English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Blue Whistling-Thrush
All : Purpurpfeifdrossel
Esp: Arrenga Común
Ital: Tordo zufolatore blu
Nd: Chinese Fluitlijster
Sd: Blå visseltrast

Photographes:

Niraj V. Mistry
Photo Galleries

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 10 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334725

THRUSHES by Peter Clement and Ren Hathway – HELM - ISBN: 0713639407

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

XENO-CANTO – Sharing Birds sounds from around the world

 

Accueil

Page Turdidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Arrenga siffleur
Myophonus caeruleus

Ordre des Passériformes – Famille des Turdidés

QUELQUES MESURES :
L : 29-35 cm
Poids : 135-230 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’Arrenga siffleur est un oiseau au beau plumage bleu-violet, un joyau au cœur de son habitat verdoyant au bord de l’eau. Plus terne au naturel, c'est néanmoins un très bel oiseau.

La race M.c. crassirostris est représentée sur cette page. Cette race est légèrement plus petite que la race nominale. Le bec est jaune, plus épais et un peu plus court. Sur le dessous des ailes, les primaires présentent des bases blanches.

Le mâle adulte de la race nominale est noir bleuâtre, mais la couleur change selon la luminosité. Les parties supérieures présentent des taches bleu-violet, intensément concentrées sur la tête, depuis le front jusqu’aux côtés de la calotte. Les lores sont noirs.
Les parties inférieures sont d’un bleu plus terne sur le bas de la poitrine et l’abdomen.
Les ailes et la queue sont d’un bleu plus profond avec quelques taches argentées sur les moyennes couvertures. Les petites couvertures forment une tache bleue sur l’épaule, bien souvent invisible.
La race nominale a le bec, les pattes et les doigts noirs, et les yeux variant du rougeâtre au brun foncé.  

La femelle est semblable au mâle mais son plumage est plus terne.
Le juvénile a le plumage noir cendré. La poitrine présente des stries fines et blanchâtres en forme de flèches.

Six sous-espèces se partagent la distribution géographique. Elles sont très semblables, et excepté la race nominale M.c. caeruleus, toutes ont le bec jaune vif avec le culmen plus ou moins sombre.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Arrenga siffleur a pour cri un sifflement aigu ou un « tzeet-tze-tze-tzeet » strident et portant loin, les deux étant émis à l’aube et au crépuscule en longues séries.
Le cri d’alarme est un « kreee » sonore et aigu, ou un « scree-chit-chit-chit » plus long.
Le chant est lancé depuis un perchoir, un arbre ou une falaise, et il peut être entendu toute l’année. Il comprend des phrases mélodieuses, des sifflements presque humains, clairs et haut-perchés, et parfois quelques imitations.

HABITAT :    
L’Arrenga siffleur fréquente les gorges et les ravins avec des forêts de feuillus et des zones broussailleuses plus ouvertes comprenant quelques grands arbres clairsemés. Cette espèce se reproduit entre 1000 et 4000 mètres d’altitude, et hiverne plus bas depuis les plaines et les mangroves jusqu’à 2400 mètres.
Cet oiseau est souvent vu au sol près des torrents ou même des plus grandes rivières. Selon la distribution, il fréquente les mangroves et les broussailles, les forêts de grands arbres, les parcs et les jardins, les petits ilots boisés, et peut parfois se trouver loin de l’eau dans des zones rocheuses ou des cultures.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
L’Arrenga siffleur se trouve au centre de l’Asie, en Inde, au centre et à l’est de la Chine, en Asie du sud-est, à Java et à Sumatra. L’espèce est commune mais sa distribution est irrégulière.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Arrenga siffleur se nourrit principalement d’invertébrés, d’insectes variés, mais aussi de mollusques comme les limaces, les escargots et les vers de terre, ainsi que de petits crustacés. Il consomme aussi des baies et des graines. La coquille des escargots est cassée contre une pierre ou autre surface dure, à la manière typique des grives.
Il se nourrit sur le sol humide en sautillant, en retournant les feuilles mortes et en picorant dans l’eau peu profonde et le long des rives boueuses. Il creuse aussi de façon vigoureuse dans les parties tendres du sol. Il se nourrit dans le lit des cours d’eau, en picorant à la surface de l’eau.
Il est actif au crépuscule et bien après que la nuit soit tombée. Pendant la journée, il se repose sur une branche basse au milieu de la végétation.
On le voit seul en général pendant l’hiver, ou en couples, et les deux partenaires restent souvent ensemble toute l’année.

L’Arrenga siffleur peut se montrer agressif envers les intrus comme les rapaces diurnes et nocturnes qui entrent sur son territoire de reproduction. Les parades de menace comprennent des postures agressives avec la poitrine gonflée et poussée vers l’avant.
Quand il se pose, l’oiseau relève sa queue sur son dos et ensuite, il la baisse lentement tout en la déployant.
Cette espèce peut occuper le même territoire de reproduction et le même nid année après année.

L’Arrenga siffleur est en principe résident dans son habitat, mais il effectue des déplacements altitudinaux selon la saison.

VOL :  
L’Arrenga siffleur a un vol rapide et puissant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction varie selon la distribution. L’espèce produit habituellement deux couvées, mais une seule pour une nidification à plus haute altitude.  
Le nid de l’Arrenga siffleur est une coupe volumineuse placée sur une corniche rocheuse, un talus avec surplomb, ou même dans une grotte ou une crevasse au bord de l’eau, mais aussi dans un trou d’arbre ou sous un pont, et parfois même dans la fourche d’un arbre. Les deux adultes construisent le nid.
La coupe est faite de mousse et de radicelles boueuses entrelacées avec des herbes fines, des tiges et des vrilles végétales. L’intérieur est tapissé de matériaux plus doux, de boue et de crin de cheval.
Ce nid est habituellement réutilisé année après année, mais pas forcément par le même couple.

Race M.c. temminckii

Nord de l' Inde

La femelle dépose 3-4 œufs de couleur claire, tachetés de sombre. L’incubation et les tâches liées à la reproduction sont partagées par les deux parents qui nourrissent aussi les petits.

Le nid de l’Arrenga siffleur est parfois parasité par le Coucou épervier (Cuculus sparverioides).

ALIMENTATION :  
L’Arrenga siffleur se nourrit surtout d’invertébrés tels que scarabées d’eau, fourmis et hyménoptères variés, sauterelles, insectes et leurs larves. Il consomme également des limaces, des escargots, des vers de terre et des crustacés. Des baies et des graines viennent aussi s’ajouter à son régime.

 

PROTECTION/MENACES/STATUTS
L’Arrenga siffleur est relativement commun dans la majeure partie de sa distribution, partout où il peut trouver de l’eau, des rivières ou des torrents.
L’espèce n’est pas menacée actuellement.

Différence de coloration de l'oiseau au naturel.

Photo prise sans flash.