English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Etourneau sansonnet
Sturnus vulgaris

Ordre des Passériformes – Famille des Sturnidés

QUELQUES MESURES :
L : 20-23 cm 
Env : 31-40 cm 
Poids : 60-96 gr

Ang : Common Starling
All : Star
Esp : Estornino Pinto
Ital : Storno europeo
Nd : Spreeuw
Russe : Обыкновенный скворец
Sd : Stare

Photographes :

Paul Guillet 
Photos d’Oiseaux

Tom Merigan
Tom Merigan’s Photo Galleries

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

LE GUIDE ORNITHO par Grant, Mullarney, Svensson, Zetterström - Delachaux Niestle - ISBN: 2603011421

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

Avibase (Lepage Denis)

Birds in backyards (Birds Australia and Australian Museum)

Pájaros de España (JL Beamonte)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’étourneau sansonnet en plumage nuptial a des plumes noires irisées. On peut voir des plumes brillantes violettes et vertes sur tout son corps. Il ressemble à un merle noir, mais il a une queue courte et carrée, et des ailes pointues et triangulaires. Les ailes et la queue sont noires.
Le bec est jaune avec la base gris-bleu chez le mâle, et rosâtre chez la femelle.

En plumage d’automne, les plumes sont ourlées de blanc et de chamois, donnant à l’oiseau un plumage tacheté. Le bec devient gris foncé ou noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun-roux. 

Les deux sexes sont semblables, mais la femelle apparaît plus densément tachetée que le mâle et a les yeux plus clairs. Le mâle a aussi les plumes plus longues sur la gorge. 

Le juvénile est gris-brun plus terne. Les oiseaux en train de muer ont des taches grises et noires à l’automne.
Les poussins sont couverts de duvet gris-blanc épars, et grandissent rapidement.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’étourneau sansonnet qui s’envole émet un « tcheerr » criard, bourdonnant et descendant. Le cri d’alarme est un dur « kyik », ou un « schaarh » rauque, les deux répétés.
Le chant de l’étourneau sansonnet est très varié, mélange de gazouillis, cliquetis, grincements, bavardages et gargouillements, intercalés de sifflements clairs souvent descendants « wheeeeeeeeooooooooooooo ».
Ils sont capables d’imiter les cris d’autres espèces d’oiseaux, et ont même des sons mécaniques compris dans leurs chants.

HABITAT:
L’étourneau sansonnet vit dans des habitats très variés, zones boisées ouvertes, lisières de forêt, jardins, villes, falaises côtières, semi-désert et cultures. C’est un oiseau de terrains bas.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’étourneau sansonnet est abondant et largement répandu. On le trouve en Europe, Ouest de l’Asie, introduit en 1890 en Amérique du Nord (une centaine d’oiseaux), Afrique du Sud, Sud de l’Australie et Nouvelle Zélande.
L’étourneau sansonnet est natif de la moitié nord de l’Eurasie.
Il est résident ou partiellement migrateur dans la majeure partie de son habitat, avec quelques populations qui bougent vers le Sud pour hiverner.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’étourneau sansonnet est souvent vu en grands groupes, excepté durant la saison de reproduction. Les grands groupes sont une forme de protection contre les prédateurs. Ils sont très grégaires, se reproduisant et se nourrissant en groupes, et migrant en masse.

L’étourneau sansonnet est omnivore, et peut s’adapter à toutes sortes de nourritures. Si quelque nourriture est protégée par de la peau ou une coquille, l’oiseau insère son bec à l’intérieur pour fouiller, et l’ouvre en l’élargissant avec le bec, exposant l’intérieur.

L’introduction de l’espèce en Amérique du nord a entraîné le déclin des autres espèces d’oiseaux nichant dans des cavités, avec le nombre croissant d’étourneaux et leurs comportements agressifs.

La parade nuptiale comprend des ondulations des ailes par le mâle pour attirer la femelle (il claque les ailes à demi ouvertes). Il chante aussi dans le nid décoré pour impressionner sa partenaire. Le mâle surveille étroitement sa femelle en la suivant partout toute la journée.

L’étourneau sansonnet vit près des humains dans les zones urbaines. C’est un autre aspect notoire de son comportement social, mais il peut devenir une réelle nuisance à cause du bruit et des fientes aux dortoirs. 

VOL :
L’étourneau sansonnet effectue des vols droits et directs, avec de rapides battements d’ailes, alternant avec de courts glissés. Les grands groupes bougent comme une seule unité, avec une grande précision, pour éviter les prédateurs volants.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
L’étourneau sansonnet niche dans des cavités ou des nichoirs. Le nid est fait avec des brindilles, des herbes sèches, des fibres végétales, des papiers, des plumes, et les  mêmes matériaux sont utilisés que ce soit une cavité naturelle ou artificielle. Le nid est situé à environ 3 à 5 mètres de hauteur.

La femelle dépose de 4 à 6 œufs brillants, bleu clair et blancs. L’incubation dure environ 12 à 14 jours, le plus souvent assurée par la femelle pendant la nuit. Le mâle rejoint d’autres groupes de mâles pour dormir.
Les poussins sont nidicoles. Ils sont nourris par les deux parents, d’abord avec de la nourriture animale. Les parents nettoient le nid en enlevant les sacs fécaux.

ALIMENTATION :
L’étourneau sansonnet se nourrit de graines, petits invertébrés, araignées, vers de terre et fruits. Les oiseaux côtiers se nourrissent de mollusques et de crustacés. La nourriture varie d’un endroit à l’autre, suivant les ressources disponibles.

Les jeunes quittent le nid au bout de 21 à 23 jours, et les parents les nourrissent pendant quelques jours encore. Quand ils sont indépendants, les jeunes se rassemblent en groupes avec d’autres jeunes oiseaux.

Cette espèce peut produire 2 à 3 couvées par saison. La seconde couvée (couvée intermédiaire) est le résultat de la polygamie de certains. La troisième couvée se produit de façon typique environ 40 à 50 jours après la première.

Le mâle participe à l’élevage des jeunes pour la première couvée. Mais il est pratiquement absent pour les suivantes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les grands groupes bruyants peuvent devenir une sérieuse source de nuisances. Ils dorment dans des arbres qu’ils abîment. Leurs fientes endommagent les voitures et d’autres produits avec l’acide urique qu’elles contiennent.
Les vastes populations d’étourneaux sansonnets causent des dégâts dans les cultures ou les stocks de graines, dans les récoltes de fruits, surtout les baies.
Le problème le plus courant est associé aux nids d’étourneaux dans les immeubles. Ces oiseaux sont des vecteurs de réintroduction des acariens et autres nuisibles envahisseurs d’immeubles. Ils transmettent aussi des organismes nuisibles aux humains et aux stocks de produits frais.
L’exclusion est toujours la meilleure solution à ces nuisances, en fermant les grandes ouvertures de diverses manières, pour éviter l’implantation des nids.
Les pièges, les tirs et le poison sont illégaux, mais parfois encore utilisés.
Le bruit a été essayé pour effrayer les oiseaux et les éloigner, mais ils reviennent très vite.
Juvéniles réclamant de la nourriture à un adulte

Autres

images