English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Canard de Meller
Ang: Meller’s Duck
All: Madagaskarente
Esp: Ánade malgache
Ita: Germano di Meller
Nd: Mellers Eend
Sd: Mellers and
Mal: akaka, Akaka mainty, Akaky mainty, Angaka, Rahaka

Photographes:

John Anderson 
John Anderson Photo Galleries

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Canard de Meller
Anas melleri

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
Le Canard de Meller est endémique de Madagascar. L’espèce a également été introduite à l’Ile Maurice où elle est aujourd’hui probablement éteinte à l’état sauvage.
Ce canard fréquente les marais d’eau douce, les fleuves et les lacs à l’intérieur des zones forestières humides. Il est présent depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude, mais généralement plus bas. Ses comportements sont peu connus, mais sont certainement assez similaires à ceux du Canard colvert (Anas platyrhynchos).
Le Canard de Meller est beaucoup chassé et piégé pour la consommation. Il est menacé par la perte de l’habitat avec le drainage des zones humides et la déforestation. Il est actuellement en Danger d’Extinction.
Le nom de l’espèce rend hommage au botaniste Charles James Meller.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 63-68 cm
Poids : M : 883-1240 gr – F : 831-1140 gr

Le Canard de Meller ressemble beaucoup à la femelle Canard colvert mais il est plus grand, avec une silhouette plus allongée. Le plumage est brun dans l’ensemble, avec des stries et des mouchetures brun clair ou chamois. Cependant, on note la présence d’un miroir alaire vert foncé sur les secondaires, souligné de noir et de blanc. Les rémiges primaires sont brun foncé avec des extrémités sombres.
Le dessous des ailes est blanchâtre mais les rémiges sont sombres.
Le long bec est bleu-gris avec un peu de noir vers la base et un onglet noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont brun orangé.

Mâle et femelle sont semblables, mais la femelle est plus petite que le mâle. Elle est légèrement plus terne et son bec est plus court. Les rectrices centrales sont également plus courtes et ont des extrémités chamois. La tête peut paraître légèrement plus pâle que celle du mâle.
Le juvénile est plutôt brun-roux avec des plumes aux liserés roussâtres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Canard de Meller est surtout confiné dans l’est de Madagascar depuis la déforestation du plateau central. Le site le plus important est le Lac Alaotra.
Cette espèce a été introduite sur l’Ile Maurice aux alentours de 1850, mais elle est aujourd’hui supposée éteinte à l’état sauvage.

HABITAT :  
Le Canard de Meller fréquente les marais d’eau douce, les lacs et les fleuves dans la forêt humide de la partie est de l’île. En dehors de la reproduction, il se disperse vers les zones voisines, y compris les lacs dans les régions victimes de la déforestation. L’espèce est présente depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude, mais elle est plus fréquente entre 800 et 1500 mètres.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Canard de Meller mâle émet des « nhek » ou « raaet » calmes et nasillards qu’il répète toutes les 2 à 5 secondes. La femelle produit un caquetage diffus « wark…wark… » généralement plus haut que les cris du Canard colvert.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le régime du Canard de Meller est mal connu, mais il consomme une grande variété d’invertébrés (mollusques) et de la végétation aquatiques comme les nénuphars, ainsi que les graines de ces plantes.
Comme la majorité des Anatidés, il se nourrit en barbotant dans la vase et en basculant son corps vers l’avant, mais il se nourrit aussi sur la rive. Il lui arrive de poursuivre des insectes aquatiques à la surface de l’eau. Il est généralement plus actif pendant la journée, mais il a aussi des habitudes nocturnes.
Le Canard de Meller forme des groupes d’espèces mélangées pouvant compter jusqu’à 160 individus lorsqu’il se nourrit. De la même façon, ils se regroupent pendant la journée en dortoirs comprenant plus de 250 oiseaux au Lac Alaotra.

Il est très territorial au moment de la reproduction, et le territoire est vigoureusement défendu, en particulier après la ponte.
Les parades nuptiales du Canard de Meller sont très semblables à celles du Canard colvert. Quelques parades montrent les males émettant des pépiements haut-perchés tout en élevant le haut du corps hors de l’eau, ou effectuant une autre parade typique qui consiste à relever en même temps la tête et la queue. Ces démonstrations sont plus longues que chez Anas platyrhynchos et permettent ainsi d’exposer le long cou et le miroir alaire brillamment coloré.

Ils deviennent très agressifs au moment de la défense du territoire. Le mâle reste à l’intérieur du territoire pendant que la femelle assure l’incubation, et il se montre agressif envers les intrus, y compris ses congénères. Les mâles peuvent se battre en agrippant le cou de l’opposant avec le bec et en le frappant avec les ailes. Quelques poursuites aériennes ont aussi été observées.
La femelle du couple est toujours protégée et défendue, ce qui permet peu d’accouplements hors du couple. L’espèce est monogame. Les deux partenaires restent ensemble pendant l’incubation et peuvent reformer le couple pendant plusieurs années consécutives.

Le Canard de Meller est sédentaire, mais quelques dispersions postnuptiales sont observées. Il n’y a pas d’errance en dehors de Madagascar.
Ce sont des oiseaux qui volent très bien. Le vol est puissant avec des battements réguliers.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu surtout pendant la saison humide, entre novembre et février, mais la nidification a été également observée sur une période plus étendue allant de juillet à avril.
Le Canard de Meller se reproduit en couples isolés ou en groupes lâches. Le nid est sur ou près du sol et toujours près de l’eau, souvent dans une touffe d’herbes ou d’autre végétation. La femelle collecte les matériaux, herbes sèches et feuilles, aux alentours du nid. La coupe est tapissée de duvet vers la fin de la ponte.

En captivité, la femelle dépose 5-11 œufs blanchâtres et ternes, et elle incube pendant 28-29 jours, tandis que le mâle reste à l’intérieur du territoire.
Les poussins ressemblent à ceux du Canard colvert. Ils ont la taille adulte à l’âge de 77-84 jours, et s’envolent à ce moment-là. Ils sont accompagnés par la femelle vers les zones de nourrissage pendant cette période. Ils sont sexuellement matures à un an.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
Le Canard de Meller a une petite population très dispersée. Les déclins sont le résultat de l’arrivée des humains, entrainant la déforestation et le drainage des zones humides pour l’expansion de l’agriculture, et la chasse pour la consommation.
Sur l’Ile Maurice, l’espèce a été menée jusqu’à l’extinction par la chasse, la pollution, la perte de l’habitat et l’introduction de mammifères prédateurs.
La population est estimée à 2000/5000 individus, ce qui équivaut à environ 1300/3300 individus matures. Des programmes d’élevage en captivité sont en cours.
Le Canard de Meller est actuellement en Danger d’Extinction.