English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Bernache à cou roux
Ang: Red-breasted Goose
All: Rothalsgans
Esp: Barnacla cuelliroja
Ita: Oca collorosso
Nd: Roodhalsgans
Sd: rödhalsad gås

Photographe:

Nicole Bouglouan 
Photographic ramble & My pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources : 

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Wikipedia, the free encyclopaedia

ARKive (Christopher Parsons)

IUCN Red List of Threatened Species

Durrell Wildlife Conservation Trust

AEWA International Working Group for the Red-breasted Goose   

Royal Belgian Institute of Natural Sciences

BSPB Bulgarian Society for the Protection of Bird

Green Balkans Conservation Programme

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Bernache à cou roux
Branta ruficollis

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
La Bernache à cou roux est une petite oie au plumage coloré. Elle est la plus petite bernache du genre Branta, mais à distance, elle peut aisément passer inaperçue car les parties rousses de son corps paraissent très noires. Elle est alors très semblable à la Bernache cravant (Branta bernicla) et les deux espèces se nourrissent souvent ensemble.
Elle se reproduit dans l’ouest de la Sibérie arctique, là où vécurent les derniers mammouths. Elle passe l’hiver le long des côtes de la Mer Noire et de la Mer Caspienne.
La Bernache à cou roux a une population en déclin à cause des changements survenus dans l’habitat, mais la chasse, les pesticides et le développement du tourisme ont aussi un impact non négligeable. Elle est actuellement classée comme espèce Vulnérable.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 53-56 cm
Envergure : 116-135 cm
Poids : M : 1200-1625 gr – F : 1055-1130 gr

La Bernache à cou roux a la calotte, la nuque, les ailes, l’abdomen et la queue noirs. Sur le dessus des ailes, les couvertures alaires sont finement barrées de blanc. Le croupion et les couvertures sus-caudales sont blancs.
La partie antérieure du cou et la poitrine sont châtain-roux et bordés de blanc. Lorsque l’oiseau est vu de face, la bande blanche qui souligne la poitrine forme pratiquement un cercle qui entoure l’avant du corps. Les flancs, le bas-ventre et les couvertures sous-caudales sont blancs, avec des barres noires à l’arrière des flancs.

Sur la tête, la calotte, la nuque et la face sont noires, excepté les lores blancs très nets. On peut voir une tache châtain-roux de chaque côté de la tête, entouré d’une étroite bande blanche. 
Le bec très court est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont noirs.
Mâle et femelle sont très semblables, bien que chez le mâle, le front s’élève plus verticalement depuis le sommet du bec que chez la femelle.  

Le juvénile est plus terne et présente des taches blanches sur les côtés du corps et sur le manteau. Les parties châtain-roux sont moins bien définies, en particulier la tache de la joue qui est plus petite et plutôt grise. Les flancs sont moins barrés. Il est sexuellement mature  à l’âge de 3-4 ans.   

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Bernache à cou roux se reproduit dans la toundra sibérienne, à l’intérieur de la Péninsule de Taïmyr, et sur les Péninsules de Gydan et de Yamal.
Elle hiverne dans le sud-est de l’Europe et le sud-ouest de l’Asie, et surtout sur les côtes nord et ouest de la Mer Noire et de la Mer Caspienne.
Cette espèce vagabonde rarement en Grande Bretagne et dans quelques autres régions de l’ouest de l’Europe. Les aires d’hivernage dans la Baie de Kirov en Mer Caspienne, sont devenues inadaptées aux besoins de l’espèce depuis les années 1960, à cause des changements survenus dans l’habitat où les cultures de céréales sont aujourd’hui remplacées par des vignobles. Bien qu’étant très localisée, l’espèce hiverne maintenant sur les côtes de la Roumanie et dans la Bulgarie toute proche.   

HABITAT :
La Bernache à cou roux nidifie dans la toundra, et surtout dans les zones ouvertes, couvertes de broussailles sèches et de lichens. Elle aime particulièrement les zones élevées et sèches, les pentes rocheuses, les falaises et les ravins, ou les rives abruptes des fleuves, mais en général non loin de l’eau quel que soit le site choisi.
Pendant l’hiver, elle fréquente les steppes ouvertes et les plaines avec collines. Elle se nourrit dans les pâturages, les chaumes et les cultures. Elles dorment sur les lacs ou dans des zones humides retirées.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Bernache à cou roux a pour cri typique en vol un « kik-yoik, kik-yik » répété, strident et grinçant. Pendant les disputes, les oies produisent des sifflements tout en adoptant des postures menaçantes et en hérissant les plumes noires de la nuque et de l’arrière du cou.   

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Bernache à cou roux a un régime végétal. En hiver, elle se nourrit de laîches et autres plantes aquatiques dont elle consomme les feuilles, les parties vertes et les tiges. Mais elle consomme aussi de l’orge, du blé, du maïs et des tubercules.
Cette espèce est grégaire en hiver et se nourrit souvent en groupes d’espèces mélangées comprenant d’autres espèces d’oies. Lorsqu’elles sont en groupes, elles émettent continuellement des cris haut-perchés. Elles se nourrissent principalement en « broutant » sur le sol.
En été, le régime comprend surtout les feuilles de diverses herbes et les bourgeons de plantes du genre Eriophorum, ainsi que Carex et Equisetum.   

Pendant la période de nidification, la Bernache à cou roux installe souvent son nid près des nids de rapaces, en particulier le Faucon pèlerin qui lui procure une bonne protection contre les prédateurs comme le Renard arctique. Ils vivent vraiment ensemble. Les bernaches nidifient habituellement sur des falaises ou des pentes escarpées, à peine à quelques mètres du nid du rapace. Les prédateurs potentiels sont chassés par le faucon mâle et les bernaches bénéficient de ces comportements.
Cependant, pendant l’hiver et lors des migrations, il arrive aussi que le faucon tue des bernaches pour son déjeuner…
La Bernache à cou roux se reproduit en petites colonies de 4 à 8 couples.

La Bernache à cou roux est très migratrice. Elles quittent les aires de reproduction sibériennes de la mi-septembre à la fin du mois en suivant un couloir migratoire étroit. Elles arrivent sur les aires d’hivernage en octobre-novembre, parfois fin décembre.
Elles quittent les zones d’hivernage entre fin février et début mai, mais elles font souvent des haltes pouvant durer jusqu’à un mois sur certains sites.  
Elles migrent en troupes serrées plutôt qu’en V régulier. Le vol est rapide et agile. Pendant le vol, le plumage parait très sombre et contraste fortement avec le bas de l’abdomen blanc.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction commence en juin. La Bernache à cou roux se reproduit en petits groupes lâches comprenant de 4 à 8 couples, parfois davantage, avec les nids placés à quelques mètres les uns des autres.  
Le nid est sur le sol, une structure peu profonde faite avec de la végétation et tapissée d’herbes et de duvet de couleur sombre. Il est souvent situé sur un sol escarpé, la rive d’un fleuve, une île rocheuse ou des affleurements rocheux, et souvent au voisinage d’un nid de rapace.

La femelle dépose une seule couvée par saison comprenant 6-7 œufs blanc-crème qu’elle incube seule tandis que le mâle garde le nid à proximité. A la naissance, les poussins duveteux sont brun foncé sur le dessus et jaune pâle en dessous. Ils quittent le nid au bout de 24-36 heures après l’éclosion. Ils suivent leurs parents jusqu’aux aires de nourrissage  qui se trouvent souvent à plusieurs kilomètres de la colonie. Ils sont emplumés au bout de 35-42 jours après la naissance.

La Bernache à cou roux est vulnérable aux prédateurs comme le renard arctique, le Goéland argenté, les labbes et sans doute le Harfang des neiges.  

PROTECTION / MENACES / STATUTS :    
La Bernache à cou roux est menacée par les changements survenus dans son habitat dans certaines parties des aires d’hivernage, par la chasse et les dérangements causés par les chasseurs sur les aires de nourrissage, les pesticides et le développement du tourisme. La prédation naturelle a également un impact significatif.
La population n’a pas encore été clairement quantifiée car elle dépend des migrateurs. Cependant, les effectifs sont en déclin et la Bernache à cou roux est actuellement considérée comme espèce Vulnérable.