English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Coquette de Popelaire
Ang: Wire-crested Thorntail
All: Haubenfadenelfe
Esp: Rabudito Crestado
Ita: Spinuro crestafilosa
Nd: Gekuifde Draadkolibrie
Sd: tofsnålstjärt

Photographe:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

BIRDS OF PERU by Thomas S. Schulenberg, Douglas F. Stotz, Daniel F. Lane, John P. O’Neill, Theodore A. Parker III – Princeton University Press 2007 – Isbn: 978-0-691-13023-1

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

THE AVIANWEB - Beauty of Birds (Sibylle Faye)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, the free encyclopaedia

Peru Aves Peru Birds

PlanetScott.com Trip Reports, Site Reviews, and Lifelists

 

Accueil

Page Trochilidés

Sommaire fiches

 

Coquette de Popelaire
Discosura popelairii

Ordre des Apodiformes – Famille des Trochilidés

INTRODUCTION :
La Coquette de Popelaire est un colibri étonnant. Le mâle porte une crête formée de longues plumes effilées, tandis que la queue est graduée et fourchue. Elle fréquente les forêts humides et leurs lisières en Equateur. Elle pratique le vol stationnaire comme une abeille lorsqu’elle se nourrit de nectar de fleur dans la canopée des arbres.
Cette espèce est surtout menacée par la déforestation intense dans le bassin de l’Amazone, et la population décline. La Coquette de Popelaire est actuellement classée en tant qu’espèce Presque Menacée.
Le nom de l’espèce rend hommage à Jean Baptiste Louis Joseph Baron Popelaire de Terloo (1810-1870), explorateur et naturaliste Belge qui travaillait en Amérique tropicale.

DESCRIPTION  DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : M : 11,4 cm avec la queue - F : 7,5-8,2 cm
Longueur du bec : 13 mm
Poids : 2,5 gr

La Coquette de Popelaire mâle adulte a les parties supérieures vert cuivré avec une bande blanche très nette sur le croupion. Les rémiges sont brun noirâtre. La longue queue fourchue est noir bleuâtre sombre. Les trois rectrices externes sont étroites et pointues. Toutes les rectrices ont des tubes blancs.
Sur les parties inférieures, la bavette est vert irisé mais le reste du dessous est noir. Les côtés du corps sont brunâtres avec une tache blanche sur les flancs.

Sur la tête, la calotte est vert irisé, avec une longue crête fine formée de plumes effilées de la même couleur.
Le bec court et droit est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun foncé avec les cuisses orangées. 

La femelle adulte a les parties supérieures identiques. Le dessous est noir avec une tache blanche sur le flanc. La queue est courte et légèrement fourchue, avec des rectrices noir bleuâtre aux extrémités blanches. On note aussi la rayure malaire blanche qui contraste avec le plumage sombre.
Sur la tête, la longue crête est absente, mais quelques plumes courtes se dressent légèrement au centre de la calotte.   

L’immature ressemble à la femelle.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Coquette de Popelaire se trouve dans l’est de la Colombie (ouest de Meta), dans l’est de l’Equateur et le nord-est du Pérou (vers le sud jusqu’à Puno). Quelques observations sont rapportées en Bolivie. 

HABITAT : 
La Coquette de Popelaire fréquente les forêts humides et leurs lisières en Equateur où l’espèce est visible entre 600 et 1200 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Coquette de Popelaire émet un « tew » court, calme et fluide tandis qu’elle se nourrit de nectar sur les arbres en fleurs.

Immature

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Coquette de Popelaire se nourrit principalement de nectar de fleur mais elle consomme aussi des arthropodes.
Le nectar est pris sur des petites fleurs aux couleurs vives dont la teneur en sucre est élevée. Elle préfère notamment les arbres du genre Inga sur les contreforts des collines.
Elle vole comme une abeille lorsqu’elle fait du surplace en face d’une fleur. Elle utilise sa longue langue pour lécher le nectar. Il lui arrive quelquefois de se suspendre à la fleur pour se nourrir.
En récoltant le nectar sur des fleurs aux corolles tubulaires qui excluent les abeilles et les papillons, la Coquette de Popelaire contribue activement à la pollinisation.

Cependant, elle consomme également des invertébrés comme les insectes et les petites araignées, surtout pendant la saison de reproduction. Les insectes sont happés en vol, ou pris sur la végétation ou les toiles d’araignées.

Comme les autres Trochilidés, la Coquette de Popelaire mâle défend agressivement son territoire de nourrissage. Il poursuit aussi bien les autres colibris que les grands insectes friands de nectar.
Il effectue des parades de menace et d’intimidation. Le territoire est défendu à l’aide de signaux d’avertissement et de vols menaçants. Quelques combats peuvent parfois se produire.

Pendant la saison de reproduction, le mâle peut s’accoupler avec plusieurs femelles, mais il ne participe pas du tout aux tâches liées à la reproduction.
Il effectue des parades aériennes pour attirer les femelles, des vols en forme de U en face d’elles. Il quitte la femelle après l’accouplement, mais elle peut elle aussi s’accoupler avec d’autres mâles. Elle sélectionne le site de nidification et construit le nid seule.

La Coquette de Popelaire est certainement sédentaire dans sa distribution.
Elle pratique le vol stationnaire en face des fleurs dont elle prend le nectar, et ressemble alors à une abeille.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La femelle construit le nid dans un arbuste, un buisson ou un arbre. C’est une structure en forme de coupe faite avec des fibres végétales entrelacées. De la mousse verte est ajoutée sur la partie externe du nid en guise de camouflage. L’intérieur de la coupe est tapissé de matières plus douces, en général des poils d’animaux, du duvet et des fibres végétales plus fines.
Cette structure est renforcée avec de la toile d’araignée et d’autres matériaux collants. Elle est généralement construite sur une fine branche basse et horizontale.

La femelle dépose deux œufs blancs et incube seule. A la naissance, les poussins sont aveugles, nus et immobiles. La femelle les nourrit par régurgitation d’insectes prédigérés, en poussant la nourriture jusque dans leur estomac.
Elle les couve pendant une à deux semaines, mais ils sont laissés seuls la nuit au bout de 12 jours. Ils quittent le nid à l’âge de trois semaines.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Coquette de Popelaire est menacée par la perte de son habitat à cause de la déforestation dans le Bassin de l’Amazone au profit du bétail et de l’agriculture (culture du soja).
La taille de la population n’est pas connue, mais l’espèce est peu commune dans sa distribution.
La Coquette de Popelaire est actuellement classée comme espèce Presque Menacée.