English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Cariama huppé
 Cariama cristata

Ordre des Gruiformes – Famille des Cariamidés

QUELQUES MESURES :
L : 75-90 cm
Poids : 1500 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Cet oiseau terrestre d’Amérique du Sud est parfois placé dans l’ordre des Cariamiformes avec une autre espèce, le Cariama de Burmeister (Chunga burmeisteri) qui est plus petit et ne porte pas de crête.
Ici, il est classé dans l’ordre des Gruiformes, étant très semblable aux oiseaux regroupés dans cet ordre.
Le Cariama huppé fait partie des plus grands oiseaux terrestres endémiques des régions Néotropicales.

Ang: Red-legged Seriema
All: Rotfußseriema
Esp: Chuña Patirroja
Ital: Seriema cristato
Nd: Kuifseriema
Sd: Rödbent seriema
Port: Seriema

Photographes:

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia, the free encyclopaedia

National Zoo – Smithsonian National Zoological Park

Los Angeles Zoo and Botanical Gardens

 

Accueil

Sommaire fiches

L’adulte a les parties supérieures brun grisâtre avec des vermiculures fines. Les rémiges et les rectrices sont barrées de noir et de blanc.
Les parties inférieures sont plus claires, plutôt blanchâtres.
La tête et le cou sont grisâtres. La tête présente une crête légère sur le front, et on peut voir également quelques plumes plus longues à l’arrière du cou.
Le bec robuste est rouge. Les yeux jaune pâles contrastent avec la peau nue bleu clair des lores, du tour de l’œil et du sourcil. La paupière supérieure porte de longs cils noirs. Les longues pattes et les doigts sont rougeâtres ou rouges.
Les deux sexes sont semblables.
L’immature ressemble à l’adulte avec la tête, le cou et le dos plus marqués.

CRIS ET CHANTS :
Le chant du Cariama huppé est une longue séquence faite de jappements sonores qui forment des phrases variables en tonalité. Ces cris sont décrits comme ressemblant à des cris de dindon ou à des aboiements de jeune chien. Ce sont des sons qui peuvent porter loin.
Il chante habituellement tôt le matin et ce chant est utilisé par le couple pour défendre le territoire. En général, l’un des partenaires commence à chanter, et l’autre se joint à lui, ce qui occasionne des duos. Parfois, un chœur discordant peut être formé par plusieurs oiseaux qui chantent ensemble.
Pendant les parades nuptiales, on peut entendre un petit cri aigu, et un adulte dérangé émet une sorte de grognement.

HABITAT :
Le Cariama huppé fréquente les zones semi-ouvertes et assez sèches comme les broussailles épineuses et les zones boisées semi-arides, les savanes et les régions d’élevage ainsi que les collines herbeuses près des bois.
L’espèce est typiquement présente dans la caatinga, le cerrado et le Chaco. Elle est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude en Argentine et au sud-est du Brésil.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
Le Cariama huppé est sédentaire dans sa distribution depuis le centre et l’est du Brésil, dans l’est de la Bolivie et au Paraguay, jusqu’en Uruguay et centre de l’Argentine.
Quelques déplacements locaux sont observés dans le Chaco Paraguayen, sans doute en fonction des températures.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Cariama huppé est un oiseau terrestre. Les solides doigts antérieurs et le petit doigt postérieur, avec en plus les longues pattes, lui permettent de courir vite et de grimper en s’accrochant à l’écorce des troncs d’arbres.
Il se nourrit surtout d’arthropodes et de larves d’insectes, de reptiles et de petits vertébrés tels que les rongeurs. Occasionnellement, il consomme aussi des matières végétales comme les graines provenant de diverses récoltes, les fruits sauvages et la résine des gommiers.
Ce grand oiseau se nourrit souvent seul ou en couples, mais aussi en petits groupes familiaux selon la saison.

Il chasse en marchant lentement, capturant les proies sur le sol ou dans la végétation basse. Son plumage cryptique lui permet de rester caché. Les petits vertébrés sont capturés avec le bec, puis frappés sur le sol pour les tuer et finalement mis en pièces avec le bec et les pattes qui le tiennent avant de l’avaler.

Quand ils chassent en groupes, les Cariamas huppés restent proches les uns des autres. S’ils sont dérangés, l’un d’eux commence à courir, rapidement imité par les autres. Mais afin d’échapper à un prédateur, un oiseau peut aussi se cacher en s’allongeant vite sur le sol derrière une souche ou de la végétation, profitant des couleurs ternes de son plumage pour se cacher.

La saison de reproduction voit le mâle parader. Ces parades pourraient être celles de certains Phasianidés, lorsque le mâle expose les rémiges barrées de blanc et noir en s’étirant latéralement, mais on note aussi une certaine ressemblance avec les Otididés lorsqu’il retourne ses ailes.
D’autres parades voient le mâle effectuant une marche cérémonieuse en se pavanant tout en dressant les longues plumes de l’arrière du cou en pointant le bec vers le sol.
A cette période, leurs chants peuvent être entendus avant l’aube.

La nuit, ils dorment en groupes familiaux dans des dortoirs situés haut dans les arbres. Ils se perchent côte à côte sur la même branche. Ces oiseaux prennent des bains de soleil et de poussière au cours de la journée.
Ils sont capables de grimper sur les troncs des petits arbres et sautent au milieu des branches en s’aidant de quelques battements d’ailes.

VOL :  
Le Cariama huppé ne s’envole qu’occasionnellement et sur des distances courtes. Ce vol est peu soutenu et consiste en une explosion de battements rapides suivis de glissés.  
Il ne s’envole que pour atteindre les hautes branches pour dormir ou pour échapper à un prédateur.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution, mais a souvent lieu pendant la saison des pluies.
Le Cariama huppé nidifie seul et le couple est monogame. Le nid est construit par les deux adultes sur les branches d’un petit arbre. C’est une structure ronde faite de rameaux de bois et de brindilles, et tapissée de feuilles et de boue ou de bouse de vache. Il est situé entre un et cinq mètres au-dessus du sol.
La femelle dépose deux œufs blancs avec quelques marques légères. L’incubation dure de 25 à 30 jours, assurée surtout par la femelle. Les poussins ont de longues plumes brun clair sur la tête. Ils sont nourris par les deux parents, et quittent le nid au bout de 15 jours après la naissance. Ils suivent leurs parents sur le sol et peuvent voler à un mois. Il leur faudra 4 à 5 mois pour obtenir le plumage adulte.

ALIMENTATION :   
Le Cariama huppé est omnivore mais aussi très carnivore. Il se nourrit d’insectes tels que sauterelles et scarabées, mais aussi de fourmis et d’araignées. Il capture de nombreux petits rongeurs, ainsi que des lézards et des grenouilles, et quelques oiseaux.
Il ajoute des matières végétales, graines, fruits sauvages et autres récoltes. Il est également capable de capturer des serpents, mais pas autant que ce qui est dit en général.
Les petites proies sont avalées entières, alors que les plus grandes sont mises en pièces après avoir été tuées en les frappant sur le sol dur.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Cariama huppé est largement répandu mais avec des densités faibles. Il souffre de la dégradation de son habitat par les humains, mais il est capable de s’adapter.
Selon la distribution, cette espèce est soit chassée pour sa chair, soit protégée par les fermiers parce qu’il consomme des serpents et des rongeurs. Il a aussi bénéficié de la déforestation qui lui a permis d’étendre son habitat.
Cette espèce se reproduit très bien en captivité, et n’est pas menacée actuellement.