English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Calicalic à épaulettes
Ang: Red-shouldered Vanga
All: Rotschultervanga
Esp: Vanga Hombrorrojo
Ita: Vanga spallerosse
Nd: Roodschoudervanga
Sd: rödskuldrad vanga

Photographes:

John Anderso
John Anderson Photo Galleries

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

Birds of the Indian Ocean Islands Par Ian Sinclair, Olivier Langrand - ISBN: 1868729567, 9781868729562- Editeur: Struik, 2003

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Creagus – Bird Families of the World – Vangas - Vanginae

THE VANGAS OF MADAGASCAR by Nick Garbutt

Extension of the Known Range of the Red shouldered Vanga Calicalicus Rufocarpalis in Southwest Madagascar 

Field observations of the Red-shouldered Vanga: a newly described Malagasy endemic

 

Accueil  

Page Passériformes

Famille des Vangidés

Sommaire fiches

 

Calicalic à épaulettes
Calicalicus rufocarpalis

Ordre des Passériformes – Famille des Vangidés

INTRODUCTION :
Le Calicalic à épaulettes est endémique de Madagascar où il est présent dans le sud-ouest de l’île. Il a une distribution restreinte et fréquente les zones plantées d’Euphorbiacées à peu près au niveau de la mer.
Cette espèce a été décrite en 1997 par Phoebe Snetsinger, une ornithologue renommée, à partir de deux spécimens collectés 55 ans plus tôt dans le sud-ouest de Madagascar.
Le Calicalic à épaulettes est une espèce Vulnérable, car elle est menacée par l’éclaircissage des broussailles et la dégradation des sols par les chèvres. Cependant, une grande partie de l’habitat est encore intacte car le sol n’est pas adapté aux pratiques agricoles.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 14-15 cm
Poids : 15-17 gr

Le Calicalic à épaulettes est un vanga dont la taille équivaut à celle d’une mésange.
Le mâle adulte a la calotte, la nuque et le manteau gris pâle. Le bas du dos, le croupion et les couvertures sus-caudales sont rouge brique. Sur le dessus des ailes, les rémiges et les tertiaires sont brunes. Les couvertures alaires sont rouge brique, mais les grandes et les premières couvertures sont souvent gris brunâtre à mi longueur. Sur le dessus de la queue, les rectrices centrales sont brunâtres, tandis que les autres sont rouge brique clair.
Sur les parties inférieures, le menton, la gorge et les côtés de la base du cou sont noirs et forment une bavette très nette. Le reste du dessous est blanchâtre avec une teinte rosâtre pâle sur la poitrine et les flancs.

Sur la tête, la calotte et la nuque sont gris pale. On peut voir une ligne blanche sur le front qui s’étend au-dessus de l’œil. Les lores et la zone autour de l’œil sont noirs. Les joues et les couvertures auriculaires sont blanches et contrastent avec la bavette noire.
Le bec est noir. Les yeux sont jaune pâle. Les pattes et les doigts sont gris rosâtre.  

La femelle adulte a les parties supérieures gris-brun mais le croupion est roussâtre. Sur la queue, les rectrices ont des vexilles externes roussâtres. Sur le dessus des ailes, les petites et moyennes couvertures sont rouge brique. Elle n’a pas de noir sur la tête.  
Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont blanchâtres (et non noirs) et le reste du dessous est chamoisé, devenant blanchâtre sur l’abdomen et les couvertures sous-caudales. Les parties nues sont comme chez le mâle.

Le juvénile a les parties supérieures chamoisées et striées de brun foncé/noirâtre, y compris sur la tête. Les parties inférieures sont blanches. Il a les yeux sombres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Calicalic à épaulettes se trouve dans le sud-ouest de Madagascar, dans la zone de Toliara et le Plateau Mahafaly et vers le sud jusqu’à Lintsa.     

HABITAT :
Le Calicalic à épaulettes fréquente les zones calcaires arbustives avec des Euphorbiacées, entre le niveau de la mer et 100 mètres d’altitude.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Calicalic à épaulettes a pour cri de contact un « ksisisisisusususu » sonore, légèrement sifflé et roulé, émis à une cadence rapide. Le cri d’alarme est un « karr-tskkk » qui finit en cliquetis bas, mais il peut varier et devenir un « kwoiroikk » roulé finissant à nouveau en cliquetis léger.  
Le chant du mâle est un « tyuh-tee » ou encore « pu-teer » sonore dont la seconde note est plus forte et plus sifflante. Ce chant est souvent suivi du le cri de contact de la femelle, un peu comme dans un duo.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Calicalic à épaulettes se nourrit de petits invertébrés, surtout des petits insectes et des petites chenilles.
Il se nourrit en glanant et en s’élançant brusquement depuis un perchoir pour capturer des petites proies sur les feuilles et les branches dans l’épaisseur de la végétation basse. Il est souvent en petits groupes.

D’après quelques observations du mâle en train de se nourrir, il semble que l’oiseau essaie fréquemment de déranger une proie potentielle en agitant nerveusement une ou deux fois ses ailes ouvertes. Ce comportement est généralement suivi d’une tentative pour capturer la victime en s’élançant pour la saisir. La proie est tenue avec les pattes et démembrée avec le bec.

Les comportements nuptiaux du Calicalic à épaulettes sont peu connus. Nous pouvons cependant penser que les dessins de la face et les épaules rousses sont mis en valeur par des parades adaptées. Le mâle est plus loquace pendant la saison de reproduction.

Le Calicalic à épaulettes est probablement sédentaire. En vol, la queue paraît relativement rousse.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction de la majorité des vangas a lieu pendant l’été austral, entre septembre/octobre et décembre/janvier.  
Le nid du Calicalic à épaulettes est une petite coupe soignée, faite d’herbes sèches entrelacées et probablement tapissée à l’intérieur de matériaux doux. On peut voir des morceaux de lichens sur la partie extérieure du nid, tenus par des toiles d’araignées. Cette petite structure est placée dans la fourche d’un arbuste, entre deux ou trois petites branches.

Il n’y a pas d’informations sur la nidification de cette espèce, mais des juvéniles tout juste sortis du nid ont été observés en janvier.
Le jeune oiseau a le plumage blanchâtre avec les parties supérieures plus sombres. La tête, la nuque et le manteau sont striés de brun. Les couvertures alaires et les rémiges sont brunes mais les épaules sont striées de brun. La queue encore courte présente à ce moment-là une teinte plutôt rousse. Les parties inférieures sont blanchâtres. Les yeux sont brun foncé.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Calicalic à épaulettes est menacé par l’éclaircissage de son habitat broussailleux et arbustif et par les chèvres qui broutent sur le sol. Dans certains sites, l’extraction locale du bois est également un problème. Mais la majorité des zones fréquentées par cette espèce est encore intacte parce que le sol ne convient pas pour l’agriculture.
La population est estimée à 250/999 individus matures, ce qui équivaut à environ 375/1,499 individus. La densité de cette  population est plutôt haute dans la majeure partie des habitats arbustifs et les effectifs semblent stables et le resteront tant que cet habitat restera intact.
Mais actuellement, le Calicalic à épaulettes est classé en tant qu’espèce Vulnérable.