English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Pauraque
All : Pauraquenachtschwalbe
Esp : Chotacabras Pauraque
Ital : Succiacapre collobianco
Nd : Pauraque
Sd : Azteknattskärra
Port: Bacurau

Photographes:

Marc Chrétien
MURINUS

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Engoulevent pauraqué
Nyctidromus albicollis

Ordre des Caprimulgifores – Famille des Caprimulgidés

QUELQUES MESURES :
L : 22-28 cm
Poids : 43-90 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’Engoulevent pauraqué est un oiseau nocturne. Deux phases de plumage sont observées, grise et rousse, mais les couleurs sont toujours cryptiques.

Le mâle adulte en phase grise a les parties supérieures brun grisâtre et teintées de roux, avec des taches brunes et des mouchetures blanc grisâtre.
Les dessins du dessus de l’aile présentent des plumes châtain à brun grisâtre avec des mouchetures brunes et des taches chamois très évidentes. Les scapulaires sont brun noirâtre avec des liserés et des extrémités chamois.
En vol, le mâle présente des ailes aux extrémités noires, barrées d’une large bande blanche. Sur la queue, les deux rectrices externes sont bien blanches.

Les parties inférieures sont semblables, brun grisâtre et teinté de roux, avec des marques brunes et chamoisées sur l’abdomen et les flancs. Sur la gorge, on peut voir une tache blanche, parfois restreinte à une petite tache blanche de chaque côté de la base de la gorge.
Au repos, les ailes atteignent la moitié de la longueur de la queue.

Sur la tête, le centre de la calotte est largement strié de brun noirâtre. Le collier nucal est absent. Les cercles oculaires et l’espace sous-mustacien sont chamoisés. Les lores et les couvertures auriculaires sont de couleur fauve ou châtain.      
Le bec est noirâtre. Les yeux sont brun foncé. Les courtes pattes et les doigts sont grisâtres.

Il existe une phase rousse moins commune, avec l’ensemble du plumage teinté de roux-cannelle. 

La femelle a les bandes alaires plus étroites et teintées de chamois. Les rectrices présentent aussi moins de blanc que chez le mâle.

L’immature ressemble aux adultes, avec des bandes alaires plus fines chez le jeune mâle, et teintées de chamois chez la jeune femelle.

On trouve sept sous-espèces qui varient au niveau de la taille et de la coloration, et aussi par l’étendue de blanc sur les rectrices des mâles de certaines races.

CRIS ET CHANTS :  
L’Engoulevent pauraqué lance des sifflements sonores toute l’année « p’weeEER », précédés d’un ou plusieurs gloussements « puc, puc, puc, puc p’weeEER ». On entend aussi des « p’weeer, p’weeeer… » répétés ou « whee’oo, whee’oo… », et plus rarement un « poo wee-ee-oo’oo » plus long.   
Le chant du mâle est variable et émis depuis le sol ou un perchoir, tandis qu’il se balance nerveusement.
Les cris comprennent une grande variété de sons tels que gloussements, sifflements gutturaux, cliquetis et grognements, souvent émis au cours des parades de distraction.

HABITAT :
L’Engoulevent pauraqué fréquente les campagnes boisées, les lisières des forêts et les clairières, les bois ouverts et les plantations, les broussailles, les champs cultivés, les régions semi-arides, les zones marécageuses et les mangroves.
Cette espèce peut être vue depuis le niveau de la mer jusqu’à 2300-3000 mètres d’altitude.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Engoulevent pauraqué se reproduit depuis l’extrême sud des Etats-Unis et le nord-est du Mexique, à travers l’Amérique Centrale, et vers le sud, jusqu’au nord-est de l’Argentine. La majorité des races est résidente, excepté les reproducteurs des Etats-Unis de la race « merrilli » qui peuvent hiverner à l’est du Mexique.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Engoulevent pauraqué se nourrit d’une grande variété d’insectes capturés en pratiquant des sorties courtes dans les airs en s’élançant du sol, mais aussi en voltigeant depuis un perchoir bas. Il chasse aussi en volant au-dessus des zones découvertes, et en happant les proies près du sol.
Cette espèce est strictement nocturne. On peut la voir dans la journée si elle est dérangée accidentellement de la végétation où elle se repose.

L’Engoulevent pauraqué effectue des parades de distraction s’il se sent menacé au site du nid. L’adulte feint une blessure pour protéger les poussins et attirer le prédateur loin du nid.  

Au début de la période de reproduction, le mâle chante fortement pour attirer les femelles à l’intérieur de son territoire. Il défend la place vigoureusement contre les rivaux et les intrus.
Ensuite, il parade pour la femelle, exposant les parties blanches de la gorge, des ailes et de la queue. Les parades peuvent être effectuées sur un perchoir ou au sol, mais souvent aussi dans les airs.

VOL :
L’Engoulevent pauraqué a une surface alaire assez importante qui lui permet de poursuivre et de capturer des insectes en vol. Les engoulevents sont extrêmement agiles dans les airs et volent très bien.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction varie selon la distribution.
L’Engoulevent pauraqué établit le site du nid à la base d’un buisson ou d’un arbre bas, habituellement dans une petite zone découverte, une clairière dans un bosquet, ou le long d’un chemin en forêt, dans la végétation basse et clairsemée, les pâturages, les champs, ou encore parmi les éboulis et les pierres.
Les œufs sont déposés directement sur le sol, sur le tapis de feuilles, le sable ou le sol pierreux.

La femelle dépose 1 ou 2 œufs de couleur claire avec des marques sombres, ou parfois presque unis. Le mâle incube surtout pendant la journée, et pour une durée de 19 à 20 jours.
Cette espèce est la proie des populations férales de chiens et de chats, et les œufs sont parfois dévorés par des petits mammifères, des oiseaux et des reptiles.

ALIMENTATION :   
L’Engoulevent pauraqué se nourrit de nombreux insectes tels que scarabées, phalènes, papillons, punaises, abeilles, guêpes, fourmis et orthoptères.  
Il capture les insectes en les happant en vol, en s’élançant dans les airs depuis le sol ou un perchoir.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Engoulevent pauraqué est assez commun ou abondant dans la majeure partie de sa distribution.
L’espèce n’est pas menacée actuellement.

SONS PAR

XENO-CANTO