elle chasse souvent en groupes plus ou moins importants, quelquefois en compagnie de martinets et d’autres hirondelles. Il lui arrive de temps en temps de capturer une proie sur le sol.   

L’Hirondelle à face blanche nidifie en couples isolés ou en colonies lâches pouvant contenir de 25 à 50 couples. Elles arrivent sur les aires de reproduction quelques semaines avant le début de la saison.
Pendant que la femelle construit le nid, le mâle la surveille et la garde, y compris pendant la durée de la ponte, afin de préserver sa paternité.

Des compétitions pour les cavités et les nichoirs se produisent souvent, en particulier avec l’Etourneau sansonnet et le Moineau domestique, tous deux introduits en Amérique. 

Le mâle arrive le premier et commence à parader pour établir le territoire et le site du nid. Il vole en décrivant des cercles au-dessus du site, plus plonge vers le sol pour aller se poser à l’entrée de la cavité qui abritera le nid et il chante. Ces parades peuvent varier en fonction des espèces. Par la suite, le nid est vigoureusement défendu par le couple.

L’Hirondelle à face blanche de la race nominale migre sur de longues distances. Elle revient sur ses aires de reproduction entre mi-mars et début mai, et souvent aux mêmes sites. Elle migre pendant la journée.
La race « brachyptera » effectue des déplacements altitudinaux, et descend des montagnes pour atteindre des altitudes moins élevées au Mexique.  
Elle vagabonde jusqu’aux Iles Aléoutiennes, mais aussi au Manitoba, en Ontario, dans l’Ohio, au New Jersey, dans le centre du Texas, au Yucatán, et en Amérique du Sud jusqu’au nord de la Colombie.

Le vol est rapide et gracieux. Elle se montre très agile lorsqu’elle chasse en vol.

Dispute près de l'entrée du nid

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre mai et août, mais à partir de février au Mexique.
L’Hirondelle à face blanche se reproduit en couples isolés ou en colonies lâches de 25 à 50 couples. Elle nidifie dans des cavités naturelles comme une loge abandonnée par un pic, un creux dans un arbre, une crevasse rocheuse, et elle accepte les nichoirs artificiels. Au Mexique, elle se reproduit dans des trous dans les cactus géants.
Le nid est surtout construit par la femelle. La structure en forme de coupe est faite avec des herbes, des brindilles et des radicelles, et l’intérieur est tapissé de plumes.

La femelle dépose 4-6 œufs blancs et incube seule pendant 13 à 18 jours. Les deux parents nourrissent les poussins, mais la femelle plus souvent que le mâle. Les jeunes quittent le nid au bout de 23-24 jours après l’éclosion, et les parents les nourrissent encore pendant quelques temps.  
Cette espèce produit une seule couvée par saison, rarement deux.

JUVENILE

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Hirondelle à face blanche a bénéficié de l’installation de nichoirs artificiels dans certaines zones, mais elle est affectée par la compétition pour les cavités de nidification avec des espèces introduites comme l’Etourneau sansonnet et le Moineau domestique. La déforestation provoque aussi la perte des sites de reproduction naturels.
La population est estimée à 11 000 000 d’individus et semble augmenter localement.
L’Hirondelle à face blanche est généralement assez commune et ne semble pas globalement menacée pour le moment.